topblog Ivoire blogs

26 janvier 2008

La rumeur qui a failli le tuer

e3eb96207cb6dfc85e19908ee063ea37.jpgVous vous souvenez sans doute de cette folle rumeur qui s’est répandue hier dans tout le pays.
Eh ben, elle est partie d’une seule personne (une fille) qui a fait des suppositions. De bouche en bouche, l'information est tombée entre les oreilles de "lyncheurs", qui ont voulu en finir avec ce prétendu "sorcier".
Un "scoop" pour certains, à voir tout le remue-ménage qu'il a créer au Plateau et dans tout Abidjan. Toute la presse était là pour couvrir "l'évènement".
Un "scoop" qui en fin de compte a failli coûter la vie au pauvre N’Cho Qwachi Léon, 76 ans, père de huit enfants, natif de Dabou.

Selon l’article que j’ai lu dans le numéro de ‘’Frat-mat’’ de ce week end :

«L’homme dont il est question (…) est à la retraite. Ce septuagénaire, selon sa fille Qwachi Micheline, souffre de la maladie d’Alzheimer (maladie qui fait perdre à l’homme la mémoire). Depuis trois jours, le vieux qui vit chez sa fille à Cocody était porté disparu et faisait l’objet d’un avis de recherche. Alors que ses parents faisaient le tour des postes de police, des hôpitaux et des morgues, le vieux Léon errait dans les rues du Plateau. A jeun (il n’a rien mis sous la dent depuis qu’il est parti de la maison), malade et très affaibli, N’Cho Qwachi Léon s’est endormi très tôt hier matin sous l’un des grands manguiers situés derrière le palais de l’Assemblée nationale au Plateau. C’est là qu’une jeune femme de passage, qui ne sait pas tenir sa langue, s’est exclamé en fixant des yeux l’homme qui n’avait plus de force pour parler : « Ce vieux m’a l’air de quelqu’un qui n’est pas clair. On dirait que c’est un sorcier qui s’est transformé en chauve-souris et qui, tombée de l’arbre, a retrouvé son aspect normal. » Tout est donc parti de là. En un clin d’œil, un grand attroupement s’est formé autour du vieil homme devenu, du fait de la rumeur amplifiée, un sorcier qui s’est transformé en une chauve-souris et qui a retrouvé son état d’homme en tombant de l’arbre. Les commentaires fusaient de toutes parts et les gens accouraient de partout pour voir et vivre le phénomène. Autour du vieux traité de grand sorcier, des gens ne demandaient qu’à lui porter le coup fatal. Fort heureusement, le CeCOS, informé, déploiera ses hommes sur les lieux et, c’est le cas de le dire, réussira à exfiltrer le prétendu sorcier de la foule qui ne cessait de grossir. A la Préfecture de police où l’homme a été conduit, les badauds y ont déferlé pour voir le sorcier transformé en chauve-souris. A la police, les choses vont s’éclaircir avec l’arrivée des enfants du vieux, avec à leur tête, Mlle Qwachi Micheline. Celle-ci tenant en main la pièce d’identité de son père, a tout expliqué au préfet de police et ses collaborateurs. C’est sous bonne escorte du CeCOS que les enfants ont pu ramener leur père à la maison».

Et dire qu’il a failli y laisser la vie !
Décidément, Abidjan sera toujours le numéro "Un" des rumeurs qui tuent!
L'on se souvient encore qu’une année, Abidjan s’est réveillé dans la nuit avec la folle interdiction de boire de l’eau. «Elle aurait été empoisonnée». L'on se souvient aussi qu’il y avait cet homme-serpent qui embarquait les filles et les transformaient en cadavres.
Quelqu’un disait hier «Je crois aux sciences occultes mais j'ai conscience qu'elle ne s'adresse qu'aux initiés, à ceux "qui voient" comme on dirait dans mon patois.
Dans le cas présent je pense que certains journalistes en mal d'inspiration exploitent jusqu'à la moelle un filon qui sera toujours lucratif en Afrique et particulièrement en RCI… là preuve, on en parle...»
.
Eh oui, et là je lui donne raison. Le quotidien de notre chère cité aime se nourrir des «il parait que». Abidjan est fait ainsi. «Quand y'a rien à se mettre dans les colonnes, il faut trouver la moindre étincelle pour en faire un feu», me disait quelqu’un. Il avait encore en mémoire la rumeur sur «la mort de Chirac».
Cette fois quand même, ils y sont allés un peu trop fort, je trouve.

25 janvier 2008

Batman ‘‘tombé’’ d’Alépé

36a1e25ea14712a48a90fb91d7e1b0b7.jpgOn n’en vient toujours à se demander si ce genre de choses sont réelles.
En tout cas, ceux qui étaient ce matin au plateau, centre des affaires d’Abidjan, on pu apercevoir un sexagénaire assis en bas d’un arbre, prêt à être lynché.
En réalité, il a eu la vie sauve grâce à l’intervention des forces de l’ordre. Il est accusé de sorcellerie. Et il semble qu’il l’aurait avoué et qu’il se serait perdu au milieu des immeubles du plateau. D’accord.
Mais les langues disent aussi qu’il s’est transformé d’une chauve-souris à un homme vers 3 heures du matin. Elles disent aussi, que c’est dans sa chute que sa métamorphose a eu lieu.
Mais au fait, qui était présent quand les faits se produisaient à cette heure là ? ...
Récemment, une femme (nue) avait été découverte de façon extraordinaire (et aux mêmes heures) dans l'enceinte d'un baffle disposé à l'intérieur d'un dépôt de boissons. Elle venait de Issia (centre ouest). Elle disait s’être égarée en venant tuer sa fille qui vit à Yopougon (quartier populaire).
Quand on a pas vu ces choses, on en vient toujours à ce demander, si elles existent vraiment ?

11 janvier 2008

Amalgames ou sorcellerie ?

eb514bcee0a624f50e9a9fb9c0d60eec.jpgJ’ai lu avec beaucoup d’attention une «enquête express» parue dans le N° 12947 du quotidien Fraternité-matin. Une enquête de Marie Chantal Obinde sur la crise du journal ''Le Courrier d'Abidjan''. Titré «Presse : Les journalistes dans l’impasse», cet article révèle beaucoup d’incohérences et d’amalgames.
Entre autre, ce morceau d’article : «(…)à peine installé, Alan Aliali licencie le nouveau rédacteur en chef pour insuffisance de production alors que ce dernier venait d’être nommé.
Sylvestre Konin donne la réplique à son associé et licencie à son tour Koffi Firmin pour avoir écrit sur Miss Dorcas qui aurait fraudé à l’examen du BTS session 2007. Suivront Sylvain Agnéro, William Varlet Azia et Robert Kra (2ème Ebony presse écrite 2004) licenciés par le DP. Face donc à ces renvois en cascade sans raison valable et aux conditions difficiles de travail (manque de voitures de reportage), une partie du personnel prend attache avec Guillaume Gbato, secrétaire général du Syndicat national de la presse privée, pour l’installation d’une section au sein du journal»
.
Déjà, il faut le rappeler, l’article écrit par Firmin Koffi (alors correcteur dans ledit quotidien) – et son licenciement qui a suivi – remonte à juillet-août 2007. En plus, selon des informations sûres, il semblerait que Sylvain Agnéro, William Varlet et Robert Kra, soient partis de ‘‘Le Courrier d’Abidjan’’ pour certains depuis 2005 et d’autres en 2006. Pourquoi alors mélanger les deux évenements ?

Deux choses. Ou bien, l’auteur de l’article ne sait pas de quoi il parle (et ça dans une certaine mesure on peut le lui concéder, car c'est juste être ignorant...et ça peut se corriger), ou alors il est l’envoyé d’une main obscure qui veut brouiller les pistes et embrouiller ceux qui suivent de bout en bout la crise du «Courrier» (ça, c'est de la sorcellerie! Et on n'en guérit pas).
Mais tout ceci à quelles fins ?