topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

26 mars 2012

Macky Sall élu. Les leçons que je tire

wada-sall.jpgLe bruit a couru toute la nuit de ce 25 au 26 mars 2012 traversant tout le Sénégal et toute l’Afrique pour atteindre les autres contrées du monde. «  Macky Sall sera le 4e Président de la République du Sénégal » jubilait un supporter de l’ancien premier ministre en apprenant que Wade, le Président (sortant) avait félicité son adversaire. Bonne nouvelle donc quand on se rappelle les derniers épisodes avant le scrutin.

Au moment où l’on attend les résultats officiels et définitifs, je m’autorise à en tirer quelques leçons.

Ce qui arrive au Sénégal est dans l’ordre normal des choses quand on se veut un Etat démocratique. Si on se surprend entrain de jubiler du dénouement heureux à l’issue de ce combat de coqs, c’est que l’alternance est une denrée rare à l’école de la démocratie en Afrique.

La première leçon est que le peuple sénégalais fait montre de sa maturité démocratique et de sa capacité à résoudre ses problèmes par les urnes. Après la victoire de l’opposition et de la société civile le 23 juin dernier, le refus de Wade de ne pas abandonner sa candidature avait fait craindre le pire. Pourtant, les populations ont préféré ne pas tomber dans des affrontements partisans, sanglants et meurtriers et ont fait le choix de «combattre » dans les urnes. Au final, un vote-sanction pour écarter enlever Abdoulaye Wade. « Il faut comprendre que les Sénégalais ont voté contre Wade. Ce n’est pas systématiquement un vote d’adhésion à Macky Sall, même s’il faut le reconnaître, ce dernier a les compétences et le charisme pour assurer ses (nouvelles) fonctions », commentait avec nuance un observateur sur une chaîne étrangère.

La deuxième leçon est qu’au bout du compte, l’ancien président Sénégalais s'en sort par la grande porte. (J’en connais un qui n’a pas eu cette chance. Coup d’Etat oblige). Un simple geste. Un coup de fil. Des félicitations. Il est vrai que cela ne peut effacer de nos souvenirs les dérives notées (surtout) vers la fin de son mandat. Pourtant, il faut saluer bien fort le « coup de fil  de Wade» qui fait baisser les tensions et remet Dakar sur les rails encore fragile de la démocratie.

Troisième leçon : « Personne n’a mis sa bouche dans les affaires sénégalaises » comme on le dirait dans les rues d’Abidjan. Des questions sénégalaises, résolues entre Sénégalais au Sénégal.

Tout est bien qui finit bien donc. Les élections Sénégalaises de 2012 se seront achevées sans trop de dégâts. Un pas de plus vient d’être fait par les Sénégalais. Un petit pas. Mais un pas tout de même. Là où certains ont réculé en courrant. Le plus dur commence pour Sall. Prions pour qu’au fil des années son intégrité et ses bonnes idées en faveur de ses citoyens restent intactes, comment on le voit souvent rarement avec certains présidents africains.

Crédit Photo : wadr.org

 

16 mars 2009

Bonus de Dakar

10 mars 2009

Les lauréats du Waxal récompensés

P1200316.JPGLa cérémonie de remise de prix des lauréats au «concours Waxal» a tenu toutes ses promesses.
C’est au «Just 4 U» que c’est tenue cette sympathique cérémonie riche en couleurs et en invités.
Dans ce restaurant de Dakar les invités ont commencé à s’asseoir depuis quelques minutes. Les lauréats arrivent autour de 15 heures 30. Le décor est super. Les invités sont installés. Un joueur de kora distille de la musique. Reprenant parfois des titres du célèbre chanteur Sénégalais Youssou N’Dour.
Un peu après 16 heures, Ken Lohento le coordinateur du programme introduit les initiateurs du concours. Tour à tour, ils vont se réjouir du choix des lauréats qui pour eux, «reflètent la vision panafricaine de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest». C’est d’ailleurs la directrice du dit institut Diana Senghor, qui va relever «le soucis de faire la promotion des journalistes qui utilisent ce nouvel outil qu’est le blog». Chris Kabwato de High Africa, Macha Ndesanjo de Global Voices Online n’ont pas également manqué de saluer le choix des lauréats et de demander qu’ils contribuent davantage à la démocratisation de l’expression citoyenne.

P1200291.JPG

La deuxième partie de cette cérémonie a été essentiellement marquée par une «Table ronde interactive» qui avait pour thème ; «Blogs en Afrique : Espace de progrès ou de représentation de la citoyenneté ?». Sous la modération de Francis Nyamnjoh, chercheur, professeur et Directeur des publications au CODESRIA, les intervenants se sont tour à tour penchés sur ce débat.
L’attention du public a surtout été retenue par l’intervention du Docteur Mamadou Ndiaye enseignant au CESTI de Dakar. Ce dernier s’est demandé si le journaliste blogueur était «un modèle à part». Proposant une différenciation entre le journaliste et le blogueur, l’orateur a plaidé pour un cadre légal du bloggin an Afrique de l’Ouest (surtout) pour éviter les dérives.
Un bel échange a salué cette thématique. Certains (radicaux) considérant que le bloggin comme un (leur) métier et d’autres estimant que le blogueur ne rentre pas dans le cadre professionnel du journaliste. «Il n’a pas de bulletin de salaire, il travaille quand il veut, où il veut et comment il veut», ont-il révélé. En ajoutant que le blogueur échappe à tout contrôle d’une rédaction ou d’une entreprise. D’autres intervenants ont plutôt relevé la complémentarité entre le blogueur et le journaliste. «Le blogueur va là ou le journaliste s’arrête», ont-il défendu. Incitant les journalistes à avoir des blogs, et les citoyens qui ont des blogs à respecter les règles de l’écriture.
P1200318.JPG

A l’issue de ces échanges, l’heure était à la remise des prix. Cédric Kalonji du Congo pour le prix du meilleur blog de journaliste francophone, Rosebelle Kumire de l’Ouganda pour le prix du meilleur blog de journaliste anglophone et le site Lusakatimes.com de la Zambie pour le prix du blog d’organisation de la société civile africaine. Ajouté à ces trois lauréats, Israël Yoroba qui a reçu le prix spécial Ipao du meilleur blog de journaliste d’Afrique de l’Ouest.

Nouvelle Fraîche.

P1200272.JPG

Il est un peu plus de 20 heures 30, une voix dans les hauts parleurs de l’avion à bord dans lequel j’effectue le voyage annonce «17 degrés» au sol. Nous nous apprêtons à atterrir et à fouler le sol de la capitale sénégalaise.
Alors qu’au départ à Abidjan, le climat se disputait le soleil et la pluie et que j’étouffais avec les 32 degrés, je n’avais pas idée ce qui m’attendait à Dakar.
Mais une fois que mes pieds franchissent la porte de l’avion, un froid glacial me rentre soudainement dans les os. Je cours aussi vite que je peux pour me glisser dans le bus qui nous attend et profiter de la chaleur de la masse humaine qui s’est formée à l’intérieur de l’engin. Mais cette chaleureuse compagnie sera de (trop) courte durée. A peine quelques mètres effectués que nous sommes priés de descendre pour faire face aux formalités administratives. Chose faite assez rapidement. Une fois dehors, mon calvaire va continuer jusqu’à l’hôtel. «Et ça ne s’arrêtera pas, ça pourrait même devenir pire», m’a-t-on averti.
Et c'est ce qui s'est fait. Cédric qui lui vient de Lille en France se marre et se moque de tous ceux qui comme moi grincent les dents de froid. Pour lui, "le temps est agréable" alors que nous approchons les 12 degrés le soir.

Ps: Photo prise à 7 heures 15.

08 mars 2009

A Dakar !

dakar-quartier-du-virage-visoterra-16264.jpg

Une invitation m’a été faite à Dakar pour deux évènements.
Le premier est la remise de prix du concours Waxal. Je serai récompensé pour le Prix Spécial du Meilleur Blog de Journaliste d’Afrique de l’Ouest. La cérémonie semble t-il se tiendra ce lundi. Une cérémonie au cours de laquelle il y aura des échanges avec la presse et d’autres partenaires aux blogs et aux Tic en général. (Un genre de conférence de presse après match).
Une table ronde autour du sujet du développement des Ntic en Afrique de l’ouest va également marquer cette cérémonie de remise de prix.

Le deuxième évènement tout aussi important va lui se tenir sur trois jours. Il s’agit d’un «Atelier de sensibilisation et de dialogue» dont le thème est «Cadres juridiques et politiques de la société de l’information en Afrique de l’ouest ; enjeux et rôles des acteurs». Ce dit atelier se le programme à nous communiqué se tiendra du 11 au 14 à Saly, un contrée balnéaire à environ 80 kilomètres au sud de Dakar, la capitale sénégalaise.
Cet atelier est initié par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) et la Fondation OSIWA (Open Society Institue of West Africa) – et ce «dans le cadre de leurs différentes actions et réflexion autour du renforcement de capacités et du dialogue sur les politiques et usages des TIC pour l’avènement de sociétés ouvertes et démocratique. Ces trois jours de rencontres ont essentiellement pour but de «Promouvoir un dialogue multi-acteurs et sensibiliser sur quelques enjeux-clés du cadre juridique de la société de l’information en Afrique de l’Ouest, afin de contribuer au renforcement des processus nationaux dans ce domaine», précisent les «Termes de référence».
Nous aurons donc l’occasion de participer à ces rendez-vous et pourquoi pas (espérons-le) de découvrir (un peu) Dakar.
Alors on se dit certainement à bientôt pour des nouvelles en provenance du pays des Lions de la Téranga.

30 mars 2017

Sommet Africtés 2012 : l’Afrique rencontre ses Peuples

africités,sommet africités,africt,dakar,sénégal

5000 participants venus de toutes l’Afrique. Des centaines de médias du monde entier. Des Chefs et d’Etat et anciens Chefs d’Etat. Des Centaines d’Institutions, des milliers de collectivités locales. Le sommet Africités est certainement le plus gros évènement Africains de cette année 2012. Et pour cette 6e édition c’est Dakar, la capitale sénégalaise qui va accueillir tout ce monde autour du thème : « Construire l’Afrique à partir de ses Territoires : Quels Défis pour les Collectivités Locales ? ».

Appelé aussi le sommet des « Maires africains », cette édition 2012 va se tenir du 4 au 8 novembre 2012 à l’Hôtel King Fahd Palace (ex Hôtel Méridien Président) de Dakar.

Les participants représenteront tous les protagonistes de la vie locale africaine ainsi que leurs partenaires des autres régions du monde : ministres chargés des collectivités locales et ministres en charge du développement local durable et de l’emploi ; autorités locales et élus locaux ; responsables des administrations centrales et locales ; organisations des sociétés civiles, associations et syndicats ; opérateurs économiques des secteurs publics, privés et de l’économie sociale ; autorités traditionnelles ; chercheurs et universitaires ; agences de coopération internationale.

« L’objectif de cette sixième édition du Sommet Africités, selon les organisateurs, est d’examiner l’impact des dynamiques d’urbanisation, de mondialisation et de démocratisation avec son corollaire la décentralisation, sur la réorganisation du peuplement et du développement du continent, et son inscription dans le monde d’aujourd’hui et de demain ».

La nomenclature du Sommet s’établit en 3 grandes articulations. Les sessions thématiques. C’est au cours de ces rencontres que le thème du Sommet est analysé et débattu (le 4 et le 5 décembre). Ensuite les sessions spéciales organisées à la demande d’institutions, agences ou réseaux qui souhaitent travailler avec les collectivités locales d’Afrique (le 6 décembre). Les deux dernières journées sont réservées aux rencontres politiques (le 7 et le 8 décembre). Tout le programme du Sommet Africités 2012.

___________________________________________________________

Participez au Sommet Africités en vous inscrivant en ligne ou en envoyant le formulaire rempli par mail à l’adresse suivante : secretariat@africites.org , ou par fax au numéro +212 (0) 537 26 00 60

Suivez le sommet sur Facebook ou sur Twitter ou sur le Blog du sommet Africités