topblog Ivoire blogs

14 mars 2012

Harubuntu 2012, c'est lancé !

banniere-harubuntu-NEW_crop.png

Harubuntu signifie en kirundi « Ici il y a de la valeur ».

C’est un concours organisé par l’ONG Belge Echos Communication L'ONG belge, Echos Communication qui veut repenser l’acte de coopération en mettant en lumière, d’une part, la réciprocité qui existe entre le Nord et le Sud et en promouvant, d’autre part, les potentialités de chacune des parties.

Motivation du Prix

Ici, en Afrique, il y a de la valeur. Des femmes et des hommes qui créent des richesses et inventent un futur à leur image. Des femmes et des hommes qui ont conscience de leurs valeurs et qui désirent s’appuyer sur celles-ci pour mettre en oeuvre leur développement. Des femmes et des hommes qui désirent voir leurs valeurs reconnues, entendues, valorisées tant sur leur propre continent que sur la scène internationale. Parce que le développement n’est possible qu’en ayant confiance en soi. Parce qu’au cours de l’histoire de l’Afrique, ces valeurs ont été souvent secrètes, cachées, ignorées et qu‘il est temps d’en témoigner. Parce qu’il est juste que l’Afrique prenne sa place et fasse reconnaître ses valeurs et ceux qui les incarnent.

Lire la suite

21 septembre 2011

Yoro, Lauréat Harubuntu 2011

IMG_6200.JPG

En ce matin pluvieux sur Abidjan voici une nouvelle qui me réjouit et me rend fier des jeunes avec lesquels je travaille.
Je viens d’être désigné Lauréat par le jury du concours Harubuntu dans la catégorie « Communication ».

Pour, l'ONG belge, Echos Communication organisatrice dudit concours, il s’agit de repenser l’acte de coopération en mettant en lumière, d’une part, la réciprocité qui existe entre le Nord et le Sud et en promouvant, d’autre part, les potentialités de chacune des parties. « C’est pour cela, affirment les initiateurs, qu’un réseau de partenaires euro-africains composé d’ONG, de médias et de personnes indépendantes s’est levé pour lancer ensemble ce projet ».
« Parce que nous croyons qu’il est temps de réinventer la relation entre l’Afrique et l’Europe,... Que l’Afrique recèle de trésors humains, de savoir faire, de manières de vivre, de compétences, de cultures et de ressources naturelles. Et que si les ressources naturelles sont connues, les trésors humains sont encore souvent cachés... » peut-on lire sur le site du concours

.
IMG_6181.JPGC'est sur ce post de la blogueuse Yehni Djidji, que j'ai vu l'annonce de la compétition. En avril donc j’ai soumis ma candidature avec en main tous les projets que j’ai initiés (Avenue225, Ouest Afrika Blog et l’Agence E-voir ). J’ai été présélectionné en juillet et une mission s’est rendu à Abidjan pour une évaluation de ce que j’ai avancé dans mon dossier de candidature. Pendant 3 jours (du 5 au 7 septembre), les deux membres du jury ont suivit mon équipe et moi-même dans nos différentes activités et actions.

Pour remporter il fallait : « être porteurs d’espoir et créateurs de richesses africains, Etre une personne qui ouvre de nouveaux horizons et mettent en place des projets pour le développement de l’Afrique ».

Et comme préréquis il fallait "être d’origine africaine, résider en Afrique, être porteur d’un projet déjà mis en oeuvre concrètement (plus de 6 mois). Enfin, être issus d’une des catégories suivantes : entreprenariat, autorité locale, société civile, communication".

Merci donc au comité d’organisation et le jury pour son choix mais aussi et surtout à toutes les Teams des Avenants (anciens comme nouveaux, d’ici et d’ailleurs) et des "Voyeurs" pour le soutien en tout temps.
Bientôt je vous donnerai la suite du programme concernant le prix.
Les lauréats des années antérieurs. En 2009, une ivoirienne avait été désigné coup d’cœur du Jury.

ça me rapelle où j'ai été désigné "Meilleur Blogueur Francophone 2008" et "Meilleur blog de journaliste d'Afrique de l'Ouest".

01 mars 2011

A vous de voter le meilleur blog ivoirien

C’est l’heure des votes pour le concours de Ivoire Blog Awards du meilleur blog en Côte d’Ivoire. C’est donc aux internautes de faire leurs choix. Pour permettre à vos électeurs d’arriver directement sur votre page de concours faites ceci:


- Téléchargez la photo ci-dessous ou ce code : <a href= »http://ivoireblogawards.avenue225.com/tous-les-blogs/« ><img src= »http://ivoireblogawards.avenue225.co...m/up-1.png » width=210 height=52/></a>

votez.jpg

 

- Faites un hyperlien vers votre page de concours.

- Et c’est tout. Vos électeurs en cliquant sur l’image iront directement voter pour VOUS.


Bientôt, ce sera au Jury de désigner le meilleurs de chaque catégories. Tous les lauréats recevront leurs prix le 15 avril lors d’une cérémonie. Des prix offerts par notre Sponsor et nos Partenaires.
Bonne chance à tous.

17 août 2010

L'aventure continue pour Notre Avenue

logo_avenue225.pngAprès un long mois de "vacances" je reviens pour vous donner quelques news. Après avoir relancé la machine "Avenue223" à Bamako en juin dernier, le cap a été mis sur Abidjan où nous avons lancé un concours. Il visait à choisir 20 correspondants dans toutes les 19 régions de la Côte d'Ivoire.

Nous avions beaucoup d'inquiétudes parce que la fracture numérique est grande et profonde en Côte d'Ivoire. Il y a encore des villes où l'accès à internet relève du luxe. Il y a encore des contrées où on ignore qu'il existe à côté de notre monde réel un autre monde...virtuel. Il existe des citoyens qui n'ont pas d'adresse mail. Ne leur parlez même pas de réseaux sociaux du style Facebook, twitter et j'en passe.

Dans ce décor un peu "analphabète" nous avions pour challenge de trouver dans chaque région des Avenants qui auraient pour mission de rapporter et de raconter le quotidien de leur population. Des Avenants dont le rôle premier serait d'être des médiateurs entre les populations et le monde extérieur via le web. Avenue225 servirait donc de plateforme pour véhiculer leurs petites histoires à travers des textes, des photos, des vidéos etc...

Au total, nous avons reçu une centaine de candidatures. Parmi eux, 22 correspondants (dont une fille) ont été sélectionnés. Sur 19 régions 15 ont répondu à l'appel. C’est encourageant ! Voir la liste des séléctionnés.

Pour nous c'est un grand pas dans la démocratisation et la décentralisation de l'information en Côte d'Ivoire. Avenue225, veut enraciner et confirmer son statut de premier site ivoirien d'informations de proximité. Mais nous entendons le faire avec les citoyens, premiers témoins de tous les évènements. Ces Avenants régionaux recevront une formation et du matériel de base qui leur permettra de mener à bien leur mission.

Et pour la suite...

Ceci fait, ce n'est qu'une première étape. Bientôt nous irons dans les régions pour former d'autres citoyens à la pratique du web et à la découverte de nouveaux outils (utiles) sur la toile. Une caravane sera organisée dans les mois à venir pour renforcer les "troupes" des Avenants régionaux, mais aussi pour en susciter dans les zones non couvertes.

C'est l'occasion pour nous de remercier le Président de l'Union internationale de la presse Francophone, l'Ivoirien Alfred Dan Moussa, qui n'a pas hésité à présider cette formation et la cérémonie de remise de diplôme. Mais aussi, l'Instittut Universitaire d'Abidjan (IUA) qui a mis à notre disposition ses locaux pour la formation.

12 octobre 2009

Des partenaires !

Voilà, quelques semaines que nous avons lancé le nouveau «Avenue225». Nous avions l’intention de faire connaître ce projet à tous, mais également de solliciter l’aide et l'appui de partenaires et d’institutions locales ou internationales (ou de personnes physiques).

 

logofing_htedef.jpg Logo_correspondants.gif
Ils commencent à arriver à notre grande joie. Au plan international, c’est la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) qui nous fait l’honneur de nous accompagner dans le recrutement, la formation et l’équipement des correspondants-bénévoles. Cet organisme financera l’acquisition d’une partie du matériel (appareil photo, enregistreur MP3…).

 

logo_afriqueinvisu_fd noir.jpgEgalement Afrique in Visu, (initié et géré par Jeanne et Baptiste, deux sympathiques personnes) qui n’a pas hésité à être partenaire de ce jeune projet.

akendewa logo.jpgAu plan interne, c’est le réseau Akendewa qui se joint à nous pour cette aventure.

C’est l’occasion de leur dire merci et de solliciter davantage de soutien de la part de ceux qui croient en cette expérience, à la démocratisation de l’information et à la promotion du journalisme citoyen en Côte d’Ivoire.

Nous attendons les prochains partenaires et sponsors.

Le concours se poursuit. Pour tout savoir sur cette sélection cliquez ici

 

10 mars 2009

Les lauréats du Waxal récompensés

P1200316.JPGLa cérémonie de remise de prix des lauréats au «concours Waxal» a tenu toutes ses promesses.
C’est au «Just 4 U» que c’est tenue cette sympathique cérémonie riche en couleurs et en invités.
Dans ce restaurant de Dakar les invités ont commencé à s’asseoir depuis quelques minutes. Les lauréats arrivent autour de 15 heures 30. Le décor est super. Les invités sont installés. Un joueur de kora distille de la musique. Reprenant parfois des titres du célèbre chanteur Sénégalais Youssou N’Dour.
Un peu après 16 heures, Ken Lohento le coordinateur du programme introduit les initiateurs du concours. Tour à tour, ils vont se réjouir du choix des lauréats qui pour eux, «reflètent la vision panafricaine de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest». C’est d’ailleurs la directrice du dit institut Diana Senghor, qui va relever «le soucis de faire la promotion des journalistes qui utilisent ce nouvel outil qu’est le blog». Chris Kabwato de High Africa, Macha Ndesanjo de Global Voices Online n’ont pas également manqué de saluer le choix des lauréats et de demander qu’ils contribuent davantage à la démocratisation de l’expression citoyenne.

P1200291.JPG

La deuxième partie de cette cérémonie a été essentiellement marquée par une «Table ronde interactive» qui avait pour thème ; «Blogs en Afrique : Espace de progrès ou de représentation de la citoyenneté ?». Sous la modération de Francis Nyamnjoh, chercheur, professeur et Directeur des publications au CODESRIA, les intervenants se sont tour à tour penchés sur ce débat.
L’attention du public a surtout été retenue par l’intervention du Docteur Mamadou Ndiaye enseignant au CESTI de Dakar. Ce dernier s’est demandé si le journaliste blogueur était «un modèle à part». Proposant une différenciation entre le journaliste et le blogueur, l’orateur a plaidé pour un cadre légal du bloggin an Afrique de l’Ouest (surtout) pour éviter les dérives.
Un bel échange a salué cette thématique. Certains (radicaux) considérant que le bloggin comme un (leur) métier et d’autres estimant que le blogueur ne rentre pas dans le cadre professionnel du journaliste. «Il n’a pas de bulletin de salaire, il travaille quand il veut, où il veut et comment il veut», ont-il révélé. En ajoutant que le blogueur échappe à tout contrôle d’une rédaction ou d’une entreprise. D’autres intervenants ont plutôt relevé la complémentarité entre le blogueur et le journaliste. «Le blogueur va là ou le journaliste s’arrête», ont-il défendu. Incitant les journalistes à avoir des blogs, et les citoyens qui ont des blogs à respecter les règles de l’écriture.
P1200318.JPG

A l’issue de ces échanges, l’heure était à la remise des prix. Cédric Kalonji du Congo pour le prix du meilleur blog de journaliste francophone, Rosebelle Kumire de l’Ouganda pour le prix du meilleur blog de journaliste anglophone et le site Lusakatimes.com de la Zambie pour le prix du blog d’organisation de la société civile africaine. Ajouté à ces trois lauréats, Israël Yoroba qui a reçu le prix spécial Ipao du meilleur blog de journaliste d’Afrique de l’Ouest.

25 février 2009

Résultats du concours Waxal

waxal.JPG

Initié par l'Institut Panos Afrique de l'Ouest (IPAO, www.panos-ao.org) en partenariat avec Highway Africa (www.highwayafrica.com) et Global Voices Online (www.globalvoices.org), le concours WAXAL Blogging Africa Awards (Prix WAXAL des Meilleurs Blogs Africains) vient de communiquer ces résultats.
Trois prix au départ devait être décernés. Mais un quatrième a été ajouté.
Ainsi:
1/ Catégorie : Meilleur blog de journaliste francophone
Gagnant : Cédric Kalonji, de la RDC, avec son blog
(ancien blog congoblog.net)
Prix : 1 million de francs CFA

2/ Catégorie : Meilleur blog de journaliste anglophone
Gagnante : Rosebell Kagumire, du journal « The Independent », de l’Ouganda, avec
son blog
Prix : 1 million de francs CFA

Catégorie : Meilleur blog d’organisation de la société civile africaine
Gagnant : www.lusakatimes.com, de la Zambie -
Prix : 2 millions de francs CFA

Prix Spécial IPAO pour l’Afrique de l’Ouest
Israel Yoroba Guebo de la Côte d’Ivoire avec son blog

"Ce prix spécial d’encouragement a été offert par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest, pour récompenser le meilleur blog de journaliste ouest-africain sélectionné par le jury et ne figurant pas dans les trois catégories principales", précise le communiqué...

Parmis les blogs qui ont retenu l’attention des membres du jury pris individuellement on note notre "villageoise" Babiwatch

Toutes mes félicitations à Cédric et pour ma part même si j'ignore la teneur du prix, je suis très heureux de le recevoir au moment où je m'apprête à faire un autre pas vendredi prochain. Téléchargez la note des relutats en cliquant sur annonce résultats waxal.pdf

teasi2.jpg

03 septembre 2008

Miss Noël : Attention à nos enfants !

missnoel.gifJe mettrai le pied dans le plat sans aucun état d'âme parce que ce phénomène prend de l'ampleur et la société ivoirienne dans sa quasi totalité semble lui donner sa caution et l'encourager.

Il se fait en Côte d'Ivoire depuis quelques années un certain concours de beauté dénommé «Miss Noël», qui vise à mettre en valeur la beauté des fillettes de 7 à 10 ans.
«A travers Miss Noël, nous voulons célébrer la beauté et l'excellence chez les fillettes qui ne peuvent pas se présenter au concours Miss Côte d'Ivoire à cause de leur âge, mais qui ont des atouts non négligeables. En plus, nous prenons en compte la compétence intellectuelle des candidates. Mais nous travaillons surtout avec le soutien des parents qui accompagnent leurs enfants», se justifie Patricia Kalou, initiatrice du concours.
Pourquoi à 10 ans (ou moins) une petite fille devrait se soucier de sa beauté ? Pourquoi les organisateurs d'un tel concours ne se limitent pas uniquement à l'aspect «compétence intellectuelle» comme critère de ce concours ?

Cette compétition peut être la porte ouverte à des recrutements pour des pédophiles dont le nombre devient de plus en plus grandissant à Abidjan. Faisons attention !
D'autant plus que des rumeurs circulent dans la capitale disant que certaines organisateurs des concours de beauté en général seraient des proxénètes. Et que derrière le rideau de leurs activités officielles se cache une prostitution de luxe. N'exposons pas nos enfants à ces pratiques.
Nos filles n'ont pas besoin de tels concours.

Pourtant, il existe des compétitions plus saines - et plus intellectuelles - qui devraient susciter l'engouement des parents et des Ivoiriens en général. Les concours «Miss mathématique» - qui souffre d'ailleurs de promotion et de sponsors - (et bientôt Miss Littérature), "Miss dictée"... sont à mon sens, autant exemples d'épreuves auxquelles les fillettes devraient participer.
Parce qu'après le concours «Miss Noël», on ne leur offre pas comme récompenses des ouvrages scolaires, ou une prise en charge dans une école d'excellence, mais plutôt une «vie meilleure» dans le showbiz, ce monde impitoyable.

Pour exemple prenons le cas de Miss Noël 2007.

«En ce moment c'est elle qui fait toutes les publicités d'enfants qui passent à la télé sur ''La Première''. C'est une petite qui est devenue très épanouie, en tout cas, elle a signé beaucoup de contrats avec des agences de communication...», nous apprend Patricia Kalou (ex-épouse Sangaré) dans une interview qu'elle a accordée à un site web. No comment !

Je me garderai (pour l'instant) de parler des nombreux concours de beauté qui pour la plupart font la promotion de la beauté, de la séduction et du sexe. (Miss Côte d'Ivoire, Miss Awoulaba, Miss District, Miss Ivoire campus, etc...)

Pour l'instant, qu'on épargne aux petites filles de prendre l'habitude d'exposer leurs corps au prétexte d'une quelconque beauté - qu'elles auraient - mais, qu'on leurs inculquent la soif d'être excellente dans les études plutôt que le désir de devenir plus belle (à cet âge).

Le Matin d’Abidjan de ce mercredi 3 septembre parle largement des concours de beauté.
A lire ici


Lire aussi cette analyse de la situation des concours "Miss" en Côte d'Ivoire.