topblog Ivoire blogs

20 mai 2012

Fesnami 2012, la cuisine ivoirienne célébrée

fesnami.jpgLa sauce Tchon de Katiola, le riz soumara de Séguéla, l’attiéké huile rouge de Dabou ou encore la sauce kôpè de Bongouanou ou même le Gouagouassou de Bodokro. Et pourquoi pas le Kedjénou de crabe poilu de San Pedro, le N’Douan (poisson avec écaille) pêché dans les eaux d’Adiaké, ou le foutou igname de Yamoussoukro ou même la sauce Avicam gambas de Grand Lahou.

Le menu était aussi varié que les régions représentées à la première édition du Festival National des Mets Ivoiriens, le FESNAMI. A l’initiative de jeunes ivoiriens – conduit par Paterne N’Zi. Une rencontre sur 3 jours; du 18 au 20 mai. Curieux par le caractère original de ces festivités et au vu des témoignages dont les échos me sont parvenus ça et là sur toile, je me suis rendu sur place au 2e jour à l’espace vert situé en face de SOLIBRA.

J’arrive donc le samedi autour de 11 heures. Les sièges sont renversés, quelques femmes s’activent ça et là sous des hangars, l’air est encore frais et la pelouse mouillée. La pluie est passée par là.

Cela n’enlève rien à la détermination du comité d’organisation et à l’optimisme de ses membres. Galvanisés par la première journée et le succès rencontré.

Vers midi, le soleil réapparait, la musique est de mise, le monde s’installe. Les plats sont dégustés avec délices par les visiteurs qui n’hésitent pas à passer un coup de fil à leurs connaissances pour partager leur satisfaction. J’en fais de même. Il n’y a pas très grand monde, mais c’est super bien organisé. Vous achetez un ticket à 1000 francs, cela vous donne droit à un repas dans la « région » de votre choix. Les quelques personnes interrogées après le repas ce jour, n’hésitent pas à jubiler.


podcast

Quand aux organisateurs, le pari est réussi. On parle même déjà de la 2e édition en 2013.


 undefined

Personnellement, j’ai salué cette initiative qui vise à faire découvrir la richesse gastronomique de la Côte d’Ivoire. Il fallait y penser. Mais au-delà de cet aspect gastronomique c’est un bon moyen de rassembler les Ivoiriens. « La nourriture rassemble » lançait un des visiteurs, originaires du Nord et qui dégustait à pleine dent un plat de l’ouest. Dans cet élan de réconciliation, chacun y met du sien. Chacun apporte sa contribution. A sa façon, et selon son style. Le FESNAMI l’a fait. Et c’est à encourager.

Mauvais points.

Cet évènement a manqué de communication dans les canaux classiques. Cela est certainement dû aux faibles moyens des organisateurs et au manque de gros sponsors.

Le programme n’était pas clairement défini à l’avance. Au-delà du fait qu’on vient manger, on ne savait pas trop à l’avance ce qu’on ferait après. Autre mauvais point, il y avait des Mc improvisés qui ne maitrisaient pas le micro et dont les discours étaient mal préparés. (A corriger donc !)

Au regard de cette première édition, je reste convaincu que les échos de la réussite du Fesnami 2012 vont susciter beaucoup plus d’enthousiasme et d’engouement pour les années à venir.

Bravo aux organisateurs et rendez-vous est pris pour l’année prochaine. 

Voir toutes les photos du FESNAMI (tout en bas de cette page qui va s'ouvrir)

 Crédit (de ma) Photo: John James

 

02 octobre 2008

Le Centre culturel français ouvre ses portes

CCF.jpgOn commence à être habitué depuis un certains temps à la (ré)ouverture d'établissements français qui étaient fermés depuis la crise en Côte d'Ivoire.
Après, le retour des établissements de business français, et la rouverture du lycée français Blaise Pascal... place au centre culturel français (CCF).
Situé à Abidjan-Plateau, il reprend petit à petit ses activités. Mais, le CCF n’est pas encore ouvert au grand public comme ça l'était avant la crise en ivoirienne.
Avec le retour à la normalisation et la stabilité, ce centre, très visité par les élèves, étudiants, travailleurs, artistes... pourrait rouvrir, en définitive, dans quelques mois, en 2009.
L’information a été donnée par Francy Degardin , la responsable de la politique intérieure, de la société civile, de la communication et des droits de l’homme de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire. «Nous avons l’intention d’ouvrir le CCF», a-t-elle souligné annoncé. Si elle se préserve cependant de donner une date précise, Madame Degardin annonce l’ouverture pour 2009.
Par ailleurs, des problèmes administratifs y sont pour beaucoup dans le retard que prend l’ouverture. Situation, selon elle, qui ne dépend pas de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire mais de l’Etat français.
Certainement la rentrée prochaine on verra (pourquoi pas ?) l'ouverture du Collège Jean Mermoz. (Voir prochain post).