topblog Ivoire blogs

19 novembre 2008

La guerre au tribunal d'Abidjan continu

La crise du tribunal d'Abidjan est montée d'un cran hier. Désormais deux camps "s'affrontent" ouvertement.

Avocats (25) (Large).JPG

Plus d`une centaine d`avocats portant leur robe noire ont manifesté dans la matinée devant ledit tribunal, le plus important du pays. L`accès leur était interdit par un cordon de gendarmes anti-émeute.
"Nous réclamons le départ de M. Raymond Tchimou", procureur de la République de ce tribunal, a expliqué à l'AFP le bâtonnier de l`ordre des avocats de Côte d`Ivoire, Me Claude Mentenon. Cette demande est "non négociable", a-t-il poursuivi en rappelant que cette grève était la plus dure "de mémoire d`avocat" et que toute l`institution judiciaire était bloquée.

magistrats_Une.JPG

De leurs côtés, les magistrats de Côte d’Ivoire (Parquet et siège) ont décidé d’apporter "une réplique appropriée, voire disproportionnée" aux avocats ivoiriens.
“Tous les magistrats de la Côte d’Ivoire ont décidé comme un seul homme de soutenir le procureur Tchimou face aux paroles outrageantes du barreau de Côte d’Ivoire à l’endroit du chef du parquet d’Abidjan. C’est donc toute la famille judiciaire. Les magistrats vont réagir face aux manifestations des avocats. Cette réaction pour démontrer que les magistrats sont solidaires et veulent préserver leur pouvoir judiciaire”, a expliqué le parquetier interrogé hier au tribunal d’Abidjan.
Pendant ce temps, le parquet abritait ce qu’on pourrait appeler un conseil de guerre des magistrats dont plusieurs, selon des indiscrétions, ont quitté les juridictions de l’intérieur du pays pour descendre à Abidjan.

Pendant ce temps, ce désordre paralyse le tribunal d'Abidjan depuis bientôt deux semaines. Tous les dossiers sont bloqués et toutes les affaires qui doivent être jugées sont suspendues...

Rappel des faits
Sachons pour résumer la situation, que le mouvement de grève des avocats a été lancé au lendemain d`une descente de police le 10 novembre, sur réquisition du procureur Tchimou, dans le cabinet d`Emmanuel Assi, un avocat d`Abidjan et ancien bâtonnier.
L`opération policière résultait d`un différend entre Me Assi et la Société nationale des pétroles de Côte d`Ivoire (Pétroci, publique) à propos d`une saisie par Me Assi des biens de la compagnie italienne auparavant en partenariat avec la Pétroci, la Interoil integrated logistic services (ILS).
Me Assi agissait en l`occurence en tant que liquidateur judiciaire de l`ILS. Selon le bâtonnier, Me Assi a été sommé par les policiers de restituer ces biens sur la base d`une décision du juge des référés obtenue par la Pétroci.
Les avocats reprochent au procureur "la violation du domicile professionnel et la réinvention de la contrainte par corps en matière civile alors que
celle-ci n`existe plus depuis la loi de 1972"
, selon Me Mentenon. "On a envoyé les policiers se saisir de sa personne pour qu`il exécute lui-même une décision de justice", a expliqué le bâtonnier.
Me Mentenon a indiqué que les avocats attendaient maintenant de rencontrer le ministre de la Justice, Mamadou Koné, désigné médiateur dans ce conflit par le chef de l`Etat Laurent Gbagbo.

Le procureur Tchimou avait dénoncé le 13 novembre, lors d`une conférence de presse, l`attitude corporatiste des avocats expliquant que les policiers n'étaient jamais rentrés dans le cabinet de Me Assi tout en ajoutant que leur intervention se justifiait au regard de l`attitude de l`avocat.

Jusqu'où tout cela nous mènera ?

13 novembre 2008

Guerre au tribunal

Avocats (13) (Large).JPG


Suite à cette affaire, les avocats manifestent et exigent le départ du procureur Tchimou. Ce dernier se défend.
Mais, bien malin celui qui nous situera sur l'issue de ce bras de fer. Les hommes en noirs n'entendent pas "se laisser faire". Tchimou lui dit pouvoir se passer d'eux pour le procès.
Attendons pour voir.