topblog Ivoire blogs

19 novembre 2012

La Page Facebook d'Orange, espace (de) cadeau

 orange côte d'ivoire,orange,côte d'ivoire,abidjan,facebook

C’est sans doute la plus grande attraction du moment. Vu la façon dont tout le monde en parle avec frénésie. Depuis quelques jours, Orange CI a lancé sa nouvelle page Facebook. Cette page semble t-il a été créée pour « plus d’interactivité avec les fans et internautes ». Selon l’opérateur, « elle a été moulée sur le modèle international des pages références du groupe France Telecom ». Et le succès qui s’en suit « est essentiellement dû à ses jeux et ses applications inédites ». Faites un tour sur la nouvelle page Facebook de Orange vous y trouverez une multitude de jeu tel que :

Top chrono : Une photo d’un lieu est postée sur la page et les internautes doivent s’activer pour identifier l’espace exact en fonction de l’angle de la photo et s’y rendre. Une hôtesse Orange les attend sur le site et remettra à chacun des 5 premiers arrivés qui présentera son identifiant, un téléphone 3G

Le Rdv gagnant : c’est le rendez vous phare des fans car du lundi au vendredi, De 10h à 16H, des codes de rechargement sont offerts aux fans les plus chanceux. Il leur suffit juste de gratter une carte de recharge virtuelle.

Le quiz Orange : avec un thème par mois, c’est un quiz qui permet à l’internaute de répondre à des questions posées sur des offres Orange. Chaque fin de semaine, un tirage au sort récompense les fans sélectionnés parmi tous ceux qui ont répondu juste à toutes les questions.

And you CAN !

De plus à l’approche des fêtes de fin d’année et de la CAN Orange 2013, la nouvelle page Orange Côte d’Ivoire proposera des animations super FUN , des concepts de plus en plus originaux , des applications et des récompenses à faire gagner aux internautes. Nous vous invitons à nous rejoindre sur la page Orange facebook et surtout à aimer la page.

30 août 2012

Etats Généraux de la Presse en Côte d’Ivoire. La phase finale !

C’est l’Hôtel-Président de Yamoussoukro qui accueille dès ce matin du 30 aout, la phase finale des Etats Généraux de la presse de Côte d’Ivoire. Deux mois après un travail acharné et collaboratif entre les cinq commissions et les acteurs de la presse ivoirienne. Un travail qui a accouché d'un pré-rapport et un rapport bilan. Des documents qui ont été remis le mardi 29 aout à  Diakité Coty Souleimane, ministre de la communication. « Nous espérons que Yamoussoukro permettra à la presse de prendre un nouvel envol », a espéré en ce moment-là Samba Koné, président du comité scientifique.

A Yamoussoukro donc, les journalistes (toutes tendances confondues) vont "courir un marathon'' de 48 heures pour tenter de donner une nouvelle orientation à la presse ivoirienne au cours de cet atelier de « restitution des travaux ».

Lire tout le dossier Etats Généraux de la Presse en cliquant sur

etat generaux de la presse cote d'ivoire.JPG


02 juillet 2012

Canal+ Côte d'Ivoire, une offre à 10 000 francs CFA

canal+, canal sat, bouquet Canal, offre Canal, « 10 000 francs CFA par mois». C’est désormais le prix pour un abonnement Canal+. Après une grosse campagne-teasing à la télé et dans les rues d’Abidjan, l’information a été dévoilée ce lundi 2 juillet à l’Hôtel Pullman d’Abidjan-Plateau. C’était lors d’une conférence de presse.

Deux offres. Du Plus au Sat !

Désormais, vous pouvez décider de choisir uniquement les chaînes Canal+. Vous ne paierez que 10 000 francs. Cela vous donne droit à 5 chaînes au lieu de 4 comme dans le passé.  Canal + Centre, Canal + Ouest, Canal + Cinema, Canal + Sport et Canal + Family.

Une offre qui vient faire baisser les coûts des abonnements sur Canal Sat. Par exemple, si pour le pack Evasion vous payiez 21 900 francs, vous débourserez 20 000 francs désormais. Ce qui correspond à 10 000 francs pour le pack Canal+ et 10 000 pour l’offre évasion. En plus ce sont 15 nouvelles chaînes (reparties dans les différents packs) qui s’invitent.

canal+, canal sat, bouquet Canal, offre Canal, Dans cette nouvelle offre c'est désormais le choix entre 4 formules proposées. Les chaînes Canal+ à 10 000 francs CFA, Canal Sat Access à 15000  francs (56 chaînes, radios et services), Canal Evasion à 20 000 francs (74 chaînes, radios et services)et le Tout Canal à 40 000 francs (102 chaînes, radios et services).

le plus ? vous pouvez cous-même composer créer vos propres combinaisons pour une offre qui vous convient. Flexibilité ? Oui, et elle est perceptible également dans les durées d"abonnements et de réabonnement. C'est à dire , "1, 3, 6 ou 12 mois date à date, à tarif unique". 

Une lutte contre la piraterie ?

Ça en a tout l’air. « Canal +, selon Serge Agnero, Directeur Général de Canal + Côte d’Ivoire, ce sont 140 000 abonnés… déclarés et actifs ».  Selon le patron à Abidjan de la chaîne cryptée, ce chiffre est « largement en dessous de ce qu’est la réalité sur le terrain ». « Parfois vous avez quelqu’un qui prend un abonnement et qui le sous loue à des centaines d’autres », s'est plaint-il. Le phénomène est connu et il n’est pas nouveau.  Et Canal+  semble vouloir acquérir davantage d’abonnés en baissant le coût des abonnements.

Remise à jour de votre décodeur

« Pour continuer de profiter de vos chaînes et des évolutions futures de votre bouquet, il vous suffit de mettre votre décodeur en veille dans la nuit du 2 au 3 juillet et de le rallumer après 6h UTC  le 3 juillet.

Un message apparaîtra sur votre écran. Sélectionnez ‘‘MISE A JOUR’’ et suivez la marche à suivre ».

Si vous êtes un abonné Canal +, vous avez dû voir apparaître sur votre écran ce message depuis un moment. Alors, dépêchez-vous ce soir d’éteindre décodeur et de le rallumer après 6 heures du matin en temps universel.

Caravane Interville

Pour mieux communiquer sur cette nouvelle offre, Canal+ prévoit une caravane dans la capitale économique (Port Bouet, Koumassi, Treichville, Adjamé, Cocody, Abobo et Yopougon). A l’intérieur du pays, la caravane va visiter les villes d’Abengourou, de Yamoussoukro, de Bouaké, de Korhogo, de Daloa, de Man, de Gagnoa et de San Pedro.

_________________________________________________________

Info Service

CANAL+ HORIZONS COTE D'IVOIRE

Tél. : (225) 20 22 67 67

Fax : (225) 20 22 72 22

E-mail : abonne@canalhorizons.ci

Tour Alpha 2000 - 01 BP 1132

Abidjan 01 - Côte d'Ivoire

Les Agences agréées

22 juin 2012

La Côte d’Ivoire à l’heure de la « Webolitique » (1)

 

4m.JPGJe suis à Montpellier, invité par CFI et l'ESJ-PRO, pour participer à des tables rondes et des ateliers autour du thème "E-Politique après les révolutions, les élections". Il est vrai que l'ombre des "révolutions arabes" plane encore sur ce colloque. Avec une nuance faite par la "révolution soft" du Sénégal. 

Au delà des débats enrichissant du 4M et des participants de qualité que j'ai pu rencontrer, un fort constat est ressorti. Désormais les pouvoirs politiques s'emparent des médias sociaux pour "contre-attaquer" les citoyens.

Le web est neutre, m'a lancé Pierre Haski, le fondateur de Rue89 lorsque de je lui ai demandé s'il ne craignait pas une récupération des réseaux sociaux par les pouvoirs politiques, qui ont bien pris conscience de la force de ses outils Online. Pour lui, tout le monde a le droit de les utiliser. Même les politiques. Et cela se voit de plus en plus en Côte d'Ivoire avec le nouveau régime. C'est comme s'ils s'étaient passés le mot. "Si tu n'est pas sur Facebook ou twitter tu peux être grillé"

Les élections de 2010 en Côte d’Ivoire et la crise post-électorale qui s’en est suivie a laissé des traces et des habitudes sur le web. On a encore en mémoire comment les différents groupes politiques – et leurs partisans – s’étaient affrontés par réseaux sociaux interposés. Au fil du temps, du web comme outil de guerre – et de guérilla – on est vite passé au web comme outils de débats en ligne.  Utile pour les citoyens, (désormais) nécessaire pour les hommes politiques qui ont (com)pris tout le poids de ces outils numériques. Le web qu’ils ne quittent d’ailleurs plus, depuis le sommet de l'Etat jusqu’aux ministres. Je me suis donc autorisé à faire une petite ballade sur la toile et voir ce que le régime en place fait du web en général et des réseaux sociaux en particulier. C'est l’ère de la « Webolitique » !

C'est la mode ! Et tout le monde la suit. Il y en a qui savent ce que s'est et comment s'en servir, et d'autres qui créent juste des profils ça et là pour juste pouvoir crier à haute voix: "facebook, je connais; Twitter, j'y suis". Pour l'heure, je vais me contenter de ce qui utilisent les nouveaux médias, parce mesurant effectivement la pertinence.

ados.JPGLe président de la république ivoirienne donne le ton avec un site web constamment mis à  jour. Une page Facebook et un compte twitter gérés bien entendu par son service de communication. [petite confidence qui ressort des bruits de couloir. Depuis qu’on l’a vu apparaître avec son Ipad, tous les ministres s’y sont mis].

Le plus (pro)actif est Alain Lobognon. Ministre de la promotion de la jeunesse et du service civique. Ipad à la main droite, Galaxy Note dans l’autre, le « jeune ministre » n’hésite pas à interagir quasi en temps réel surtout avec ses 3000 « abonnés » sur twitter. Initiant des débats, répondant aux questions. Il sait que les jeunes sont sur les réseaux. Et c’est là qu’il veut aller les « évangéliser ». Taguez-le, il vous répondra illico. Alain lobognon n'hésite pas parfois à s'érriger en "porte parole de l'actuel gourvenement" lorsqu'une question est soulevée. Ce fut le cas lors de mon article sur le pont de Bouaflé. 

Au parlement aussi

Les réseaux sociaux sont devenus un lieu de consultation pour les députés ivoiriens. Pour avoir le point de vue des citoyens les parlementaires n’hésite à poser des questions via twitter et Facebook. L’ancien premier ministre et désormais chef du parlement GUILLAUME SORO est de plus en plus actif sur la toile. Avec des grandes séances de discussions à tweets ouverts. Un compte twitter qu’il gère lui-même depuis (aussi) son Ipad. Un autre compte « piloté » par son service de Com’ vient appuyer ses discussions et parfois réagir quand il ne le fait pas aussitôt. Et pour chaque activité du « PAN » comme on le surnomme, un compte rendu multimédia est aussitôt disponible sur son « Blog officiel »

Les femmes politiques dans le bain

yasYes.JPGElles ne sont peut être pas très nombreuses mais elles font parler d’elles. MAH SOGONA BAMBA a été la porte parole du président ivoirien pendant la campagne. Elle c’est « Madame Facebook ». C’est son outil préféré d’expression Online. La député de Tafieré donne son point de vue sur les sujets d’actualité d’ici comme ailleurs. Sa page Facebook est un peu devenue son carnet de bord. Parfois les réactions sont violentes. Mais en générale la parlementaire préfère ne pas les supprimer et y répondre.

Elle est plutôt discrète. Yasmina Ouégnin, la jeune député de la commune de Cocody (commune présidentielle), a utilisé les réseaux sociaux surtout durant les élections législative. De l’outil de campagne Twitter et Facebook sont devenus son « espace perso » où ses électeurs peuvent suivre ses déplacements. Après elle... j'en oublie certainement. 

Un tel accaperement des réseaux sociaux par les pouvoirs politiques visent-ils réellement à ouvrir un VRAI débat politique sur la toile ? Je reste convaincu que de plus en plus de citoyens doivent se mettre on line. Qu'ils soient ici à Abidjan, ou ailleurs dans les villes de l'intérieur du pays ou dans la diaspora, les citoyens doivent participer à cet agora en ligne auquel se sont invités les hommes politiques. Car le gros risque réside dans l'unilatéralisation des idées, si les plus connectés et les plus réactifs sont ces pouvoirs publiques (ou leurs services de communication). 

Je le repère, il faut un vrai débat. C'est pour cela que s'impose la formation et l'évangélisation de toute la Côte d'Ivoire. Pour que les citoyens des villes réculées donnent leurs points de vue via twitter ou Facebook (on peut maintenant twitter via SMS). Et les autorités en place, ont le devoir de favoriser d'aider ces idées de formations. Ne pas le faire, serait donner raison à ceux qui disent que le pouvoir publique veut désormais rester seul maître de la parole sur la toile. Et ça, c'est inacceptable ! 

24 avril 2012

La fermeture éclaire de Google

 

homepagegoogle1.jpg

Si vous l'avez raté aujourd'hui, je vous conseille de courir le voir. Le Doodle sympa sur la Home Page de Google qui fête Gideon Sundbäck (132e anniversaire), ingénieur américain d’origine suédoise connu pour les améliorations qu’il a apportées à la fermeture Éclair ou fermeture à glissière. Allez-y ! vous avez encore du temps pour le voir. 

23 avril 2012

Yamoussoukro aux couleurs de la Rentrée parlementaire

mise en place a linterieure de la fondation.JPG

La capitale politique se prépare à vivre la rentrée parlementaire prévue pour ce mercredi 25 avril. Depuis le dimanche 14 avril, des banderoles annonçant l’évènement sont visibles. « Tous les transporteurs, voyageurs, commerçants, bref toutes les personnes qui emprunteront l’axe Abidjan-Yamoussoukro sont informées largement sur cet événement à travers l’affichage des grandes banderoles », prévient Moussa Touré, président de la cellule de communication du président de l’Assemblée Nationale.

hotel presidence.JPGDu Pont avant Atingué, en passant par les ponts d’Elibou et Kilomètre 40  jusqu’à la rentrée de Yamoussoukro, la présence de ces affiches de grandes dimensions attirent l’attention.

Les grands édifices de la capitale politique sont également parés aux couleurs de cette première rentrée post-crise des députés. L’aéroport international, la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la Recherche de la Paix, l’Hôtel Président, l’Hôtel des députés, les grandes artères de la ville. Tous un pris un coup de neuf.

A coup sûr, cette session des "honorables" ne passera pas inaperçue au regard de toute l’énergie déployée pour réussir cet événement. « Nous voulons restituer son caractère officiel » souhaite les membres de la cellule de communication.

Route de Bouaké

 

route de bouaké.JPG

Fondation FHB

 

fondation.JPG

Sur la route d'Abidjan, carrefour Hotel Président

 

carrefour hotel president.JPG


05 mars 2012

Le pico H03, projecteur de poche*

IMG_6676.JPGJ’ai eu l’occasion de tester le Pico Projecteur H03 à LED de Samsung. Il s’agit d’un projecteur miniature à 30 ANSI Lumens, entièrement à LED, avec une durée de vie de 30 000 heures. Ma première impression c’est « WOW ! »

Dès que je l’ai reçu j’ai été impressionné par sa petite taille. C’est vrai qu’on est habitué à voir ces grands (vidéo)projecteurs. Et du coup, je me suis dit que sûrement il ne ferait  pas l'affaire. Oh que non ! En plus d’être facile (et leger) à transporter ce mini-projecteur offre des performances qu’on ne pourrait même pas imaginer à première vue.

Design simple

C’est presqu’un cube. Il tient facilement dans une paume et dans la poche. Sa surface tactile vous permet de naviguer facilement dans le menu. Il réagit bien au toucher. Pas besoin de forcer. Toutes vos séances de présentations deviendront une vraie partie de plaisir. Vous pouvez si vous le souhaitez le mettre sur un trepied pour qu'il tienne.

Digne d’être appelé « Projecteur »…

Passons rapidement sur les spécifications. Un contraste 1 000:1, une résolution WVGA 800×480, un port USB intégré, un haut parleur 1 Watt, une autonomie d’environ 2h, le tout pour un poids de 170g. Le H03 offre une diagonale jusqu’à 2 mètres.

Je me suis permis de m’éloigner jusqu’à 3 mètres et j’avais encore de bonnes images. Et quand c’est flou, j’ai qu’à regarder sur le côté et gérer la mise au point.

Le Pico Projecteur Samsung H03 est un des premiers du genre, il est plus performant que les Pico Projecteurs directement intégrés dans les téléphones mais ne souffre pas trop niveau taille (70 x 70 x 27,5 mm).

IMG_6686.JPG

Autre point gagnant. Il est possible de le connecter à un smartphone et de projeter le flux vidéo. Tout se passe via les différentes connectiques disponibles : mini PC IN et AV. Vous avez également un mini USB (connectez un appareil avec mémoire de masse et lisez les fichiers sur l’appareil) ainsi qu’un jack 3.5mm. Une sortie casque mini jack vous permettra de brancher des écouteurs.

J’ai adoré comment le H03 fonctionne comme un disque dur multimédia. Il possède lui-même 1Go de mémoire interne et vous pouvez arriver jusqu’à un support micro SD de 32Go. Vous pouvez lire différents formats vidéo (j’ai pas pu tester les DIVX) mais aussi des fichiers audio, photo et documents divers (ppt, doc, xls, pdf…). (Voir caractéristique ci-dessous).

IMG_6689.JPG
IMG_6692.JPG

J’aime moins…

Pas grand-chose à détester. Même si, il faut l’avouer, la qualité de son n’est pas extraordinaire. J’aurai donné une note parfaite à ce bijou si le constructeur avait pu faire ressortir une bonne qualité sonore intégrée.

Il ne faut pas s'attendre à une luminosité aveuglante. Le produit annonce 30 lumens. Pour des images colorées et lumineuses, un mur blanc dans une pièce un peu éclairée cela suffit. Ceci, à condition de garder une taille d'image modeste d'environ 1 mètre de base maximum. Pour un film sombre il faut, en revanche, passer dans une pièce totalement plongée dans le noir.

Et le prix ?

280 000 F CFA  ! Pour un tel bijou, l'investissement en vaut la peine. Et si j’ai un conseil à vous donner ? N’hésitez pas ! Rendez-vous chez Pdastore au 2-Plateaux ou passez-leur un coup de fil.

Note : 17/20

[*Billet sponsorisé par PDASTORE]

 

Fiche technique Samsung SP-H03 - Pico Projecteur LED

Pico Vidéoprojecteur DLP/LED Samsung SPH 03. Luminosité : 30 Lumens; Contraste : 1000:1; Résolution native : 800 x 480; Niveau de bruit : 23 dB; Affichage d'image de plus de 2,0 m; Lecteur multimédia : fichiers vidéos, audios et musicaux sans passer par un PC; connectable à tous types d'appareils : Ordinateur, Appareils photo, Caméscopes, Console de jeux vidéos.

Système de projection DLP/LED

Format natif image 16/9

Formats vidéo lus Vidéo : AVI/SVI, WMV : WMV9-MP4, MPEG4, MP3; Audio : MPEG1/2/2.5, WMA, OGG, FLAC, ACC-LC, ACC-Plus; Photo : JPG, GIF, PNG, BMP; Présentation : PPT, DOC, XLS, PDF, HWP, HTML, TXT.

Luminosité 30 Lumens

Contraste 1000

Puissance de la lampe LED 30 000 heures

Résolution native 800 x 480 x WVGA

Entrées vidéo Vidéo composite

Sorties audio Haut-parleur mono intégré 1 watt

Distance minimale de projection 35 cm

Taille de l'image Diagonale : 23 à 203 cm

Caractéristiques complémentaires Lecteur cartes micro SD; 1 Port USB avec Lecteur multimédia & Office Viever intégrés; Entrée PC propriétaire; Prise casque mini Jack; Mémoire interne 1 Go; Autonomie jusqu'à 2 heures.

Niveau de bruit 23 dB

Consommation (en Watts) 10

Dimensions (l x p x h) en mm 70x 70 x 28 mm

Poids en kg 0,17 Kg

16 février 2012

Abidjan fait sa 3D

seminar2L (1).jpg

Abidjan va accueillir le 25 février prochain à l'Hôtel Ivotel du Plateau, la journée de la 3D et du multimédia organisée par l’Agence E-Voir et le Saf’ir Group Internationale: 3Days.

Sans qu’on s’en rende compte notre vie quotidienne tourne de plus en plus au rythme de la 3D. Du cinéma (c’est ce qu’on connaît le plus) au web en passant par l’architecture, les médias, l’industrie et désormais la médecine (on parle d’échographie en 3D) cette technologie est bien présente. Et les choses ne vont pas tarder à arriver en Côte d'Ivoire. (Quelqu'un me souffle que sont vendus actuellement des écrans de télé 3D).

Mais au fait qu’est ce que c’est ?

De façon brève je peux affirmer que c'est un "ensemble de techniques qui permet la représentation d'objets en perspective sur un moniteur d'ordinateur...". "La dénomination images tridimensionnelles est le nouveau nom donné à ce qu'on appelait dessin ou peinture en perspective", indique Wikipedia. Ceci n’est qu’une petite explication sur cette technologie. Mais pour approfondir nos connaissances et pour sensibiliser les Ivoiriens à se l’approprier, deux experts de l’école Cavalier Animation de Bangalore en Inde seront à Abidjan dès ce week end, pour une tournée dans les écoles. Un programme qui sera clôs le samedi 25 février.

Au programme donc de cette journée de la 3D et du multimédia, démo, conférence et atelier pratique. Les chefs d’établissements et chefs de productions visuelle ou cinématographique devraient être intéressés. Mais surtout les élèves et étudiants qui ont envie de poursuivre leurs études à l’extérieur pour se perfectionner en informatique, en multimédia… l’Inde est une excellente destination.

Rendez vous donc samedi 25 février 2012 de 9 h à 15 à l’Hôtel IVOTEL, au Plateau à Abidjan. l'Entrée est libre et gratuite.

Contact

Plus loin dans la lecture.

l'Histoire de la 3D

La 3D en question.

 

 

10 février 2012

Abidjan: 8 nouvelles communes bientôt créées

Yopougon-la-plus-grande-commune-dAbidjan-et-de-Côte-dIvoire.jpg

Sur « proposition du ministre de l’intérieur » Hamed Bakayoko,  un projet décret squatte depuis quelques jours la table du président de la république qui devrait « sauf changement de dernière minute » le signer. Un décret qui aura pour principal objet la création de 8 nouvelles communes à Abidjan.

Cocody, Abobo et Yopougon, sont les trois communes qui vont subir des changements géographiques majeurs.

La commune (classique) d’Abobo sera découpée en 3  nouvelles localités : Abobo, Anankoua, Akeikoua.

La (nouvelle) « Commune d’Abobo » comprendra les territoires, d’Abobo-Baoulé, Abobo-Té ainsi que le Centre-Ville.

La Commune d’Anankoua sera composée de Zoussoukoua, Sagbé et PK18

Quant à la « Commune Akeikoua » elle est composée du quartier Sogefia, communément appelé « Habitat » et de la zone comprenant le village d’Akeikoua.

Cocody pour sa part sera découpée en deux tranches. Angré et Cocody-Lagune

La nouvelle « Commune de Angré » sera composée des territoires du zoo et des quartiers 7e, 8e, et 9e tranche mais aussi des Rosiers 4, 5 et 6. « Anono 89 hectares, Djotogobité 1, Bessikoi, Djibi, Angré, Dokoui et la Cité Forest ainsi que leurs zones d’extention ferot également partie de « Angré Commune ».

La « Commune de Cocody-Lagune » rassemblera les « territoires de l’ancien Cocody ». Mais aussi ceux de la Riviera 1, Riviera 2, Riviera 3 et Riviera 4, y compris les zones de Anono village, Anono 35 hectares, M’Pouto et M’Badon.  Cette zone qui semble la plus fournie en territoire va prendre en compte aussi Akouédo Village, Nouveau Camp, Akouédo 19 hectares, Blokhauss, ATCI, Triangle, Palmeraie, Bounoumin, Rosier 1, 2 et 3, Genie 2000, Ephrata, 2 plateaux, CHU et toutes leurs zones d’extension.

La zone de Yopougon comprendra 3 communes: "Communes de Yopougon", "Commune de Niangon" et "Banco Commune".

Du côté de la nouvelle « Commune de Yopougon » les zones de Andokoua, Yopugon Attié et Yopougon-Kouté feront partie de ce territoire communal.

La « Commune de Niangon » sera composée, elle, de Niangon Nord (à droite), Niangon sud (à gauche), de la zone industrielle et ses extensions. Il faudra également y ajouter la partie ouest de l’île Boulay, des urbanisations situées à l’Ouest de PK17 et de celles situées le long de la route de Dabou.

Enfin dernière commune qui sera créé est celle de « Banco ». Elle comprendra le parc du Banco, les urbanisations situées le long de Banco (Santé, Lokodjoro, Abobo-Doumé) ainsi que les lotissements et zones résidentielles de Banco Nord et de Banco Sud.

Compositions et partage des biens du domaine public

Pour l’heure, aucune information précise, sur la composition numérique des Conseils Municipaux et des Municipalités de nouvelles Communes. Mais tout porte à croire qu’elle sera « fixée par décret en Conseil des Ministres ».

Le projet de décret précise que « la dévolution des biens meubles et immeubles ainsi que des bines incorporels appartenant aux anciennes Communes d’Abobo, de Cocody et de Yopougon sera reglée suivant le principe de la territorialité ». Autrement dit, les bureaux, espaces verts, marchés et tous les biens du domaine public qui se trouvent sur un territoire donné, appartiendront à la nouvelle Commune à laquelle est rattaché ce territoire.

Pour les biens meubles notamment les véhicules, « il serait indiquée de définir des critères d’affectation afin d’éviter des prises de bec », prévient un expert en droit public. Heureusement que le projet de décret précise que « les dettes seront prises en charge par l’Etat » et que les « les personnels des anciennes Communes seront redeployées dans les nouvelles entités créées ».

 

19 janvier 2012

Sylver Konan présente sa « Raison d’Etat »

IMG_4948.JPG

Un stylo à bille signant « Nadia » dans un livre. Sylver Konan, n’hésite pas à lancer à sa lectrice du jour : « J’aime les critiques, parce que moi-même je touche des thèmes à polémiques ». Cela fait rire la jeune femme. Son « amie de facebook » qui n’hésite pas à être un peu dur avec lui en ligne. Pourtant, ce mercredi 18 janvier, elle a tenu à rejoindre les locaux de la Librairie Aleph, au Plateau (centre des affaires d’Abidjan) où le journaliste dédicace son tout nouveau roman : « Raison d’Etat ».

Un titre provocateur ? Non, répond Sylver. « Au moment où j’annonçais mon ouvrage en mars 2010 aucune émission n’était à l’antenne », précise t-il en levant légèrement le ton. « Je ne regarde pas la télé pour les mêmes raisons d’hier qu’aujourd’hui. Et donc je ne pouvais pas savoir qu’une telle émission existait». Le titre de l’œuvre, rappelle une émission de la télévision ivoirienne de la période post-crise électorale.

Pourtant, Sylver n’hésite pas à sourire quand on revient à son livre. Un roman dans lequel « un mort, Eric Moyé, raconte sa vie ». Le journaliste ne veut pas faire comme les autres. «C’est un ouvrage d’outre-tombe » souligne l’actuel reporter de Jeune Afrique. « La vie ce n’est pas un film brésilien. Parfois, les méchants triomphent, les gentils et les honnêtes meurent pauvres …» constate t-il en justifiant pourquoi son livre peut sembler un peu triste. «Les lecteurs auraient voulu que Eric ne meurt pas » affirme t-il avec un sourire.

« Écrivain prometteur, auteur au style particulier et vigilant dans le traitement des thèmes ». Les éloges ne manquent pas de la part de Charles Pemont, le directeur de « Encre Bleu » la maison qui a édité le roman. Sylver, c’est aussi la langue acerbe et le verbe tranchant. Et pour lui, ça ne risque pas de s’arrêter. Il faut continuer à dénoncer les tares des dirigeants africains. Et tous les moyens sont bons. Dans un journal ou dans un roman. « Il nous faut des sociétés fortes qui influencent les décisions politiques. En Europe on en trouve, ici en Afrique ça manque », dénonce l’écrivain. « Je suis du côté du peuple. Je ne suis ni pour un groupe politique ni pour un autre. J’ai dénoncé ce qui se faisait hier, je dénonce ce qui se fait aujourd’hui et je dénoncerai les mauvais agissements des dirigeants de demain ».

Un prochain ouvrage bientôt ? « Oui » répond l’auteur avec force en se réjouissant de l’affluence à la librairie Aleph ce mercredi. Lui qui souhaite être le plus proche possible de ses lecteurs. « Depuis 9 heures que je suis là je vois du monde » jubile t-il. « Dans quelques temps, je ferai sortir de mes manuscrits un autre ouvrage. Peut être un roman qui revient sur les évènements de 2002» annonce Sylver Konan en donnant des pistes sur le titre : « 19 septembre ».

Il est 15 heures à la librairie Aleph. Sylver profite de quelques minutes de calme pour souffler quelques minutes en attendant d’autres lecteurs. L’occasion pour lui et ses amis venus le soutenir et assis autour de « sa » table de revenir sur les derniers développements de l’actualité en Côte d’Ivoire. Le journaliste n’aura le temps d’aller bien loin dans les discussions, un autre lecteur se présente avec « Raison d’Etat » en main. Sylver Konan doit expliquer la belle femme en face du monsieur en prison sur la couverture du livre.

Lire aussi cet article ici

 

05 janvier 2012

Voici la liste des 25 éléphants pour la CAN 2012

elephants_ci.jpg

L’entraineur-sélectionneur de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, François Zahoui a rendu publique jeudi une liste de 25 joueurs présélectionnés pour la préparation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012, lors d’un point de presse.

Cette liste sur laquelle ne figurent pas des joueurs comme N’dri Romaric (Espagnol de Barcelone/Espagne), Arouna Koné (Levante/Espagne), Baky Koné (Qatar) comprend 4 gardiens de but, 8 défenseurs, 7 milieux et 6 attaquants.

Selon coach Zahoui, la liste finale des 23 joueurs retenus sera rendue publique mardi prochain.

La préparation devrait débuter samedi, date à laquelle l’équipe ivoirienne quittera Paris, son premier lieu de rassemblement pour Abu Dhabi (Emirats Arabes unies) d’où elle ralliera Malabo (Guinée Equatoriale) le 19 janvier, veille de la compétition, a en outre annoncé M. Zahoui.

Dans la capitale émiratie, les pachydermes ivoiriens livreront deux matchs amicaux. Le premier contre la Tunisie le 13 janvier et le second contre le Liban le 16 janvier.

Logés dans la poule B, les “Eléphants’’ de Côte d’Ivoire affronteront le Burkina Faso, le Soudan et l’Angola au cours de cette compétition organisée conjointement par le Gabon et la Guinée Equatoriale du 20 janvier au 12 février.

La liste des 25 joueurs :

Lire la suite

04 janvier 2012

Et si on utilisait le Hashtag #CIV?

Les utilisateurs de twitter de façon générale (et en Côte d’ivoire de façon particulière) savent ce que c’est qu’un « Hashtag ». C’est un « moyen pour ajouter des informations additionnelles aux tweets (post sur twitter), pour les catégoriser selon un contexte. C’est une information permettant de les lier à un groupe de tweets décrivant un événement ou un lieu, une chose ou une personne». (Plus loin dans la définition). Le hashtag Twitter est créé en rajoutant un symbole diése # devant le mot-clé.

Dans la « twittosphère » ivoirienne c’est le hashtag #civ2010 qui a longtemps régné. Il a été utilisé à la faveur des élections et boosté lors de la crise post-électorale. Et depuis, les utilisateurs de twitter et ceux qui s’intéressent à l’actualité ivoirienne n’ont pu se défaire de ce mot-clé qui n’était plus forcément rattaché à l’actualité politique uniquement. D’autres hashtag ont été fortement utilisés mais n’ont pas eu le même succès. #civsocial (pour aider les personnes dans le besoin) #kpakpatoya (pour se faire des amis dans une ambiance bonne enfant, pour toutes les blagues et pour déconner parfois sans tabou) pour ne citer que c’est deux-là.

votehastagciv.jpgA la fin de l'année 2011, l’utilisation du mot clé #civ2010 a été remis en cause par des twittos (utilisateurs de twitter) qui le trouvaient dépassé, antidaté et hors du contexte actuel. Les débats ont été portés sur la "place publique" pour aboutir finalement à un vote en ligne ce mardi 3 janvier 2012. Trois hastag en compétition : #côtedivoire, #civ et #civ225. Sur 115 votants 59% ont décidé d’adopter le #civ.

Pour ma part je le trouve très bien et efficace. D’abord parce qu’il est court, donc il nous fait gagner des caractères (il en faut 140 max seulement pour un tweet). Mais aussi parce qu’il n’est rattaché à aucun indice fixe. Le #civ2010 était cantonné à l’année 2010 et aux évènements qui ont suivi, le #civ225 est « aggripé » à l’indicatif de la Côte d’Ivoire et ne peux être modulé. Et comme l’affirme @kanazan « avec #civ on peut le décliner à l’infini… genre #civTech #civBiz #civEco » et j’ajoute #civsocial, #civzik, #civsport.

Pourtant, une question se pose. « Nos » utilisateurs de twitter vont-ils suivre le mouvement. Vont-ils se départir du #civ2010 qui est devenu un nid de haines, d’injures et de palabres. Pourquoi ne pas d’un commun accord adopter un mot clé plus constructif. Pourquoi ne pas de corps à cœur utiliser le #civ et rendre notre fil d’actualité plus sain et plus fédérateur ?

Une chose est sûre, la communauté twitter ivoirienne, si elle le désire peut faire adopter le #CIV. Le hashtag est dans notre camp.

03 janvier 2012

3G en Côte d'Ivoire oui, mais qu’est ce que c’est ?

mobile3G.jpg

C’est en grande pompe que les médias ont annoncé l’avènement de la 3G en Côte d’Ivoire.

« Dès ce mois de janvier 2012, les services de troisième génération du mobile (3G) seront disponibles en Côte d’Ivoire". L’annonce a été faite, la semaine dernière, par Bruno Koné, ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication.

Au cours d’une conférence de presse, il a affirmé que « le président de la République a pris le jeudi dernier [26 décembre 2011] un décret relativement à l'établissement et l'exploitation des réseaux mobiles de troisième génération en Côte d'Ivoire. Il s'agit de la 3G. Nous avons 16 millions d'abonnements au téléphone mobile en Côte d'Ivoire. (…) Le téléphone offre une grande possibilité. La Côte d'Ivoire, qui était 2G, passe avec ce décret à la 3G qui offre plus de débit. »

Selon Bruno Koné, les Ivoiriens pourront avoir accès aux services de l'Internet avec leur téléphone mobile au cours de ce mois de janvier. (Source Agence Eco fin.com]

Mais la 3G qu’est ce que c’est ?

Comme vous le savez certainement, les téléphones mobiles fonctionnent avec des cartes SIM (appellées aussi communément à Abidjan des « Puces »). Celles-ci sont 2G, 2.5G, 2.75G, 3G. Ce sont tout simplement les générations de téléphonie mobile. Résumons leurs caractéristiques:

1G: fonctionnement analogique et donc totalement obsolète!

2G: début du numérique dans la téléphonie mobile, avec l'apparition du standard GSM (Europe et Etats-Unis notamment). Grâce à ces nouveaux réseaux, les SMS (Short Message Service pour les textos) ou MMS (Multimedia Message Service pour envoyer notamment des photos) sont créés. Le débit maximum des données est alors de 9,6 kbps. Des améliorations du standard GSM ont ensuite été faites pour accélérer le transfert des données. C'est la création de la norme GPRS. Comme il s'agit toujours de la même génération, GPRS correspond à 2.5G, et non pas 3G, réservé à la génération suivante. De GPRS, on est ensuite passé à EDGE, ou 2.75G. De 9,6 kbps (GSM), on est arrivé à 384 Kbps en réseau EDGE (en passant par l'étape GPRS de moins de 100 Kbps).

[En principe un petit signe « G » apparaît sur votre téléphone pour indiquer le GPRS ou un « E » pour le « EDGE »]

3G: la 3e génération, compatible avec les réseaux 2G dont on a parlé ci-dessus, propose un haut débit de transmission (potentiellement jusqu'à 2 millions de bits/seconde!) et une compatibilité universelle. Cette norme très répandue dans les pays comme la France (je cite des lieux que je connais) était jusqu’actuellement absente de notre pays, la Côte d'Ivoire. Grâce à ce nouvel "arrivage", l'utilisation de médias tels que la télévision numérique et les vidéo-conférences va se généraliser. Elle permet en outre, bien entendu, de surfer sur internet confortablement et de télécharger à grande vitesse des fichiers.

Le standard s'appelle désormais UMTS et offre des débits de 384 kbps à 2 Mbps. La norme 3.5G est déjà connue, il s'agit de HSDPA. Cela correspond à des débits allant jusqu'à 10 Mbits/s, soit 10.000.000 d'octets par seconde, comparés aux misérables 9600 du simple GSM. Pour l’heure sur la terre d’Eburnie, on en est pas encore là. Mais je suis sûr qu’on va très vite arriver à ce niveau.

Petits rappels des acronymes à retenir (ou pas):

1G: ONEPMP (On N'En Parle Même Pas)

2G: GSM: Global System for Mobile communications

2.5G: GPRS: General Packet Radio System

2.75: EDGE: Enhanced Data Rates for Global Evolution

3G: UMTS: Universal Mobile Telecommunications System

3.5G: HSDPA: High-Speed Downlink Packet Access

Et pour ceux qui en fin de compte n’ont pas compris toutes ces explications techniques, retenez simplement que votre téléphone mobile actuel est probablement compatible GPRS, voire EDGE. Et cela va encore fonctionner pendant un moment. Mais rapidement, si vous voulez transférer des fichiers de plus en plus lourds et ne pas être ''à la traîne'', vous aurez besoin d’un téléphone à la norme UMTS  (ou HSDPA) c'est-à-dire 3G.

Le ministre ivoirien de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (PTIC) Koné Nabagné Bruno a indiqué que grâce au haut débit que la ‘’3G’’ induit, les utilisateurs de téléphonie mobile qui auront désormais tous les services offerts par l’Internet sur leurs téléphones appareils, vont gagner en termes de possibilités, de temps et même de coût, eu égard à la concurrence qui va se faire entre les opérateurs.

Et moi je réponds : « J’espère que les coûts seront à la portée de tous les Ivoiriens ».

Article réalisé avec l'aide de Le POst.fr/ Crédit photo King-Commerce

14 octobre 2011

Chauffards, gare à vous !

accident.jpgBonne nouvelle (pour nous en tout cas)! Désormais tous les « chauffards » et ceux qui ne respectent rien (ni personne) sur les routes vont subir les représailles de la loi. Si on en croit le communiqué du district d’Abidjan paru dans plusieurs journaux ces derniers jours.

« La circulation automobile dans le district d’Abidjan est devenue préoccupante en raison du comportement de certains usagers de la route qui ne respectent pas les règles élémentaires de conduites et causent ainsi des dégâts corporels et matériels regrettables », se plaint le communiqué.

Et c’est vrai. Des wôrô-wôrôs (taxis communaux) et autres « gbaka » (minibus) qui utilisent les trottoirs pour circuler, des conducteurs de véhicules de l’état qui ne respectent pas les feux, des chauffeurs de voitures personnels qui parfois utilisent les sens interdit comme raccourcis…

Le « district d’Abidjan » semble être cette fois-ci être décidé (on espère) à mettre fin au désordre en invitant « impérativement tous les usagers de la route à l’observation desdites règles et particulièrement au respect strict des espaces et trottoirs réservés à la circulation (je vois d'ici la joie des piétons), des feux tricolores et permanentes signalisations, des lignes de conduites, des sens interdits, de la priorité à droite (pour l'heure c'est la loi du plus fort qui l'emporte), de l’obligation de circuler à droite sur la chaussée à multiples voies, de dépasser à gauche, de l’interdiction de stationner sur la chaussée».

Et pour ceux qui ne voudront pas respecter ces règles (qui ne sont pas nouvelles mais qui n’ont jamais été respectées) le district se veut menaçant : «Le non respect de ces règles expose le contrevenant à l’application de mesures coercitives conformément à la loi ». Mieux, « des actions vigoureuses seront bientôt menées à l’encontre des usagers (quand précisément ?) en ruptures avec les dites règles ».

Alors vous êtes prévenus…nous sommes prévenus.

23 septembre 2011

Un point de + pour Facebook

timelinefb.JPG

Je ne sais pas si Google s'en remettra, mais je suis bluffé par le nouveau visage de Facebook. Le Géant Google - en ouvrant son réseau social à tout le monde - avait cru courcicuiter la conférence du patron de Facebook (qui s'est tenu hier). Comme me l'indiquait un de mes collaborateurs ce matin, nous sommes en train de tendre inexorablement vers le "Livre de notre Vie"... Notre LifeBook. Une idée qui je crois, a guidé et conduit Marck Zuckerberg et sa troupe jusqu'à présent. Mais cette fois en plus grand. Avec ce que les spécialistes appellent "L'arme Fatale": l'Open Graph.

J'ai donc testé. J'ai une "Timeline". Pas mal du tout. Pas du tout compliqué à installer. J'ai utilisé le "tuto" mis à dispositon par Presse-citron (Merci Eric DUppin!).

Mais qu'est ce que ça change ?

Beaucoup. D'abord j'ai un archivage (et un visuel) plus vaste mais bien précis de mes "activités" sur Facebook. Par exemple, je peux revoir des anciens post en me souvenant de la date. Plus besoin de passer des heures à cliquer sur "Publication plus ancienne" avant d'espérer trouver l'article recherché. Je peux aussi voir dans le même temps sur la même page ce que font mes amis (avant il fallait cliquer au préalabre sur "Accueil"). POur la confidentialité, vous pouvez choisir de montrer votre "nouveau visage" à tout le monde ou de le garder pour vous seul ou pour vos "amis".

Mais ce qui m'enchante le plus, c'est le design. je le trouve plus... chic. En plus, je peux choisir (comme sur un blog) le type d'affichage que je veux, où je veux disposer mes colonnes etc...

En attendant les (Noooombreuses) mises à jour qui vont suivre, je me plais à explorer cette nouveauté.

L'orgueil de Facebook semble avoir été touché depuis le lancement de Google+. La tactique de "l'armée" Facebook semble avoir été de faire semblant de copier les applications de leur "nouveau" rival et de provoquer une riposte sur ce terrain. Et pendant ce temps, des "snipers" bossaient librement pour sortir ce "truc de Ouf". A la guerre comme à la guerre, je me demande bien quel coup Google pourrait donner de PLUS ?

18 juillet 2011

Abidjan accueille le Summer E-School 2011

seschool.jpgLa Côte d’Ivoire se prépare à vivre un évènement unique pour ceux qui pratiquent le web comme pour ceux qui regardent cet outil de loin (soit par crainte ou même par désintéressement). Du 7 au 10 septembre prochain à l’Université de l’Atlantique d’Abidjan (Cocody 2-plateaux) va se tenir la première édition du Summer E-School, l’université d’été aux pratiques du web.

Et pour cette première édition, les organisateurs ont choisi de rassembler les participants autour du thème : « Dans le monde de l’Open Source ». Objectif : « faire découvrir des instruments en ligne gratuits et faciles à prendre en main et qui pourraient répondre aux besoins des participants ». Ce sont donc environ un peu plus de 200 personnes (il semble que les places soient limitées) qui sont attendues à ces journées. Journalistes, associations, entreprises, particuliers, artistes. « Pour chaque environnement internet réserve une panoplie d’instruments, simples, légers et utiles pour une efficacité dans leurs actions habituelles ». Il est bon que ceux qui ne les connaissent pas les découvrent, et que ceux qui sont au fait des applications et autres « gadgets en ligne » gratuits, soient informés des (r)évolutions qui se font en la matière.

Au programme de ces 4 jours du Summer E-School. Des conférences et des ateliers pratiques sur des thématiques bien précises. Par exemple, comment créer sa web radio ou sa webtélé avec des outils simples et gratuits« connaître et maîtriser les applications offertes par google » etc…

Des orateurs bien connus du web ivoirien les entretiendront sur des thèmes d’actualité. Par exemple « la liberté d’expression en ligne », « le web 2.0 et la solidarité », « comprendre l’open source » etc.

banner.jpgPetit plus, des ateliers assez originaux. Un atelier pour apprendre à faire des dessins (de presse) et un autre atelier pour apprendre à faire de la photo.

Autre élément tout aussi intéressant, c’est la gratuité en ce qui concerne la participation. Il faut juste s’inscrire en ligne sur le site de l’évènement. Un numéro par la suite est attribué par mail et par sms. Cela servira à récupérer un badge d'accès le jour du Summer E-School.

Si vous êtes à Abidjan dans la période n'hésitez pas à y faire un tour. Et n'hésitez surtout pas à faire le buzz autour de vous.

NB: le hashtag (de l'évènement) surt twitter est #seschool

05 juin 2011

Communiqué de Presse - "Une Minute de Silence"

une minnute de silence.jpg

Soutenons le Projet « Une minute de Silence »

Montrer les inconvénients et incidences des conflits armés sur les populations civiles. Tel est l’objectif du projet de court métrage « Une Minute de silence » initié par Armand Bray un jeune ivoirien de 23 ans qui vit à Abidjan en Côte d’Ivoire. « Une minute de Silence » est un récit de fiction mais les faits qui y sont relatés (en dehors de la mort du personnage principal), sont inspirés d’une histoire vécue.

Ce court métrage tient à présenter les faits sans parti pris et appréhender de la façon la plus simple possible (à la façon d’un civil apolitique qui y a laissé sa peau) la journée du 04 avril 2011 qui fût une grande première dans l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Synopsis :

Quatre jours après de violents combats, les activités semblaient reprendre. Innocent K, muet de naissance, fils ainé d’une femme divorcée ayant deux enfants à sa charge, sort se ravitailler en vivres à l’instar des habitants de son quartier et en profite pour rendre visite à certains proches dont il était resté sans nouvelles depuis un long moment.

Il ignore qu’il prend rendez-vous avec la mort…

 

Le coût total de la production est estimé à 3000 euros. En moins de 72 heures, le projet a déjà rassemblé 150 euros. Soit 4% du montant total. Arman Brey se dit confiant même s’il reconnaît que le temps est court.

«J’ai jusqu’au 30 juin pour rassembler cette somme sinon ça tombe à l’eau », précise t-il. Pour aider et soutenir ce projet c’est simple. Il suffit de se rendre sur http://fr.ulule.com/minute-de-silence/. Les montants varient entre 3 et 100 euros ou plus.

A quoi va servir le financement ?

Afin de mettre toutes les chances du coté du projet, entre système D et méthode « pédagogique », le financement servira à garantir la bonne production du court métrage.

Depuis le casting, la distribution des rôles, les répétitions, la location de la camera, du matériel de son, de lumière, la machinerie, la création des décors, le tournage en lui-même, les déplacements, le cartering, la paie des acteurs et figurants, des techniciens, le montage, le mixage et l’exportation définitive sur support de diffusion.

La plupart des films qui sont réalisés en Afrique, par des réalisateurs Africains ne sont pas toujours de belles factures. Mauvaise préparation, mauvaise logistique, manque de moyens, les raisons diffèrent d’un réalisateur à un autre mais l’alibi du manque de moyens revient assez souvent. Et pourtant beaucoup d’entre nous, réalisateurs Africains avons de bonnes intentions pour nos films mais le résultat se fait toujours attendre.

Le message que véhicule Une minute de Silence et l’objectif de carrière visé pour ce court métrage (festivals de cinéma en priorité) sont si sérieux, si important qu’il serait préjudiciable de retomber dans le piège classique du « j’ai fais de mon mieux » pour justifier un résultat d’une piètre qualité au moment de l’aboutissement du projet.

Aussi l’idée n’est pas non plus de s’inscrire dans le schéma de ce qu’on peut appeler la haute bourgeoisie cinématographique (camera red one ou autre chose du genre ça serait l’idéal) afin de ne pas se retrouver avec un immense budget. Non.

Ce projet est une aventure passionnante. En le subventionnant ou en le faisant circuler autour de vous, vous contribuez à l’expansion du message qu’il véhicule et lui donnez plus de chance de voir le jour…

 

A propos du porteur de projet

Armand Brey est un réalisateur ivoirien de 23 ans, vivant en Côte d’ivoire.

Il est employé dans une agence d’événementiel depuis Janvier 2010. Mais actuellement, il a décidé de se consacrer pleinement à l’élaboration et à la préparation de son futur court métrage. Mais Armand n’est pas un nouveau venu dans le cinéma.

COURT METRAGE

Octobre 2010, assistant opérateur sur le court métrage BABI de la réalisatrice SIAM MARLEY.

REPORTAGE

  • Réalisateur d’une d’interview-reportage d’environ 15 min dénommé 2009, LE BIILAN, film qui retrace l’activité culturelle HIP HOP en cote d’ivoire depuis son apogée en 96-99 jusqu'à 2OO9 et qui a vu la participation d’activistes du milieu (Artistes, animateurs…) http://lnp.sn/Zcf http://lnp.sn/ZcY
  • Cadreur Making of pour le concerto festival (un festival de musique qui a lieu chaque année à l’occasion de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire), édition 2009 et 2010.

CLIP VIDEO

  • Octobre 2010, réalisateur du clip TEGUE LE SON du groupe de rap AFROVIZION dont voici le Teaser. http://lnp.sn/Zcg
  • Chargé de la coordination et du repérage, participation à la réalisation du clip vidéo RAP FRANC CFA de l’artiste franco-congolais YOUSSOUPHA, de passage à Abidjan dans le cadre de sa tournée internationale en début du mois d’octobre 2010. http://lnp.sn/ZcM
  • Réalisateur du clip ON EST FATIGUE de l’artiste rappeur SMATCHY courant 2008. http://lnp.sn/ZcQ

SERIE TV

En 2008, assistant réalisateur sur 24 épisodes du téléfilm SIGNATURE, déjà passé sur la chaine Nationale ivoirienne, certaines chaines de la sous région, sur Cfi et peu être bientôt sur TV5. Un téléfilm du réalisateur Alain GUIKOU.

Arman Brey explique davantage dans cette interview

11 février 2011

Mesdames devenez Ayana !

ayana.JPG

Couleurs chaudes, design classe et dans l’air du temps, actu intéressante, informations utiles et fouillées. Voici Ayana… le nouveau Webzine féminin. Je crois d’ailleurs que c’est le tout premier en Côte d’Ivoire non ? bon personnellement j’en connais pas d’autres.  En tout ce webzine est en ligne. Et je tiens ici à féliciter toute l’équipe qui a mis tout en œuvre pour que cette idée devienne vivante.

Pour sa sortie ce vendredi 11 février, je me permets donc d’en faire la pub tambour battant. Oui. Quand c’est bon et quand c’est beau et pro, pourquoi s’en priver.

Ayana, se veut « un webzine féminin, tendance et lifestyle, qui met un accès prépondérant sur la proximité avec ses lectrices. Car en général, les magazines africains féminins et/ou dédiés à la mode, négligent bien trop souvent cet aspect » (ça c’est vrai, ndlr).

Ayana s’adresse donc en priorité aux jeunes femmes africaines branchées, dynamique, qui s’activent et s’affirment, qu’elles soient des jeunes cadres dynamiques, des entrepreneurs ou des mères de famille ‘’new génération’’. Ayana est le webzine des jeunes africaines actives et branchées.

Mesdames soyez In. Soyez Ayana car cette fois vous êtes servies… accourez donc alors !

ayana1.JPG

 

11 mai 2010

Les acteurs ivoiriens du web créent un syndicat

sipcol.jpg

Le secteur du web en Côte d’Ivoire s’organise de plus en plus. Au point d’en arriver aujourd’hui à la création, le 8 mai dernier, d’un « Syndicat Ivoirien des Producteurs de Contenus en Ligne » (SIPCOL).

Selon la blogueuse ivoirienne Edith Brou, présidente de ce syndicat, il y a tant de revendications légitimes à faire dans le domaine du web en Côte d’Ivoire. Au-delà, c’est aussi donner une couleur plus« glamour et saine » à l’activité du « Syndicalisme ».

Pour Edith Brou, le SIPCOL va permettre à la Côte d'ivoire de connaître « un accroissement des vocations dans les métiers du web et en conséquence, une éclosion de son économie numérique»Interview -

 

12 octobre 2009

Des partenaires !

Voilà, quelques semaines que nous avons lancé le nouveau «Avenue225». Nous avions l’intention de faire connaître ce projet à tous, mais également de solliciter l’aide et l'appui de partenaires et d’institutions locales ou internationales (ou de personnes physiques).

 

logofing_htedef.jpg Logo_correspondants.gif
Ils commencent à arriver à notre grande joie. Au plan international, c’est la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) qui nous fait l’honneur de nous accompagner dans le recrutement, la formation et l’équipement des correspondants-bénévoles. Cet organisme financera l’acquisition d’une partie du matériel (appareil photo, enregistreur MP3…).

 

logo_afriqueinvisu_fd noir.jpgEgalement Afrique in Visu, (initié et géré par Jeanne et Baptiste, deux sympathiques personnes) qui n’a pas hésité à être partenaire de ce jeune projet.

akendewa logo.jpgAu plan interne, c’est le réseau Akendewa qui se joint à nous pour cette aventure.

C’est l’occasion de leur dire merci et de solliciter davantage de soutien de la part de ceux qui croient en cette expérience, à la démocratisation de l’information et à la promotion du journalisme citoyen en Côte d’Ivoire.

Nous attendons les prochains partenaires et sponsors.

Le concours se poursuit. Pour tout savoir sur cette sélection cliquez ici

 

29 septembre 2009

Appel à candidature pour le site Avenue225

6 mois (février-août). C’est la période qu’a durée la première phase de notre jeune projet «Avenue225». Il a été tellement bien accueilli et si bien suivi que nous avons été stimulés pour l’améliorer dans le fond et dans son fonctionnement.
Aujourd’hui, nous sommes dans une nouvelle dynamique que vous pourrez lire ici.

Nous avons opté pour wordpress au détriment de joomla, pour des questions de facilité de gestion du site.
La nouvelle formule d’Avenue225 est plus simple dans le design mais sera plus riche dans le contenu.
Désormais en Côte d’Ivoire écrire ne sera plus réservé qu’aux journalistes et aux écrivains. Chaque citoyen pourra prétendre à l’écriture et à la diffusion de ce qu’il a à raconter. Dans sa nouvelle vision, Avenue225 veut contribuer (à sa façon) à la promotion du journalisme citoyen et à la démocratisation de l’information.

En première ligne, il y aura des correspondants qui publieront régulièrement des articles sur des faits, des situations et/ou des personnages de leurs quartiers, leurs communes ou leurs régions.

Sur la base du bénévolat des jeunes de 18 à 30 seront sélectionnés à l’issue d’un concours. Les retenus recevront chacun un appareil photo numérique, un dictaphone numérique et une prime d’encouragement au départ du projet. Ils bénéficieront également d’une formation en écriture web et multimédia au mois de décembre à Abidjan. A la fin de leur mission (de 12 mois), ils effectueront un stage dans des rédactions (Télé, radio, presse écrite et web) à Abidjan et (selon les possibilités) dans un pays étranger.

(Tout savoir sur le concours)

C’est l’occasion pour moi de remercier tous ceux qui ont accompagné ce projet depuis le début. Nous compterons encore sur vous pour faire sa promotion et contribuer d’une façon ou d’une autre à son essor.

A une heure où la Côte d’Ivoire entend sortir définitivement de la crise par les élections, l’occasion est bonne pour donner la parole à tous. Plus que jamais, nous poursuivons cette lancé sur notre « Avenue ». Merci de nous accompagner.

Un grand merci à tous ces jeunes gens qui ont débuté (difficilement) Avenue225 et qui lui ont permis d’embrasser aujourd’hui un nouveau challenge. Donatien, Elie, Roland, Katie, Lionel, Josias, Evrard.

24 avril 2009

Facebook en question

facebook.jpg

A quoi nous sert Facebook ? C’est la question que j’ai soumise sur ma page Facebook en vue de réaliser un sondage. L'objectif de ce sondage était de prendre le maximum d'avis de tous (et surtout des Africains) pour déterminer comment les nouveaux outils du Web 2.0 comme Facebook prennent de la place dans notre vie. Sont-ils utiles, nécessaires, indispensables ? Il fallait dire en quelques mots pourquoi l’on utilise Facebook et qu'est ce qui fait son charme (si l’on lui en trouve un).
Avant de donner les résultats de cette petite enquête, rappelons d’abord ce qu’est Facebook.

Lire la suite

29 novembre 2008

Télé Nov@: inNov@tion grandeur nature

P1170065.JPG

Depuis quatre semaines le lectorat ivoirien s’est rendu compte de la venue sur le marché d’un nouveau magazine (gratuit) consacré aux médias.

P1170063.JPGTélé Nov@. C’est une belle idée. Et elle est d’ailleurs bien accueillie en Côte d’Ivoire à ce qui se dit.
Les initiateurs de ce produit ont eu l’ingénieuse idée de trouver un bon circuit de diffusion. «Il fallait emmener notre magazine au lecteur», explique Toussaint Alain, un des associés. «Nous avons choisi le journal qui tire un grand nombre d’exemplaires (25000 environ) et qui arrive dans toutes les contrées du pays», affirme t-il fièrement. Le magazine Télé Nov@ accompagne ainsi chaque début de semaine Fraternité Matin (le quotidien gouvernemental). Ce choix selon Toussaint Alain répond au souci de «pouvoir s’adapter à l’environnement ivoirien».
Télé Nov@ brille de ses couleurs et de son design. En plus le contenu est de plus en plus intéressant. Les dossiers sont traités sur des sujets qui intéressent les Ivoiriens. D’ailleurs je peux vous dire que prochainement le sujet des jeux télévisés par téléphone sera passé au bistouri très affuté de l’équipe de Télé Nov@.
P1170062.JPG

Une équipe jeune et dynamique que j’ai rencontré et ce par un concours de circonstance. Ils sont moins de dix. Mais les animateurs de ce magazine travaillent d’arrache pied toute la semaine pour produire quelque chose de potable.
Pour tout savoir sur Télé Nov@ faites un tour sur le site.

23 octobre 2008

Quand Mel fait parler de lui...sur la route

Le ministre de la ville et de la salubrité urbaine Théodore Mel Eg, a commencé depuis quelques mois l’aménagement de la voie qui mène de Cocody (commune où réside le Chef de l'Etat) à la caserne des "sapeurs pompiers militaires" (via "La Corniche"), située à quelques mètres du Plateau (centre des affaires).
J’ai eu par habitude de constater de loin (en passant devant) que c’était bien aménagé et bien décoré.
Aujourd’hui je m'y suis arrêté pour voir ce que ça donne de près.
C’est Fan-tas-ti-que !
Alors je partage avec vous ces belles images.

Le pont qui mène au plateau a été peint par un artiste talentueux

P1150747.JPG


P1150741.JPG


P1150748.JPG


P1150755.JPG


P1150757.JPG


Dans cet espace étaient stockées toutes les ordures ménagères drainées par les canalisations

P1150742.JPG


P1150744.JPG


Les espaces verts n'ont pas été oubliés

P1150749.JPG


P1150750.JPG


Un jet d'eau a été installé avec à son bas un panneau lumineux (animé) montrant les différents présidents que la Côte d'Ivoire a connu.

P1150756.JPG


Ici...Henri Konan Bédié...qui a succéder à Félix Houphouët Boigny

P1150751.JPG


...et le Gl Robert Guéi qui a renversé dans un coup d'Etat en décembre 1999 Henri Konan Bédié.

P1150752.JPG


Désormais, on circule mieux sur la voie de "l'Indénié"

P1150753.JPG


P1150754.JPG

07 septembre 2008

Le nouveau site web des "éléphants"

Alors que l'équipe nationale ivoirienne tente difficilement de se qualifier pour la coupe du monde et la coupe d'Afrique des nations (Can) 2010, un nouveau site web qui leur est dédié vient de voir le jour.
Il n'est pas mal, mais il aurait pu être mieux. A voir ici

podcast

02 septembre 2008

De nouveaux bus «made in Abidjan».

bus sotra.jpg

Ce qui relevait de la rumeur depuis quelques temps vient d’être rendue public aux yeux du monde.
«La Sotra fabriquera ses propres bus». C’est en résumé l’info que j’ai tiré de l’article paru dans le «Jeune Afrique» de cette semaine.
Selon l’hebdomadaire, la Société des transports abidjanais (Sotra) «présentera, le 26 septembre à Abidjan, les premiers-nés de sa nouvelle activité industrielle». A cette occasion, deux bus seront produits et assemblés sur place par SOTRA INDUSTRIES, filiale de la Sotra.
Cette filiale prévoit de mettre en circulation «50 véhicules (pour) la première année d’exploitation».
Certainement que cette production va connaitre un essor «en fonction des débouchés commerciaux», avec «200 exemplaires par an, voire 300 par la suite».
La gamme est baptisée «Eburnis» (qui provient de Ebrunie, le surnom de la Côte d’Ivoire) et elle est présentée «en trois version, pour les transports urbains, interurbains ou de tourisme».
Après l’innovation des «bus équipés de mini-ordinateurs» , et cette nouvelle firme de fabrication locale, la Sotra va gagner du terrain et se classer parmi les têtes d’affiche au niveau des sociétés de transports en Afrique et (pourquoi pas ?) dans le monde.

26 juillet 2008

A la découverte de la "TASLY tendance"

2d98e6beccdbc87a5cc8d8841ae92de1.jpg

Connaissez-vous TASLY ? Moi non plus. Ou du moins pas jusqu'à hier. Cette grande firme chinoise – dirigée par le docteur Yan – spécialisée dans les produits pharmaceutiques est décidée à conquérir le marché ivoirien.
Après avoir «inondé» l’Afrique du sud, le Ghana et le Nigeria de «médicaments chinois», l’entreprise TASLY a déposé ses bagages dans la capitale ivoirienne de façon fracassante. L’affluence que j’ai pu observer dans certains de ses locaux (Williamsville, 2.-Plateaux) en est la preuve. Selon certaines sources bien introduites dans l’administration de «TASLY Côte d’Ivoire», déjà certaines pharmacies abidjanaises ont commencé à s’approvisionner en produits «TASLY». Une marque qui selon le site web de l’entreprise a une renommée mondiale dans le domaine des médicaments en général et de la médecine chinoise en particulier.

Des produits pour des maladies incurables

Selon les informations recueillies au siège – située au cœur des «2 plateaux-vallon» – , de «TASLY Côte d’Ivoire», les produits peuvent guérir des maux comme la tuberculose, la sinusite, mais aussi les problèmes d’anémie, de rhumatisme et de tension artérielle.
Ce qui semble faire courir les personnes qui prennent d’assaut les bureaux de cette compagnie de Beijing, c’est bien le bruit qui court (plus vite d’ailleurs) disant que des maladies comme le diabète, l’insuffisance rénale ou même certains cas de cancer peuvent être guéris par les médicaments fabriqués et distribués par l’entreprise chinoise.
Des médicaments efficaces dit-on, dont les prix sont exorbitants. Allant de 11 000 à des chiffres pouvant atteindre plusieurs centaines de mille.
Mais, grossistes, détaillants, malades et parents de malades semblent ne pas se soucier des différents prix qui scintillent sur les «bons d’achat».
Mais pourquoi un tel engouement pour des produits aussi chers ?

de80e83ea2bf3c7b128bc456213ed809.jpg
Une politique marketing dite «fortement rentable»

En réalité, si le monde accourt c’est qu’il y a – selon des témoignages lus dans les brochures distribuées – beaucoup d’argent à gagner en guise de bénéfices.
La politique marketing repose sur le système de sponsoring et de bénéfice à la chaîne. Vous vous souvenez certainement de la chaîne développée à une certaine époque par les produits Aloès. Le principe est sensiblement le même. Sauf qu’ici les gains sont plus alléchants avec des bénéfices pouvant atteindre 500 voire 1000 pour cent (et même plus). On peut gagner également une voiture du type TASLY et un séjour touristique à Pékin.
«Quand vous faites un achat de médicaments, vous êtes habilités à réclamer une fiche d’adhésion que vous remplissez et que vous déposez. Vous êtes alors référencés par un numéro (qui est internationalement archivé et conservé). On vous remet ensuite une «carte TASLY» (sous forme de carte de crédit) portant votre numéro d’adhésion (auquel sont rattachés dans les archives, vos informations personnelles. Ensuite, à vous de faire venir une ou deux autres personnes qui suivront le même procédé et qui doivent elles aussi faire adhérer d’autres clients à l’entreprise», explique Gérard Kassi (c’est un pseudo, l’individu ayant refusé que son identité soit révélée dans cet article).
«À mesure que votre chaîne s’allonge, vos bénéfices grossissent», précise t-il.
A peine installée, TASLY enregistre selon les statistiques disponibles à son siège, une centaine de chaînes et des milliers d’adhérents.

Quels crédits pour TASLY ?

Personnellement, je n’accorde pas de crédit aux produits chinois (de qui pourtant on dit beaucoup de bien). Je préfère encore les produits made in Côte d’Ivoire à ces produits dont on ne maîtrise pas forcément les origines et les manipulations faites sur eux.
Quand à la «stratégie fortement rentable» je suis sceptique. On a été habitué en Côte d’Ivoire à ce genre de chaîne dont l’issue est regret et pleurs.
Pourtant les témoignages de gens qui ont commencé à faire fortune dans «l’investissement TASLY» commencent à faire tache d’huile.
Libre à chacun d’en faire son expérience.

18 juillet 2008

OMO apprend sa leçon

Après avoir été censurée à la télévision ivoirienne pour son slogan «se salir pour mieux apprendre», Omo, une marque de lessive revient avec de nouvelles affiches in Abidjan. C’est écrit quelque part «libre de se salir».
La leçon commence à rentrer. Ou bien chère "dindinwoman" ?

9efdac4656988088048974354c3cabed.jpg

27 juin 2008

La Côte d'Ivoire et les biocarburants: Cas du jatropha

A tout fin utile vous pourrez écouter l'interview de Abel Tia Directeur Général de "Green Oil", une filiale d'exploitation de jatropha en Côte d'Ivoire.
C'est dans l'émission Blog et Voix n°3


5abd0cc6763a6da2dd69965bc6fc986b.jpgDélaissé depuis des années avant de susciter à nouveau l’intérêt des agriculteurs ivoiriens, le jatropha est une plante très résistante à la sécheresse qui peut servir de biocarburant grâce à l’huile extraite de ses graines et offrir de nombreux débouchés.

Cet arbuste de 3 à 4 mètres en myenne a été introduit en Afrique au 15e siècle et sa culture a été encouragée à l’époque coloniale. Les graines du jatropha renferment une amende oléagineuse d’un goût agréable mais dangereuse car violemment purgative. Elle est l’origine de nombreuses intoxications chez les enfants.
e533a40bd24ff9c3f2795fe54d78bcd9.jpg

Un hectare peut permettre la culture de 1.500 pieds de jatropha et chaque arbre adulte donne entre 1,5 et 7,2 tonnes de graines par production. Il y a deux productions dans l’année (mai et novembre). Il faut 12 mois pour obtenir une plante adulte à partir de graines ou 9 mois à partir d’une bouture. L’arbuste a une durée de vie moyenne de 50 ans.

Son énorme avantage est de ne pas rentrer en compétition avec les cultures vivrières car il s’adapte aux sols arides ou semi-arides. Il n’a besoin d’aucun intrant chimique, affirment aussi ses promoteurs.
6a4b9b28da329e216d88cab51683993b.jpg

L’huile de jatropha peut servir de carburant dans les moteurs diesel. Le décantât de l’huile permet aussi la fabrication d’un savon dermatologique et les tourteaux issus du pressage des graines constituent un fertilisant naturel supérieur à la fiente de poulet. Une fois les toxines éliminées, ils peuvent également servir d’aliment pour le bétail.

397c74f07d55c94d2ef352c1b613fac2.jpg


La coque des graines est par ailleurs combustible et peut remplacer les feux de bois, ce qui constituerait une solution à la déforestation, selon les défenseurs du jatropha.

"Le jatropha est une magie de la nature car il pourrait réduire l’exode rural. Ecologiquement, il pourrait permettre la reforestation des endroits en cours de sécheresse", affirme Roger Anet, un des promoteurs de cette culture en Côte d’Ivoire.

Avec AFP

Lire aussi ce "Témoignage" de Madagascar

26 juin 2008

Les Ivoiriens à l’heure du passeport électronique

Un article de Afrik.com

437d76a1a87051ef5369dccfb16c96f3.jpgUn nouveau passeport en remplacement de l’actuel sera bientôt en vigueur en Côte d’Ivoire. Il est doté d’ une puce qui contient des informations biométriques sur le titulaire du document. La Côte d’Ivoire est l’un des premiers pays africains à bénéficier des commodités de ce nouveau type de passeport.

Des responsables du groupe Imprimerie nationale de France, fournisseur principal de l’opération des passeports à puce ont été reçus par Désiré Tagro, ministre ivoirien de l’Intérieur en avril dernier à Abidjan. A cette occasion les responsables du Groupe ont présenté le nouveau passeport ivoirien.

Selon les responsables de l’imprimerie nationale de France, le nouveau passeport est un document électronique qui contient une puce intégrée au système international. En plus des mesures sécuritaires des premier et deuxième niveaux du passeport actuel, le nouveau passeport permettra avec sa puce incorporée de faire des contrôles plus poussés et d’avoir des gestions de bases de données efficaces.

« Cette puce permet une interopérabilité. C’est à dire que chacun des postes de douanes au monde pourra lire sans difficultés les informations de la puce du passeport ivoirien. » C’est ce qu’a expliqué Loïc de la Cochetière, PDG du groupe Imprimerie de France, concessionnaire dudit passeport.

Une validité de 5 ans au lieu de 3 ans

Outre la modernisation du passeport ivoirien, la convention de concession prévoit également la décentralisation des sites d’enrôlement dans quinze sites dont cinq à Abidjan, cinq à l’intérieur du pays et cinq autres dans des ambassades à l’étranger.

Contrairement à l’actuel passeport, qui a 3 ans de validité et coûte 25.000 francs Cfa, le nouveau aura une validité de 5 ans et sera au prix de 40.000 francs Cfa.

La confection de ce document débutera selon le PDG de l’Imprimerie nationale de France, le 15 juillet 2008. Les fournisseurs essentiels sont constitués de l’Imprimerie nationale de France elle même, qui fournira le passeport vierge, et de la société Belge « Zetes » qui sera chargée de l’investissement, des infrastructures sur le plan local pour l’enrôlement efficient du citoyen et la personnalisation du passeport électronique délivré.

Au plan national, le concessionnaire potentiel est la société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification (SNEDAI).