topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

23 octobre 2008

Guide pour (venir en) Côte d'Ivoire

Vous souhaitez effectuer un voyage dans ce beau pays qu'est la Côte d'Ivoire, je vous présente le "Guide du Routard". Retrouvez sur ce site toutes les informations pour préparer votre voyage en terre d'Eburnie.
Vous y trouverez les informations générales sur ce pays. Le routard vous aide dans ce qu'il faut pour ce voyage.
Vous aurez quelques indications sur comment vivre de façon pratique. Par exemple, quelques mots en dioula: "Toubabou" qui signifie "le blanc".

Cité universitaire ou le centre commercial aux multiples facettes

P1150817.JPG

Que ferais t-on pas pour survive à la «galère» sur les cités universitaires ? Beaucoup de choses ! diraient les étudiants et autres «habitants» qui y vivent.
«Le campus de Cocody», l’une des plus grandes cités estudiantines d’Abidjan, s’est transformée aux fils des années en un gigantesque centre commercial où tout se vend et tout s’achète. Un véritable businessland !


Enquête

Lire la suite

Deux condamnés dans l'affaire du Probo Koala



La cour d'assises de Côte d'Ivoire a condamné à 20 et 5 ans de prison deux personnes jugées pour le déversement, en août 2006, des déchets mortels du cargo Probo Koala.
Après plus de trois heures de délibéré, la cour a en revanche prononcé l'acquittement des sept autres accusés alors que l'avocat général avait requis la veille 20 ans de prison pour cinq d'entre eux.
Ces cinq accusés étaient pourtant poursuivis aussi pour complicité d'empoisonnement ou seulement infraction au code de l'environnement pour l'un d'entre eux.
Il s'agit du commandant du port, de l'ancien directeur général des Affaires maritimes au ministère des Transports et de trois douaniers.

Pour le directeur technique de la société consignataire et un de ses subordonnés, également poursuivis, l'avocat général avait déjà demandé l'acquittement.
La plupart des accusés risquaient toutefois la perpétuité, la peine de mort n'étant plus appliquée en Côte d'Ivoire.

Deux ans après le scandale des déchets toxiques, un verdict est enfin tombé après un procès jugé inéquitable par beaucoup d'observateurs.

Quand Mel fait parler de lui...sur la route

Le ministre de la ville et de la salubrité urbaine Théodore Mel Eg, a commencé depuis quelques mois l’aménagement de la voie qui mène de Cocody (commune où réside le Chef de l'Etat) à la caserne des "sapeurs pompiers militaires" (via "La Corniche"), située à quelques mètres du Plateau (centre des affaires).
J’ai eu par habitude de constater de loin (en passant devant) que c’était bien aménagé et bien décoré.
Aujourd’hui je m'y suis arrêté pour voir ce que ça donne de près.
C’est Fan-tas-ti-que !
Alors je partage avec vous ces belles images.

Le pont qui mène au plateau a été peint par un artiste talentueux

P1150747.JPG


P1150741.JPG


P1150748.JPG


P1150755.JPG


P1150757.JPG


Dans cet espace étaient stockées toutes les ordures ménagères drainées par les canalisations

P1150742.JPG


P1150744.JPG


Les espaces verts n'ont pas été oubliés

P1150749.JPG


P1150750.JPG


Un jet d'eau a été installé avec à son bas un panneau lumineux (animé) montrant les différents présidents que la Côte d'Ivoire a connu.

P1150756.JPG


Ici...Henri Konan Bédié...qui a succéder à Félix Houphouët Boigny

P1150751.JPG


...et le Gl Robert Guéi qui a renversé dans un coup d'Etat en décembre 1999 Henri Konan Bédié.

P1150752.JPG


Désormais, on circule mieux sur la voie de "l'Indénié"

P1150753.JPG


P1150754.JPG

21 octobre 2008

Le prix du carburant baisse en Côte d’Ivoire

station_d_essence_ivoirienne.jpg

Alors qu’on observe depuis presqu’un mois une chute importante du prix du baril au niveau mondial, les Ivoiriens se demandent jusques à quand ils devront souffrir du prix élevé du super et du gasoil – on se souvient que cela avait entraîné la hausse du prix du transport et des denrées alimentaires.
Apparemment, les choses devront s’arranger les jours à venir. Surtout en ce qui concerne le carburant. De sources bien introduites dans le milieu du gouvernement ivoirien, il semblerait que la "note" «qui va annoncer cette mesure» a été déjà signée et elle doit être maintenant «validée» en conseil des ministres.
Ça serait une bonne nouvelle surtout si les syndicats des transporteurs suivent cette baisse.
D’ici-là et en attendant l’officialisation de cette mesure, les différents mouvements de consommateurs annoncent des manifestations pour les jours à venir.

20 octobre 2008

Opportunité (on or) de formation et de stage

plume.jpgVoici une annonce que j’ai lue quelque part sur une affiche et que je souhaite partager avec les visiteurs de mon blog qui sont en quête d’emploi.
Il s’agit d’une formation en technique d’écriture journalistique qu’offre une maison de presse de la place (je ne veux pas faire de pub mais encourager l'initiative donc comprennez que je taise le nom). La formation est «gratuite» et s’adresse (surtout) à ceux qui ont un niveau Bac + 2 au moins et qui cherche un stage qui (pourquoi pas) peut ouvrir d'autres portes.
Ce qui est intéressant dans cette annonce, c’est qu’à la fin de la formation «un stage pratique rémunéré d’au moins 6 mois» est offert à tous ceux qui seront retenus pour suivre la formation. Quand on sait qu'Abidjan les stages sont rarement payés c'est une occasion en or.
Bien sûr l’affiche précise que "les places sont limitées".
Je me suis rendu dans les bureaux de ladite maison de presse pour vérifier la véracité de ce qui est dit dans l’annonce et je dois dire que c’est sérieux.
C’est le genre d’initiative qu’il faut encourager. Et je voudrais sensibiliser tous ceux qui ont un diplôme et qui ne trouvent rien à faire à postuler. Surtout si vous habitez «une des communes d’Abidjan», m’a-t-on précisé.
Bon, je vous laisse l’adresse ernestbadjo@yahoo.fr où vous pourrez envoyer votre Cv. Et n’oubliez pas de «préciser votre quartier» ou votre commune.

18 octobre 2008

Pas bon le don

fmf-fmn.jpgLe ministre malgache de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs Jean Louis Robinson a exprimé sa colère vendredi à Antananarivo vis-à-àvis du président ivoirien Laurent Gbagbo qui a donné de l'argent aux footballeurs malgaches quand ils sont allés en Côte d'Ivoire la semaine dernière.

"Laurent Gbagbo a fourni 500 dollars américains à chaque footballeur malgache au cours de leur séjour dans le pays pour le match éliminatoire de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) et la Coupe du monde 2010, qui a fini par 3 à 0 en faveur de l'équipe hôte, samedi dernier", selon L'Express, un journal en langue française, publié samedi.
Le ministre malgache a décrit mal faite cette initiative du président Gbagbo si "les joueurs malgaches ont joué pour l'argent", "Je ne sais pas s'ils ont dû accepter ce don".
"Ce geste compromet non seulement notre sport, mais aussi notre pays. J'espère que ce don n'a aucun rapport avec le résultat du match", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse organisée par son ministère dans la capitale de Madagascar vendredi.

Le ministre a informé la presse qu'un bureau serait bientôt mis en place par l'Union Africaine pour étudier les relations entre les pays africains et les confédérations sportives internationales.

Avec Xinhua.net

16 octobre 2008

Abidjan et "son" usine de faux Euro

Faux_billets161008275.jpgDes coupures de 50 € imprimées à Abidjan par des Chinois, arrivées la semaine passée à Bruxelles. La crise boursière, en ce qu'elle provoque une forte demande de cash, favoriserait la mise en circulation de fausse monnaie : c'est ce que nous apprenons, hier, d'un contact dans le milieu criminel bruxellois. Selon la source, la crise est déjà actuellement exploitée par des milieux mafieux qui injectent de faux euros en Belgique. De façon précise, un test a en tout cas été effectué la semaine passée sur Bruxelles, une livraison limitée de faux 50 € imprimés en Côte d'Ivoire.

Lire la suite

Année blanche à l’université de Côte d’Ivoire ?

universitécocody.jpg

L’univesité de Cocody va-t-elle renouer avec l’ère des années blanches ?
Les évènements de ces derniers jours tendent à favoriser cet état de fait.
Hier, les cours sur la «Fac» de Cocody ont tourné au ralenti. Dans les facultés de lettres et de langues les cours ont été quasiment suspendus. (Et ce depuis le lundi).
Selon les informations glanées ça et là, les professeurs d’université ont décidé de ne plus dispenser les cours parce que l’un de leurs collègues à été battu par les éléments de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci).
Retour sur des évènements qui ternissent davantage l’image d’un syndicat qui est sensé défendre les droits et intérêts des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire.

fesciiii.jpgLundi 13 octobre. Il est un peu plus de 7 heures 30 minutes et le soleil peine à se lever sur le campus universitaire de Cocody. De loin, on peut entendre des bruits de pas qui se mêlent à une "chorale" de "militaire". Ce sont les éléments de la Fesci, qui font leurs footings en vue de préparer le salut aux couleurs. En effet, comme tous les lundis, les éléments de cette fédération montent le drapeau national dans un espace aménagé à cet effet.
Il est un peu plus de 8 heures. Les «fescistes» sont en rang et le drapeau prêt à être monté. «A cet instant, ils exigent que personne ne bouge par respect pour l’emblème national», nous apprend un étudiant inscrit en faculté de sciences juridiques.
L’hymne national est prêt à être entonné quand les «éléments» de la Fesci aperçoivent un individu, sac à la main qui passe tout près d’eux… sans s’arrêter. L’homme visiblement pressé, est interpellé par les «fescites» qui suspendent du coup la cérémonie de salut aux couleurs. Ceux-ci demandent à l’individu de s’arrêter jusqu’à la fin de la cérémonie.
Le quidam se présente comme étant un professeur, et leur fait remarquer que au regard du fait qu’il est «un peu plus de 8 heures déjà» et qu’il est en retard à son cours (qui est sensé débuter à 8 heures) il ne peut participer à la cérémonie. Il tente alors de poursuivre son chemin.
fesci.JPG

Cet acte sera considéré comme un "péché capital" pour les hommes du principal syndicat des étudiants et élèves. Ils le séquestre, puis le batte comme un voleur. Le professeur ensanglanté, n’aura la vie sauve que grâce à l’intervention de certains étudiants qui décident de le sortir de là… La cérémonie n’aura plus lieu.
Les professeurs de la faculté de langues informées qu’un des leurs a été «sauvagement battu» décide de suspendre les cours «pour une période indéterminée» à partir de ce lundi 13. Cette grève va progressivement gagner toutes les autres facultés. Car les professeurs ont décidé par solidarité de ne plus dispenser de cours afin de «protester contre ce genre d’agissements».
L’université est donc partiellement paralysée depuis ce lundi et le mouvement de grève des professeurs risquent de s’étendre à toutes les facultés et durer les 12 mois à venir. «Cette fois-ci, il faut que la Fesci comprenne que nous ne sommes pas à leurs ordres mais que nous sommes là pour servir l’Etat, pour servir la nation», affirme en colère un membre de l’administration de l’université joint au téléphone.
La Fesci a toujours et été au cœur de ce genre de méfaits. Et l’on avait espérer qu’avec l’arrivée du nouveau Secrétaire général (national), Mian, les choses changeraient. Hélas ! L’image de La Fesci laisse encore des traces de barbaries et d’atteinte aux droits de l’homme.

Lire aussi l’article sur la grève des enseignants du secondaire.

14 octobre 2008

Identification au ralenti

SDC11571.JPG

Rue calme, portail fermé (et surveillé par un gardien), le «Groupe scolaire Cocody-Est» de Cocody (la commune où réside le chef de l’Etat ivoirien), n’a pas connu ce mardi 14 la grande ambiance des jours derniers.
Désigné centre de recensement, «il y avait une certaine affluence au début de l’opération de l’identification».
Situé au cœur de la commune présidentielle, à proximité du célèbre espace gastronomique "l’Alocodrôme de Cocody", l’établissement scolaire avait été désigné (comme des centaines autres) pour abriter cette opération pour ce secteur de Cocody.
Mais «depuis deux jours les agents "recenseurs" ne viennent plus», affirme Soungalo, le gardien des lieux. «C’est la deuxième journée que je fais le déplacement et on nous dit qu’il n’y a personne», renchérit un jeune dame, la trentaine et portant un enfant sur le dos.
Selon des informations relayées dans la presse ivoirienne et confirmé par une source crédible de l’Ofiice nationale d'identification (Oni), «il y a deux raisons principales». «D’abord le cafouillage qu’il y eu la semaine dernière dans certains centres emmène certains agents à réclamer plus de sécurité. Et pour cela ils désertent les lieux. L’autre raison qui est d’ailleurs la plus récurrente, c’est que les agents chargés de l’identification réclament leurs primes qui devaient leur être versées depuis un certain temps déjà», nous indique la source.
Un agent de la Cei précise les chiffres. «Ces agents réclament 90 000 FCFA par mois, et 25 000 FCFA comme prime de transport».

En attendant, à l’image du «Groupe scolaire Cocody-Est», la quasi-totalité des centres est fermé retardant du coup le calendrier de l’identification et par là-même celui des élections présidentielles prévues pour le 30 novembre prochain.

13 octobre 2008

Il était une fois…Angybell !

SDC11532.JPG

Une fois n’est pas coutume. Je me suis introduit dans l’antichambre d’un dinosaure de la mode africaine. Styliste et couturière autodidacte, Angybell est de nouveau sur la scène avec une nouvelle collection de vêtements qu’elle va présenter officiellement lors du "Yéhé 2008" cette semaine.

Angybell, un nom qui rappelle une époque. Un nom qui réveille des souvenirs chez les amateurs de modes mais aussi et surtout un nom qui salue le travail d’une artiste autodidacte au sommet de son art.
Dans son appartement situé à la Riviera 3, un quartier chic d’Abidjan, Angybell nous serre la main avec sourire comme pour dire «je suis encore là». Sur la terrasse, des robes et des chemises de différents motifs vous souhaitent la bienvenue.
Le salon superbement décoré est pour la circonstance transformé en loge pour essayage.
SDC11504.JPGDans un coin de la pièce, on peut apercevoir une partie des trophées qu’elle a glanés au fil de sa longue carrière. Carrière qui l’a d’ailleurs emmené à faire le tour du monde pour présenter ses œuvres.
«Angybell n’a pas changé», vous diront ses proches. Toujours aimable et travailleuse, l'inspectrice des douanes ivoiriennes continue de créer des modèles toujours originaux et inspirés. «Elle tient à ce que ce qu’elle fait soit un carrefour de culture», révèle un de ses proches. «Pour elle, ajoute t-il, la mode doit pouvoir transcender les cultures». «C’est d’ailleurs pour cela qu’elle tient en général à mélanger les pagnes traditionnels avec d’autres tissus», précise son couturier.
Pourtant, ce nom avait été éclipsé par des années de maladies et d’épreuves.
Mais, après ce long moment passé hors des "T" «Maman Raffia» réapparait avec une nouvelle collection.
«Je ne suis pas morte», dit-elle. J’ai (sur)vécu (à) des moments pénibles mais tout cela est dans le plan de Dieu et c’est vraiment riche en enseignements», avoue t-elle avec assurance.
Grande croyante, Angybell assure que ses succès sont «la marque de Dieu dans sa vie» et ses déceptions «le moyen que Dieu choisit» pour lui faire comprendre des choses et la ramener sur le droit chemin.
Désormais, Angybell est là. Toujours avide de travail, d’idées nouvelles et lumineuses.
«Elle aime le travail, mais surtout le travail (très) bien fait», explique Diana, sa fille et son responsable de communication et marketing. «En plus, elle a cette facilité d’expliquer ce qu’elle veut aux autres, ça rend le travail plus facile», souligne Diana.
SDC11507.JPG

Dans quelques jours, Angybell s’envole pour la France «pour des raisons personnelles», avant de revenir sur la scène ivoirienne qu’elle n’a d’ailleurs jamais quittée.
«C’est vrai que j’ai été absente, mais mes modèles et mes initiatives ont fait le tour du monde», affirme t-elle avec fierté.
En effet, c’est elle qui pour la première fois arrive à transformer des écorces d’arbres en tissus. Une innovation qui réjouira le monde entier. «Mes tenues faites à base de raffia ont été portées par des stars mais surtout ont été reprises par beaucoup de stylistes-modélistes».
Pour Angybell , c’est tant mieux que ses idées soient reprises. «Il faut éviter les esprits de concurrence, c’est dépassé»
, déclare t-elle.

Dans un entretien ô combien enrichissant, Angybell lève un coin de voile sur ces années de gloire, ces périodes noires, mais aussi elle nous livre en exclusivité le contexte de la création de sa nouvelle collection (avec des photos à l’appui que vous ne trouverez, pour l’instant, nulle par ailleurs).

podcast


Voir quelques photos.

Lire la suite

10 octobre 2008

Sur les ruines de «Mermoz»

P1140959.JPG

J’ai fait une petite promenade aux alentours de l’ancien bâtiment du collège français Mermoz.
Nous nous souvenons tous sans doute, des dommages qui y ont été perpétrés lors des évènements de novembre 2004.
Le collège Jean Mermoz a été pillé, saccagé puis partiellement incendié. Et depuis, il n'y a plus de rentrée scolaire.
Aujourd’hui, c’est un vaste champ de ruine semblable à un cimetière.
J’ai voulu m’introduire à l’intérieur, mais je me suis rendu compte que le portail est hermétiquement (et solidement) fermé. Qui a les clés ?
Je n’ai aperçu aucun gardien. «A cause de cela, des gens continuent de venir nuitamment escalader la clôture et voler des choses à l’intérieur», indique un riverain qui habite à proximité dudit collège. Ces voleurs, selon des témoignages emportent ce qu’ils trouvent comme objets en aluminium ou en fer «qui serviront à la fabrication d’ustensiles de cuisine».
La clôture de l’ancien collège Mermoz sert (en arrière) de poubelle à ciel ouvert et (en avant) de tableau d'affichage pour toutes les petites annonces et autres tracts.
Les projets de réhabilitation (des relations entre la France et la Côte d'Ivoire) prennent-il en compte le (célèbre) Collège Jean Mermoz de Cocody ? Vivement...
P1140958.JPG


P1140957.JPG


09 octobre 2008

Abidjan devient «Grand»

abidjan2.jpg

Le Président ivoirien Laurent Gbagbo va présenter dans le courant du mois de novembre prochain, le projet de "Grand Abidjan". Selon l’information contenue dans le «Confidentiel de Jeune Afrique n° 2491», l’objectif principal de ce projet est de «moderniser en profondeur la grande métropole du pays pour accélérer son développement économique». Un développement qui aura pour but (in fine en 2035) de permettre à Abidjan d’accueillir 10 millions d’habitants contre 4 millions à l’heure actuelle.
Aussi selon l’info, le Grand Abidjan réunira les trois anciennes capitales du pays que sont : Grand Bassam, Bingerville et «le vieil Abidjan». Le projet s’étendra par la suite à l’ouest en direction de Sassandra.
L’article révèle que sont notamment prévues la construction d’un pont reliant Yopougon (plus grande commune) à l’ile Boulay, d’un nouveau terminal à conteneurs de 3000 mètres de quai, d’un quartier administratif, d’une marina, de complexes immobiliers et hôteliers ainsi que le création d’une zone franche.

08 octobre 2008

Corneille à Abidjan

Le samedi 04 Octobre dernier, Corneille Nyungura, artiste chanteur d’origine rwandaise (installé au Canada depuis de nombreuses années), a offert un mémorable concert aux mélomanes d’Abidjan dans une salle comble du Palais de la Culture de Treichville. L’artiste a pu à sa grande surprise, se faire une joie d’évaluer lui-même, son taux de popularité dans la cité abidjanaise.
L'émotion était aussi au rendez-vous.

27 septembre 2008

Participez à l’émission

C’est à vous de jouer !
Comme annoncé dans les épisodes précédents, les prochaines émissions de «Blog et Voix » se veulent participatives (c’est d’ailleurs le but de l’émission).
Le prochain thème est la Culture du jatropha en Côte d’Ivoire, avantages et inconvénients.
Et nous recevrons un expert pour expliquer tout ce qui tourne autour de cette graine qui lance la Côte d’Ivoire dans la culture des biocarburants.

Vos questions alimenteront les débats. Déposez-les en commentaires et elles seront posées directement à l’antenne.
Surtout n’oublier pas de laissez votre nom (ou votre pseudo suivi de votre ville ou pays) et votre mail dans la case indiquée (Voir photo ci-dessous).
Une personne sera choisie pour être le troisième invité et participera en direct aux débats de la prochaine émission...et s'en retournera avec un cadeau-souvenir e l'émission. (tentant non ?)
Alors, à vos questions…prêts…Postez !!!!!

indication.JPG

Nb: Je reçois vos questions jusqu'au mercredi 1er octobre prochain. Après quoi les commentaires seront fermés.

26 septembre 2008

Une voiture retirée de la lagune

accidentj.jpg

Ce vendredi après midi un embouteillage est provoqué par une grue qui tente de retirer une voiture de la lagune sur l'axe Plateau-Cocody.

Toutes les images

Lire la suite

25 septembre 2008

Le quartier "Gobelet" rasé

Gobele.jpg

Dans un précédent post j'affirmais que les quartiers précaires (de cocody) "ne sont toujours pas l'objet d'attention de la part des autorités".
Cette fois les autorités de ladite commune ont décidé de porter leurs regards sur l'un des plus grands bidonvilles et de déguerpir les habitants à "coup de buldozzer".
Récit d'une journée dramatique pour des milliers d'individus désormais sans abris.

"Des centaines d`habitants du quartier Cma à Cocody II-Plateaux Vallon sont dans la tourmente. Ils ont passé hier, la nuit à la belle étoile. Ils ne savent pas non plus où se loger les prochains jours. De fait, hier aux environs de 8h30, leurs habitations de fortune ont été démolies par la mairie de Cocody.
A notre arrivée sur les lieux, ce sont des habitants dépités que nous avons vus en train de sauver ce qui peut l`être. Dans les tas de débris, de briques cassées et de toits détruits par un Caterpillar. A en croire Abdoulaye Diabouré Gambo , adjoint du chef de quartier, cette opération de déguerpissement ne leur a pas été signifiée. C`est donc avec surprise qu`ils ont vu débarquer les agents de la mairie accompagnés des Forces de l`ordre.
"Au début, la société NSIA a construit une clôture autour de son terrain. Et nous avons été priés de reculer à 15 m dans le bas-fond. Ce que nous avons fait. A la demande d`un certain Gnonkoua de la mairie, nous avons construit des maisons en dur. Les limites du terrain de la société ont été fixées. Ils n`ont pas le droit de détruire nos maisons ", a-t-il dénoncé.
Meurtrie par ce qu`il vient d`arriver, la jeune Doffou Epiphanie Marie Ghislaine est en larmes. "J`ai perdu les 150000 FCFA pour ma scolarité. Je devais aller m`inscrire avec cet argent. Que vais-je faire maintenant ? ", s.
Approchée, la mairie de Cocody a répondu que ce n`est pas une opération d`envergure. Selon Stéphane Koudougnon, Directeur technique, ce terrain appartient au groupe NSIA. Il a été longtemps squatté par des riverains. Ces derniers ont reçu il y a quelques mois, une mise en demeure pour quitter les lieux. "Ils tardaient à s`exécuter. Aujourd`hui, NSIA réclame son terrain de 1200 m2 pour l`exploiter. C`est pourquoi, nous les avons déguerpis ", a soutenu le Directeur technique".

(Récit avec "Le Temps")

Voir quelques photos

Lire la suite

22 septembre 2008

Coup d'main pour les parents d'élèves

LibraireAleph.JPG

J’ai découvert une librairie qui pourrait intéresser les parents d’élèves en ces temps difficiles.
Aleph c’est son nom.
Loin de moi l’idée de faire une quelconque pub’ gratuite. Mais je trouve que l’initiative prise par cette librairie est à encourager.
10% ! C’est la remise qui est faite sur l’ensemble des achats des fournitures scolaires. C’est déjà pas mal.
En plus sur le site Web de cette librairie, vous avez la liste de fournitures de certaines écoles depuis la 6ème jusqu’à la Terminale.
Ainsi, vous savez à combien s’élèveront vos dépenses (et vous ajoutez "vos" 10%).

Pour les écoles dont les listes de fournitures sont disponibles cliquez ici.

La librairie Aleph est située au plateau (centre des affaires d’Abidjan) et selon l’un des responsables joint au téléphone «elle est ouverte tous les jours». Ça vaut bien un petit tour là-bas.

Mobilisation sur Facebook pour Jean-Paul Ney

Suite à la mobilisation des amis et de la famille du journaliste Jean-Paul Ney, actuellement incarcéré en Côte d'Ivoire depuis près de 9 mois, un groupe facebook créé il y a moins de 48H00, afin d'aider le reporter, totalise déjà plus de 280 membres.

Lire la suite

18 septembre 2008

L'indénié inondé

Si vous vous rendez au plateau ou à Adjamé et que vous avez l'intention d'emprunter les voies qui passent par "les sapeurs pompiers", je vous le déconseille.
Selon plusieurs témoignages reçus, les voies seraient inondées rendant difficile la circulation dans ce secteur.
"Depuis 9 heures, la circulation est devenue difficile. Parce que la route est remplie d'eau du fait de la pluie de ce matin", témoigne Jonas Y, qui a tenté "la traversée" à bord de son véhicule.

La zone de l'indénié subit toujours ce genre de désagrément à la moindre fine pluie. Le ministère de la ville qui a (depuis un certain temps) embelli les espaces verts aux alentours, devrait sérieusement se pencher sur la question du système d'évacuation des eaux de pluies.

La liste des écoles et des entreprises d'Abidjan

Je vous propose trouver la liste de tous les établissements scolaires d'Abidjan ici et de toutes les entreprises aussi ici

17 septembre 2008

Le zoo d’Abidjan et les cinq dromadaires de Kadhafi

dromadaire.jpg

Le zoo d’Abidjan, l’un des plus importants d’Afrique de l’Ouest, héberge depuis quelques mois, et pour la première fois, cinq dromadaires offerts par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qui sont devenus les coqueluches de ce lieu créé en 1930.

Lire la suite

16 septembre 2008

Une affaire de terre

SDC11373.JPG

Des individus se réclamant «des villageois de Anono (village situé au sein de la commune présidentielle de Cocody)» ont manifesté ce mardi à la "Riviera Golf" non loin de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire.
C’est aux alentours de 10 heures 30 que les manifestants (ébriés, ethnie dudit village) ont occupé les artères principales du quartier revendiquant «une attribution sauvage de leurs terres à n'importe qui» par le ministère ivoirien de la construction et de l'urbanisme.
«Le ministère de la construction attribut de façon anarchique nos terres pour que des gens viennent construire dessus. Nous sommes déterminés aujourd’hui à reprendre par tous les moyens ce qui nous appartient», a expliqué puis menacé le chef de file des manifestants, vêtu d’un pagne traditionnel. «C’est un des collaborateurs du chef de village d’Anono», précise un manifestant.
Les éléments de police de la commune de Cocody arrivés une dizaine de minutes plus tard ont menacé de disperser à coup de grenades lacrymogènes les manifestants.
Mais devant la determination de ces jeunes, la voie du dialogue a été privilégiée.
En fin de compte, c’est par une longue négociation entre les forces de l’ordre et les jeunes ébriés que ces derniers ont quitté les rues. promettant toutefois, de réiterer cette manifestation…une autre fois...ailleurs.

SDC11374.JPG


SDC11372.JPG


SDC11375.JPG

15 septembre 2008

Rentrée scolaire sur fond de crise

rentrée scolaire.jpg

Une cinquantaine de nouveaux instituteurs ont manifesté pacifiquement lundi, devant le ministère de la Fonction publique et de l’Emploi pour réclamer la signature de leur arrêté de nomination qui tarde à venir.
Attroupés devant le ministère de la Fonction publique et de l’Emploi aux Plateaux (quartier des affaires), Benoît Yao instituteur à Tabou (sud-ouest ivoirien) et ses amis manifestent au premier jour de la rentrée scolaire pour réclamer la signature de leur arrêté de nomination. "Depuis nous sommes-là et les arrêtés ne sortent pas, on mène la lutte pour que cela sorte", dit-il désespéré.

12 septembre 2008

Encore au Sima

SDC11331.JPG

Le Sima se poursuit toujours dans les jardins du «Golf Hôtel d’Abidjan» avec de plus en plus de visiteurs. Même si certains auraient souhaité que cela fasse ailleurs. «Il faudrait que le ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle pense, pour les prochaine édition, à tenir ce salon dans un endroit plus accessible pour tous. Surtout pour les élèves, étudiants et tous ceux qui ont besoin d’être formés dans un domaine précis», souhaite Mme Diaby qui s’est exprimée sur les antennes de la «Radio du Sima».

Stand du jour

Plus de photos...

Lire la suite

12:48 Publié dans (Petit) Constat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sima, abidjan, yoro

11 septembre 2008

Le Sima grandeur nature

SDC11312.JPG

Je vous disais ici que je vous enverrais les news de la 1ère édition du Salon Ivoirien des Métiers d’Abidjan (Sima).
J’y ai fait un petit tour rapide. Et je dois avouer que j’ai été émerveillé par l’organisation et par le nombre de participants (et d’exposants) à ce salon. J’ai compté au moins une soixantaine de stands. Grande école, centres de formation, lycées professionnels, centres artisanaux, entreprises de (télé)communication, salons de coiffures, menuiseries…
Tous les métiers étaient représentés.
Le salon à aussi sa radio «Radio Sima» qui pendant ces trois jours va entretenir les visiteurs et donner toutes les informations utiles pour le salon.
Justement selon les organisateurs, le «Sima» se présente comme «une plate-forme d’échanges et d’informations entre les partenaires du système de la formation professionnelle, les élèves et les entreprise».
Avec pour thème «le renforcement du partenariat école-entreprise pour une insertion professionnelle durable», le Sima a pour objectif (entre autres) de «montrer aux ex-combattants et ex-miliciens les opportunités de réinsertion», mais aussi et surtout de «faire découvrir au grand public, aux chefs d’entreprises, aux partenaires au développement et aux bailleurs de fonds, le savoir faire et le savoir être des stagiaires pendant leur formation et la compétence des produits de l’enseignement technique et la formation professionnelle (EFPT, initiateur du salon) au sein de l’entreprise».
Il y a de belle chose à voir. Et vous avez encore deux autres jours pour découvrir à l’hôtel du golf tous les stands qui présentent des travaux souvent surprenants.
C’est le samedi 13 prochain que le Sima fermera ses portes.

Quand à nous, chaque jour, nous vous ferons découvrir un exposant qui nous aura marqué.
Pour aujourd’hui je vous présente Kocorico.com
C’est une votre boutique en ligne. Ainsi, où que vous soyez dans le monde, vous pouvez montrer vos articles, votre boutique ou autre, à tout potentiel acheteur, en allant simplement sur. J’ai craqué pour le stand et pour le service qu’il offre.
Les présentateurs au Sima disent que c’est «un guide pour le shopping et pour le tourisme, c’est un guide en ligne multisectoriel et un instrument de mise en relation. Il offre la possibilité aux internautes de trouver des produits et des services en vente ou en location sur Internet chez plusieurs marchands et particuliers référencés, de comparer éventuellement les prix pour les produits et services identiques».
Voir le site ici... et toutes les photos un peu plus bas.

Lire la suite

Visite au Lycée Blaise Pascal d’Abidjan

Situé à la Rivera 3 (quartier huppé d’Abidjan), le lycée français Blaise Pascal retrouve petit à petit l’ambiance des grands jours de cours. Et le cadre fraichement rénové offre aux élèves un environnement propice au travail et à la discipline.

SDC11179.JPG

Bâtiments flambant neufs, pelouses constamment arrosées, cet établissement a fière allure.
L’odeur de peinture fraîche témoigne des récents travaux qui ont été effectués.
L’école comprend des bâtiments de cours, des salles de langues mais aussi des salles de technologies avec des ordinateurs de pointes reliées entre eux via un serveur général qui gère toutes les connexions de l’école.
L’aire de jeu séduit aussi. Terrain de football, piscine mais aussi le restaurant dont les prix varient entre 3000 et 4000 francs le repas (complet).
Vu de l’extérieur les frais de scolarité semblent élevés.
Maurice Demailly, proviseur du lycée Blaise Pascal ne dément pas cette information. «L’un des soucis de l’Etat ivoirien est de faire de cette école un établissement d’excellence. C’est la raison pour laquelle nous faisons venir des professeurs hautement qualifiés et nous mettons des moyens de pointes aux services de l’encadrement des enfants. Et tout cela coûte cher», justifie le proviseur. «Le Lycée Blaise Pascal ne fait pas de bénéfices», ajoute t-il. «Nous divisons le total des dépenses de l’école par le nombre d’élève. Et c’est ce qui constitue les frais de scolarité», précise cet ancien diplômé de l'école de journalisme de Lille en France.
Le lycée Blaise pascal compte 950 élèves avec environ 50 % d’Ivoiriens. Elle compte des classes de la 6ème à la Terminale (littéraire et scientifique). «L’effectif est contrôlé. Pas plus de 30 élèves par classe», affirme, Maurice Demailly.
Pour cet encadrement, 70 professeurs sont à la tâche. Ils viennent pour la plus part de l’extérieur. Mais il y a également des anciens professeurs des anciennes écoles qui ont été fermées à lors des évènements de 2004. «Il y a aussi des professeurs qui viennent de Côte d’Ivoire», ne manque pas de dire, Jacques de Lesquen, chef du service de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France en côte d’Ivoire.
Voir toutes les photos du lycée Blaise Pascal d'Abidjan

Lire la suite

Le Salon des métiers s'ouvre ce matin

Le premier salon ivoirien des métiers d’Abidjan (SIMA) s’ouvre ce matin dans notre capitale économique autour du thème «le renforcement du partenariat école-entreprise pour une insertion professionnelle durable».
Ce salon est organisé par ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Lire la suite

06 septembre 2008

Rions un peu...en Nouchi

cotocoli.jpg

C'est l'histoire d'un concours de traduction en nouchi quelque part à babi (Abidjan). Trois communes sont dignement représentées. Un loubard de Treichville, un "Bella" d'Adjamé et puis un "Coxer" d'Abobo.

La phrase à traduire en nouchi est la suivante.
"Les oiseaux se cachent pour mourir".

Le loubard de Treich :
les Kôtôkoli se gbré pour dja.

Le "Bella" d'adjamé :
Le zizia se krou pour douf.

Dévinez ce qui sort de l'"Abobolais"
Les hohoo! se hohoo! pour hohoo.


Alors et vous ? Avez-vous une meilleure traduction en nouchi de cette phrase ?
Pour vous aider voici le dictionnaire nouchi en ligne ici

La mer avance, avance, avance...

Port-bouët, commune portuaire et aéroportuaire d'Abidjan. Cette zone de la capitale économique est de plus en plus menacée par l'avancé de la mer.
Il semblerait que ce soit dû au "rechauffement de la terre, à la fonte des glaces et à la montée du niveau de l'eau".
Que peut-on faire ?
En attendant c'est le drame

la mer2.jpg

la mer.jpg

la mer1.jpg


(Photo piquée sur Abidjan.net)