topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

11 mai 2010

Les acteurs ivoiriens du web créent un syndicat

sipcol.jpg

Le secteur du web en Côte d’Ivoire s’organise de plus en plus. Au point d’en arriver aujourd’hui à la création, le 8 mai dernier, d’un « Syndicat Ivoirien des Producteurs de Contenus en Ligne » (SIPCOL).

Selon la blogueuse ivoirienne Edith Brou, présidente de ce syndicat, il y a tant de revendications légitimes à faire dans le domaine du web en Côte d’Ivoire. Au-delà, c’est aussi donner une couleur plus« glamour et saine » à l’activité du « Syndicalisme ».

Pour Edith Brou, le SIPCOL va permettre à la Côte d'ivoire de connaître « un accroissement des vocations dans les métiers du web et en conséquence, une éclosion de son économie numérique»Interview -

 

27 avril 2009

La Fesci fait (encore) parler d'elle: 1 mort

mod_article46422.gifC'est avec peine et révolte que j'ai lu aujourd'hui, cet article que j'ai intégralement repris un peu plus bas. La tristement légendaire fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire a encore frappé. Son actualité rime trop souvent avec assassinat et mercenariat. Quand je finis de lire un tel article, j'ai froid dans le dos. Que des adolescents manient avec une agilité macabre la machette, la hache ou même le pistolet. Là où ils devraient mieux manier le stylo ou (pour être fashion) l'ordinateur. C'est de plus en plus fou. Ce que je dis là n'est certes pas nouveaux. Mais honnêtement, j'ai de plus en plus peur parce que j'ai encore des frères et des soeurs qui fréquentent les écoles et les universités tenues de mains de maîtres per la Fesci. Pas vous ? Certains n'ont pas cette peur-là, parce qu'ils n'ont personne dans les écoles ivoiriennes. Peut être commenceront-ils à être inquiet quand il y aura une section Fesci à Paris, à Bruxelle, à Lisbonne, à Baltimore...
On avait pensé qu'avec l'arrivée du nouveau secrétaire général du syndicat que les choses seraient nouvelles. Lui qui a dès le début de son mandat placé son secrétariat sous les grâces du Seigneur dans une église évangélique. Pur Théatre ? Le chien n'a pas encore changé ses manières... (d'agir).
Toutes mes condoléances à la famille du "fescistes" assassiné à l'arme blanche. Quelle barbarie ! Lisez !

"La ville de Daloa a été le théâtre de violents affrontements entre factions rivales de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) dans la nuit du vendredi au samedi 25 avril 2009. Bilan de la rixe, un mort. Il s’agit de Doh Glao Mathieu, secrétaire général de la section locale du lycée Pierre Mendès.

Lire la suite

12 mai 2008

Les FDS auront-il leur syndicat ?

8e423c2dff8653bdb0ba59e24d7f23db.jpgJ'ai lu de fond en comble - avec attention - dans le quotidien ''L'Inter'', l'interview «exclusive» du MDL Akaï Mambo, secrétaire général provisoire du nouveau syndicat des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de Côte d'Ivoire dénommé «Organisation nationale des forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire (ONFDSCI)».
Dans la forme c'est une interview qui soulève beaucoup d'interrogations. Car, à y lire de près elle ressemble plus à un document de propagande rédigé en vue d'être publié pour inciter les militaires et autres forces de l'ordre à la désobéissance envers certains officiers supérieurs de l'armée. Une interview sur cinq pages (2 à 7) dont le niveau de langue (élevé) ne semble pas coller avec l'interviewé.

Autre remarque. Les réponses données par le MDL sortent souvent du cadre des questions. Mais bien plus, l'interviewé laisse des contacts à la fin d'un appel lancé sans qu'aucune question dans ce sens n'ait été posée.

«Frères d'armes, l'appel est lancé aux sous Officiers Terre, Air, Mer, de la Gendarmerie et de la Police, pour que vous vous mobilisiez en de mettre en place très prochainement cette organisation qui nous permettra de porter nous-mêmes nos doléances à la table des décideurs, au lieu qu'elles le soient par la hiérarchie. Ce projet rencontrera à n'en point douter des obstacles majeurs (...) Pour cela organise-toi en coordination dans ta caserne, dans ton bureau, dans ton commissariat, dans ton service, dans ta brigade. Communique le bureau de ta coordination et son adresse à l'adresse suivante : onfdsci@yahoo.fr. Des fiches sont disponibles au N° 06 47 00 11 (...)», peut-on lire dans la conclusion de l'interview.


Il y a encore plus à (re)dire sur le fond.
La justification légale du droit de se constituer en syndicat
L'on a toujours su que des lois et règlements interdisent aux militaires de se mettre en syndicat. Pourtant, le MDL Akaï s'en défend. Même s'il reconnait que le «code de la fonction militaire, loi n° 95.695 du 07/09/1995 en ces articles 38, 39 et 41 et le règlement de discipline générale, décret n°68.440 du 17/09/1968 en ces articles 50 et 62, interdisent ou déconseillent l'activité syndicale et/ou politique aux militaires de tout grade», le MDL estime que ces dispositions sont dépassées. «Les textes auxquels vous vous référez date d'avant 2000. (...) Or depuis 2000, le constituant ivoirien a décidé que le droit de syndiquer, bien plus de se mettre en grève soit reconnu aux travailleurs du secteur public (article 18 de la constitution, précise t-il.
Pour Akaï Mambo, «toutes les dispositions anciennes contraires, qui tendent à restreindre les libertés de quels que Ivoiriens que ce soit, doivent être corrigées et ramenées à la norme de la loi fondamentale».
Pourtant, à la lecture dudit article 18 de la constitution ivoirienne qui stipule que «le droit syndical et le droit de grève sont reconnus aux travailleurs des secteurs public et privé qui les exercent dans les limites déterminées par la loi». Or en l'espèce, le régime militaire tel que définie par les normes légales est soumit à des dispositions particulières comme les diplomates et les magistrats. «Le droit de grève est strictement interdit». Mais pour le MDL, ces dispositions spéciales ne viennent que pour régir et «assainir l'usage du droit de grève ; mais pas pour arracher aux Ivoiriens ce que la constitution leur a donné».

Dans son interview, le MDL Akaï prétend que la création de ''son syndicat'' est motivée par plusieurs raisons essentielles.
D'abord, une «absence de réflexion interne sur la marche de l'armée ivoirienne».
Pour l'interviewé, «l'armée ivoirienne dans son ensemble est une armée à construire (...) mais c'est elle qui rechigne les réflexions». Pour lui, il faut une «réflexion profonde», estimant «qu'ils» ( ?) n'ont pas encore été associés à pareille cogitation.
Ensuite, la question du «fonctionnement» des «unités et l'exécution du service». «Sur cette question nous allons beaucoup nous faire entendre», affirme le MDL, en décriant plusieurs situations de «dysfonctionnements chroniques» de leurs unités qui selon lui, justifient en «grande partie la persistance et l'ampleur du racket». Et de se dire «fatigués d'être hypocritement appelés racketteurs alors qu'on ne fait rien véritablement pour circonscrire le racket».
Le racket qui justement est une autre raison de la création de l'ONFDSCI. Selon Akaï Mambo, l'éradication de ce fléau sera «l'un des chevaux de bataille de l'ONFDSCI». «Quand l'Etat de Côte d'Ivoire et nous, nous serons mis d'accord sur nos nouvelles conditions de vie et de travail, il nous faudra montrer notre bonne foi en nous attaquant de front au racket», soutien le MDL.
Au titre des conditions de vie, le secrétaire général provisoire de l'ONFDSCI estime que «les militaires ivoiriens ne sont pas rémunérés à la hauteur des risques qu'ils prennent». «Nous allons donc négocier une nouvelle grille salariale avec le gouvernement», prévient-il.
L'une des questions qui est constamment revenue dans cette interview - et qui semble être la raison principale de la création du syndicat des FDS - est «la représentation des militaires». Selon Akaï Mambo, «les militaires ivoiriens vont aux audiences du Tribunal Militaire d'Abidjan (TMA), poings et mains liés, sans défense pour la plupart». Dans ce paragraphe, c'est le TMA et ses responsables qui sont pris à charge par le SG provisoire de l'ONFDSCI. «Nos chefs ont installé le débat dans la presse, eh bien nous allons les rejoindre», entend-il faire. Et de poursuivre : «Nous sommes décidés à donner la réplique à ceux qui nous salissent (...) nous voulons leur donner la réplique par une démarche intellectuelle et de droit. Dans le cas de Ange Kessi (commissaire du gouvernement qui a en charge les enquêtes et les affaires militaires et qui a décidé depuis peu de combattre vigoureusement le racket des forces de l'ordre), nous voulons l'empêcher d'utiliser le Tribunal Militaire pour brimer nos camarades», menace le MDL dans son interview. «Quand quelqu'un parle seul, il croit qu'il est dans la vérité. Nous allons parler avec lui désormais», ajoute t-il.
Derrière cette interview, on peut le constater, se cachent des mains obscures qui tirent les ficelles de leur marionnette qu'est le MDL.
Si certaines revendications sont vraies, plusieurs ne sont pas opportunes. Et il faut avouer qu'à la lecture de ces pages mon sentiment est que les motivations de ce syndicat ne sont pas saines.