topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

02 novembre 2012

Mon soutien au Journaliste Trésor Kibangula

Trésor.jpg

C’est une histoire qui risque de faire grand bruit dans la presse et dans la justice française. Trésor Kibangula, 29 ans, jeune diplômé de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille s'est installé à Paris cet été pour y travailler. Il a fait une demande auprès de la préfecture pour que son titre de séjour étudiant évolue en titre de séjour professionnel, avec à l'appui, une promesse d'embauche à Jeune Afrique, pour un CDD de 7 mois.

Malheureusement, le 17 septembre, il apprend que son changement de statut est refusé, au motif que « dans la profession de journaliste rédacteur code ROME E1106, les statistiques du marché du travail de la région Ile de France font apparaître au 31 juillet 2012, 4494 demandeurs d’emploi inscrits, 391 offres d’emploi collectées et un indicateur de tension de 0,06% ». Pour le soutenir, Jeune Afrique lui a fourni une avocate. Une procédure de recours a été entamée et elle sera examinée fin novembre.

Trésor est un jeune congolais que j’ai rencontré dans les couloirs de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. J’étais en dernière année et lui, venait d’arriver. Nous nous côtoyions déjà sur internet car je lisais ces écrits sur Congoblog. A l’époque où il était encore au Congo, jeune blogueur. J’avais déjà été frappé par sa plume simple et limpide.

J’avais surtout été impressionné par sa capacité à s’adapter assez facilement à son environnement nouveau. La France.

Je l’ai vu apprendre avec fougue. Je l’ai vu parfois en hiver avec son grand manteau noir sonné chez moi pour des explications. Parfois mon téléphone sonnait. C’était lui au bout du fil. Il voulait avoir des astuces liées au Web.

J’ai été réjoui quand il a lancé CongoLol. Ce site satirique qui arrive à nous faire comprendre la République démocratique du Congo avec un angle décalé.

J’étais à Abidjan, quand il m'a annoncé qu'il était en stage à France24. Chez les observateurs. J’étais heureux de voir la facilité avec laquelle il avait pu intégrer France24. Et puis, quand il m’a annoncé qu’il était à Jeune Afrique, je lui ai dit « Félicitation ! ». Il m’interviewait ce jour-là.

Trésor fait partie de cette génération de jeunes journalistes qui vont certainement révolutionner et améliorer le journalisme en Afrique. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se donne à fond dans tous les médias français qui veulent bien l’accueillir. Il me disait sans hésiter : « Je veux tout apprendre. Je veux bien apprendre pour être utile à mon pays demain ».

Mais sur ce chemin d’apprentissage, il risque d’être freiné par une simple décision préfectorale. Car si la préfecture ne revient pas sur sa décision, il sera sans papiers et devra quitter la France s'il est arrêté, laissant travail, petite copine, amis, appart et tout le reste...

J’ose croire que toute la mobilisation faite autour de lui portera ses fruits. Trésor n’est pas un de ces gars parti à l’aventure. Il n’est pas un sans papier. Il est diplômé de l’une des meilleures écoles journalismes en Europe. Il a une adresse, un compte bancaire, paie des impôts en France. Que faut-il de plus pour avoir le droit d’y travailler ?

Israël Yoroba

Directeur Général de l’Agence E-Voir Abidjan – 85e ESJ

Sur ce site vous trouverez toutes les infos sur l'affaire, pourrez signer une pétition de soutien et si vous le souhaitez. Vous pouvez partager la pétition sur Facebook et Twitter. Faîtes la tourner, parlez-en autour de vous. Vous pouvez adresser vos messages à l'adresse : pourtresor@gmail.com

18 octobre 2012

Attaques à répétition : qui sont les coupables ?

Le blogueur Cyriac Gbogou a repris la chronologie des différentes attaques qui surviennent de façon récurrente presque tous les mois. « A ce jour, 12 attaques depuis le début de l’année 2012 », précise t-il.

Les scénarios de ce « film western en Live » sont sensiblement les mêmes. La nuit. Un petit groupe armé. Quelques assaillants tués, blessés ou capturés (mais jamais montrés). Des mesures de sécurité « désormais renforcées ( ?) ». Et rendez vous pour la prochaine attaque.

Finalement qui sont ceux qui attaques et pourquoi le font-ils ?

Dans les premiers épisodes de cette série d’attaque, les « Pro-Gbagbo en exil » ou au sein de l’armée étaient montrés du doigt. Lida Kouassi, Alphonse Douati, Laurent Akoun. Ces « troubleurs d’ordre » ont donc été mis hors d’état de nuire aux arrêts. Mais rien n’y fit.

Chaque mois qui passe a son lot de nouveau commissariat ou camp militaire attaqué.  Et de moins en moins, les autorités se précipitent pour accuser les partisans de l’ancien Chef d’Etat. De moins en moins les regards du pouvoir en place s’orientent vers le Ghana, pays voisin, lui aussi accusé de servir de base arrière de déstabilisation.

Lire la suite

06 août 2012

Ma ballade ce 6 août dans Abidjan

Lundi 6 août2012. J’ai été réveillé vers 5 heures 45 ce matin par un coup de fil. «Le camp militaire d’Akouédo est attaqué à l’arme lourde. Ne sortez pas », me prévient-on. Je me lève en sursaut. Je n’ai rien entendu. Alors que je n’habite pas loin de ce camp. J’arrête le bruyant ventilateur. J’entends alors de fortes détonations. Cela ressemble plutôt à des armes automatiques.

Sur la toile, twitter et Facebook sont envahis d’informations pas très précises. Une chose est sûre : « quelque chose se passe à Akouédo ». Mais quoi ? s’interroge t-on.

Au fur et à mesure que les heures passent on en sait un peu plus. Le camp Akouédo aurait été attaqué par des « assaillants avec la complicité de militaires à l’intérieur du camp » entend t-on sur les chaînes étrangères.

Je reçois de nombreux Sms me prévenant que la voie Bingerville-Abidjan serait barrée surtout au "carrefour Faya".

Vers 10 heures, je décide de faire la route pour constater par moi-même. Je vous livre à chaud en son et en image le témoignage de ma ballade.

 
podcast

Route de Bingerville

 

route de bingerville.JPG

Route Camp Akouedo

route camp akouedo.jpg

Carrefour après barrage

carrefour apres barrage.jpg

Route de la  Riviera Palmeraie

 

route riviera palmeraie.jpg



04 avril 2012

DJ Arafat, 8500 volts de lâcheté et de stupidité

Il se nomme Dj Arafat. Surnommé aussi commandant Zabra. Lui, l'icône de certains jeunes ici comme ailleurs. (Je me demande bien pourquoi). Ils lui copient sa coiffure, son accoutrement, ses pas de danses. Il est adulé.

C'est cet homme qui s'est illustré (une fois de trop) de la manière la plus lâche dans une vidéo diffusée sur internet. Le "Commandant" a décidé de mettre au pas une demoiselle (qu'il dit être sa copine) de façon sauvage et inhumaine. On le voit sur cette vidéo, briser des assiettes en porcelaine sur le crâne de sa "dulcinée"(?). La raison de cette torture : Elle l'aurait trompé. (Ah bon ?)

Preuve que le courage est une qualité qui manque à l'individu, Arafat est obligé de boire quelques gorgées de liqueurs avant de la battre à nouveau. Quel lâche !

Et c'est cet individu-là, qui est écouté, célébré, applaudi et copié à longueur de journée ! Ne soyons pas étonnés que ce (mauvais) modèle déteigne sur ses suiveurs. Bientôt le taux de femmes et filles battues va augmenter. "On va faire comme Arafat"... Peut être aura-t-on droit à un nouveau concept né de cette frasque : "Le Cassé cassé" ou encore "le Kpatra Kpatra*"

Je n'ai pas encore entendu les nooombreuses associations de défenses des droits de l'Homme (et des Femmes) lever la petite voix pour dénoncer de tels agissements. Pourquoi le ferait-elle ? Après tout, c'est le Commandant Zebra. Celui qui nous fait bouger. Celui qui nous donne des volts d'ambiances dans des chansons des cris et des singeries vides de sens. Que voulez-vous ? On l'aime comme ça. Même s'il doit battre nos filles et nos soeurs. Shame on You !

 

06 mai 2010

Polémique autour de la découverte d'un arsenal de guerre à Abidjan

 

arsenaldeguerre2.JPG
Dans un communiqué, le service de communication de la gendarmerie annonce que «Cet arsenal qui a été découvert dans une maison située au quartier RAN de cette commune est composé de 05 RPG (Roquettes Propulsées par Gaz), 05 fusils de type SIG, 02 fusils de calibre 12, 03 kalachnikovs, 03 fusils mitrailleurs, 01 arme automatique modèle 52 (AA52), 01 bande de munitions AA52, 18 charges propulsives, 04 roquettes anti personnel, 16 roquettes anti chars, 04 cartouches de fusil calibre 12, 11 chargeurs de fusil kalachnikov, 02 chargeurs de fusil SIG, 13 paquets de munitions de 7,62 mm, 10 munitions en vrac de 7,62 mm, 10 sacs de treillis différents et 04 cartons de treillis différents »
Toujours selon les sources de la gendarmerie, un individu répondant au nom de FOFANA BAYA né le 05 Septembre 1979 à DABAKALA a été interpellé.
notrvoie.jpgSi cette annonce est de nature à rassurer les populations abidjanaises, la presse a fait un échos avec des voix plutôt discordantes.
nouveaureveil.jpgNotre Voie le journal du FPI (Front populaire ivoirien, parti au pouvoir) écrit que«cette cache d’armes a été découverte à 10 jours de la marche du RHDP. Et avec les discours guerriers tenus ces jours-ci, cela donne froid dans le dos».
En effet le RHDP prévoit une grande marche le 15 mai prochain pour«réclamer l’organisation des élections». Et Anyama est indexé comme un bastion du Rassemblement des Républicains (RDR, principal parti d’opposition).
Du côté de l’opposition, on voit en la découverte de cette poudrière une manipulation. Le Nouveau Réveil, le journal du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ancien parti au pouvoir) titre à sa Unece jeudi 6 mai :
« A 10 jours de la marche du RHDP, le FPI invente un faux complot». Lire la suite de l'article ici

 

24 novembre 2008

Une rébellion peut en cacher une autre

cote-ivoire-rebelles-3-3.jpg

Deux personnes ont été tuées dans l`attaque par des "individus non identifiés" d'un entrepôt d`armes des soldats de l`ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) à Séguéla (centre-ouest de la Côte d`Ivoire), théâtre en juin d`une mutinerie, ont annoncé lundi les FN.

"Le bilan partiel fait état d`un mort de part et d`autre", souligne le communiqué, expliquant que les assaillants ont été repoussés après l`attaque menée vers 05H00 (GMT).

Les FN ont mis en "échec un plan qui visait la récupération d`armes de guerre en vue d`une attaque de plus grande envergure", poursuit le texte.

Les assaillants "ont par ailleurs libéré des prisonniers", ajoute le communiqué, sans fournir de précision sur leur nombre et leurs liens présumés avec eux.

"Le ratissage de la ville s`effectue actuellement par des patrouilles et les investigations sont en cours pour établir un bilan complet et savoir les mobiles réels de l`attaque".
(...)

Extrait d'article de l'AFP

14 mai 2008

La garde républicaine se prononce sur le syndicat des FDS

aa96f1a188552b9fa6aae2b6c3fd8c92.jpgL'affaire "syndicat des Forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire" continu de faire des vagues.
Anicet Gnali Dogba, "président des hommes de troupes de la garde républicaine", dans une interview diffusée dans le quotidien "Le nouveau Réveil", s'insurge contre un tel mouvement qu'il qualifie de "dangereux". Estimant que le secrétaire général provisoire dudit syndicat (ONFDSCI, qui n'a pas encore vu le jour), le MDL Akaï, est également un élément "dangereux" et certainement étranger au corps des FDS.

"(...) je dis que cet homme n'a jamais fait le front. Ce n'est donc pas sa faute. Est-ce qu'il fait partie de l'Elite de la gendarmerie qu'on connaît ? C'est cela d'abord le problème. Et est-ce qu'il respecte ses chefs hiérarchiques ? Le Général Kassaraté c'est un homme que je sais trop courtois, il aime bien s'amuser avec les gens. Et un homme se lève gaillardement disant qu'il veut créer un syndicat. Mais, est-ce qu'il crée un syndicat avec sa famille ou avec nous les vrais militaires ? C'est cela la question qui est posée. C'est un syndicat qui est créé pour les FDS ?
Non, je suis vraiment désolé. Moi, je suis des FDS, mais je suis de la garde républicaine. Certes, les patrons ont donné leur point de vue. Mais en tant que militaire et responsable d'une petite troupe, je vais vous dire ce que j'en pense. Nous, on n'est pas concerné. La Garde républicaine n'a rien à voir avec le problème de ce monsieur. On ne l'a jamais rencontré, on ne le connaît même pas. Et on prie Dieu pour ne jamais le rencontrer. Parce que je ne peux pas comprendre qu'un homme puisse tenir de tels propos avec tous les problèmes que nous avons eus. Et il dit qu'il a perdu des amis. Mais c'est faux. Quelqu'un qui a perdu des amis ne peut pas avoir un tel langage.
(...)
Lui, qui est-il ? Il est de quel service ? Personne ne sait d'où il vient. Et je crois que les autorités doivent mener une enquête pour savoir de quel service il est. Moi je ne peux pas comprendre qu'un homme ne respecte pas ses supérieurs hiérarchiques et parte créer un syndicat. (...) Cet élément est très dangereux".


Lire l'intégralité de l'interview ici.

12 mai 2008

Les FDS auront-il leur syndicat ?

8e423c2dff8653bdb0ba59e24d7f23db.jpgJ'ai lu de fond en comble - avec attention - dans le quotidien ''L'Inter'', l'interview «exclusive» du MDL Akaï Mambo, secrétaire général provisoire du nouveau syndicat des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de Côte d'Ivoire dénommé «Organisation nationale des forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire (ONFDSCI)».
Dans la forme c'est une interview qui soulève beaucoup d'interrogations. Car, à y lire de près elle ressemble plus à un document de propagande rédigé en vue d'être publié pour inciter les militaires et autres forces de l'ordre à la désobéissance envers certains officiers supérieurs de l'armée. Une interview sur cinq pages (2 à 7) dont le niveau de langue (élevé) ne semble pas coller avec l'interviewé.

Autre remarque. Les réponses données par le MDL sortent souvent du cadre des questions. Mais bien plus, l'interviewé laisse des contacts à la fin d'un appel lancé sans qu'aucune question dans ce sens n'ait été posée.

«Frères d'armes, l'appel est lancé aux sous Officiers Terre, Air, Mer, de la Gendarmerie et de la Police, pour que vous vous mobilisiez en de mettre en place très prochainement cette organisation qui nous permettra de porter nous-mêmes nos doléances à la table des décideurs, au lieu qu'elles le soient par la hiérarchie. Ce projet rencontrera à n'en point douter des obstacles majeurs (...) Pour cela organise-toi en coordination dans ta caserne, dans ton bureau, dans ton commissariat, dans ton service, dans ta brigade. Communique le bureau de ta coordination et son adresse à l'adresse suivante : onfdsci@yahoo.fr. Des fiches sont disponibles au N° 06 47 00 11 (...)», peut-on lire dans la conclusion de l'interview.


Il y a encore plus à (re)dire sur le fond.
La justification légale du droit de se constituer en syndicat
L'on a toujours su que des lois et règlements interdisent aux militaires de se mettre en syndicat. Pourtant, le MDL Akaï s'en défend. Même s'il reconnait que le «code de la fonction militaire, loi n° 95.695 du 07/09/1995 en ces articles 38, 39 et 41 et le règlement de discipline générale, décret n°68.440 du 17/09/1968 en ces articles 50 et 62, interdisent ou déconseillent l'activité syndicale et/ou politique aux militaires de tout grade», le MDL estime que ces dispositions sont dépassées. «Les textes auxquels vous vous référez date d'avant 2000. (...) Or depuis 2000, le constituant ivoirien a décidé que le droit de syndiquer, bien plus de se mettre en grève soit reconnu aux travailleurs du secteur public (article 18 de la constitution, précise t-il.
Pour Akaï Mambo, «toutes les dispositions anciennes contraires, qui tendent à restreindre les libertés de quels que Ivoiriens que ce soit, doivent être corrigées et ramenées à la norme de la loi fondamentale».
Pourtant, à la lecture dudit article 18 de la constitution ivoirienne qui stipule que «le droit syndical et le droit de grève sont reconnus aux travailleurs des secteurs public et privé qui les exercent dans les limites déterminées par la loi». Or en l'espèce, le régime militaire tel que définie par les normes légales est soumit à des dispositions particulières comme les diplomates et les magistrats. «Le droit de grève est strictement interdit». Mais pour le MDL, ces dispositions spéciales ne viennent que pour régir et «assainir l'usage du droit de grève ; mais pas pour arracher aux Ivoiriens ce que la constitution leur a donné».

Dans son interview, le MDL Akaï prétend que la création de ''son syndicat'' est motivée par plusieurs raisons essentielles.
D'abord, une «absence de réflexion interne sur la marche de l'armée ivoirienne».
Pour l'interviewé, «l'armée ivoirienne dans son ensemble est une armée à construire (...) mais c'est elle qui rechigne les réflexions». Pour lui, il faut une «réflexion profonde», estimant «qu'ils» ( ?) n'ont pas encore été associés à pareille cogitation.
Ensuite, la question du «fonctionnement» des «unités et l'exécution du service». «Sur cette question nous allons beaucoup nous faire entendre», affirme le MDL, en décriant plusieurs situations de «dysfonctionnements chroniques» de leurs unités qui selon lui, justifient en «grande partie la persistance et l'ampleur du racket». Et de se dire «fatigués d'être hypocritement appelés racketteurs alors qu'on ne fait rien véritablement pour circonscrire le racket».
Le racket qui justement est une autre raison de la création de l'ONFDSCI. Selon Akaï Mambo, l'éradication de ce fléau sera «l'un des chevaux de bataille de l'ONFDSCI». «Quand l'Etat de Côte d'Ivoire et nous, nous serons mis d'accord sur nos nouvelles conditions de vie et de travail, il nous faudra montrer notre bonne foi en nous attaquant de front au racket», soutien le MDL.
Au titre des conditions de vie, le secrétaire général provisoire de l'ONFDSCI estime que «les militaires ivoiriens ne sont pas rémunérés à la hauteur des risques qu'ils prennent». «Nous allons donc négocier une nouvelle grille salariale avec le gouvernement», prévient-il.
L'une des questions qui est constamment revenue dans cette interview - et qui semble être la raison principale de la création du syndicat des FDS - est «la représentation des militaires». Selon Akaï Mambo, «les militaires ivoiriens vont aux audiences du Tribunal Militaire d'Abidjan (TMA), poings et mains liés, sans défense pour la plupart». Dans ce paragraphe, c'est le TMA et ses responsables qui sont pris à charge par le SG provisoire de l'ONFDSCI. «Nos chefs ont installé le débat dans la presse, eh bien nous allons les rejoindre», entend-il faire. Et de poursuivre : «Nous sommes décidés à donner la réplique à ceux qui nous salissent (...) nous voulons leur donner la réplique par une démarche intellectuelle et de droit. Dans le cas de Ange Kessi (commissaire du gouvernement qui a en charge les enquêtes et les affaires militaires et qui a décidé depuis peu de combattre vigoureusement le racket des forces de l'ordre), nous voulons l'empêcher d'utiliser le Tribunal Militaire pour brimer nos camarades», menace le MDL dans son interview. «Quand quelqu'un parle seul, il croit qu'il est dans la vérité. Nous allons parler avec lui désormais», ajoute t-il.
Derrière cette interview, on peut le constater, se cachent des mains obscures qui tirent les ficelles de leur marionnette qu'est le MDL.
Si certaines revendications sont vraies, plusieurs ne sont pas opportunes. Et il faut avouer qu'à la lecture de ces pages mon sentiment est que les motivations de ce syndicat ne sont pas saines.

25 mars 2008

Manifestation de militaires à Duekoué: Un témoin dénonce

«Des éléments des Forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire (FDS-CI) ont tiré des coups de feux toute la journée de lundi à Duékoué (ouest), paralysant la ville, suite au décès d'un militaire dans un braquage à son domicile». C'est l'information majeure qui fait la "Une" de la quasi-totalité de la presse mardi.
Selon des témoignages entendus par voie de presse les tirs ont duré toute la journée du lundi (08H à 20HGMT).
Même si le calme semble être revenu, les populations sont encore sous le choc, comme l'affirme ce témoin (qui a requis l'anonymat).

podcast

La ville de Duékoué est l'une des régions fortement touchées par la guerre en Côte d'Ivoire. Elle a été à plusieurs reprises le théâtre d'affrontements.

(Source Audio: Rfi)

17 janvier 2008

Tenues militaires

177e093f97bd5ec429f98036210adc4a.jpg3 200 000 et 1 600 000 francs. Telles sont les sommes réclamées par les forces de défense et de sécurité (FDS) de Côte d’Ivoire pour respectivement, les primes de ceux qui ont «gardé les fronts» et ceux qui ont «assuré les arrières».
Voilà, une histoire d’argent qui revient et qui occasionne des grognes dans les casernes. Obligeant les hautes autorités militaires ivoiriennes à faire des tournées – interminables.
Combien de tournées le Chef d’état major des armées (CEMA), le Gl Philippe Mangou a-t-il effectué ? Je ne m’en souviens même plus. Peut être le fait-il tous les jours pour calmer les poches trop souvent vides de nos (chers) FDS.
Si il faut saluer leurs bravoures pendant toute cette période de guerre, il faut faire attention à ne pas tomber dans le piège d’un perpétuel chantage de la part de nos ‘‘milos’’. Qui dès qu’ils ont un quelconque besoin menacent de frapper la terre avec leurs bottes pour faire du bruit. Et s’ils ne sont pas entendus (ou écoutés – c’est selon), ils tirent en l’air …et puis on sait quelles sont les tournures que prennent les choses «vers la fin du film».
Certainement que si les consommateurs avaient des armes autres que leurs bouches, les prix des denrées alimentaires baisseraient sur le marché. Peut être que si les médecins pouvaient tirer avec leurs seringues, ils n’auraient pas «été obligés» de trahir le serment d’hypocrate et favoriser la mort de nombreux innocents.

2e0d49936b80da587f708541260c9a4f.jpg

C’est peut être parce que les enseignants n’ont pas d’autres armes que leurs craies et leurs (détestables) stylos rouges, qu’ils sont obligés d’abandonner les classes afin de se faire entendre. Peut être…peut être, je n’en sais peut être trop rien. Une chose est avérée, il y a une force dans les armes. Mais nos FDS doivent comprendre qu’il ne faut pas cultiver l’habitude de dialoguer les armes à la main. C’est le genre d’attitude qu’on pourrait imputer à d’autres groupes armés, installés sur nos terres.
Aujourd’hui encore, le Général Mangou est en tournée dans les casernes pour la ixièmes fois. Et cette fois-ci, les «hommes en armes ont exigé la totalité de leurs primes de guerre». Alors que le ministre de la défense, Michel Amani N’guessan, au sortir d’une rencontre aurait proposé «la somme de 90 000 francs par soldat comme prime mensuelle jusqu’à l’épongement total de tous les arriérés».
C’est pour faire face à ce refus catégorique que le CEMA va courir dans toutes les casernes. Un exercice qu’il recommencera d’ici quelques temps encore. Jusqu’à ceux que certainement, nos actuelles FDS n’aient plus de revendications.