topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

22 mai 2010

Voici comment aider Tatiana

Je reviens ici sur l'aide que l'on doit apporter à Tatiana de Mac'ensira. Depuis mon dernier post (Tatiana doit guérir) qui a fait suite à l'interview de Tatiana dans top visages du 11 mars un elan de solidarité est né. J'ai reçu de nombreux mails et commentaires me demandant comment est ce qu'on pouvait l'aider. Sur le profil Facebook de Adrienne Koutouan, une artiste comédienne ivoirienne célèbre, j'ai pu lire que "ceux qui ont envie d'apporter leur aide à tatiana sont priés de contacter Marie-louise Asseu au 07 32 35 56"

18 avril 2010

Tatiana doit guérir !

 

tatiana2.jpgQuand j’ai vu sa photo, j’ai été choqué. Té-ta-ni-sé ! La belle et dynamique actrice comédienne ne rayonne plus. La raison. Tatiana de Makensira est rongée par la maladie depuis 7 mois. 7 longs mois pendant lesquels ses parents ont essayé à leur façon d’apporter assistance à leur fille.

 

Mais au fil des jours, les choses empirent et les proches de l’artiste commencent à perdre espoir.

Tatiana le rire n’a plus la force de faire l’humour. Tatiana l’actrice ne fait plus de scène. Tatiana la belle a terni. Sa beauté a été mise sous le boisseau de la maladie. Diabète, ulcère, anémie… les maladies se bousculent en elle, la rongeant, l’amaigrissant et lui enflant les pieds.

Tout ce qu’espère Tatiana c’est de l’aide d’une ou de plusieurs tiers personnes.

Pourquoi pas une mobilisation aussi pour elle ? Réagissons avant qu’il ne soit trop tard. Mobilisons nous pour la sauver, si nous voulons la revoir sur nos écrans télés et sur les planches. Sos pour Tatiana… Sos pour l’actrice… Sos pour la belle… Sos tout simplement !

 

01 août 2008

Sur un air de typhoïde

941c3d72eb9882f0d840f909a556e717.jpgJ’ai appris aujourd’hui une nouvelle triste au sujet d’un ami qui a perdu sa fille cadette à la suite d’une maladie : La fièvre typhoïde.
J’ai été choqué d’autant plus que c’est la ixième nouvelle de décès dû à la cette maladie que j’entends pour le mois de juillet uniquement.
Et franchement j’en suis troublé de plus en plus. Est-ce une épidémie ou des coïncidences trop macabres ?
Personnellement, je penche plus pour le fait que nous devons faire face à une épidémie (silencieuse) de fièvre typhoïde (une maladie du reste très contagieuse).
Et cela n’est pas étonnant vu les odeurs de déchets qu’il y a ici à Abidjan… vu l’environnement trop crasseux de tous les coins de rue (on en parlera jamais assez).
J’ai fait un tour dans la cour de la mairie de Cocody. Une poubelle à ciel ouvert s’est formée à l’intérieur de ladite mairie. Pourtant, la commune regorge d’espaces verts et de routes (approximativement) (ré)peaufinées.
Je ne vous parlerai même pas des communes d’Adjamé et d’Abobo ou même de Yopougon ou d'Attécoubé. Des zones (populaires) où les caniveaux rejettent les eaux usées sur les routes, tout près des vendeuses de nourritures. Et vous verrez des enfants patauger à cœur joie dans ces "piscines de la mort".

Certains gestes élémentaires semble t-il, peuvent limiter les dégâts et nous sauver la vie. «Se laver les mains une fois rentré à la maison avant toute autre activité, éviter de manger dans les rues, éviter d’acheter des aliments non couverts», conseille le docteur Assouman, médécin généraliste.
Pour le Pr. Alexandre N'Guessan, du ministère de la Santé et de l'Hygiène publique, la montée en puissance de cette maladie est due au «fait que l'amélioration du niveau de l'hygiène n'ait pas suivi la prolifération des établissements de restauration. Qui sont fréquentés par bon nombre de travailleurs ivoiriens». «La non application des mesures d'hygiène dans ces endroits est, à l'origine de certaines épidémies dont la fièvre typhoïde», a-t-il regretté lors du 2è symposium des sciences et hygiènes alimentaires qui s’est tenu en avril 2008 à Abidjan.

Pourtant, même si l’attitude hygiénique des Ivoiriens change, le risque demeurera tant que l’atmosphère n’aura pas été assainie par ceux que nous avons choisis pour cette tâche.
Selon Pr Loukou, chef du département de microbiologie à l'UFR des Sciences pharmaceutiques et biologiques, l'incidence de la fièvre typhoïde en Côte d'Ivoire est évaluée à 35 pour 100.000 habitants. Et le taux de mortalité est estimé à 5%. Il est donc important, au dire de Pr. Eba Aoussi , enseignant à l'UFR des Sciences médicales «d'assurer la sécurité alimentaire» des Ivoiriens.

Que chacun donc joue sa partition et prenne ses précautions pour ne pas que nous suffoquions tous – et succombions – à cet air de typhoïde.