topblog Ivoire blogs

26 octobre 2009

Blogophobie ?

Au sortir des discussions qui se sont déroulées à Stockholm dans le cadre des Journées Européennes de développement, j’ai eu le sentiment qu’une grosse crainte subsiste encore dans certains cœurs au sujet de « l’invasion » des médias en ligne et du web 2.0 en général.

Doit-on avoir peur des blogs (plus spécifiquement) ? Au moment où j’écris ces lignes, je lis sur le blog de Kouamouo cet article qui peut confirmer cette crainte. « Ah ! le journalisme à l'ère d'Internet, des clics et de la gratuité ! », s’écrit-il.

« Ah les blogs !», pourrait-on renchérir.

Du fait de la facilité avec laquelle on peut créer et gérer son propre média, on a une pléthore d’informations qui circulent minute après minute. Du fait de la (TOTALE) liberté d’expression qui s’offre aux internautes, on a des contenus variés qui sont mises en lignes avec une rapidité que « d’autres n’ont pas ».

Pourtant, il faut l’avouer, c’est la porte ouverte à toutes les dérives. Comment distinguer le bon grain de l’ivraie dans ce  vaste champ d’informations ? Quelle crédibilité accorder donc à ces nouveaux types de média ? La question mérite qu’on y réfléchisse sérieusement.

Cela dit, je m’insurge contre ces esprits qui tentent de (de)montrer que la manipulation de l’information et de l’irresponsabilité éditoriale est née avec les médias en ligne et surtout avec la promotion des blogs.

Le paysage est le même dans la sphère des médias traditionnels. Parfois même pire. On ment, on manipule, on intoxique et on désinforme à souhait par jounaux, radios ou télévision interposé.

Il pourrait exister une solution pour les deux types de médias. La formation et la sensibilisation. Comme les journalistes, les blogueurs doivent être formés à l’écriture journalistique. Les journalistes (dits traditionnels) doivent l’être encore plus sur des sujets spécifiques tels que l’éthique et la déontologie journalistique, le droit de la presse, le droit à l’image et aussi et surtout… les médias en ligne.

Journalistes traditionnels et journalistes « citoyens » doivent de toute façon être sensibilisés et incités à la responsabilité quand aux contenus diffusés.

Les journalistes doivent percevoir les blogs comme un complément (d’information) plus que comme des concurrents. Il faut qu’on arrive à aboutir à une cohabitation entre  « l’ainé » et le nouveau-né.

Doit-on avoir peur des blog(eur)s ? Non. Nous sommes bien obligés de vivre avec et d’arriver à intégrer ce nouveau type de média dans nos habitudes et dans notre environnement médiatique.

13 octobre 2009

Echos de la Conférence de Presse de Avenue225

 

DSCF1563.JPG

La presse ivoirienne n’a pas boudé le plaisir de découvrir la nouvelle dynamique de Avenue225. La Télé, la radio, la presse écrite et la presse en ligne. Ils étaient une vingtaine de journalistes de ces médias à être présent à ce rendez-vous qui s’est tenu dans la matinée samedi 10 octobre. L’Espace (gastronomique) 331 a abrité cette rencontre.

C’était l’occasion pour ces médias (dit) traditionnels d’en savoir un peu plus sur le projet et sur le contenu de la sélection des correspondants-bénévoles.

Deux questions essentielles (et pertinentes) sont revenues sur toutes les lèvres des hommes de média. D’abord, la question de la vérification (ou de la véracité) des informations qui seront diffusées sur le site.

A ce niveau, nous avons précisé qu’avec les correspondants nous allons établir un contrat de confiance. Au cours de la formation, c’est un aspect sur lequel nous insisterons. Mais à côté de cela, nous disposons d’un bon réseau à Abidjan et dans les villes de l’intérieur du pays qui nous permettront de confirmer ou d'infirmer les informations données.

La deuxième question tendait à savoir si Avenue225 serait exclusivement et uniquement animé et alimenté par les jeunes correpondants-bénévoles.

« NON », avons-vous répondu. En insistant sur le fait que « la porte était ouverte à tous les citoyens » qui vivent en Côte d’Ivoire (ou non) et/ou qui s’intéressent à ce pays.

De ce fait, toute proposition d’article sera reçue, examinée à lumière de la ligne éditoriale et publiée si nécessaire.

C’était l’occasion de préciser qu’à côté de ces informations de proximité, d’autres rubriques attrayantes et instructives verront le jour très bientôt.

Avenue225 va mêler plusieurs plumes averties à des novices. Déjà de nombreux chroniqueurs se signalent pour apporter leurs pierres à l’érection de cet édifice. Chronique sportive, culturelle, culinaire, mode, etc...

Vous aussi, vous pouvez faire de même en envoyant vos contributions (si possible illustrées par des photos) à avenue225@ymail.com.