topblog Ivoire blogs

17 décembre 2012

5 ans de vie de blogueurs: quelle belle aventure !

le blog de yoro,yoroba,israël guébo,israël yoroba,israel yoroba gueboMa vie de blogueur (professionnel) a véritablement commencé ce 16 décembre 2007 avec ce post : Noël, un blog nous est né. Ce qui était alors un simple espoir, s’est au fil du temps aiguisé pour devenir une réalité. "Quand à nous autres jeunes plumes, nous nous forgerons avec le temps - et nous l'espérons - sur cet espace que nous offre ivoire blog", écrivais-je il y a 5 ans tout juste. 5 ans après les choses ont fortement évolué sur le web en Côte d'Ivoire. La blogosphère ivoirienne s’est accrue et s’est diversifiée.  Avec des blogs et des contenus de qualités.

Comment je le faisais ici-même en 2009 voici quelques chiffres.  

Sur les 5 années le blog totalise 804 articles publiés (soit environs 14 articles par mois) avec 3287 commentaires (soit 4 commentaires par articles). Pour les visiteurs le compteur affiche 1 260 000 visiteurs uniques en moyenne (soit près de 800 visiteurs uniques par jour). Pour les pages vues faut comptabiliser en moyenne 4 500 000 pages vues (soit 75 000 pages vues en moyenne par mois).

Qu’est ce que mon blog m’a apporté depuis 2007 ?

Tout pourrait se résumer en cette biographie. Mais je vous livre ici quelques points forts de ce que Le Blog de Yoro a apporté à mon existence.

Trois prix : En 2008, le prix du « Meilleur blog Francophone » à la coupe du monde des Blogs (Best Of Blog, BOBS) organisé par la Deutsche Welle.  En 2009, je recevais à Dakar, le « Prix Spécial Waxxal du meilleur Blog de Journaliste d’Afrique de l’Ouest » par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (Ipao)

2011. C’est en Belgique que je reçois le « Prix Harubuntu », catégorie Communication, par l’ONG Belge Echos Communication.

Des opportunités.

Après deux ans d’étude à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis sorti avec un diplôme de JOurnalisme, spécialité Radio et Web.

J'ai reçu de nombreuses invitations pour participer comme invité ou orateur à des conférences, des workshops ou tout autre rencontre. Afrique du Sud, Benin, Burkina Faso, Ethiopie, Ghana, Mali, Maroc, Niger, Togo, Tunisie, Sénégal, Allemagne, Belgique, France, Suède, Turquie pour ne citer que ces pays-là.

Il m'est arrivé d’être sollicité comme pigiste. J’ai travaillé pour le site Web de TV5 comme correspondant à Abidjan. Cette aventure a d’ailleurs commencé avec des articles que j’ai produits lors des élections américaines de 2008. J’ai aussi fait un tour sur la blogosphère de France24 où j’ai commencé comme Observateurs. Quelques piges aussi à la rédaction en Français de la Deutsche Welle. Aujourd'hui je suis formateur média en Afrique pour la DW Akademie.

Des projets.

Le blog de Yoro, Yoroba, israël guébo, israël yoroba, israel yoroba guebo

Il y en a énormément qui sont nés (et il un grand nombre qui attend). Je citerai pêle-mêle Avenue225, le premier site ivoirien d’information de proximité. Désormais on retrouve des Avenues un peu partout. Sénégal (Avenue221), Mali (Avenue223) Guinée Conakry (Avenue224) Togo (Avenue228) Burkina Faso (Avenue226) Benin (en cours Avenue229) et le Cameroun (en cours Avenue237).

Mais il y a aussi Ouest Afrika Blog. Un projet initié en 2010 avec le Soutien de l’ESJ-Lille et qui vise à former et à encadrer les journalistes des radios communautaires d’Afrique de l’Ouest quand à la pratique du web mais surtout à la délocalisation via le web des informations de proximité. 5 Pays sont engagés : Sénégal, Mali, Burkina Faso, Togo et la Côte d’Ivoire. Ce projet va d’ailleurs bénéficier du Fond Francophone des Inforoutes pour l’année 2013.

Ma vie de blogueur s’est transformée en une vie de Jeune Chef d’entreprise. En 2011, j’ai lancé E-Voir, qui est une agence de Web Marketing et qui propose des solutions médias taillées sur mesure pour les entreprises, les Institutions et les personnalités. E-Voir s’est un peu un incubateur qui gère désormais tous les projets en cours et à venir.

Le blog ça paie ?

Ce n’est pas tant le blog qui m’a rapporté de l’argent. Quoique de plus en plus, cet espace accueille des articles sponsorisés et des publicités. Mais je dirai que c’est plutôt ma vie de blogueur. Écrire ça et là, ou donner ses articles pour diffusion. Faire des formations par-ci, être consultant par-là etc…

Et je le dis à qui veut l’entendre, que « Oui, on peut vivre de son blog ». Il suffit d’avoir un peu de patience, de l’ardeur au travail et surtout être passionné.

C'est quoi la suite ?

Continuer à bloguer en entretenant mes espoirs d'antan. Le 14 décembre 2008, dans une interview sur GlobalVoicesOnline je disais ceci:

"Je souhaite qu’il soit plus professionnel. Vous savez, je travaille par exemple avec un petit appareil photo qui n’est pas le mien. Je cherche actuellement à en acquérir un plus professionnel. Quand vous écoutez la qualité de son de mes interviews, c’est catastrophique. Je vais également chercher à avoir un microphone plus pro. Bref, il faut que mon blog devienne professionnel avec un nom de domaine. Et j’ai en tête un projet concernant les blogs en Côte d’Ivoire. Mais souffrez que je ne vous en dise pas plus. Retenez que j’espère qu’après ce prix je vais rencontrer d’autres blogueurs dans le monde entier afin de profiter de leurs expériences et de partager avec eux ma petite expérience de blogueur ivoirien. J’espère fortement que je serai invité et présent à de grand rendez-vous de blogueurs".

Quelques années plus tard, je suis bien content d'avoir réaliser une partie de ces rêves de jeune passionné. Mon idéal n'a pas disparu. Je continu d'écrire et de faire de la sensibilisation afin que de plus en plus le web devienne l'arme idéale pour une liberté d'expression plus accrue. D'ailleurs pour 2013, on pourrait voir la sortie de mon premier livre.

Ma plus grande bataille pour 2013 sera d'emmener tous ceux qui ont une idée de blog ou qui veulent bloguer à voir bien au-delà et d'arriver à les trasnformer en StartUp.

Le Blog de Yoro, lui va continuer à vivre. Même si désormais mon nouvel espace de rédaction sera Yoroba.net.

Alors que j'écris les dernières lignes de ce post-anniversaire, mes pensées vont vers deux personnes qui m'ont poussé avec force pour que je survive jusqu'ici. Aujourd'hui.  Théophile Kouamouo, Edgar Yapo.

Je ne saurai même un point final sans vous dire MERCI. Vous mes chers lecteurs. Grâce à qui ces pages sont lues, connues. Vous qui contribuez ainsi chaque jour à l'amélioration de cet espace.

L'Aventure continue !!!

18 octobre 2012

On parle d’Avenue225 sur la Radio Suisse

Petits Matins est une émission (très) matinale sur la Radio Suisse. Une émission diffusée à partir de 5 heures du mat’ (3 heures GMT) et dans laquelle il y a cette rubrique : « Décalage horaire ». Portion de cette matinale « donne la parole à un journaliste de l’étranger, qui plonge (les auditeurs) dans la réalité quotidienne de son pays », peut-on lire sur le site web.
Et pour cette semaine, c’est le site Avenue225 qui est à l'honneur. "En Côte d'Ivoire, les journaux parlent essentiellement de politique de manière partisane: les quotidiens sont la propriété de partis politiques, voire même d'hommes politiques. Pour tenter de dépasser cette situation, un trentenaire a créé un site internet d'information de proximité: pas de politique politicienne, mais des sujets proches des Ivoiriens. Par la correspondante de RTSinfo à Abidjan, Aurélie Fontaine".
 

Écouter l'émission

_

Toute l'émission est ici

11 juin 2012

Web’Actu pour parler d’éducation et de TIC

Si vous n’avez pas eu l’occasion d’écouter le numéro de Web‘Actu de ce dimanche 10 juin 2012, en voici l’intégralité. Comme invité de cette semaine j’ai reçu Antoine Mian, Enseignant-Chercheur à l’ENS (Ecole Normale Supérieure) et passionné des TIC. Une émission radio diffusée sur Atlantique FM (chaque dimanche de 19 heures à 20 heures) et enregistrée (cette semaine) depuis l’Institut National Polyethnique de Yamoussoukro où se tenait le YES2012. [Attention. 3 minutes de jingle à la fin de l'émission] Bonne écoute !

30 décembre 2009

On forme au journalisme (par le) citoyen

Les deux dernières semaines j'étais entre Bamako et Abidjan.
Dans la capitale malienne où j’étais invité pour le Forum Innov@africa, j’ai participé avec Cédric Kalonji à la formation et à la mise sur pied de la première blogosphère malienne. Dans cette capitale où il y a tellement de choses à dire, nous avons été étonnés que le nombre de blogueurs soit si négligeable. Il était indispensable de sensibiliser et de former les populations aux blogs. Pari (presque) réussi. De cette expérience Bamakoise est sortie Avenue223.

Voici un extrait du compte rendu de Dakar Bondy Blog qui était présent à cette formation.

«Une vingtaine de participants au forum de Bamako sur les TIC ont reçu une petite formation sur les techniques de création et de gestion d’un blog. Yoro et Cédric Kalonji, deux des plus célèbres blogueurs du continent ont assuré le cours.
La salle multimédia du centre de perfectionnement de l’agence nationale pour l’emploi de Bamako a reçu du beau monde jeudi après-midi pour une séance de formation sur le blogging
». Lire l'article intégral.

Cette plateforme permettra aux Maliens, de raconter leurs quotidiens et de faire découvrir les vraies réalités de leur pays sur la toile.


A Abidjan, où les choses bougent un peu plus depuis deux ans (écoutez l’émission radio sur les deux ans de la blogosphère ivoirienne), j’ai eu l’occasion de former huit jeunes à l’écriture web et au multimédia.  Voici le compte rendu de Suy Kahofi, un des correspondants. Il vient de Dimbokro, dans l’est.

webemission.jpg

« du lundi 21 au jeudi 24 Décembre 2009 s’est tenue la formation des Correspondants du site de journalisme citoyen avenue225.com. Huit (8) jeunes âgés de 18 à 30 ont pris part à cette formation dont les principaux axes étaient l’écriture journalistique web, l’utilisation d’un appareil photo numérique et la prise et le traitement d’image, la familiarisation avec la plate forme wordpress et les podcasts. Cette formation s’est déroulée dans une très bonne ambiance et a tenu toutes ses promesses. Les correspondants ont eu l’opportunité de mettre en pratique les cours qu’ils ont reçus. Ainsi une série d’exercices pratiques sanctionnait chaque étape de la formation. Les sujets abordés dans les articles tests ont donné la preuve de l’engagement des correspondants pour la réussite de l’aventure avenue225. Des problèmes de circulation liés aux nids de poules à la vie quotidienne des commerçants en passant par le processus d’enrôlement rien n’a été laissé. Mr YOROBA Israël promoteur du site à donné le meilleur de lui-même pour que ce séminaire de formation soit une réussite. Comme promis chaque correspondant a reçu un appareil photo numérique et une prise en charge total de sa formation. (…) Après quatre jours de formation, les correspondants se sont quittés sur les recommandations de la Rédaction et l’enregistrement d’une Webémission Radio que les Internautes pourront retrouver sur avenue225 ».

 

IMG_2293 (14).jpg

Pour ma part, j’ai été enchanté de rencontrer ces jeunes très engagés pour ce projet. Les appareils photos numériques ont été financés par la FING avec le soutien de l’Association VANILLE, CARAMEL & CHOCOLAT de Lille. C’est aussi avec l’appui de Tissaj Côte d’Ivoire et de notre Designer maison, Aude Guyot pour la conception, la confection et mise en ligne de la plateforme. Qu’ils en soient remerciés.

Le projet est lancé, vous pourrez voir les articles postés par les nouveaux rédacteurs web. Il est bon  toutefois de rappeller que cette plateforme n’est pas l’affaire de ces correspondants uniquement. Tout citoyen peut publier sur Avenue225.com en nous envoyant l’article à avenue225@ymail.com

 

17 décembre 2009

Joyeux anniversaire « Le Blog de Yoro»

P1110155.JPG

C’est fou que le temps passe vite…vite…vite. Il y a deux ans jour pour jour, je créais mon blog sur ivoire-blog. Le 16 décembre 2007 j’écrivais mon premier post « Noël, un blog nous est né !».

A cette époque, le petit Yoro perdu dans un coin d’Abidjan ne pensais pas qu'il serait en train de voir son blog grandir…grandir… et  atteindre un sommet.
Alors un petit bilan. 574 articles, 2060 commentaires, plus de 372 000 visiteurs uniques (soit 15 000 visiteurs par mois et une moyenne de 500 par jour).

Je me souviens encore de la première semaine où j’ai obtenu 10 visiteurs uniques (mes frères et sœurs, ma fiancée à l’époque et quelques amis).  Aujourd’hui, j’ai une grande famille de blogueur, j’ai des amis dans le monde…

Qu’est ce que « Le blog de Yoro m’a apporté ?».

J’ai rencontré des personnes que j’aurais jamais imaginé voir (sauf à la télé). Je suis entré dans des endroits ou même dans mes rêves cela ne serait pas possible.
Deux ans ont passé… j’ai voyagé comme jamais je l’ai fait en 25 ans…Ghana, Dakar, Bonn, Marseille, Paris, Stockholm, Bamako.
Aujourd’hui, je bénéficie d’une bourse pour étudier dans l’une des écoles de journalisme les plus au top en Europe.
Ma plus grande satisfaction a été d’avoir inspiré plusieurs blogueurs. Et aujourd’hui, la famille devient de plus en plus large… large…large.
Je me réjouis aussi d’avoir eu la possibilité de dépersonnaliser mon blog. Ce qui a abouti à Avenue225 qui permettra à tous les citoyens de mettre ce qu’ils vivent, ce qu’ils ressentent et ce qu’ils voient en ligne. La parole leur ait donnée…Un espace leur est désormais dédié. J’en suis heureux.
Il reste encore beaucoup à faire. C’est sûr ! Mais pour ces deux bougies, je ne vais pas manquer de remercier cinq groupes de personnes :
- Dieu en premier. Ma source d’inspiration.
- Ma femme (oui elle seule constitue un groupe. Ou bien ?). Celle sans qui j’aurais pas eu la force et le courage de persévérer.
- Mon père, ma mère et Edgar Yapo. Sans trop comprendre ce qu’était le blog, ils m’ont encouragé devant ma fougue.
- Les Kouamouo (Théo, Nadine, Choupie). D’ailleurs le surnom «Yoro» vient de Théo à l’époque du Courrier d’Abidjan. Quand il me stressait pour que je passe le concours d’entrée à l’ESJ de Lille. «Je sais que tu pourras y entrer», me disait-il. Nous étions en 2006.
- Et puis il y a tous mes amis (vous êtes nombrrrrrrrrrreux !!!!) d’ici et ailleurs.

Voilà. Je m’arrête ici. Il y a beaucoup à faire pour que l’usage des nouveaux médias en Côte d’Ivoire, notamment les blogs, puissent servir à la démocratie, à l’éducation, au développement en général. Faisons-le ensemble.

Yoro.

22 octobre 2009

Invité à Stockholm !

 

 

eudauys.gif.jpg
A l'invitation de la Deutsche Welle AKADEMIE, je suis à Stockholm afin de participer à la 4e édition des Journées Européennes de Développement. Un rendez-vous à caractère mondial qui se tient dans la capitale suédoise.

edd-logo-section panel.pngAu milieu de cette ambiance qui rassemble près de 4000 personnes qui viennent des quatre coins du monde, un panel de discussion aura lieu ce vendredi 23.

« Média et développement ». C’est à ce panel que je suis invité à intervenir aux côtés de personnalités telles que la Présidente liberienne Ellen Johnson Sirleaf, Raila Odinga, le Premier ministre kenyan , Les Sud Africains Pansy Tlakula, Rapporteur spécial sur la liberté d'expression de la CADHP et Fackson Banda, TI et des nouveaux médias expert de l'Université de Rhodes, ainsi que le Burkinabè Camille Sawadogo, directeur de CEMECA et directeur des médias communautaires Radio Salaki .

Le public de ce panel est composé de membres de gouvernements, d’organismes institutionnels, des sciences et des praticiens des médias de médias classiques et des nouveaux médias.

Vous pourrez suivre en live (vidéo) ce panel.

 

Le live dans la salle des plénières

 

12 octobre 2009

Des partenaires !

Voilà, quelques semaines que nous avons lancé le nouveau «Avenue225». Nous avions l’intention de faire connaître ce projet à tous, mais également de solliciter l’aide et l'appui de partenaires et d’institutions locales ou internationales (ou de personnes physiques).

 

logofing_htedef.jpg Logo_correspondants.gif
Ils commencent à arriver à notre grande joie. Au plan international, c’est la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) qui nous fait l’honneur de nous accompagner dans le recrutement, la formation et l’équipement des correspondants-bénévoles. Cet organisme financera l’acquisition d’une partie du matériel (appareil photo, enregistreur MP3…).

 

logo_afriqueinvisu_fd noir.jpgEgalement Afrique in Visu, (initié et géré par Jeanne et Baptiste, deux sympathiques personnes) qui n’a pas hésité à être partenaire de ce jeune projet.

akendewa logo.jpgAu plan interne, c’est le réseau Akendewa qui se joint à nous pour cette aventure.

C’est l’occasion de leur dire merci et de solliciter davantage de soutien de la part de ceux qui croient en cette expérience, à la démocratisation de l’information et à la promotion du journalisme citoyen en Côte d’Ivoire.

Nous attendons les prochains partenaires et sponsors.

Le concours se poursuit. Pour tout savoir sur cette sélection cliquez ici

 

29 septembre 2009

Appel à candidature pour le site Avenue225

6 mois (février-août). C’est la période qu’a durée la première phase de notre jeune projet «Avenue225». Il a été tellement bien accueilli et si bien suivi que nous avons été stimulés pour l’améliorer dans le fond et dans son fonctionnement.
Aujourd’hui, nous sommes dans une nouvelle dynamique que vous pourrez lire ici.

Nous avons opté pour wordpress au détriment de joomla, pour des questions de facilité de gestion du site.
La nouvelle formule d’Avenue225 est plus simple dans le design mais sera plus riche dans le contenu.
Désormais en Côte d’Ivoire écrire ne sera plus réservé qu’aux journalistes et aux écrivains. Chaque citoyen pourra prétendre à l’écriture et à la diffusion de ce qu’il a à raconter. Dans sa nouvelle vision, Avenue225 veut contribuer (à sa façon) à la promotion du journalisme citoyen et à la démocratisation de l’information.

En première ligne, il y aura des correspondants qui publieront régulièrement des articles sur des faits, des situations et/ou des personnages de leurs quartiers, leurs communes ou leurs régions.

Sur la base du bénévolat des jeunes de 18 à 30 seront sélectionnés à l’issue d’un concours. Les retenus recevront chacun un appareil photo numérique, un dictaphone numérique et une prime d’encouragement au départ du projet. Ils bénéficieront également d’une formation en écriture web et multimédia au mois de décembre à Abidjan. A la fin de leur mission (de 12 mois), ils effectueront un stage dans des rédactions (Télé, radio, presse écrite et web) à Abidjan et (selon les possibilités) dans un pays étranger.

(Tout savoir sur le concours)

C’est l’occasion pour moi de remercier tous ceux qui ont accompagné ce projet depuis le début. Nous compterons encore sur vous pour faire sa promotion et contribuer d’une façon ou d’une autre à son essor.

A une heure où la Côte d’Ivoire entend sortir définitivement de la crise par les élections, l’occasion est bonne pour donner la parole à tous. Plus que jamais, nous poursuivons cette lancé sur notre « Avenue ». Merci de nous accompagner.

Un grand merci à tous ces jeunes gens qui ont débuté (difficilement) Avenue225 et qui lui ont permis d’embrasser aujourd’hui un nouveau challenge. Donatien, Elie, Roland, Katie, Lionel, Josias, Evrard.

05 septembre 2009

"Les Classes Moyennes" selon Bardeletti

DSCF1017 - Copie.JPG

J'ai eu l'occasion de participer au 21e "Festival Visa pour l'Image de Perpignan". Dans le "Off" de cet évènement international du photojournalisme, j'ai vu sur des murs d'un vernissage les travaux faits sur la "Classe moyenne" en Côte d'Ivoire. C'est l'oeuvre du photographe français Joan Bardeletti. Il est allé à la rencontre de cette catégorie de citoyens en Afrique. Des photos qui mettent en lumière «cette population concentrée dans les pays dit pauvres alors qu’elle est le symbole du mode de vie occidentale». Entre les très riches et les très pauvres, "les classes moyennes" font le pont. Mais qui sont-ils en Côte d'Ivoire. Pour répondre à cette question, Joan va parcourir pendant plus d’un an (début 2009 à mi 2010) différents pays africains à commencer par la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Mozambique. «J’ai voulu travailler dans des régions distinctes avec une histoire et une culture très différentes pour faire apparaitre la diversité des situations, mais aussi ce qui les rapproche». Joan reste convaincu que «comprendre l’Afrique d’aujourd’hui et de demain passe par la compréhension de ses classes moyennes».

 

13 août 2009

Le Mabef News se met au plagia

yoh.JPGAprès la récente sortie du quotidien "Le Jour Plus" que nous avons décriée ici, c’est le support-journal du Mabef (marché des assurances, banques et établissements financiers) qui fait parler de lui. La petite équipe avec laquelle je travaille sur un petit mag’ en ligne, m’a informé qu’un de nos articles avait été piqué par le Mabef News. Le pire, c’est que, mot pour mot, l’article a été copié et placardé avec les photos et porte la signature d’un journaliste dudit journal.

Vous pourrez vous-même en juger en lisant l’article et en cliquant sur les photos pour les agrandir et constater. Ils auraient pu avoir l’honnêteté de reconnaitre le travail à risque (quand on connait les dangers de la zone de la casse) en donnant simplement la source. Mais comme d’habitude et comme on le voit de plus en plus dans bon nombre d’organes de presse, le journaliste prend des articles sur internet (croyant que sa ruse ne sera jamais découverte) et les brandit comme siens. C’est triste !

 

B12 004.jpg
B12 005.jpg

Je vous laisse ici une réaction de ces jeunes qui souhaitent «un peu de respect» pour leur plume, aussi fine soit-elle.

«(...) Grande fut notre surprise de découvrir lors d’une revue de presse le jeudi 23 juillet 2009 un acte de plagiat de la part d’un hebdomadaire de "Mabef news" (marché des assurances, banques et établissements financiers) dans son numéro 67 en date du jeudi en question. Dans sa page «Enquête»; le journal  a carrément repris un article écrit Lionel VEH sur Avenue 225 et mis en ligne depuis le vendredi 12 Juin 2009 sur le site d’information en ligne.
De son titre initial « Dans l’univers de la Casse d’Abobo» l’article a été rebaptisé «La casse, une mine d’or». Et il est signé de Bruno KOUASSI.
Si les usages du journalisme permettent qu’un confrère reprenne dans son journal un article issu d’un autre magazine, l’étique et la déontologie du métier exige un minimum de respect de la propriété intellectuelle. Aussi  les sources véritables de l’article repris doivent-elles être précisées. Ce que Bruno KOUASSI et le "Mabef news" ont totalement ignorés.
De plus, de tels actes nous amènent à penser d’un journal, qu’il manque de sérieux. Les responsables des journaux devraient donc s’assurer de l’authenticité des sources et des informations qu’ils publient dans leurs journaux. Cela éviterait à un hebdomadaire qui se dit" panafricain" de plagier le travail des autres.»
.

15 juillet 2009

Lille aux feux d’artifice

 

DSCF0238.JPG

14 juillet. Jour anniversaire de l’indépendance de la France. Ce soir, comme partout en France un feu d’artifice est prévu à Lille . Un moment auquel tout le monde est convié. Personne ne veut le rater.
22 heures 30. Les rues du Boulevard de la Liberté sont bondées de monde. Jeunes, vieux et enfants, femmes comme hommes. Personne ne veut se faire raconter cet instant magique. Pour la plupart, ils sont des habitués de ce genre de rendez-vous. Pour moi, c’est bien la première fois. C’est d’ailleurs la première fois que j’assiste à un feu d’artifice.
De temps à autre, des bruits de pétards se font entendre. De part et d’autres de la voie, des policiers sont présents. L’air sérieux et vigilants. Motos, voitures et fourgonnettes de police sont garées à différents endroits. La présence des CRS rassure les noctambules et décourage d’éventuels émeutiers. À leurs côtés, trois voitures de Sapeurs pompiers sont visibles.
23 heures. La place de Mars est "inondée" de monde. Certains y sont depuis l’après midi afin d’occuper les premiers rangs et avoir une meilleure vue. Dix minutes plus tard, les personnes présentes sur le lieu commencent à s’impatienter.

Soudain, quelques lumières s’éteignent. Tous les regards sont rivés vers le ciel pour ne rien manquer. Une musique annonce le début.
23 heures 20. La nuit n'est pas encore totalement tombée. Mais le «show» peut commencer. Le ciel s’illumine de mille feux. de Et ça se passe de commentaire.

Lire la suite

19 juin 2009

A l'Atelier des Médias

824.jpgNous avons enregistré Mondoblog de l'Atelier des Medias à Marseille. Ville où je suis dans le cadre du Lift (lire le prochain post).

C'était un superbe occasion de rencontrer Philippe Couve et toute son équipe avec qui j'ai beaucoup parlé au téléphone justement dans le cadre de l'émission l'Atelier des Médias. Enfin, j'ai pu mettre des visages sur les noms et ... les voix.

Ecouter l'émission + le bonus ici.

11 juin 2009

Précieuse aide

Ilc.JPG

Dans le cadre de l'organisation du séminaire de formation de blogueurs, le centre de langue Immer'Sion Learning Center nous apporte son soutien pour la réussite de cette rencontre.

 

 

10 juin 2009

Une petite vidéo du GMF

Merci à Noël Tadegnon qui a bien voulu m'envoyer cette vidéo.

03 juin 2009

D'Abidjan à Bonn

Photos-0007.jpg

Premier voyage en Europe. Et c'est l'ancienne capitale allemande qui va m'accueillir. Mon séjour va se derouler dans le cadre du Forum mondial des médias (Global Media Forum) organisé par la Deustche Welle.

Lire la suite

28 mai 2009

Des liens plus courts !

Fatigués des longues adresses web ? Ceci peut vous intéresser.

24 mai 2009

Pétition pour des élections en Côte d'Ivoire

A notre niveau (blogueurs et autres internautes) nous pouvons aussi agir pour que la date des élections soit respectée. Et qu'il y ait des élections transparentes. Si vous le souhaitez vous n'avez qu'à signer cette "e-pétition".

Nouvelle image.PNG

La date du 29 novembre 2009 a été choisie pour que se tiennent en Côte d'Ivoire les élections présidentielles.
Nous souhaitons que cette date soit respectée et que pour une fois on ait des élections. Mais des élections libres et transparentes selon les règles de la démocratie pour qu'enfin la Côte d'Ivoire retrouve DEFINITIVEMENT "sa" PAIX.


24 avril 2009

Facebook en question

facebook.jpg

A quoi nous sert Facebook ? C’est la question que j’ai soumise sur ma page Facebook en vue de réaliser un sondage. L'objectif de ce sondage était de prendre le maximum d'avis de tous (et surtout des Africains) pour déterminer comment les nouveaux outils du Web 2.0 comme Facebook prennent de la place dans notre vie. Sont-ils utiles, nécessaires, indispensables ? Il fallait dire en quelques mots pourquoi l’on utilise Facebook et qu'est ce qui fait son charme (si l’on lui en trouve un).
Avant de donner les résultats de cette petite enquête, rappelons d’abord ce qu’est Facebook.

Lire la suite

10 avril 2009

Gagnez un téléphone portable sur l'Avenue

A partir du lundi prochain (13 avril) va s'ouvrir la compétition du jeu de "l'internaute fidèle" sur l'Avenue. Il s'agit simplement de laisser assez régulièrement des commentaires sur les articles qui (vous) sont proposés sur le site.
Les critères: le nombre de commentaires (réguliers) par article, la pertinence des propos et l'intérêt que votre commentaire suscite (autrement dit, est ce que votre commentaire crée le débat).
Les résultats seront connus le dimanche et la récompense dans la semaine qui suit.
Il en sera ainsi tout le long du mois d'Avril et pourquoi pas après...
Les lots vont certainement varier et être parfois plus intéressants.
Alors à vos claviers... prêts... ? vous pouvez déjà commencer à laisser des commentaires sur Avenue225.com pour prendre dès à présent une longueur d'avance. Il y a une téléphone portable (+ un crédit d'appel) en jeu.

N'oubliez pas de laisser vos coordonnées afin que nous puissions vous contacter si vous êtes le (la) gagnant(e). Vous pouvez utiliser un pseudo sur le site mais l'adresse mail est obligatoire.

comment.JPG

19 mars 2009

"ABP", quelques précisions

Je vous donne quelques indications avec quelques jours de retard. Je m'en excuse.
Les choses se précisent. La date n’a pas changé. C'est toujours le vendredi 27 mars prochain à partir de 19 heures. Le contexte non plus n'a pas changé.
Cette soirée de l'"Alloco Blogueurs Party" va se tenir dans un espace au bord de l’eau dans la commune de Cocody. Un cadre féérique et séduisant avec un menu riche et varié (je vais dévoiler l'endroit dans quelques jours).
Comme je vous l’annonçais, il vous faudra prévoir la somme de 5000 francs pour déguster les bons mets qui vous serons proposer. La boisson est offerte.
Pour l'heure j'ai le plaisir de vous dire qu'ils sont presqu’une vingtaine à avoir confirmé leurs participations.
Nous attendons plus que les dernières personnes car la liste va se fermer le mardi prochain pour une meilleure organisation.


16 mars 2009

Bonus de Dakar

10 mars 2009

Les lauréats du Waxal récompensés

P1200316.JPGLa cérémonie de remise de prix des lauréats au «concours Waxal» a tenu toutes ses promesses.
C’est au «Just 4 U» que c’est tenue cette sympathique cérémonie riche en couleurs et en invités.
Dans ce restaurant de Dakar les invités ont commencé à s’asseoir depuis quelques minutes. Les lauréats arrivent autour de 15 heures 30. Le décor est super. Les invités sont installés. Un joueur de kora distille de la musique. Reprenant parfois des titres du célèbre chanteur Sénégalais Youssou N’Dour.
Un peu après 16 heures, Ken Lohento le coordinateur du programme introduit les initiateurs du concours. Tour à tour, ils vont se réjouir du choix des lauréats qui pour eux, «reflètent la vision panafricaine de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest». C’est d’ailleurs la directrice du dit institut Diana Senghor, qui va relever «le soucis de faire la promotion des journalistes qui utilisent ce nouvel outil qu’est le blog». Chris Kabwato de High Africa, Macha Ndesanjo de Global Voices Online n’ont pas également manqué de saluer le choix des lauréats et de demander qu’ils contribuent davantage à la démocratisation de l’expression citoyenne.

P1200291.JPG

La deuxième partie de cette cérémonie a été essentiellement marquée par une «Table ronde interactive» qui avait pour thème ; «Blogs en Afrique : Espace de progrès ou de représentation de la citoyenneté ?». Sous la modération de Francis Nyamnjoh, chercheur, professeur et Directeur des publications au CODESRIA, les intervenants se sont tour à tour penchés sur ce débat.
L’attention du public a surtout été retenue par l’intervention du Docteur Mamadou Ndiaye enseignant au CESTI de Dakar. Ce dernier s’est demandé si le journaliste blogueur était «un modèle à part». Proposant une différenciation entre le journaliste et le blogueur, l’orateur a plaidé pour un cadre légal du bloggin an Afrique de l’Ouest (surtout) pour éviter les dérives.
Un bel échange a salué cette thématique. Certains (radicaux) considérant que le bloggin comme un (leur) métier et d’autres estimant que le blogueur ne rentre pas dans le cadre professionnel du journaliste. «Il n’a pas de bulletin de salaire, il travaille quand il veut, où il veut et comment il veut», ont-il révélé. En ajoutant que le blogueur échappe à tout contrôle d’une rédaction ou d’une entreprise. D’autres intervenants ont plutôt relevé la complémentarité entre le blogueur et le journaliste. «Le blogueur va là ou le journaliste s’arrête», ont-il défendu. Incitant les journalistes à avoir des blogs, et les citoyens qui ont des blogs à respecter les règles de l’écriture.
P1200318.JPG

A l’issue de ces échanges, l’heure était à la remise des prix. Cédric Kalonji du Congo pour le prix du meilleur blog de journaliste francophone, Rosebelle Kumire de l’Ouganda pour le prix du meilleur blog de journaliste anglophone et le site Lusakatimes.com de la Zambie pour le prix du blog d’organisation de la société civile africaine. Ajouté à ces trois lauréats, Israël Yoroba qui a reçu le prix spécial Ipao du meilleur blog de journaliste d’Afrique de l’Ouest.

15 janvier 2009

Synthèse d'une "Chronique Ivoirienne"

Banniere_ChroniqueIvoirienne09FIN.jpg

10 articles et une vingtaine de photos. Voici le bilan (technique) à grand traits de cette collaboration franco-ivoirienne.
Une belle aventure qui nous a amené à travers des communes d'Abidjan. Cocody, Riviera, Adjamé (où ont a été braqués à ...la lame) Abobo, treichville.
Mais aussi à Bouaké et Korhogo pour ce qui est des villes de l'intérieur.
A la fin d'une telle aventure aussi palpitante que retenir ? Je vous propose notre syntèse dont vous pourrez lire plus bas un extrait.
"(...)Ce voyage nous aura permis de ressortir les clichés exacts sur la cohabitation entre ces jeunes. «En Côte d’Ivoire, il n’y a pas d’opposition entre jeunes du nord et ceux du sud. Il n’y pas de conflits entre les jeunes chrétiens (catholiques, protestants, évangélique…) et jeunes musulmans», nous confiait un responsable des Forces nouvelles (ex-rébellion). Ce dernier est originaire de la région du président actuel ivoirien.
Selon plusieurs témoignages entendus ça et là, la crise ivoirienne a des origines lointaines et multiples. Portant, elle touche (gravement) la population ivoirienne d’aujourd’hui. Une population qui est en majorité jeune. «Le chômage, la baisse du taux de réussite aux examens, la corruption, l’avancée du Sida et de l’analphabétisme dans certaines zones du pays, la drogue, la prostitution etc.», sont les maux qui meublent le quotidien des jeunes ivoiriens.
Pourtant, ceux-ci croient au chemin de la paix qui a été tracé depuis le 4 mars 2006 avec l’Accord Politique de Ouagadougou..."


Vous pouvez lire entièrement nos derniers pas et voir les photos inédites sélectionnées par Camille.

Grand merci à Jeanne et Baptiste de Afrique in Visu de nous avoir offert GRACIEUSEMENT cet espace pour faire passer notre "Chronique Ivoirienne".

08 janvier 2009

Une vie de rebelle

Banniere_ChroniqueIvoirienne09.jpg


Et voilà, notre dernière "Chronique Ivoirienne" est en ligne. Au menu, un portrait exclusif d'un rebelle ivoirien. Sans vouloir être démobilisé et par la force des choses, il est aujourd'hui vendeur d'essence.

28 décembre 2008

Quatrième chronique

"Chronique ivoirienne" poursuit son petit bonhomme de chemin. Nous avons fait une escale à Abobo (commune populaire d'Abidjan) avant de nous "envoler" pour le nord de pays. Au quartier "Anador", nous avons rencontré Ibrahim. Un patron de garage. Il fabrique des autocars et en répare d'autres. Ce qui nous a le plus frappé, c'est qu'il emploi plusieurs jeunes qu'il forme et qu'il embauche. Témoignage.

10 décembre 2008

Notre deuxième "Chronique Ivoirienne"

Banniere_ChroniqueIvoirienne03b.jpg

Le deuxième épisode de "Chronique ivoirienne" diffusée sur Afrique in visu est en ligne.
Pour ce deuxième pas (voir le premier) nous avons fait une "incursion" dans la plus grande cité universitaire d'Abidjan, le célèbre "Campus". Quatre jours durant, nous avons partagé le vécu quotidien des étudiants (et des non étudiants) qui vivent sur le campus. Pendant quatre jours, Camille et moi avons visité le campus de jour comme de nuit.
Nous vous invitons à (re)découvrir la cité universitaire dans toutes ses facettes. Sociale et économique et qui sont les maîtres de cette résidence universitaire.
Vous aurez en prime pour ce post, un diaporama pour mieux vous imprégner de ce que nous avons racontez en texte.

24 octobre 2008

Enlèvement d'enfants : A la poursuite d’une (folle) rumeur

P1150851.JPG

Dans un souci de vérifier l’information d’enlèvements d’enfants qui a fait le tour d’Abidjan aujourd’hui, nous nous sommes rendus dans la populaire commune d’Abobo.
Il est un peu plus de 13 heures quand nous arrivons à Abobo-Baoulé, un quartier de ladite commune. Nous prenons des renseignements sur «l’école La Fontaine» où il semblerait qu’il y ait eu les enlèvements. On nous informe que c’est dans un quartier plus loin… «à Belleville», sur la route d’Alépé. «On ne sait plus à qui se fier, sinon je vous aurais accompagné», affirme l’homme avec qui nous prenons les informations. Nous décidons de nous rendre à "Belleville". La route est terriblement boueuse et dégradée. Mais nous sommes convaincus de trouver l’école. Alors nous fonçons au risque même de nous enfoncer dans ces "marécages" en plein Abidjan.
Une fois dans le quartier nous nous renseignons. «Je connais l’école mais je ne peux pas vous accompagner», affirme apeuré, un riverain. Nous prenons les «service d’un guide» qui prétend connaître l’endroit. «"La Fontaine", c’est dans un autre quartier appelé "Clohétcha"».
Nous reprenons la route en direction de la nouvelle destination où l’école pourrait être localisée. Chemin faisant, nous demandons de part et d’autre. Plus on approche de Clohétcha, moins les gens sont renseignés. Au finish, au nous indique «la grande mosquée du grand rond point d’Abobo». C’est un endroit célèbre situé près de la mairie de la commune la plus peuplée d’Abidjan.
Une fois sur le lieu, point de «La Fontaine». Renseignements pris auprès de certains habitants des entourages, l’école serait dans un autre quartier... sur la route d’Adjamé.
Nous nous rendons à l’évidence "ça tout l'air une rumeur".

Panique dans les écoles
Pourtant, dans les différentes écoles que nous avons rencontrées, les parents d’élèves sont venus chercher leurs enfants. «Il semblerait que les gens enlèvent les enfants dans les écoles aujourd’hui», affirme une femme. Elle a été alertée par un coup de fil. «J’ai une amie qui m’a dit qu’on enlevait les enfants donc je suis venu chercher les miens», lance t-elle le regard inquiet, guettant l’entrée du portail du collège «Saint Joseph d’Abobo».
Les élèves sont donc libérés sur le coup de cette rumeur. Un éducateur du Collège Saint-Viateur de la riviera – où des élèves auraient été aussi enlevés – joint au téléphone révèle que «c’est sous la pression des parents» qu’ils ont été contraints de demander aux élèves de rentrer chez eux. «Il n’y a jamais eu d’enlèvement chez nous. Mais depuis ce midi, les parents d’élèves ne cessent de nous appeler pour réclamer leurs enfants».
C’est la psychose partout.
Pourtant, nous avons pu constater à tous les carrefours de la commune d’Abobo, une présence prononcée des éléments de la police nationale. Chars, cargo, véhicules d’interventions, casques et boucliers anti-émeute etc. Tout y était ! Un officier du Centre du commandement des Opérations de Sécurité (Cecos) nous confirme qu’il s’agirait bien d’une rumeur. «Nous avons reçu une trentaine d’appels depuis cet après midi. Mais dans toutes les écoles où on nous a dit que les faits se sont déroulés, ni les gardiens, ni l’administration ne sont informés», indique t-il.

En fin de compte, la thèse de la rumeur est la plus plausible en ce qui concerne les enlèvements d’aujourd’hui. Pourtant, il faut avouer que ces derniers temps elle est devenu trop récurrente. Pourquoi ?

10 janvier 2008

l'ex-femme de Sarkozy exp(l)ose.

Sarlozy est un sauteur...
http://www.pureblogueur.fr/blogueur/%e2%80%9cnicolas-sarkozy-est-un-sauteur-dit-cecilia-et-elle-se-remarie/

Une vie si courte!

0015c062e76f85397c2f5ba72635f674.jpg«La vie est courte», dit-on souvent, sans mesurer l’effectivité de cette affirmation.
Savions-nous que notre «notre vie africaine» est très mince. Même si les scientifiques annoncent que l’espérance de vie globale est en nette évolution, l’Afrique semble être encore à la traîne dans le classement mondial.

Selon une étude réalisée en 2005, la Libye est le pays africain où l’espérance de vie est plus élevée : 74 ans. Dans le tableau mondial, la Libye occupe la 63ème place. Un tableau où l’Andorre et le Japon sont en tête avec respectivement 84 et 82 ans d’espérance de vie.
La Tunisie classée, 76ème mondialement et 2ème en Afrique a une espérance de vie de 73 ans.fa3cfe29bc3902f3ad1c0a13393c3d62.jpg
La Côte d’Ivoire quant à elle, occupe un rang mondial de 179 sur 203 pays, avec une espérance de vie limitée à 46 ans. «Que c’est court !».
Dans ce classement mondial, c’est un autre pays africain qui ferme la marche : Le Botswana. Avec une espérance de vie à 35 ans.

Une autre étude réalisée en 2006 donne sensiblement les mêmes résultats. Sauf que la Côte d’Ivoire remonte à 48 ans et se retrouve 170ème sur 203. Cette fois dans le classement mondial, c’est le Swaziland (voisin du Botswana) qui est bon dernier avec 32,62 ans.

En 2007, la Côte d’Ivoire grimpe à 49 ans mais se positionne à la 193ème place. Cette situation est peut être rassurante. Et elle est peut être due au climat de paix qui s’est installé. (Espérons-le de tout coeur).

a4586183d3330271b0415b19510d2c7c.jpg

Selon toutes ces études, la majorité des pays ayant les espérances de vie les plus faibles (Swaziland, Botswana, Lesotho, Zimbabwe, Zambie, Mozambique, Malawi, Afrique du Sud, République centrafricaine, Namibie, Guinée-Bissau) souffrent d'un taux très important de contamination au virus VIH/SIDA (10 à 38% des adultes). Mais à cela, il faut ajouter le trop grand climat de guerre qui subsiste dans les pays africains. Or la guerre, laisse des traces telles que le Sida, la famine, l’insécurité, les épidémies. Toutes ces choses qui contribuent à la croissance du taux de mortalité et par conséquent, à la réduction de l’espérance de vie.

09 janvier 2008

Une idée de ce qu'est notre monde

Une leçon: "Quand vous en avez, pensez à ceux qui n'en auront peut être jamais (à en mourir)!"