topblog Ivoire blogs

24 novembre 2008

La Côte d'Ivoire "d'avant avant"

n73601710_30185113_415.jpg

Pour les nostalgiques et pour ceux qui n'ont pas vraiment connu la Côte d'Ivoire de l'époque d'Houphouët, voici un album photo qui vous intéressera.

13 novembre 2008

Que sont devenus les artistes des années 90 ?

Ces artistes ont brillé pour la plupart dans les années 90. Ils ont longtemps ou furtivement surfé sur les vagues du succès et du bonheur. Mais aujourd'hui, ils ont quitté la lumière “showbizienne” pour les pénombres de l'anonymat.
Que sont devenues nos “anciennes gloires” de la musique ?


Lire la suite

26 juin 2008

Devoirs de mémoire pour les victimes de l'ouest (2)

A la découverte de "Cri de coeur".
"Cri de coeur" est né parmi les femmes de Duékoué vivant en France pour venir en aide aux populations traumatisées de l'Ouest ivoirien, sans distinction de nationalité, d'ethnie ou d'opinion politique.

Vous pourrez également vous faire une idée de quel carnage ça été à l'ouest.
Des images en photos et en vidéo

Attention certaines images peuvent choquer les personnes sensibles !!!

25 juin 2008

Devoirs de mémoire pour les victimes de l'ouest (1)

bebbc3d1e1592bc19e0e960d3d2e1048.jpg
N'oublions pas ces populations de l'ouest de la Côte d'Ivoire, victimes de tant d'attrocités durant la guerre.

Une mémoire pour Guitrozon, Fengolo, Bouabli, Gueyebli, Diourouzon, Guiglo-Zia... pour dénoncer des actes odieux de certains MPCI, MPIGO, MJP.

Nous vous proposerons très bientôt une vidéo sur les massacres et les charniers de la Zone de Duekoué.

28 janvier 2008

Regard sur Raoul Follereau, une vie au service des lépreux

e44845b089ce1bb936c20f1ce5e99b08.jpgAlors que le monde entier a célébré la 55ème journée mondiale des lépreux, nos pensées s’empressent de regarder celui qui a fait des victimes de cette maladie le centre de sa vie. Raoul Follereau.
Né à Nevers le 17 août 1903 et décédé à Paris le 6 décembre 1977, écrivain français , Raoul Follereau est le fondateur de la «Fondation Raoul-Follereau» qui depuis 1967 aide et défend les lépreux, en particulier dans les pays d'Afrique.

J’ai aimé la présentation qu’une association a faite de lui.

Le monde entier connaît l'œuvre colossale de Raoul Follereau en faveur des lépreux et l'ardeur avec laquelle il mena sa mission.
D'une maturité plus que précoce, il se distingue dès l'âge de 15 ans par ses qualités littéraires et sa conscience des autres. « Vivre, c'est aider les autres à vivre » s'écrie le jeune poète qui a déjà compris que « le seul moyen d'assurer son bonheur, c'est d'assurer celui d'autrui ». Un rêve que l'adolescent ne tarde pas à concrétiser puisqu'il fonde la « Jeune Académie » puis « l'Union Latine » qui permettent à plus de 300 poètes, auteurs et interprètes de concrétiser leur rêve.
Suscitant l'admiration d'un journaliste argentin qui lui propose de suivre les traces du père Foucauld à Tamanrasset, Raoul Follereau se rend en Afrique et découvre ainsi l'existence des lépreux. Eprouvé par le spectacle douloureux de l'exclusion, de la misère et de la maladie, il n'a désormais qu'un seul dessein : œuvrer en faveur des lépreux du monde entier.
Soutenu par une canne, il fera trente fois le tour du monde en compagnie de sa compagne de cœur et de « combat », pour dénicher les exclus de la lèpre partout où ils se trouvent. En messager de l'Amour, il serre tendrement leurs mains. « Je ne pouvais pas les soigner mais je pouvais les aimer » dira-t-il simplement. Mais c'est aussi en orateur d'exception qu'il donne plus de 1200 conférences plaidant leur cause et défiant l'engrenage de l'exclusion. Bouleversant son auditoire, il provoque un immense élan de solidarité recueillant ainsi les fonds nécessaires à la construction d'un premier village pour lépreux, lequel abrite aujourd'hui l'Institut National de la Lèpre de Côte d'Ivoire.

Raoul était aussi un brillant intellectuel.
Après une licence de droit et de philosophie à la Sorbonne, il renonce à une carrière d'avocat pour finalement devenir journaliste. Homme de lettres, il s'intéresse au théâtre mais aussi à la poésie et fonde la Ligue d'Union latine qui permet la publication de jeunes auteurs. En 1936, il consacre un reportage à l'oeuvre du Père Charles de Foucaud au Niger et décide de poursuivre le travail de ce dernier auprès des lépreux. 'Le vagabond de la charité', comme le surnomment les américains, parcourt le monde et fait près de 1.200 conférences pour collecter des fonds et sensibiliser l'opinion mondiale en faveur des lépreux. Follereau encourage les traitements médicaux contre la lèpre, se rend dans de nombreux villages touchés par la maladie et lutte pour une meilleure intégration des malades dans la société. En 1954, il crée la Journée Mondiale des lépreux, fonde plusieurs associations à travers le monde.