topblog Ivoire blogs

15 janvier 2009

Le corps judiciare de retour au nord

PRIMATU3%20(Large).jpg

Le ministre de la Justice Mamadou Koné a participé jeudi à une cérémonie à Bouaké (centre)pour marquer le redéploiement du corps judiciaire dans le nord, contrôlé depuis six ans par l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN).
"Nous sommes venus vous dire que l'administration judiciaire est en route. Ce redéploiement est une réalité", a déclaré le ministre en installant officiellement une quinzaine de magistrats et auxiliaires de justice au palais de justice de Bouaké, fief des FN.
Une soixantaine de magistrats et 140 auxiliaires de justice, sur un total d'environ 380 personnes à redéployer, "prendront fonction dès la semaine prochaine" dans le nord, a-t-il ajouté.

Six des 10 tribunaux et les 11 prisons que comptent les zones FN ont été "réhabilités", a souligné M. Koné. Une autre cérémonie était prévue jeudi après-midi à Bouaké, pour marquer le retour de l'administration financière dans le nord.

Le jeudi 15 janvier est la date-butoir fixée par le dernier accord de paix, conclu en décembre 2008, pour le retour à l'unicité des caisses de l'Etat et le redéploiement des agents de la fonction publique civile.

(Source AFP)

30 décembre 2008

L'équation de l'identification à Bouaké

Banniere_ChroniqueIvoirienne06.jpg

L'opération d'identification qui a démarré il y a quelques mois dans le nord est rendue difficile par les "problèmes de papiers" mais aussi par le faite que de nombreux jeunes venus d'Abidjan attendent toujours le coup d'envoi pour commencer à travailler. En attendant il conjugue leurs journées avec la galère.
Lire notre constat dans notre cinquième "Chronique Ivoirienne".

Je vous propose également l'article paru ce matin dans de Fraternité matin, le quotidien gouvernemental ivoirien.

26 novembre 2008

La rébellion finira t-elle par la guerre ?

a21f2a9bf1c575d775a67be57e57d50d.jpg

Après la région du Worodougou secouée par l`affrontement meurtrier entre les pro-Zackaria et pro-Soro, c`est probablement le tour de la région de l`Ouest montagneux. Où des mouvements subversifs sont signalés avec déjà la libération des prisonniers de la ville de Man et des affrontements intercommunautaires. Le processus de sortie de crise sera-t-il grippé ? Arrivera-t-il à bon port ? Autant d`inquiétudes qui, depuis quelques jours, angoissent la population ivoirienne. En effet, annoncé puis mis à exécution, l`affrontement entre pro-Zackaria et pro-Soro a fait des morts à Séguéla. Alors que l`on s`interroge sur les réelles motivations de cet énième bruit des armes, un autre bruit de bottes se profile à l`horizon dans l`Ouest montagneux. Où des informations font état de l`imminence d`un embrasement de la région. Et donc de la mise à mal du processus de sortie de crise, pourtant sur la bonne voie depuis l`Accord politique de Ouagadougou (APO) du 4 mars 2007. Ce projet funeste et au dessein inavoué serait en branle avec l`évasion de 30 prisonniers de la prison civile de Man. Une source proche des Forces nouvelles (FN) à Man avance que 7 des évadés se sont rendus, quelques uns ont été mis aux arrêts, tandis que d`autres courent encore. Sans plus de précisions. Aussi faut-il signaler des affrontements intercommunautaires dans cette grande région et surtout une rixe entre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et la population. De véritables mouvements subversifs dans lesquels des chefs de guerre libériens sont signalés, jettent un discrédit sur les acquis de l`APO, suscitant interrogations et inquiétudes. Laissant une situation toujours précaire et une région en proie à de récurrentes attaques. A cela, s`ajoutent les récentes revendications pécuniaires des supplétifs libériens. Ceux-ci avaient défrayé la chronique et avaient sommé l`Etat ivoirien de payer leur dû consécutif à leur supposée participation dans la crise militaro-politique de septembre 2002. Des informations font également état de mouvements de huit (8) chefs rebelles qui sillonnent l`Ouest du pays. Se comportant en de véritables espions venus en précurseurs, ces libériens prépareraient un assaut contre la région du moyen-Cavally. (Lire Le Temps n°1674 du mardi 25 novembre 2008). Aussi l`Ouest montagneux, qualifié de région ayant payé le lourd tribut pendant cette crise fait-il l`objet d`une attention particulière et même convoitée. Puisque, point de départ important pour la pacification du pays et surtout pour la réinsertion des combattants et des nombreux chefs de guerre. Tout acte qui, si l`on n`y prend garde, pourrait remettre tout en cause. Surtout avec la visite d`Etat du chef de l`Etat, Laurent Gbagbo, prévue probablement dans la première semaine du mois de décembre. En effet, le Président de la République devrait se rendre dans l`Ouest montagneux pour s`imprégner des réalités des populations à l`effet de penser un plan de redressement de ladite région. L`imminence de ces mouvements subversifs avec à la clé la libération des pensionnaires de la prison civile de Man achève de convaincre plus d`un sur l`impérieuse question du désarmement des ex-combattants et des mouvements d`autodéfense. Car beaucoup d`armes circulent et essaiment le territoire national. Notamment, dans les zones CNO.


Source Le Temps

26 octobre 2008

L’ex-rébellion ivoirienne réprime une manifestation de fonctionnaires

cote-ivoire-rebelles-3-3.jpg

L’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) a réprimé vendredi une manifestation de fonctionnaires à Korhogo (extrême-nord de la Côte d’Ivoire), une localité sous son contrôle, faisant plusieurs blessés, selon une information diffusée dimanche auprès d’un syndicat.

Lire la suite

21 août 2008

Coup d’Etat au Nord ?

Plusieurs évènements tendent à tourner nos pensées vers cette hypothèse.

1- D’abord le soulèvement depuis trois jours déjà des ex-combattants qui ne réclament plus leurs 90 000 francs par mois mais désormais… "5 millions de francs" qu’on leur a promis au début de la crise. Et surtout, la convocation de leur patron à la table des discussions comme condition au débrayage.

2- La rumeur de la disparition de Issiaka Ouattara alias ‘‘Wattao’’ , Chef d’Etat major-Adjoint des Forces nouvelles. Annoncé pour mort, puis pour grièvement blessé à la suite d’un «terrible accident», Wattao a atterri (sain et sauf) à New York pour dit-il «voir sa famille».


Connaissant son attachement au maintien de l’ordre et de la discipline dans les zones ex-assiégées, il aurait reporté son voyage de vacance. Que cache donc ce voyage en ces heures aussi chaudes à Bouaké ?
3- Et puis où se cache le Chef d’Etat major des Forces nouvelles, Soumaila Bakayoko dont le silence se fait retentissant depuis le début du soulèvement… au lieu de lui
CEMAFN.JPG

4- … c’est Chérif Ousmane qui prend la tête de la médiation et tente de calmer le jeu.

5- Il y a aussi la soudaine apparition (d’on ne sais où ?) du Général Michel Gueu, conseiller spécial de Guillaume Soro envoyé pour le représenter.

*(Interview réalisée par Abidjantv.net)