topblog Ivoire blogs

02 juillet 2009

Usurpation d’image

 

©Millerand-WEB03.jpg

Il y a environ deux semaines en arrière, la communauté évangélique des Assemblées de Dieu de la commune de Cocody était offusquée par la photo placardée à la Une du quotidien ivoirien le Jour.

A l’origine, cette photo avait été faite par Camille Millerand, photographe français qui a travaillé avec moi sur le projet Chronique Ivoirienne qui était diffusé sur le site de "Afrique in visu". Dans la série de thèmes que nous avions à traiter et qui tournaient autour de la jeunesse ivoirienne, nous avions abordé la question du mouvement des (églises) «évangéliques» en Côte d’Ivoire et précisément à Abidjan. Ladite photo avait été prise à l’occasion d’un culte d’adoration dans l’église.

20090616_lejour_1720.jpgPourtant, à ma grande surprise, le lundi 16 juin, je suis alerté par des amis m’informant qu’un «scandale était paru à la Une du journal le Jour». Ce journal d’ailleurs a décidé depuis un certains temps de tomber dans le sensationnel pour attirer ses maigres lecteurs qui commencent à débarrasser le plancher. Une photo plaquée à la Une pour illustrer le titre suivant : «Guérison miraculeuse dans les églises. GOKA (Nigieria) : Le sanctuaire où les pasteurs prennent leurs pouvoirs. Voici les églises concernées». Et à l’intérieur du journal avec la même photo à l’appui, un article qui tentent lamentablement de démontrer comment des pasteurs ivoiriens puisent leurs pouvoirs mystiques à Goka au Nigeria.

Mais jamais l'église où la photo a été prise est citée, ni même la source de la photo ou l'auteur de celle-ci.

Premier effet, les fidèles de l'église dans laquelle nous avions "tourné" ont commencé à se sentir trahis par nous. Vu qu'on nous (re)connaissais très bien dans le milieu. Sur place, j'ai dû jongler en faisant appel à des "diplomaties" pour calmer la colère des fidèles de l'église  - et même des pasteurs - et leur expliquer que les photos avaient été volées sur le net.

Deux choses tristes. Premièrement, que l’origine et la source de la photo n’ont pas été précisées selon la bienséance journalistique. Deuxièmement, qu’elle a été placée hors de son contexte.
J’ai donc profité de mon séjour à Paris pour retrouver Camille et recueillir ses impressions face à un tel acte. surtout qu'il a l'intention de revenir en Côte d'Ivoire.

-    Camille, peux-tu dire aux internautes dans quel contexte cette photo a-t-elle été prise ? Que voulait-elle illustrer à l’origine ?

podcast

-    Comment as-tu réagit quand tu as sû qu'elle avait été utilisée sans ta permission et ce, à d'autres fins ?

podcast

-    Cela pose l’épineuse question de la protection des images des journalistes photo ? Quelle solution penses-tu sera la bonne pour arrêter ce genre d'écart ?

podcast

15 janvier 2009

Synthèse d'une "Chronique Ivoirienne"

Banniere_ChroniqueIvoirienne09FIN.jpg

10 articles et une vingtaine de photos. Voici le bilan (technique) à grand traits de cette collaboration franco-ivoirienne.
Une belle aventure qui nous a amené à travers des communes d'Abidjan. Cocody, Riviera, Adjamé (où ont a été braqués à ...la lame) Abobo, treichville.
Mais aussi à Bouaké et Korhogo pour ce qui est des villes de l'intérieur.
A la fin d'une telle aventure aussi palpitante que retenir ? Je vous propose notre syntèse dont vous pourrez lire plus bas un extrait.
"(...)Ce voyage nous aura permis de ressortir les clichés exacts sur la cohabitation entre ces jeunes. «En Côte d’Ivoire, il n’y a pas d’opposition entre jeunes du nord et ceux du sud. Il n’y pas de conflits entre les jeunes chrétiens (catholiques, protestants, évangélique…) et jeunes musulmans», nous confiait un responsable des Forces nouvelles (ex-rébellion). Ce dernier est originaire de la région du président actuel ivoirien.
Selon plusieurs témoignages entendus ça et là, la crise ivoirienne a des origines lointaines et multiples. Portant, elle touche (gravement) la population ivoirienne d’aujourd’hui. Une population qui est en majorité jeune. «Le chômage, la baisse du taux de réussite aux examens, la corruption, l’avancée du Sida et de l’analphabétisme dans certaines zones du pays, la drogue, la prostitution etc.», sont les maux qui meublent le quotidien des jeunes ivoiriens.
Pourtant, ceux-ci croient au chemin de la paix qui a été tracé depuis le 4 mars 2006 avec l’Accord Politique de Ouagadougou..."


Vous pouvez lire entièrement nos derniers pas et voir les photos inédites sélectionnées par Camille.

Grand merci à Jeanne et Baptiste de Afrique in Visu de nous avoir offert GRACIEUSEMENT cet espace pour faire passer notre "Chronique Ivoirienne".

30 décembre 2008

L'équation de l'identification à Bouaké

Banniere_ChroniqueIvoirienne06.jpg

L'opération d'identification qui a démarré il y a quelques mois dans le nord est rendue difficile par les "problèmes de papiers" mais aussi par le faite que de nombreux jeunes venus d'Abidjan attendent toujours le coup d'envoi pour commencer à travailler. En attendant il conjugue leurs journées avec la galère.
Lire notre constat dans notre cinquième "Chronique Ivoirienne".

Je vous propose également l'article paru ce matin dans de Fraternité matin, le quotidien gouvernemental ivoirien.

28 décembre 2008

Quatrième chronique

"Chronique ivoirienne" poursuit son petit bonhomme de chemin. Nous avons fait une escale à Abobo (commune populaire d'Abidjan) avant de nous "envoler" pour le nord de pays. Au quartier "Anador", nous avons rencontré Ibrahim. Un patron de garage. Il fabrique des autocars et en répare d'autres. Ce qui nous a le plus frappé, c'est qu'il emploi plusieurs jeunes qu'il forme et qu'il embauche. Témoignage.

04 décembre 2008

Premiers pas de notre chronique

C'est fait. La première chronique sur Afrique in visu est en ligne. Vous pouvez la lire ici

Au "menu": les jeunes et l'opération d'identification, le mouvement évangélique, ainsi que qu'un portait d'un jeune "cabinard" qui est en fin de cycle ingénieur (en finance).

22 octobre 2017

Usurpation d’image

©Millerand-WEB03.jpg

Il y a environ deux semaines en arrière, la communauté évangélique des Assemblées de Dieu de la commune de Cocody était offusquée par la photo placardée à la Une du quotidien ivoirien le Jour. Une photo qui illustrait le titre suivant :
A l’origine, cette photo avait été faite par Camille Millerand, photographe français qui a travaillé avec moi sur le projet Chronique Ivoirienne qui paraissait sur le site de "Afrique in visu". Dans la série de thèmes que nous avions à traiter et qui tournaient autour de la jeunesse ivoirienne, nous avions abordés la question du mouvement des (églises) «évangélique» en Côte d’Ivoire et précisément à Abidjan. Ladite photo avait été prise à l’occasion d’un culte d’adoration dans l’église.

20090616_lejour_1720.jpgPourtant, à ma grande surprise, le lundi 16 juin, je suis alerté par des amis m’informant qu’un «scandale était paru à la Une du journal le Jour». Ce journal qui d’ailleurs a décidé depuis un certains temps de tomber dans le sensationnel pour attirer ses maigres lecteurs qui commençait à débarrasser le plancher. Une photo plaquée à la Une pour illustrer le titre suivant : «Guérison miraculeuse dans les églises. GOKA (Nigieria) : Le sanctuaire où les pasteurs prennent leurs pouvoirs. Voici les églises concernées». Et à l’intérieur du journal avec la même photo à l’appui, un article qui tentent lamentablement de démontrer comment des pasteurs ivoiriens puisent leurs pouvoirs mystiques à Goka au Nigeria.
Deux choses tristes. Premièrement, que l’origine et la source de la photo n’ait pas été précisée selon la bienséance journalistique. Deuxièmement, qu’elle ait été placée hors de son contexte.
J’ai donc décidé de mon séjour à Paris pour retrouver Camille et recueillir ses impressions.

- Camille, peux-tu dire aux internautes dans quel contexte cette photo a-t-elle été prises ? Que voulait-elle illustrer à l’origine ?


podcast

- Comment as-tu réagit quand vous tu as appris qu'elle avait été utilisée sans ta permission et ce, à d'autres fins ?


podcast

- Cela pose l’épineuse question de la protection des photos des journalistes photo ? Quelle solution penses-tu sera la bonne pour arrêter ce genre d'écart ?

podcast