topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17 décembre 2012

5 ans de vie de blogueurs: quelle belle aventure !

le blog de yoro,yoroba,israël guébo,israël yoroba,israel yoroba gueboMa vie de blogueur (professionnel) a véritablement commencé ce 16 décembre 2007 avec ce post : Noël, un blog nous est né. Ce qui était alors un simple espoir, s’est au fil du temps aiguisé pour devenir une réalité. "Quand à nous autres jeunes plumes, nous nous forgerons avec le temps - et nous l'espérons - sur cet espace que nous offre ivoire blog", écrivais-je il y a 5 ans tout juste. 5 ans après les choses ont fortement évolué sur le web en Côte d'Ivoire. La blogosphère ivoirienne s’est accrue et s’est diversifiée.  Avec des blogs et des contenus de qualités.

Comment je le faisais ici-même en 2009 voici quelques chiffres.  

Sur les 5 années le blog totalise 804 articles publiés (soit environs 14 articles par mois) avec 3287 commentaires (soit 4 commentaires par articles). Pour les visiteurs le compteur affiche 1 260 000 visiteurs uniques en moyenne (soit près de 800 visiteurs uniques par jour). Pour les pages vues faut comptabiliser en moyenne 4 500 000 pages vues (soit 75 000 pages vues en moyenne par mois).

Qu’est ce que mon blog m’a apporté depuis 2007 ?

Tout pourrait se résumer en cette biographie. Mais je vous livre ici quelques points forts de ce que Le Blog de Yoro a apporté à mon existence.

Trois prix : En 2008, le prix du « Meilleur blog Francophone » à la coupe du monde des Blogs (Best Of Blog, BOBS) organisé par la Deutsche Welle.  En 2009, je recevais à Dakar, le « Prix Spécial Waxxal du meilleur Blog de Journaliste d’Afrique de l’Ouest » par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (Ipao)

2011. C’est en Belgique que je reçois le « Prix Harubuntu », catégorie Communication, par l’ONG Belge Echos Communication.

Des opportunités.

Après deux ans d’étude à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis sorti avec un diplôme de JOurnalisme, spécialité Radio et Web.

J'ai reçu de nombreuses invitations pour participer comme invité ou orateur à des conférences, des workshops ou tout autre rencontre. Afrique du Sud, Benin, Burkina Faso, Ethiopie, Ghana, Mali, Maroc, Niger, Togo, Tunisie, Sénégal, Allemagne, Belgique, France, Suède, Turquie pour ne citer que ces pays-là.

Il m'est arrivé d’être sollicité comme pigiste. J’ai travaillé pour le site Web de TV5 comme correspondant à Abidjan. Cette aventure a d’ailleurs commencé avec des articles que j’ai produits lors des élections américaines de 2008. J’ai aussi fait un tour sur la blogosphère de France24 où j’ai commencé comme Observateurs. Quelques piges aussi à la rédaction en Français de la Deutsche Welle. Aujourd'hui je suis formateur média en Afrique pour la DW Akademie.

Des projets.

Le blog de Yoro, Yoroba, israël guébo, israël yoroba, israel yoroba guebo

Il y en a énormément qui sont nés (et il un grand nombre qui attend). Je citerai pêle-mêle Avenue225, le premier site ivoirien d’information de proximité. Désormais on retrouve des Avenues un peu partout. Sénégal (Avenue221), Mali (Avenue223) Guinée Conakry (Avenue224) Togo (Avenue228) Burkina Faso (Avenue226) Benin (en cours Avenue229) et le Cameroun (en cours Avenue237).

Mais il y a aussi Ouest Afrika Blog. Un projet initié en 2010 avec le Soutien de l’ESJ-Lille et qui vise à former et à encadrer les journalistes des radios communautaires d’Afrique de l’Ouest quand à la pratique du web mais surtout à la délocalisation via le web des informations de proximité. 5 Pays sont engagés : Sénégal, Mali, Burkina Faso, Togo et la Côte d’Ivoire. Ce projet va d’ailleurs bénéficier du Fond Francophone des Inforoutes pour l’année 2013.

Ma vie de blogueur s’est transformée en une vie de Jeune Chef d’entreprise. En 2011, j’ai lancé E-Voir, qui est une agence de Web Marketing et qui propose des solutions médias taillées sur mesure pour les entreprises, les Institutions et les personnalités. E-Voir s’est un peu un incubateur qui gère désormais tous les projets en cours et à venir.

Le blog ça paie ?

Ce n’est pas tant le blog qui m’a rapporté de l’argent. Quoique de plus en plus, cet espace accueille des articles sponsorisés et des publicités. Mais je dirai que c’est plutôt ma vie de blogueur. Écrire ça et là, ou donner ses articles pour diffusion. Faire des formations par-ci, être consultant par-là etc…

Et je le dis à qui veut l’entendre, que « Oui, on peut vivre de son blog ». Il suffit d’avoir un peu de patience, de l’ardeur au travail et surtout être passionné.

C'est quoi la suite ?

Continuer à bloguer en entretenant mes espoirs d'antan. Le 14 décembre 2008, dans une interview sur GlobalVoicesOnline je disais ceci:

"Je souhaite qu’il soit plus professionnel. Vous savez, je travaille par exemple avec un petit appareil photo qui n’est pas le mien. Je cherche actuellement à en acquérir un plus professionnel. Quand vous écoutez la qualité de son de mes interviews, c’est catastrophique. Je vais également chercher à avoir un microphone plus pro. Bref, il faut que mon blog devienne professionnel avec un nom de domaine. Et j’ai en tête un projet concernant les blogs en Côte d’Ivoire. Mais souffrez que je ne vous en dise pas plus. Retenez que j’espère qu’après ce prix je vais rencontrer d’autres blogueurs dans le monde entier afin de profiter de leurs expériences et de partager avec eux ma petite expérience de blogueur ivoirien. J’espère fortement que je serai invité et présent à de grand rendez-vous de blogueurs".

Quelques années plus tard, je suis bien content d'avoir réaliser une partie de ces rêves de jeune passionné. Mon idéal n'a pas disparu. Je continu d'écrire et de faire de la sensibilisation afin que de plus en plus le web devienne l'arme idéale pour une liberté d'expression plus accrue. D'ailleurs pour 2013, on pourrait voir la sortie de mon premier livre.

Ma plus grande bataille pour 2013 sera d'emmener tous ceux qui ont une idée de blog ou qui veulent bloguer à voir bien au-delà et d'arriver à les trasnformer en StartUp.

Le Blog de Yoro, lui va continuer à vivre. Même si désormais mon nouvel espace de rédaction sera Yoroba.net.

Alors que j'écris les dernières lignes de ce post-anniversaire, mes pensées vont vers deux personnes qui m'ont poussé avec force pour que je survive jusqu'ici. Aujourd'hui.  Théophile Kouamouo, Edgar Yapo.

Je ne saurai même un point final sans vous dire MERCI. Vous mes chers lecteurs. Grâce à qui ces pages sont lues, connues. Vous qui contribuez ainsi chaque jour à l'amélioration de cet espace.

L'Aventure continue !!!

11 juillet 2012

Difficile d'être blogueur à Gao

OAB2012FOMMOPTI2.jpg

Le Mali n’a pas fini de faire la Une des journaux radio, télévisé et d’alimenter les grandes discussions dans les forums sur internet ou même dans les salons. Au milieu d’une situation jugée chaotique, il y a ceux qui continuent de rester sur place afin d’informer l’opinion internationale. Oumarou fait partie de ceux-là. Oumarou Mohamed Lamine est animateur, producteur et journaliste en langue songhoï à la Radio AADAR-FM KOÏMA de GaoIl est depuis un an blogueur sur la plateforme Ouest Afrika Blog. Il raconte sa vie, son quotidien et ce qu’il voit à Gao. Et la crise ne l’a pas fait changé. Toujours en poste, s’intéressant au sort des populations. Oumarou continue de bloguer avec frénésie. « Je veux que le monde entier sache ce qui se passe ici à Gao ». Au milieu d’une chariat de plus en plus dure, d’une ville de plus en plus vide, Oumarou court le risque de rester. Muni de son dictaphone et de son appareil photo. La situation n’est pas du tout rose.


podcast

Le jeune blogueur, ne veux pas rater une seule seconde de qui se fait dans sa région. Il ose même faire les voyages entre Gao et Bamako.


podcast

Si Oumarou parvient à rédiger des articles, il ne peut cependant plus les illustrer par de la photo. C’est interdit ! D’ailleurs sont appareil photo à subi les affres des islamistes. Dans ces conditions, difficiles d’écrire sur tous les sujets.


podcast

Mais alors comment, ce jeune blogueur arrive à alimenter le blog ? Où trouve t-il la connexion Internet ?


podcast

La situation est difficile. Et pour le jeune blogueur, au-delà des conditions de travaille pénible, sa vie est constamment en danger.  


podcast

Témoignage émouvant qui en même temps montre que les blogueurs ont toute leur place en tant de paix comme en période de guerre. Là où les médias classiques fuient, ce sont les citoyens via leurs blogs et les réseaux sociaux qui restent en place pour informer le monde. Même quand la connexion est défaillante. Même quand l’électricité se fait rare.

Tous les articles de Oumarou. 

09 juillet 2012

Besoin de vous pour le Projet Mekooa !

A la suite de Philippe Couve (dont je reprends l'article intégralement depuis Samsa et) avec qui je  lance l'idée (il n'y a pas que nous deux), je voudrais sollicter vos voix. Il s'agit du projet Mekooa que nous lançons à l’occasion de l’African News Innovation Challenge.

Mekooa, c’est quoi ?

Mekooa est une plateforme d’information communautaire et locale conçue pour la Côte d’Ivoire dans un premier temps et pour l’ensemble de l’Afrique ensuite. Sur un continent où l’exode rural se poursuit chaque jour et où les migrations intra-africaines sont massives (bien plus que les migrations en direction de l’Europe), Mekooa offre un service d’alertes via SMS concernant tous les événements de sa communauté/village d’origine (naissances, décès, événements culturels ou autres). Les informations peuvent être mises en ligne également via SMS. Pour assurer la qualité de l’information recueillie, le réseau Avenue225 qui compte déjà une cinquantaine de journalistes en Côte d’Ivoire sera mobilisé pour sillonner le pays et former des correspondants dans chaque village.

Mekooa, c’est qui ?

Mekooa est un projet initié par

Mekooa, ça vient d’où ?

Le nom lui-même vient de Côte d’Ivoire. En attié (langue parlée au sud de la Côte d’Ivoire), ça signifie « ici » ou « chez moi ». On peut aussi l’entendre comme « Mais quoi ? », interpellation largement utilisée en Afrique francophone pour savoir ce qu’il y a de nouveau.

L’idée vient du parcours et des expériences des partenaires qui sont convaincus, comme en témoigne Francis Pisani dans son tour du monde de l’innovation, que les développements les plus intéressants des nouvelles technologies dans les prochaines années viendront des pays en développement.

L’African News Innovation Challenge, c’est quoi ?

african challenge.JPGCe concours est directement inspiré du Knight News Challenge américain qui détecte et appuie depuis plusieurs années aux États-Unis les projets les plus prometteurs dans la perspective d’un renouvellement du journalisme, de ses moyens et de ses méthodes.
L’African News Innovation Challenge a récolté un million de dollars auprès de donateurs privés (Bill et Melinda Gates Foundation, Google, IFCJ, Knight Foundation Omidyar Network, Konrad Adenauer Stiftung, Wan-Ifra) et également auprès du Département d’État américain.
Les lauréats de cette première édition se verront attribuer des bourses de 12 000 à 100 000 dollars pour développer leur projet.

Comment nous aider ?

Pour l’instant, il suffit de vous rendre sur la page qui décrit le projet Mekooa et de cliquer sur le coeur en haut à gauche (mais pour cela, il faudra vous connecter avec votre compte Tumblr). Pour la suite, et si tout se passe bien, nous aurons sans doute besoin de renforts, mais nous vous tiendrons au courant. Les résultats de la première phase de sélection devrait être connus le 10 août 2012.

 

12 juin 2012

Yakro E-School 2012 : que retenir ?

IMG_2497.JPG

Et nous revoilà de retour à Abidjan après 3 ou 4 jours passés à Yamoussoukro, dans la capitale politique de Côte d’Ivoire. Fatigués, exténués, courbaturés, mais heureux d’avoir tenu le pari et d’avoir rencontré des personnes engagées et passionnées. Après deux (courtes nuits de sommeil) je ressasse encore les jours et les nuits passés dans les chambres, les salles, les couloirs de l’Institut National Polytechnique (INP) de la ville. C’est là que se tenait le YES 2012.

Le choix du thème « Le Web sur l’air du temps » était fait à dessein. L’idée derrière, était de montrer comment internet et les TIC en général pouvait soutenir et aider les étudiants, les futurs entrepreneurs ou les futurs étudiants. C’est pourquoi le choix d’une ville autres qu’Abidjan nous paraissait nécessaire. Les élèves et étudiants, ainsi les populations des autres villes de la Côte d’Ivoire ont besoin d’être informés et formés sur ce  qui se fait sur la toile. Sur les nouveaux outils des TIC, utiles pour eux. Nous avons voulu les sensibiliser. Et Yakro n’est que le départ de ce qui se prépare pour 2013. J’y reviendrai vers la fin de ce post.

Lire la suite

04 juin 2012

J’ai reçu ma rémunération : un BlackBerry de PDASTORE

pdastore, blogueur, côte d'ivoire, abidjanPour ceux qui suivent mon blog, vous êtes certainement habitués à la rubrique “J’ai testé pour vous”. C’est l’espace où je teste des produits, des services  ou des appareils ou même des fonctionnalités. Et depuis quelques mois j’ai signé un partenariat de piges avec l’entreprise PDASTORE pour qui je teste des produits et je rends compte de mes manipulations.

Qu’est ce que je gagne en retour ? Beaucoup de choses. D’abord c’est toujours un plaisir d’écrire mais encore plus je suis un peu un « gadget boy ». Et donc pour moi c’est une opportunité de tester plusieurs services et appareils.

Mais aussi, il y a derrière une VRAIE rémunération. C’est d’ailleurs l'une des seules entreprises en Côte d’Ivoire (en ma connaissance) qui rémunèrent un blogueur. C’est encourageant et c’est un peu ce qui a motivé ce post.

Et donc en lieu et place de l’argent, j’ai opté pour prendre un téléphone portable. J’ai donc reçu un Blackberry  Curve 8520 neuf, blanc et beau. [Je souhaitais en avoir un depuis, puisque je suis en train de proposer à Orange Côte d’Ivoire de devenir « Testeur de leurs services ». Merci donc à PDASTORE pour cette collaboration].

Au-delà d’un simple « salaire », c’est bien la preuve que les choses sont en train de changer et que de plus en les blogueurs pourront vivre de leurs blogs, s’il est bien mené. (Prenez l’exemple de Eric Dupin de Presse-Citron). C’est sûr que ce n’est pas immédiatement. Mais au bout d’un certain temps vous devenez un bon espace de pub, ou un rédacteur de référence. Aujourd’hui, grâce à mon blog je signe des articles pour des sites ici et ailleurs et pour des médias étrangers. Et je suis rémunéré à la pige. Ce n’est pas énorme, mais ce n’est pas négligeable non plus.

 

Emission "Web'Actu", les tic sur les Ondes

Depuis ce dimanche 3 mai, j'ai l'honneur de présenter une émission sur la radio Atlantique FM à Abidjan. Une émission qui se veut être la plateforme pour toutes les activités liées aux Tic et aux Web en Côte d'Ivoire. 

Bien souvent nous manquons de formations et d'informations quand aux grandes avancées technologiques et des nouveaux médias. Or, nous disposons d'un outil puissant capable d'être ce canal d'information : La Radio. 

Chaque dimanche donc, de 19 heures à 20 heures, j'essaie de donner des infos utiles glanées ça et là sur la toile, lors de cérémonies ou d'évènements liés aux technologies de l'information et de la communication mais aussi des astuces relatifs aux outils des Tic que nous utilisons où que nous sommes susceptibles d'utiliser. Et pour ce premier numéro je reçois Manassé Dehe, qui avec la plus grande simplicité mais une prompte réactivité, a accepté de venir à l'antenne nous expliquer en des termes simples ce qu'est la 3G. Et pour ceux qui ont manqué le rendez-vous de ce dimanche voici l'intégralité de l'émission (56 minutes). Bonne écoute ! 

29 mai 2012

CivBlogs, mon coup d'coeur

civblogs.JPG

Lorsqu'on parle de web utile, il faut bien entendre et comprendre ces outils (ou ces infos) qui sont mises à la disposition des internautes gratuitement, mais surtout qui servent à quelque chose. Et en la matière j'ai trouvé un "objet de grandes valeurs": CivBlogs. (Pour ceux qui ne le savent pas "CIV" est le (Hash)Tag  sur Twitter pour retrouver le fil des infos en Côte d'Ivoire). Et c'est l'oeuvre de l'ONG Akendewa qui de toutes les façons a démontré à maintes reprises qu'elle est très utile pour la société ivoirienne. Et ce n'est pas uniquement dans le monde virtuel. Bref ! Pour revenir à CivBlog, retenons que c'est "est un annuaire qui indexe les billets provenant de la blogosphere ivoirienne". "CivBlogs vous permet de suivre vos blogs favoris et d'en découvrir de nouveaux". 

Je reçois souvent de nombreux mails, de journalistes ou de spécialistes de nouveaux médias qui s'intéressent au développement du web en Côte d'Ivoire. Ils veulent savoir qui blogue dans tel ou tel domaine. Là, ils sont servis.... gracieusement. Avec un bonus: Akendewa met à disposition le code source de cette application pour toutes les autres blogosphères. Merci les gars, j'ai (re)découverts des blogs vraiment intéressants.

27 janvier 2012

Le journaliste en ligne dans tous ses états

JELpluri-créditphoto Slate.blog.jpg

 

 

A l’heure où internet pénètre de plus nos rédactions, à l’heure où les médias classiques ne sont plus effrayés par les espaces participatifs et les nouveaux médias, il est important de bien déterminer ce que c’est que le travail d’un journaliste en ligne. Il apparaît important également de relever les missions et contraintes qui font du journalisme en ligne un métier accompli sous toutes ses formes. Au préalable, il faut indiquer qu’un journaliste en ligne (que je surnomme JEL) est d’abord et avant tout un journaliste (presse écrite, radio, télé ou agence).

C’est vrai, les choses changent, le métier lui aussi évolue.

- Le support est différent. On est donc désormais que sur internet. Un média plus interactif, plus dynamique, plus instantané.

- La manière de travailler est différente. L’utilisation d’outils nouveaux et plus dynamique.

- La cible est encore un peu plus pressée que les lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs.

Le Journalisme en Ligne est donc un métier à part entière des missions propres, des domaines et périmètres d'intervention, des activités et tâches spécifiques mais aussi des compétences (Savoirs, Savoir-faire, Savoir-être).

Lire la suite

23 décembre 2011

Site Web à 0 francs, faites gaffe !

site web 0 fr.JPG

Je suis tombé (et certainement vous aussi) sur cette affiche qui m'a intrigué. « 0 francs CFA» pour avoir un site web. Ça m’a paru bien curieux que des gens soient si généreux quand on sait le prix minimum pour acquérir un site web (confection et développement, hébergement, entretien etc…).

Je décide donc d’appeler le numéro sur l'affiche. Au bout du fil, un homme à la voix posée et grave me répond. Il confirme bien que « la création du site et l’hébergement sont TOTALEMENT gratuits ». Cependant «le client doit payer l’entretien et le suivi du site tous les mois ». « Mon plus petit prix est de 25 000 francs par mois », indique le promoteur du « site à 0 francs ».

Si je fais un petit calcul 25000 X 12 mois = 300 000 Francs CFA. Pour un site web, ce n’est pas cher payé je l’avoue. Mais en fait, le promoteur propose des « sites plats » - ce sont ses mots - à ses clients, sans développement derrière.

Faisons plus simple (et grâce ses explications) pour expliquer comment il procède. Vous allez sur une plateforme de blog comme wordpress (par exemple) comme si vous construisiez votre blog. Vous choisissez un thème (un design). Vous « accouplez » votre blog à un nom de domaine que vous achetez. Et de vous à moi, vous ne paierez pas plus de 30 000 francs par an – y compris le suivi et l’entretien que vous pouvez faire vous-même. Puisque, wordpress (comme joomla, blogspot) c’est gratuit et c'est VRAIMENT facile à prendre en main.

[Donc (si vous n'avez pas beaucoup de sous) plutôt que de donner vos 300 000 à quelqu'un qui va exécuter un travail que vous pouvez amplement faire, investissez un peu de temps et d'argent (max 30 000 francs CFA) pour avoir un espace à vous et que vous contrôlez. Et si vous avez besoin d'aide pour le suivi et l'entretien, contactez la communauté web ivoirienne (par exemple l'ONG Akendewa). Des personnes disponibles viendront gracieusement à votre secours d'une façon ou d'une autre. Investissez le reste de vos sous dans un projets qui va vous rapporter vraiment de l'argent. (300 000 c'est déjà un bon fond de commerce).

Et pour ceux qui en ont les moyens, allez voir des entreprises professionnelles (clin d'oeil à l'Agence E-Voir) qui vous feront un travail sérieux qui prend en compte toutes vos attentes].

Pour finir ma conversation téléphonique, je demande au promoteur du « Site à 0 francs » où je peux le rencontrer. «Je suis indépendant », me répond t-il, en indiquant qu’il fixe généralement  ses rendez-vous à « Petro Ivoire Angré » (quartier de la commune de COcody). « Sinon, si je dois me déplacer vers vous, c’est 5000 francs pour le transport », conclu t-il.

24 novembre 2011

La Côte d’Ivoire rejoint Ouest Afrika Blog

Début 2012 un groupe de journalistes issus des radios communautaires ivoiriennes bénéficiera d’une formation au journalisme numérique dans le cadre du projet OuestAfrikaBlog qui permet depuis 2009 aux journalistes des radios communautaires du Togo, du Mali, du Sénégal et du Burkina Faso, d’être formés au journalisme en ligne. Certains amis à Abidjan me demandaient toujours pourquoi la Côte d’Ivoire n’y était pas alors que j’en assurais la coordination éditoriale.

Je pense que cette fois ça y est ! La Côte d’Ivoire rejoint donc OuestAfrikaBlog, un projet régional pluriannuel de remise d’équipements, de formation et de production multimédia pour les journalistes des radios communautaires francophones d’Afrique de l’Ouest. Le but de ce projet est double. Il s’agit d’une part de permettre aux radios communautaires des pays francophones d’Afrique de l’Ouest de se former au journalisme multimédia et d’autre part de produire et de diffuser des contenus multimédias francophones d’information locale en provenance des communautés locales ouest africaines. [Lire davantage sur l’adhésion de la Côte d’Ivoire].

Et pour ficeler l’extention du projet en Côte d’Ivoire, Yves Renard, Directeur du service International de l’ESJ (Ecole supérieure de Journalisme de Lille) était à Abidjan du 18 au 21 novembre pour me rencontrer. Mais aussi et surtout pourqu’ensemble nous puissions rencontrer différents acteurs des médias ici en Côte d’Ivoire ou ayant des projets pour les médias ivoiriens. Ce sont donc, Alfred Dan Moussa, Directeur de l’ISTC (institut des sciences et techniques de la communication), Bamba, président de l’URPCI (Union des radios de proximité de Cöte d’ivoire), les Avenants (rédacteurs du site Avenue225.com), Guillaume Pierre, Directeur Afrique de CFI (Canal France International), Christian Oquet (Conseiller de coopération et d’action culturelle ambassade de France).

Des personnalités qui ont tout de suite adopté l’idée OAB pour un partenariat immédiat ou futur.

 

09 octobre 2011

Si le BarcampAbidjan 2011 m’était compté…

IMG_9724.JPG

Un, deux, et … TROIS ! le Barcamp Abidjan 2011 a tenu toutes ses promesses. Pour cette troisième édition l’équipe d’Akendewa que préside JP Ehouman, n’a pas lésiné sur les moyens, ni sur les speakers encore moins sur l’organisation de façon globale. On a des entendu des rires, on vu des larmes, on a senti des silences, on a touché des stars, on a goûté de bons plats (au sens réel comme intellectuel). On a vécu tout simplement à ce BArcamp.

De 1 ! choix d’un "directeur-araignée"

Je reste convaincu que le choix de Cyriac Gbogou (le Chef du village #kpakpatoya) n’était pas fortuit ni le fruit d’un hasard. C’est un homme à 6 bras et à 6 pieds. Véritable chef d’orchestre, il ne manque pas de se mettre lui-même à la tâche quand il le faut. Au four et au moulin, « Krikri » (ou Siriki) a été la pièce maîtresse de la réussite de cette 3e édition du Barcamp Abidjan. Tantôt en pagne traditionnel, tantôt en tee shirt, c’était lui, l’homme de la situation. Le capitaine du bateau. A l’écoute de certains et au secours des autres.

De 2 ! Des Speakers de qualité…

…venus d’ici et (parfois de très) loin, les intervenants tous aussi intéressants les uns que les autres ont enseigné, conseillé, orienté et souvent évangélisé. Pour ma part, ici en Côte d’Ivoire, je retiens la participation du ministre de la jeunesse, Alain Lobognon, qui les jours ouvrables était sous le costume de ministre et le samedi dans son jean de geek. Il n’a pas manqué de suivre physiquement ou on line les différentes articulations de cette rencontre. Les organisateurs le diront, il a été d’un appui fort (et concret) dans l’organisation.

Je ne parlerai même pas des activistes du web qui se sont entassés dans la salle devenue trop petite depuis le premier jour pour contenir tout le monde. (Bon sur toutes les lèvres semblent se dessiner le palais de la culture pour le #BarcampAbidjan2012).

Je ne parle même pas de ces orateurs de talents qui ont suscité ovation et cris d’admiration dans la salle. Je ne parle même pas de ces speakers qui ont imposé le silence par leur démonstration, qui ont tenu en haleine l’assemblée parfois pendant plus d’une heure. Je ne parlerai même pas enfin, de ces simples utilisateurs et curieux qui sont entrés dans la grande famille Web de Babi (mot pour désigner « Abidjan » en nouchi, argot ivoirien).

Et de 3 ! Lieux de rencontre et de découverte

S’il y a un élément fascinant qu’on observe dans chaque rassemblement de ce genre, c’est le côté découverte. Un peu comme à la fin d’un jeu d’invisibilité. Sauf que dans les rassemblements d’acteurs ou d’utilisateurs du web, on a l’impression de se connaitre depuis longtemps. J’étais heureux de voir Nnenna, Francis Pisani. De rencontrer Anicet le Chorégraphe et toutes ces personnes qui de façon rapide te disent (avec un large sourire) "bonjour je suis …". Et tout de suite vous vous mettez à raconter vos vies. Parce que vous êtes « e-potes » depuis de longues années sur la toile.

Le BarcampAbidjan2011 a réussi à resserrer les liens entre les membres de la webcommunauté ivoirienne, mais aussi avec d’autres amis d’ailleurs.

Ce que je retiens :

« Innovation » ! A n’en point douter, c’est le mot qui est revenu le plus souvent. J’ai suivi avec beaucoup d’attention l’intervention de Mohamed Diaby. Et la définition que j’en garde : « L’innovation, c’est prendre des choses futiles pour en faire quelque chose d’utile ». Je salue donc tous les innovateurs ivoiriens, qui ont réussi à transformer notre vie, nos habitudes par ce qu’ils ont apporté. Quand j’entends (par exemple) #CIVSocial, je vois des vies sauvées, je vois des catastrophes évitées.

La Côte d’Ivoire a amorcé une ascension fulgurante depuis ces 3 dernières années… de grandes choses nous attendent en 2012 : l’année du Web ivoirien.

23 septembre 2011

Un point de + pour Facebook

timelinefb.JPG

Je ne sais pas si Google s'en remettra, mais je suis bluffé par le nouveau visage de Facebook. Le Géant Google - en ouvrant son réseau social à tout le monde - avait cru courcicuiter la conférence du patron de Facebook (qui s'est tenu hier). Comme me l'indiquait un de mes collaborateurs ce matin, nous sommes en train de tendre inexorablement vers le "Livre de notre Vie"... Notre LifeBook. Une idée qui je crois, a guidé et conduit Marck Zuckerberg et sa troupe jusqu'à présent. Mais cette fois en plus grand. Avec ce que les spécialistes appellent "L'arme Fatale": l'Open Graph.

J'ai donc testé. J'ai une "Timeline". Pas mal du tout. Pas du tout compliqué à installer. J'ai utilisé le "tuto" mis à dispositon par Presse-citron (Merci Eric DUppin!).

Mais qu'est ce que ça change ?

Beaucoup. D'abord j'ai un archivage (et un visuel) plus vaste mais bien précis de mes "activités" sur Facebook. Par exemple, je peux revoir des anciens post en me souvenant de la date. Plus besoin de passer des heures à cliquer sur "Publication plus ancienne" avant d'espérer trouver l'article recherché. Je peux aussi voir dans le même temps sur la même page ce que font mes amis (avant il fallait cliquer au préalabre sur "Accueil"). POur la confidentialité, vous pouvez choisir de montrer votre "nouveau visage" à tout le monde ou de le garder pour vous seul ou pour vos "amis".

Mais ce qui m'enchante le plus, c'est le design. je le trouve plus... chic. En plus, je peux choisir (comme sur un blog) le type d'affichage que je veux, où je veux disposer mes colonnes etc...

En attendant les (Noooombreuses) mises à jour qui vont suivre, je me plais à explorer cette nouveauté.

L'orgueil de Facebook semble avoir été touché depuis le lancement de Google+. La tactique de "l'armée" Facebook semble avoir été de faire semblant de copier les applications de leur "nouveau" rival et de provoquer une riposte sur ce terrain. Et pendant ce temps, des "snipers" bossaient librement pour sortir ce "truc de Ouf". A la guerre comme à la guerre, je me demande bien quel coup Google pourrait donner de PLUS ?

21 septembre 2011

Yoro, Lauréat Harubuntu 2011

IMG_6200.JPG

En ce matin pluvieux sur Abidjan voici une nouvelle qui me réjouit et me rend fier des jeunes avec lesquels je travaille.
Je viens d’être désigné Lauréat par le jury du concours Harubuntu dans la catégorie « Communication ».

Pour, l'ONG belge, Echos Communication organisatrice dudit concours, il s’agit de repenser l’acte de coopération en mettant en lumière, d’une part, la réciprocité qui existe entre le Nord et le Sud et en promouvant, d’autre part, les potentialités de chacune des parties. « C’est pour cela, affirment les initiateurs, qu’un réseau de partenaires euro-africains composé d’ONG, de médias et de personnes indépendantes s’est levé pour lancer ensemble ce projet ».
« Parce que nous croyons qu’il est temps de réinventer la relation entre l’Afrique et l’Europe,... Que l’Afrique recèle de trésors humains, de savoir faire, de manières de vivre, de compétences, de cultures et de ressources naturelles. Et que si les ressources naturelles sont connues, les trésors humains sont encore souvent cachés... » peut-on lire sur le site du concours

.
IMG_6181.JPGC'est sur ce post de la blogueuse Yehni Djidji, que j'ai vu l'annonce de la compétition. En avril donc j’ai soumis ma candidature avec en main tous les projets que j’ai initiés (Avenue225, Ouest Afrika Blog et l’Agence E-voir ). J’ai été présélectionné en juillet et une mission s’est rendu à Abidjan pour une évaluation de ce que j’ai avancé dans mon dossier de candidature. Pendant 3 jours (du 5 au 7 septembre), les deux membres du jury ont suivit mon équipe et moi-même dans nos différentes activités et actions.

Pour remporter il fallait : « être porteurs d’espoir et créateurs de richesses africains, Etre une personne qui ouvre de nouveaux horizons et mettent en place des projets pour le développement de l’Afrique ».

Et comme préréquis il fallait "être d’origine africaine, résider en Afrique, être porteur d’un projet déjà mis en oeuvre concrètement (plus de 6 mois). Enfin, être issus d’une des catégories suivantes : entreprenariat, autorité locale, société civile, communication".

Merci donc au comité d’organisation et le jury pour son choix mais aussi et surtout à toutes les Teams des Avenants (anciens comme nouveaux, d’ici et d’ailleurs) et des "Voyeurs" pour le soutien en tout temps.
Bientôt je vous donnerai la suite du programme concernant le prix.
Les lauréats des années antérieurs. En 2009, une ivoirienne avait été désigné coup d’cœur du Jury.

ça me rapelle où j'ai été désigné "Meilleur Blogueur Francophone 2008" et "Meilleur blog de journaliste d'Afrique de l'Ouest".

18 juillet 2011

Abidjan accueille le Summer E-School 2011

seschool.jpgLa Côte d’Ivoire se prépare à vivre un évènement unique pour ceux qui pratiquent le web comme pour ceux qui regardent cet outil de loin (soit par crainte ou même par désintéressement). Du 7 au 10 septembre prochain à l’Université de l’Atlantique d’Abidjan (Cocody 2-plateaux) va se tenir la première édition du Summer E-School, l’université d’été aux pratiques du web.

Et pour cette première édition, les organisateurs ont choisi de rassembler les participants autour du thème : « Dans le monde de l’Open Source ». Objectif : « faire découvrir des instruments en ligne gratuits et faciles à prendre en main et qui pourraient répondre aux besoins des participants ». Ce sont donc environ un peu plus de 200 personnes (il semble que les places soient limitées) qui sont attendues à ces journées. Journalistes, associations, entreprises, particuliers, artistes. « Pour chaque environnement internet réserve une panoplie d’instruments, simples, légers et utiles pour une efficacité dans leurs actions habituelles ». Il est bon que ceux qui ne les connaissent pas les découvrent, et que ceux qui sont au fait des applications et autres « gadgets en ligne » gratuits, soient informés des (r)évolutions qui se font en la matière.

Au programme de ces 4 jours du Summer E-School. Des conférences et des ateliers pratiques sur des thématiques bien précises. Par exemple, comment créer sa web radio ou sa webtélé avec des outils simples et gratuits« connaître et maîtriser les applications offertes par google » etc…

Des orateurs bien connus du web ivoirien les entretiendront sur des thèmes d’actualité. Par exemple « la liberté d’expression en ligne », « le web 2.0 et la solidarité », « comprendre l’open source » etc.

banner.jpgPetit plus, des ateliers assez originaux. Un atelier pour apprendre à faire des dessins (de presse) et un autre atelier pour apprendre à faire de la photo.

Autre élément tout aussi intéressant, c’est la gratuité en ce qui concerne la participation. Il faut juste s’inscrire en ligne sur le site de l’évènement. Un numéro par la suite est attribué par mail et par sms. Cela servira à récupérer un badge d'accès le jour du Summer E-School.

Si vous êtes à Abidjan dans la période n'hésitez pas à y faire un tour. Et n'hésitez surtout pas à faire le buzz autour de vous.

NB: le hashtag (de l'évènement) surt twitter est #seschool

08 juin 2011

Web, liberté d'expression et notre responsabilité

freedomofexpressionr.jpgJe suis à Johannesburg pour participer (du 8 au 9 juin) à un atelier sur la liberté d’expression en ligne. Un « Workshop » parrainé par Google et organisé par « Global Voices et le Committee to Protect Journalists ». « Freedom of Expression in Sub-Saharan Africa ».

Les organisateurs justifient l’opportunité d’une telle rencontre par le fait qu’il y a « un besoin croissant pour une sensibilisation accrue » à la liberté d’expression en Afrique. Surtout sur Internet. «Cette nécessité, souligne Google South Africa, est devenue plus urgente à la lumière des actes de plus en plus agressifs et sophistiqués de la part de certains gouvernements africains en vue supprimer la liberté d'expression ».

Et les exemples sont légions. Les méthodes de blocages aussi. Espionnage, le blocage des accès aux plateformes de réseaux sociaux, fermeture de services mobiles tels que SMS (On a connu ça pendant des mois en Côte d’Ivoire).

Le Workshop va se concentrer sur les journalistes et les blogueurs et les risques qu’ils encourent dans certains pays. Objectif, trouver des tactiques et les meilleures pratiques en matière de protection de la liberté d’expression.

Des pratiques qui peuvent nous être utile, à l’heure où la Côte d’Ivoire veut sortir de longs moments de crises (qui ont sévèrement touchés la presse). Des journalistes sont encore aujourd'hui dans la peur et dans la crainte de sortir leurs plumes. Les quatre derniers mois ont été terribles. Assassinats, emprisonnement, enlèvement, agression physique, menace de mort. Des journalistes de tous les camps ont été traqués par des partisans du camp adverse. (Ils sont moins nombreux aujourd’hui, mais toujours aussi (volontairement ou non) censurés).

C’est désormais aussi l’un des challenges qui attendent les nouvelles autorités : Réconcilier (toute) la presse avec la (vraie) liberté d’expression, mais aussi les journalistes avec le professionnalisme et la responsabilité.

Sur le Web, les choses sont moins pénibles. Les agressions se limitent à des injures, des menaces en ligne. Certains blogueurs ont vu parfois leur appareils photos confisqués. [D'autres blogueurs préfèrent ne pas se montrer à visage découvert au regard de leur prise de position en faveur (ou contre) un camp].

C’est sûr, c’est une opportunité pour les blogueurs (et ceux qui utilisent le web) qu’Internet échappe (pour l’instant) aux autorités. Sur les blogs et les réseaux sociaux, tout se dit. Il y a seulement qu’à regarder sur le hashtag #civ2010 (twitter) pour s’en rendre compte.

Les sites et blogs se sont multipliés par 50, voire même plus au cours de ces derniers mois. C’est une bonne chose ! Ce à quoi tous doivent être sensibilisés, c’est la responsabilité. Liberté TOTALE d’expression OUI ! mais tous les acteurs doivent mesurer à quel point un simple mot ou une simple phrase sur internet ou sur du papier peut être aussi destructrice qu’un obus. C’est la leçon que je garde.

 

05 juin 2011

Ouest Afrika Blog, et de 2 !

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a accueilli la formation de 8 journalistes des radios communautaires de 3 pays de l’Afrique de l’Ouest. Venus du Togo, du Mali et du Burkina Faso, ils ont été sélectionnés sur concours avec l’aide des réseaux des radios communautaires de ces différents pays.

Du 23 au 27 mai donc, ces 8 nouveaux Ouestafrikablogueurs ont été sensibilisés à rechercher des informations locales simples (parfois même ordinaires) mais qui témoignent de la vie de leurs communautés.  Ils ont été également formés à la maitrise des appareils photos et enregistreurs qui ont été mis à leur disposition avec le soutien de la coopération française et des ambassades de France dans les pays qui participent à ce projet.

Les blogueurs ont été très souvent sur le terrain pour apprendre à recueillir des informations, à faire de bonnes images mais aussi à capter du son. Ils ont passé encore plus de temps derrière leurs ordinateurs à « écrire pour le web », à « redimensionner une image», à « monter un son » et à mettre tous ces éléments sur la plateforme de blog « Wordpress » qu’utilise Ouest Afrika Blog.

Après cinq jours d’intenses ateliers, quelques articles ont été produits (lire les premiers exercices) par des blogueurs heureux de découvrir ce nouvel outil du web et de voir à quel point il peut servir de support pour tout média.

Désormais ils retournent chacun dans leurs villes et pays respectifs où ils seront suivis et encadrés par l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille pendant les deux années que va durer le projet.

Tous les Ouestafrikablogueurs

[La première édition avait eu lieu à Bamako ]

 

01 mars 2011

A vous de voter le meilleur blog ivoirien

C’est l’heure des votes pour le concours de Ivoire Blog Awards du meilleur blog en Côte d’Ivoire. C’est donc aux internautes de faire leurs choix. Pour permettre à vos électeurs d’arriver directement sur votre page de concours faites ceci:


- Téléchargez la photo ci-dessous ou ce code : <a href= »http://ivoireblogawards.avenue225.com/tous-les-blogs/« ><img src= »http://ivoireblogawards.avenue225.co...m/up-1.png » width=210 height=52/></a>

votez.jpg

 

- Faites un hyperlien vers votre page de concours.

- Et c’est tout. Vos électeurs en cliquant sur l’image iront directement voter pour VOUS.


Bientôt, ce sera au Jury de désigner le meilleurs de chaque catégories. Tous les lauréats recevront leurs prix le 15 avril lors d’une cérémonie. Des prix offerts par notre Sponsor et nos Partenaires.
Bonne chance à tous.

11 janvier 2011

"Le blog de Yoro" dans les manuels scolaires de 3e

 

Francais3e.jpgLes élèves (francophones) du monde entier vont apprendre et découvrir toute l’importance et l’utilité de cet outil de libre expression, qu’est le blog. Les Editions Nathan International vont éditer un livre de français pour la classe de 3e à destination de tous les pays francophones. Dès ce mois de janvier, les premiers exemplaires seront sur le marché.

Aux pages « 140-141 /séquence 6 : le monde du travail/ étape 2 : entreprendre », on apprend à mieux connaitre et à mieux comprendre les blogs. Et pour la pédagogie rien de tel qu’un blog qui leur parle. En l’espèce « Le blog de Yoro ».

Pourquoi avoir choisi mon blog ? Les Editions Nathan International expliquent :

«dans le cadre de l’étude des medias, primordiale pour les jeunes aujourd’hui, c’est un bel espace de communication, pour les Ivoiriens comme pour les autres, d’Afrique ou d’ailleurs ! A l’heure où les jeunes élèves africains ont besoin de connaître les nouvelles technologies, il invite avec force et conviction à la formation et à l’échange, sur des thèmes nationaux et internationaux mais aussi de proximité – ce qui ne manquera pas d’intéresser nos élèves ! ».

Je vous propose, chers lecteurs de découvrir en exclusivité les pages qui sont consacrées à l’étude du blog de Yoro. (Vous pouvez vous amuser à répondre aux questions). Pour télécharger et lire le pdf cliquez sur l'image ci-dessous.

pagepdfnathan.JPG

 

 

 

28 décembre 2010

Fin de Mission pour les premiers Avenants

Depuis le 24 décembre dernier la "mission" de la première promotion des Avenants (rédacteurs d’Avenue225) est "officiellement" arrivée à son terme. Je voudrais saisir l'occasion pour les féliciter et les remercier pour toute l'abnégation et toute la détermination mises dans le travail tout au long de ces 12 mois. Ça n'a pas été facile. C'est vrai ! Mais j'ai apprécié leur sens de l'assiduité et du travail.

Merci également à tout ceux qui de près ou de loin nous ont soutenu et nous soutiennent aujourd’hui. La liste est longue. (Mais je vais essayer).

En Côte d’Ivoire, le président de l’UPF, Alfred Dan Moussa,  l’association Akendewa (Merci à Jean Patrick Ehouman pour ses conseils), Ghislaine Atta, Edith Brou , Wilfried Akapko, nos amis du Nouveau Courrier (qui nous ouvrent leurs colonnes de temps en temps pour faire passer nos articles).

A l’étranger. Avenue Afrique (avec l’infatigable et amie personnelle Aude Guyot), l’association Vanille, Caramel & Chocolat (dirigé par notre « Val à nous » et son projet Samatiguila ), l’Atelier des médias, mes amis de la photo (Afrique in Visu, Jeanne et Baptiste)

Dans l’ombre : Il y a ces personnes que je ne citerai pas mais qui sont très actives et très efficaces pour que le projet se poursuive.

packarbell.jpgComme initialement prévu, trois d'entre eux seront récompensés par un ordinateur portable chacun. Ce sont donc :
- Suy Kahofi
- Donatien Kangah
- Judik Dahé.


De façon exceptionnelle
Roland N'Dekploman (polman notre dessinateur maison) recevra une imprimante multifonction
Huguette Akpoué un appareil photo numérique.

Dans quelques jours nous lancerons un nouvel appel à candidature pour recruter la 3e promotion des Avenants pour Abidjan. L’aventure continue sur www.avenue225.com avec bientôt d’autres projets plus grands en perspective.

01 décembre 2010

Concours du Meilleur blogueur de Côte d'Ivoire

 

ibacapture.JPG

Afin de soutenir la production d’informations alternatives et l’expression des citoyens, l’Association Avenue Afrique organise Ivoire Blogs Awards. Le premier concours de blog à l’intention des blogueurs ivoiriens, ou des blogs sur la Côte d’Ivoire.

L’Association Avenue Afrique vise à offrir un espace d’expression et de débat alternatif et participatif, ouvert à tous les citoyens africains à travers le monde. Elle propose également de se saisir des nouvelles technologies, et particulièrement de plates-formes collaboratives d’édition et de publication web de contenus tel que les blogs, pour montrer le quotidien de ces pays le plus souvent défavorisés du point de vue des médias et en déficit d’informations critiques.

La compétition est donc ouverte ! Pour connaitre les critères, le calendrier, les prix, les membres du Jury ... rendez-vous sur le site du concours.

23 juin 2010

L’actualité de proximité vue par les Radio communautaires

ouestafrikablog.JPG

Je suis à Bamako depuis quelques jour pour un projet qui prend corps. Ouest Afrika Blog.

Initié par l’Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ)-Lille et financé par la coopération française, ce projet vise à faire découvrir les outils (et utilités) du blogging à des journalistes des radios communautaires. Ceux-là même qui sont (parmi les médias classiques) les plus proches de la population.

 

Ces journalistes vont apprendre à bloguer. Ils vont raconter des histoires simples, ordinaires mais parfois étonnantes de leurs cités.

Deux pays pour démarrer ce projet destiné à l’Afrique de l’Ouest. Le Mali et le Sénégal. Des journalistes radios ont été sélectionnés par concours avec le soutien et l’appui des réseaux des radios communautaires du Mali et du Sénégal, appuyés par les ambassades de France à Dakar et Bamako. Le tout piloté par l’ESJ.

Au finish, 5 jeunes sont donc à Bamako du 21 au 25 juin pour se former. Pour le Mali, Dieneba Deme Diallo (Radio Kledu, Bamako), Mamoudou Barry (Radio Yeelen, Sikasso), Diarra Bouille (Radio Jamana, Kayes) et pour le compte du Sénégal Rosalie NDiaye (Radio Afia, Dakar) et Alexandre Lette (Radio Jokkoo, Dakar).

Au programme de cette session de formation, l’écriture web, la prise de vue et le redimensionnement des photos, ainsi que la prise de son et le traitement des podcasts. Après une formation dense de 5 jours, ils seront « lachés dans la nature », mais bénéficieront pendant toute la durée du projet d’un encadrement éditorial par l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. Chaque blogueur a reçu un appareil photo numérique et un enregistreur. Un matériel adéquat qui devrait leur permettre de mener à bien leur mission. C’est à eux que revient la tâche d’alimenter cette plateforme et de donner l’occasion à des populations d’être entendues via Ouest Afrika Blog.

Vous pourrez lire chaque semaine, de petites histoires locales, accompagnées de photos et quelques fois de podcast.  (Les premiers articles-exercice sont déjà en ligne).

Ouest Afrika Blog, n’est pas appelé à rester à ce stade expérimental. Si l’expérience est concluante, l’aventure pourrait s’étendre à d’autres pays pourquoi pas. Pour l’heure, « Le Club des 5 » se dit déterminé à tenir allumer cette flamme et à œuvrer à ce qu’elle embrase l’Afrique de l’Ouest entière.

11 mai 2010

Les acteurs ivoiriens du web créent un syndicat

sipcol.jpg

Le secteur du web en Côte d’Ivoire s’organise de plus en plus. Au point d’en arriver aujourd’hui à la création, le 8 mai dernier, d’un « Syndicat Ivoirien des Producteurs de Contenus en Ligne » (SIPCOL).

Selon la blogueuse ivoirienne Edith Brou, présidente de ce syndicat, il y a tant de revendications légitimes à faire dans le domaine du web en Côte d’Ivoire. Au-delà, c’est aussi donner une couleur plus« glamour et saine » à l’activité du « Syndicalisme ».

Pour Edith Brou, le SIPCOL va permettre à la Côte d'ivoire de connaître « un accroissement des vocations dans les métiers du web et en conséquence, une éclosion de son économie numérique»Interview -

 

05 mai 2010

Que devient le blog des Forces armées ?

 

Armee drapeau.jpg

En 2005 alors qu’on ne parlait pas (à haute voix) de blog ou de blogosphère ivoirienne, les Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire (Fanci aujourd’hui FDS, Forces de défense et de sécurité) avait déjà un blog qui leur était consacré. Un espace intéressant qui leur permettait de communiquer sur les actions de l’armée ivoirienne en période de paix ou même dans des climats d'hostilité.

Créé en septembre 2005, 3 ans après le début du la crise politico militaire, ce blog fournissait des informations intéressantes et utiles sur les sujets d'actualité de la vie des militaires en Côte d'Ivoire. Des projets sociaux aux attaques des camps militaires en passant par les nominations effectuées au sein des FDS, le blog balaie tous les sujets.

« Ce site est dédié aux Fanci c'est-à-dire aux Forces Armées Nationales de Côte D'iVoire qui depuis le 19 septembre ont vaillamment résisté face à l'agression de rebelles soutenus par une coalition régionale et internationale. Ce n'est point un site officiel ».

L’auteur affirme à cette époque que «c'est un blog de discussion sur la refondation de la nouvelle Armée ivoirienne, sur ses chefs les plus charismatiques ainsi que sur les défis qui lui seront imposés dans la décennie à venir..»

Pourtant, tout semble s’être arrêté depuis le 22 avril 2008. Un an après la signature des Accords politique de Ouaga. Alors que la Côte d’Ivoire a sa propre blogosphère . L’alimentation du blog s’arrête sur une question essentielle : «Doit on reformer ou réformer l'armée ivoirienne? »

Je pense que le blogueur (militaire ou non) aurait dû continuer. Surtout que le débat (militaire) est d’actualité. Et surtout qu’il ne faut pas attendre qu’il y ait des affrontements pour communiquer. J’ai cherché en vain sur le web un site ou un blog appartenant aux Forces armées ivoiriennes (quelqu’un pourrait-il m’aider ?) Soit.

Même si le blog a cessé d'être alimenté, son contenu mérite qu’on y fasse un détour.

J'ai fait une petite sélection pour vous.

 

- L’armement des Fanci (à cette époque)

- Les Fanci en chiffre

 

Bonne promenade sur ce blog !

 

 

 

09 février 2010

Le Blog de Yoro à Oxford University Press

capture blog.jpgÇa fait toujours plaisir de voir comment son espace peut servir d'une façon ou d'une autre.

La maison d'édition, Oxford University Press d’Espagne va inclure, dans un manuel scolaire de langue française pour les étudiants espagnols de l'enseignement secondaire, quelques captures d'écran de mon blog.

Cela pour illsutrer "Mon Blog pour la Classe " un chapitre réservé à « qu’est ce qu’un blog et comment en créé un ».

L'annonce a été faite la semaine dernière par Somolinos Angel Estevez, documentaliste au département éditorial.
Le manuel devrait être disponible pour la rentrée prochaine au plus tard.

Avenue Afrique, Avenue grandeur nature

avenueafriue.JPG

Après Avenue225 (Abidjan), Avenue223 (Bamako) et Avenue221 (Dakar), Avenue226 (Ouagadougou en préparation) [d’autres sont en cours], voici la mère de toutes : Avenue Afrique.

Aude Guyot, notre Designer maison, est à pied d’œuvre pour parachever les derniers réglages. La machine est lancée. Le concept des Avenues est en train de prendre telle une marque déposée. A l’horizon des sponsors et des partenaires se signalent. Tant mieux ! Nous vous tiendrons informés.

D’ailleurs cet espace vous permettra au fil des « post » de mieux appréhender le concept des Avenues et pourquoi pas d’en devenir des promoteurs ou «Avenants»*.

A quoi va servir cet espace ?

Avenueafrique.com, va relayer toutes les informations relatives à la création, la promotion et au fonctionnement des avenues nationales. Avant de devenir dans quelques mois seulement un véritable portail, vous retrouverez les profils des «Avenants» qui font les plateformes des pays. Vous connaitrez également ceux qui sponsorisent et les partenaires qui nous accompagnent.

Le bruit court "non loin de chez vous" dans les Avenues africaines.

POur comprendre le concept des Avenues africaines

 

01 février 2010

BarCampBabi 2010 fait son buzz

 

18366_279310714085_127529804085_3526820_6960211_n.jpg

La Webosphère ivoirienne est depuis quelques temps en ébullition. La raison: un grand évènement se prépare. Le prochain BarCamp qui aura lieu du 5-7 Mars prochain. C'est dire qu'après la première édition, le dynamique Réseau Akendewa est en train conquérir le coeur des internautes et de tous ceux qui sont concernés par le développement et l'usage des TIC en Côte d'Ivoire.

Pour ma part j'applaudis avec force cette nouvelle édition du BarCamp, que je suivrai avec attention. Nous y reviendrons et nous en reparlerons sur ce blog.

Pour l'heure, faites le buzz...

31 décembre 2009

Yoro vu depuis une "fenêtre"

Depuis sa "Fenêtre sur Cour", Jeanne Mercier regarde Yoro, son blog et ses projets. Elle proposait il y a quelques temps, un aperçu sur la blogosphère africaine.

30 décembre 2009

On forme au journalisme (par le) citoyen

Les deux dernières semaines j'étais entre Bamako et Abidjan.
Dans la capitale malienne où j’étais invité pour le Forum Innov@africa, j’ai participé avec Cédric Kalonji à la formation et à la mise sur pied de la première blogosphère malienne. Dans cette capitale où il y a tellement de choses à dire, nous avons été étonnés que le nombre de blogueurs soit si négligeable. Il était indispensable de sensibiliser et de former les populations aux blogs. Pari (presque) réussi. De cette expérience Bamakoise est sortie Avenue223.

Voici un extrait du compte rendu de Dakar Bondy Blog qui était présent à cette formation.

«Une vingtaine de participants au forum de Bamako sur les TIC ont reçu une petite formation sur les techniques de création et de gestion d’un blog. Yoro et Cédric Kalonji, deux des plus célèbres blogueurs du continent ont assuré le cours.
La salle multimédia du centre de perfectionnement de l’agence nationale pour l’emploi de Bamako a reçu du beau monde jeudi après-midi pour une séance de formation sur le blogging
». Lire l'article intégral.

Cette plateforme permettra aux Maliens, de raconter leurs quotidiens et de faire découvrir les vraies réalités de leur pays sur la toile.


A Abidjan, où les choses bougent un peu plus depuis deux ans (écoutez l’émission radio sur les deux ans de la blogosphère ivoirienne), j’ai eu l’occasion de former huit jeunes à l’écriture web et au multimédia.  Voici le compte rendu de Suy Kahofi, un des correspondants. Il vient de Dimbokro, dans l’est.

webemission.jpg

« du lundi 21 au jeudi 24 Décembre 2009 s’est tenue la formation des Correspondants du site de journalisme citoyen avenue225.com. Huit (8) jeunes âgés de 18 à 30 ont pris part à cette formation dont les principaux axes étaient l’écriture journalistique web, l’utilisation d’un appareil photo numérique et la prise et le traitement d’image, la familiarisation avec la plate forme wordpress et les podcasts. Cette formation s’est déroulée dans une très bonne ambiance et a tenu toutes ses promesses. Les correspondants ont eu l’opportunité de mettre en pratique les cours qu’ils ont reçus. Ainsi une série d’exercices pratiques sanctionnait chaque étape de la formation. Les sujets abordés dans les articles tests ont donné la preuve de l’engagement des correspondants pour la réussite de l’aventure avenue225. Des problèmes de circulation liés aux nids de poules à la vie quotidienne des commerçants en passant par le processus d’enrôlement rien n’a été laissé. Mr YOROBA Israël promoteur du site à donné le meilleur de lui-même pour que ce séminaire de formation soit une réussite. Comme promis chaque correspondant a reçu un appareil photo numérique et une prise en charge total de sa formation. (…) Après quatre jours de formation, les correspondants se sont quittés sur les recommandations de la Rédaction et l’enregistrement d’une Webémission Radio que les Internautes pourront retrouver sur avenue225 ».

 

IMG_2293 (14).jpg

Pour ma part, j’ai été enchanté de rencontrer ces jeunes très engagés pour ce projet. Les appareils photos numériques ont été financés par la FING avec le soutien de l’Association VANILLE, CARAMEL & CHOCOLAT de Lille. C’est aussi avec l’appui de Tissaj Côte d’Ivoire et de notre Designer maison, Aude Guyot pour la conception, la confection et mise en ligne de la plateforme. Qu’ils en soient remerciés.

Le projet est lancé, vous pourrez voir les articles postés par les nouveaux rédacteurs web. Il est bon  toutefois de rappeller que cette plateforme n’est pas l’affaire de ces correspondants uniquement. Tout citoyen peut publier sur Avenue225.com en nous envoyant l’article à avenue225@ymail.com

 

09 décembre 2009

Et voilà Avenu223 pour le Mali

avenue223_screenshot.png
Bamako, la capitale malienne va accueillir du 14 au 18 décembre prochain le premier forum Innov@frica . Une rencontre organisée par la Fondation Internet nouvelle génération (Fing). Pour la première fois en Afrique Sub-Saharienne un évènement permet la mise en réseau des porteurs d'initiatives sur les usages innovants dans le Sud en matière de technologies et tout particulièrement les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication).

ça bouge donc du côté de Bamako. Barcamp, conférence, off et blogging. Sur ce point particulièrement nous sommes heureux d’accompagner la venue d’une nouvelle plateforme : Avenue223. Tout comme son ainé, ce site sera animé par des blogueurs locaux. Il est exclusivement consacré à la vie quotidienne et l'actualité malienne.

Pendant la semaine du forum, Cedric Calonji (Meilleur blogueur francophone 2007, Meilleur blogueur-journaliste d’Afrique 2009), Aude Guyot (Designer – véritable machine à produire) et moi-même (meilleur blogueur francophone 2008, Meilleur blog de journaliste d’Afrique de l’Ouest 2009) allons mettre une rédaction sur pied. Avec des « Correspondants maliens » volontaires, nous produirons et nous publierons textes, photographies, interviews qui illustreront notre regard (vu de l’intérieur) du Mali d'aujourd'hui.

01 décembre 2009

Le Web 2.0 à l’assaut du journalisme professionnel

 

lesprofessionnels.jpg

Un article intéressant du Mamadou Ndiaye, enseignant au CESTI de Dakar.

Extrait -
Le blog est un outil du Web 2.0 qui donne à la personne qui le tient, la possibilité de s’exprimer librement et d’échanger des idées ou des documents avec tous les internautes. En cela, il est un excellent outil d’expression. Il a permis à des citoyens ordinaires de donner leurs avis ou d’informer sur des questions qui les préoccupent.

Selon Reporters sans frontières, chaque jour, 120 000 blogs sont créés sur la Toile. Les blogueurs qu’on appelle également cyber journalistes, e-journalistes ou journalistes citoyens, équipés d’un téléphone portable ou d’un appareil photo numérique, arrivent à donner des informations très intéressantes. L’instantanéité qu’offre le Net aidant, les blogueurs commencent à devenir des acteurs incontournables dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information.

Dans les pays où la liberté d’expression n’est pas garantie, « les blogueurs inquiètent. Les gouvernements se méfient de ces hommes et des ces femmes qui, sans être journalistes de métier, publient des informations. Pire, les blogueurs abordent parfois des sujets sensibles que les médias désormais qualifiés de "traditionnels" n`osent pas traiter. Les blogs sont devenus, dans certains pays, une source d`informations à part entière ».

Au stade embryonnaire surtout en Afrique francophone, la pratique du blogging commence à séduire toutes les couches sociales. Au Sénégal, des hommes politiques, des intellectuels, des journalistes, des opérateurs économiques, des élèves ou étudiants tiennent des blogs.

Lire tout l'article

Crédit photo: Presse-Citron