topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

24 août 2012

Grève de taxis compteurs. Le piège se referme t-il sur les chauffeurs ?

taxi compteur, grève, transporteurs, abidjan, côte d'ivoire4 jours que nous sommes privés de taxis compteurs. Les conducteurs de ces véhicules oranges sont rentrés en grève depuis le début de la semaine parce que leurs collèges, les wôrô-wôrô (taxis communaux) font des lignes intercommunales. « En plus, ils ne paient pas de taxes », expliquaient en colère un chauffeur de « compteur ».

« On pourrait croire que les chauffeurs de taxis-compteurs ont volontairement poursuivi leur grève de 72 heures entamée depuis le mardi à l’appel de leur association, l’Actc, et cela, au mépris de l’accord signé mardi et mercredi avec leurs ministères de tutelle » se plaint ce matin le quotidien Le Nouveau Réveil.  

Et donc depuis 4 jours, le décor des Abidjanais se retrouvent sans ces taxis.

Les populations se sont donc rapidement accommodés. Gbaka puis Wôrô Wôrô, bus ou bateau-bus. De fil en aiguille elles arrivent à relier leurs domiciles à leurs lieux de travail. Et ce plus rapidement que d’habitude. Parce qu’en plus, les rues sont fluides sans les taxis compteurs. Pas d’embouteillages, pas de stationnements désinvoltes etc.

In fine, les syndicats de taxis compteurs risquent de se laisser prendre à leurs propres pièges.  Parce qu’enfin de compte, au fur et à mesure que les jours passent, ils ne font pas de recettes. Pendant ce temps, les autres transporteurs se remplissent les poches.

Seule solution : Reprendre le service pour montrer leur volonté de civisme, mais aussi leur bonne foi dans les négociations avec l’Etat. Parce que si ça perdure, nous citoyens, on va prendre une nouvelle habitude : se passer des taxis-compteurs.  

Crédit photo : Abidjan.net

26 mars 2009

Grève en fanfare

Pendant que certains font des grèves dans la faim, d'autres font la grève en musique. Cela se passe depuis quelques jours à l'Insaac d'Abidjan. Une grève en fanfare. A lire ici.

14 janvier 2009

Mauvais ménage entre les enseigants et leur ministère

Img0010.JPG

Le torchon brûle à grandes flammes entre les enseignants du secondaire et le Ministère de l’éducation nationale. Le différend porte sur une décision ministérielle (N°0003/MEN/DRH/SDPES) «portant mutation d’office des enseignants grèvistes du secondaire au titre de l’année 2008-2009».
Cet épisode à des origines qui remontent à l’année dernière.
Flash back donc sur une le début d’une crise à l’issue incertaine.

Tout commence le 13 aout 2008 par un arrêté interministériel (N°9482 du 13 août 2008 portant dépositions transitoires d’application du décret n°2007-695 du 31 décembre 2007) qui en ces articles institut la définition des grilles salariales du personnel enseignant. En substance, cet arrêté revalorise la situation des enseignants du secondaire et leur donne la possibilité d’avoir un profil de carrière. Et donc par voie de conséquence, l’amélioration de la grille salariale. Une décision signée et cachetée par les ministres de la fonction publique et de l’emploi, de l’éducation nationale, l’enseignement technique et la formation professionnelle, de la culture et de la francophonie, de la famille de la femme et des affaires sociales et de l’économie et des finances. Une décision dont le contenu devait être fin prêt au soir du 31 août 2008 comme le stipule l’article 16 dudit arrêté. «La définition ci-dessus en liaison avec le Ministère de l’économie et des finances devra être achevée au plus tard le 31 aout 2008 ; période à laquelle la date de prise en compte des effets financiers sera déterminée».

Les enseignants semblent accueillir une telle décision avec joie et ceux-ci espèrent voir son accomplissement. Mais les jours passent et plus rien. Le 1er septembre 2008 rien est encore déterminé et aucune mesure réelle n’est mise en place pour concrétiser ce qu’annonçait l’arrêté interministériel.
C’est dans cette ambiance qu’un décret (N°2008-251 du 11 septembre instituant une prime d’incitation et d’indemnités en faveur des fonctionnaires et agents du ministère de la fonction publique et de l’emploi) est signé par le Président de la république, Laurent Gbagbo «sur rapport conjoint du ministre de la fonction publique et de l’emploi et celui de l’économie et des finances». Ledit décret ne tient pas compte de ce qui avait été annoncé dans l’arrêté signé au mois d’août. Quid de la revalorisation salariale ? Quid du profil de carrière des enseignants du secondaire, se demandent les enseignants. Le décret n’en parle pas. Au contraire, il annonce des primes d’incitation (?). Un décret qui selon son article 6 «prend effet à compter du 1er avril 2009».

Les enseignants sont mécontents et se sentent trahis. Eux qui avaient vus dans l’arrêté interministériel une lueur d’espoir. Ils se rendent à l’évidence que ce «lait et ce miel» ne sont pas (encore) à l’ordre du jour.
De la voie de la CES-CI (Coordination des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire), ils déposent un premier préavis de grève le 15 septembre 2008 pour demander «la détermination immédiate des nouvelles grilles de salaires et la date de prise en compte des effets financiers». Par ce préavis, les enseignants du secondaire entendent observer un arrêt de travail à compter du «mardi 7 au Jeudi 9 octobre 2008». Le ministère de la fonction publique et de l’emploi à qui est soumis ledit préavis reste sourd à cet avertissement.
Les enseignants du CES-CI reviennent à la charge avec un deuxième préavis à la date du 4 octobre 2008. Cette fois-ci, ils promettent de mettre à exécution leur plan d’arrêt de travail de 72 heures à compter du 14 au 16 octobre 2008.
Une grève qui semble t-il a été largement suivie sur toute l’étendue du territoire. Pendant trois jours donc, les cours sont arrêtés.
Le ministère de l’éducation nationale promet alors de sanctionner les enseignants grévistes.
Et tout commence par la rétention des salaires des responsables du Bureau Exécutif de la coordination et même ceux des bureaux locaux.
Puis le 6 janvier dernier, survient la décision ministérielle par laquelle des responsables du Bureau National et des Bureaux Locaux (exclusivement en poste à Cocody, commune présidentielle) sont mutés dans des zones ex-assiéges (Toulepleu, Bloléquin, Grabo , Guiglo à l’ouest, Tiébissou, Didiévi, Bocanda au centre et Bondoukou dans l’extrême Nord-Est). (Téléchargez la liste des enseignants mutés et leurs nouveaux lieux d’affectations en cliquant sur Img0012.JPG).

Au regard de cette dernière décision, le CES-CI mobilise ses membres qui signent une lettre de protestation déposée à la présidence, à la primature, au ministère de la fonction publique, au ministère de l’éducation nationale, aux ambassades et aux Organismes des Droits de l’Homme. Cette lettre réclame «l’abrogation» de la dernière décision et demande «le maintien en place des enseignants concernés». Aussi préviennent-ils, d’observer un arrêt de travail du lundi 12 au vendredi 16 janvier 2009.
Le CES-CI qui revendique en son sein 80 % des enseignants entend mettre à exécution cette grève si rien n’est fait d’ici là. Selon les informations reçues, les cours se seraient arrêtés dans la plupart des établissements secondaires de la ville d’Abidjan (et plus particulièrement ceux de Cocody). Selon un des responsables de ladite coordination, les villes de l’intérieur vont également leur emboîter le pas d’ici quelques jours, histoire d’apporter leurs soutiens.

Les derniers développements de cette crise entre la CES-CI et le ministère m’emmènent à m’interroger et à faire les analyses suivantes.
Doit (peut)-on utiliser la mutation comme moyen de sanction à des enseignants grévistes ? Le constat que je fais (sans prendre parti) c’est que les enseignants concernés ont suivi le cheminement légal concernant la grève. Pourquoi les sanctionner alors ? Le droit de grève est-il toujours "légal" en Côte d’Ivoire ?
Pourquoi sanctionner 8 personnes uniquement et pourquoi la commune de Cocody seulement ? L’enseignement secondaire se limite t-il à cette commune d’Abidjan ? Et les autres qui ont suivi la grève ? Voilà autant de questions que je me pose.
Le constat est qu’en Côte d’Ivoire en général, on n’attend toujours que les grèves dégénèrent avant de réagir. L’on a encore en souvenir la grève des médecins qui a occasionné plusieurs morts. A l’issue de cette grève, le décret annonçant la revalorisation de leur salaire a suivi.
Dans un pays où la cherté de la vie est devenue un style de vie, les enseignants demandaient certainement que leurs conditions de vie soient améliorées. Si l’Etat n’a pas les moyens, pourquoi annoncer une décision d'amélioration de leurs salaires ? Une décision rappelons-le, signée par 7 ministres de la République.
L’heure est peut être au dialogue.
Après avoir rencontré les enseignants volontaires de Korhogo, je puis vous affirmer qu’il n’est point dans l’intérêt de nos enfants que les enseignants observent des grèves à répétition. Dans un système éducatif fortement paralysé, n'en rajoutons pas davantage.

29 novembre 2008

l'Insaac fermée...pour grève

P1170049.JPG


14 octobre 2008

Identification au ralenti

SDC11571.JPG

Rue calme, portail fermé (et surveillé par un gardien), le «Groupe scolaire Cocody-Est» de Cocody (la commune où réside le chef de l’Etat ivoirien), n’a pas connu ce mardi 14 la grande ambiance des jours derniers.
Désigné centre de recensement, «il y avait une certaine affluence au début de l’opération de l’identification».
Situé au cœur de la commune présidentielle, à proximité du célèbre espace gastronomique "l’Alocodrôme de Cocody", l’établissement scolaire avait été désigné (comme des centaines autres) pour abriter cette opération pour ce secteur de Cocody.
Mais «depuis deux jours les agents "recenseurs" ne viennent plus», affirme Soungalo, le gardien des lieux. «C’est la deuxième journée que je fais le déplacement et on nous dit qu’il n’y a personne», renchérit un jeune dame, la trentaine et portant un enfant sur le dos.
Selon des informations relayées dans la presse ivoirienne et confirmé par une source crédible de l’Ofiice nationale d'identification (Oni), «il y a deux raisons principales». «D’abord le cafouillage qu’il y eu la semaine dernière dans certains centres emmène certains agents à réclamer plus de sécurité. Et pour cela ils désertent les lieux. L’autre raison qui est d’ailleurs la plus récurrente, c’est que les agents chargés de l’identification réclament leurs primes qui devaient leur être versées depuis un certain temps déjà», nous indique la source.
Un agent de la Cei précise les chiffres. «Ces agents réclament 90 000 FCFA par mois, et 25 000 FCFA comme prime de transport».

En attendant, à l’image du «Groupe scolaire Cocody-Est», la quasi-totalité des centres est fermé retardant du coup le calendrier de l’identification et par là-même celui des élections présidentielles prévues pour le 30 novembre prochain.

24 juillet 2008

l'Ugtci sur le (droit) chemin de la grève

L'Union générale des travailleurs de Côte d'Ivoire (UGTCI) a décidé de faire la grève selon les règles de "l'art juridique" afin d'obtenir la baisse du prix du carburant et des denrées de première nécessité, ainsi que la revalorisation des salaires. En voici ici la preuve.

18 juillet 2008

Une ballade édifiante à Abidjan

Je me suis dit que la journée du jeudi serait un peu différente de celles qu’on connait depuis le lundi dernier, début des mouvements de grèves des transporteurs – relayés par les travailleurs.
La montre accrochée à mon bras affiche 10 heures et demie. Je suis arrêté à la gare des «Wôrô wôrôs» (taxis communaux) depuis plus d’un quart d’heure. Aucun véhicule à l’horizon.
Quelques minutes plus tard, je décide d’effectuer presqu’un kilomètre (à pied) pour sortir de mon quartier et rejoindre l’arrêt de bus le plus proche.
Une fois là-bas, je suis soulagé de trouver un «78» (ralliant mon quartier à la commune populaire d’Adjamé) prêt à embarquer.

Au fil des distances que nous effectuons, le bus se remplit de plus en plus. Bientôt, l’engin qui était calme, aéré, silencieux et confortable se transforme en un four ambulant avec à son bord des passagers bavards au nombre desquels on retrouve de nombreux nouveaux bacheliers. (Je vous épargne les détails de cette atmosphère à la fois malodorante, asphyxiante et bruyante).
Je dois me rendre aux 2 plateaux alors je décide de descendre au niveau du célèbre carrefour de la vie.

...

Depuis quelques minutes, le bus roule sur le «boulevard Mitterrand» (qui joint la commune de Bingerville à la Riviera). Nous stationnons à un feu quand j’aperçois au prochain arrêt, une foule immense de personnes qui prennent position pour se battre et essayer de monter à bord du bus de la Sotra (Société de transport Abidjanais).
Je décide alors de descendre et de quitter le gros véhicule pour une vie plus agréable… à terre. Je me fraie ainsi un chemin entre ces "guerriers" qui tiennent coûte que coûte à ne pas rater ce «goule» (jargon abidjanais pour désigner un bus de la sotra).
Le soleil, tout en se cachant derrière quelques nuages, brille de quelques éclats. En fronçant les sourcils, je regarde soulagé, le bus s’éloigner. Il roule lentement, tellement il est bondé de monde.
9611bbc36c7229c72623585f94a2aa3a.jpg
Quelques secondes seulement après que le mastodonte se soit éloigné du rond point où je suis descendu, je reçois quelques gouttes d’eau sur le front et sur le bras. Avant même que je m’en rende compte, une forte pluie m’oblige à chercher un abri près d’un guichet automatique d’une banque. A ce niveau, le vigile de service me demande de m’éloigner par mesure de prudence. «Monsieur s’il vous plaît, vous ne pouvez pas rester ici. Allez-y un peu plus loin», me demande t-il poliment.
J’exécute aussitôt certainement intimidé par l’arme impressionnante qu’il utile pour m’indiquer l’endroit où je dois "m’installer".
La pluie quand à elle, continu de tomber obligeant hommes, femmes et enfants à courir dans tous les sens à la recherche d’un abri…sûr.

Après quelques éclaircies et quelques coups de tonnerre, la pluie fait place au soleil à la satisfaction de tous.
Je me résous à emprunter un des rares «Wôrô wôrôs» encore en circulation pour atteindre le prochain quartier. Sans grande difficulté donc j’atteins la Riviera 2.
Le spectacle est digne d’un cimetière. «La gare est vide !», constatent mes yeux.
Et quand sentant mon désespoir le chauffeur m’annonce qu’il va un quartier plus loin, je lui lance un large sourire pour lui signifier que je serai très enchanté qu’il m’y emmène.

Une fois arrivé à «Attoban», le conducteur à son tour me sourit en me réclamant les frais de transport: «ça fait 400 francs chef», lance t-il pour une distance où (avant la hausse des prix) j’aurais payé 250 francs. Sans discuter je lui donne son argent.

A Attoban, j’étais loin d’imaginer que l’attente d'un véhicule pour me rendre au 2 plateaux allait être si longue et sembler éternelle.
Après 1 heure et demie à guetter des yeux un taxi communal, je me rends à l’évidence que cette fois (et surtout dans ce quartier-ci), la grève est bien suivie.
Alors petits pas après petits pas, je commence à prendre le chemin qui me mènera là où je vais. (C’est à 5 kilomètres environ).
Et quand la pluie s’en mêle, je suis un peu plus en colère.
Dans mon cœur, plaintes et complaintes se succèdent au rythme et à la cadence du soleil et de la pluie qui se relaient sur mon chemin.
Au bout d’une heure environ de marche – tantôt lente à cause de la chaleur, tantôt rapide du fait de la pluie – j’arrive enfin à bon port.

1c5dd96d0574dfc54f99f808763e79e3.jpg

Le retour est moins douloureux et plus confortable. Après un premier «90» qui me descend à Cocody-centre, j'emprunte un autre bus venant du Plateaux (centre administratif et des affaires) et qui se rend dans mon quartier. L’ambiance est plutôt bonne à l’intérieur du «Tata» (nom de la marque du bus) et l’air circule parce qu’il n’y a pas beaucoup de monde.
e2ae035c1d64c29f9e6a8fa217831daf.jpgEn chemin, j’observe quelques réverbères qui s’allument et qui annoncent la tombée de la nuit. Le bus stationne une quinzaine de minutes plus tard de là où je suis parti le matin. Il me reste juste 1 kilomètre à faire, mais je suis rassuré : «Je ne suis plus loin de chez moi !».

16 juillet 2008

La galère des candidats au Bac à l'heure de la grève

4d441bfdd00eee7486437ae1c12f59da.jpg

Les résultats du baccalauréat sont désormais disponibles dans les centres d’examen.
Depuis cet après midi, la nouvelle a «envahi» la ville d’Abidjan.
Le seul hic, c’est qu’il n’y a pas de moyens de transports pour ceux qui voudraient s’y rendre. Et ce, du fait de la grève des transporteurs pour dénoncer la hausse du prix du carburant.
A l’arrêt de bus où nous nous sommes rendus (à pied) autour de 15 heures, le spectacle est pitoyable. «Ça fait deux heures que j’attends en vain le bus pour me rendre au plateau afin de voir mes résultats», lance Alfred Dakoury le visage tendu le cœur serré.

7dacef7b5cede3d04d22a13cb204a976.jpgComme Alfred, ils sont une trentaine à attendre un moyen de transport afin de se rendre au centre dans lequel ils ont composé. Mais point de bus.
A la rumeur, les engins de la Société des transports Abidjanais (Sotra) – qui étaient les seuls à ‘‘rouler’’ jusque-là – auraient décidé d’arrêter de travailler à partir de 14 heures ce jour. Cette nouvelle n’est pas encore officielle. Mais la désertion des bus à leurs quais semble le prouver.
Pendant ce temps, les élèves qui attendent impatiemment leurs résultats sont partagés entre incertitude, angoisse, colère et inquiétude.

15 juillet 2008

On s'arrange comme on peu

"La grève des transporteurs a été largement suivie : du carrefour de Wiliamsville, Adjamé 220 logements, Adjamé texaco, Adjamé carrefour STIF, Adjamé carrefour nouvelle gare, l`autoroute Nord et enfin l`autoroute d`Abobo sur laquelle certains camions de fortune ont prêté leurs services aux marcheurs".

eb59b9ecc7d1571ccac393a7b7a7c033.jpg


(Photo abidjan.net)