topblog Ivoire blogs

27 avril 2012

Taylor reconnu coupable, à qui le tour ?

charletaylor.jpg

 « Coupable de crime contre l’humanité et de crimes de guerre en Sierra Leone entre 1996 et 2002». C’est le verdict rendu hier jeudi 26 avril par le Tribunal Spécial pour la Sierra Leone à l’endroit de l’ancien président du Liberia Charles Taylor. Il devient ainsi le premier ex-chef d’Etat condamné par une justice internationale.

La condamnation de Charles Taylor, qui sera fixé sur sa peine le 30 mai, a été saluée par la communauté internationale et de nombreuses ONG qui y voient une «décision historique» dans la lutte contre l’impunité. C’est sûr, Taylor a du sang sur les mains et il doit payer pour les crimes qu’il a commis.

Cette « acclamation » internationale du verdict est le symbole d’une unanimité de la lutte contre les atteintes aux droits de l’homme. Pourtant, je reste convaincu que nous sommes ici dans le cas d’une justice à deux vitesses.

De quoi accuse-t-on Charles Taylor ?  Jai relu avec attention les « faits retenus » contre lui.

184451_vignette_charles-taylor1990bis.jpgIl « a exercé par le passé une énorme influence dans un pays voisin où des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, mutilées, violées, volées et déplacées à plusieurs reprises pendant des années ». Il a été aussi reconnu coupable d’avoir «aidé et encouragé» une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone, dans le but d’exploiter ses diamants, lors d’une guerre civile ayant fait 120 000 morts entre 1991  et 2001. Enfin, « M. Taylor n'était pas poursuivi pour avoir commis lui-même ces crimes mais il était accusé d'avoir soutenu deux groupes rebelles, l'Armée du Conseil des forces révolutionnaires et le Front uni révolutionnaire, en leur fournissant des armes et des munitions, du personnel militaire et un soutien opérationnel et moral lors de la longue guerre civile en Sierra Leone ».

C’est drôle, mais le cas Taylor ressemble étrangement aux agissements d’autres Chefs d’Etat ici en Afrique ou ailleurs dans le monde. Que faisons-nous de ces Chefs d’Etat des pays occidentaux, qui arment les rebellions, apportent appui financiers, logistiques et matériels aux groupes armés qui sèment terreurs et confusions dans les pays africains ? Je vois. Ce sont des chefs de « grandes puissances ». Donc intouchables.

Que faisons-nous donc de ces Chefs d’Etats africains, qui s’impliquent corps et âmes armes dans la déstabilisation de leurs voisins ?

J’ai encore en mémoire, la crise ivoirienne de 2002. Je revois encore d’ici des pays voisins aidant la rébellion (en hommes, en armes et en terrain d’entraînement etc…) pour jouir des trésors enfouis dans certaines régions du nord de la Côte d’Ivoire.

Je revois encore ces rebelles soutenus par ces Chefs d’Etat voisins, violer, tuer, piller les innocentes populations. Pourtant, rien n’a été fait. Aucune action n’a été entreprise par ces ONG internationales. Ces Chefs d’Etat sont intouchables. Ce sont les amis des grandes puissances.

Le cas de Charles Taylor va servir, je l’espère de jurisprudence pour épingler tous ceux qui ont commis des crimes de sang et des crimes contre l’humanité de façon directe, en agissant eux-mêmes, ou de façon indirecte en apportant un soutien. Pour ne pas donner l’impression que finalement, les grandes puissances en veulent systématiquement à l’ex-Président liberien.

NB: Deux faits à conserver dans notre mémoire: 

1- Taylor n'est pas jugé pour les crimes commis lors de la rébellion qu'il a créée au Liberia et qui a causé les mêmes (peut-être pires) crimes qu'en Sierra Leone.  

2- Taylor (du moins le criminel qu'il est) est le produit des USA. N'oublions pas que c'est la CIA qu'il l'a aidé à s'évader sous le Président Doe, à immigrer aux States, à revenir le combattre et à s'installer au pouvoir...

Pour en savoir davantage (avec l'aide TV5.org)

 Les tribunaux internationaux. Que font-ils ? Quelle est leur histoire ?

Qu'est-ce que le TSSL ?

Le 16 janvier 2002, l’ONU et l’Etat de la Sierra Leone signent un accord pour mettre en place leTribunal Spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Il est chargé de juger tous ceux responsables de violations graves du droit international humanitaire et du droit national sierra-léonais depuis le 30 novembre 1996. Son statut est donc celui d’un tribunal hybride relevant du droit international et national sierra-léonais. Ainsi, parmi les onze juges de cette cour spéciale, sept dépendent du Secrétariat général des Nations Unies et quatre du gouvernement sierra-léonais. 
Le 30 juin 2006, Charles Taylor est transféré à La Haye au Pays-Bas sur décision du président du tribunal de délocaliser le TSSL loin de l'Afrique par mesure de sécurité. 

Charges retenues contre Charles Taylor

Crimes de guerre : 
- Actes de terrorisme 
- Violence en particulier meurtre 
- Violence en particulier traitement cruel 
- Outrage à la dignité humaine 
- Pillage 

Crimes contre l’humanité : 
- Meurtre 
- Esclavage sexuel et violence 
- Viol 
- Autres actes inhumains 
- Esclavage 

Violation du droit humanitaire international : 
- Utilisation et enrôlement d’enfants soldats