topblog Ivoire blogs

04 juin 2009

On blog, on parle, on gagne, on mange !

Photos-0045.jpg

Le forum mondial des médias (Global Media Forum) s’est ouvert depuis ce mercredi 3 juin ici à Bonn, en Allemagne. C’est d’ailleurs l’une des raisons de  ma venue dans l’ancienne capitale germaine. Le theme global de forum est “Conflict prevention in the new age”. Plusieurs centaines de personnes venus du monde entier prennent part à cette rencontre qui va durer jusqu’à ce vendredi 5 juin. Au programme, des séances plénières, et des workshops.
Pour la journée de ce jeudi, cinq des lauréats des BOBS (Best of Blogs) devaient débattre autour du thème “Citizen journalist and freedom of speech”.

Lire la suite

23 avril 2009

"La Toile d'Or" en Côte d'Ivoire

cybercafe_coteivoire432.jpg

La fête de l'Internet qui aura lieu du 27 au 1er mai 2009. Le thème de cette année est " Internet pour quoi faire ". Mais le point phare de cette cérémonie reste la mise en place d`un concours dénommé "La toile d`Or".
Ce concours va permettre aux promoteurs "d'identifier et de primer les entreprises, l`administration, la presse, les jeunes talents et les écoles qui, dans leurs activités quotidiennes, vulgarisent l`outil informatique" en Côte d'Ivoire.
M. Jil Alexandre N'dia, Directeur de Weblogy / co-fondateur d'Abidjan.net a été choisi comme président du jury. Il sera aidé dans sa tâche par des icônes de l'Internet qui devront de désigner les lauréats. Il s'agit de M. Roger Dede, Directeur du Développement des Ntic au ministère, Mme Anne-Marie Konan Payne, Directrice de Cicg, M. Abraham Djekou, conseiller des Ntic à l'Atci, M. André Apetey, secrétaire général de l`Unetel, M. Hyacinthe Yapo, Directeur général de S2irt et M. Hyppolite Gbezo, représentant de l`association des Isp de Côte d`Ivoire.
A côté de cela, on annonce qu'il sera installé à la maison du combattant de Treichville, un cyber café géant. Des connexions gratuites dans les 10 communes d`Abidjan et dans 5 villes à l`intérieur du pays (Bouaké, Gagnoa, San Pedro, Abengourou, korhogo). Ce sera également l`occasion pour le ministère et son partenaire de connecter cinq (5), villages situés à 10 kilomètres de Touba, Bondoukou, Tingréla, Sinfra et Azaguié. La cérémonie officielle de connexion des villages aura lieu à Azaguié, le 28 avril prochain.

22 avril 2009

Et voici le prix des Bobs !

IMG_0312.JPG


C’est avec joie que j’ai reçu ce mercredi 22 avril à l’ambassade d’Allemagne en Côte d’Ivoire, le "trophée" récompensant le « Meilleur blogueur francophone». Titre qui m’a été attribué par le jury des Bobs 2008 (Coupe du monde des blogs) organisés par la Deutsche Welle.
Sous une fine pluie matinale, je descends du Warren (surnom donné aux Wôrô Wôrô, taxis communaux) et je me pointe devant l’entrée de l’ambassade d’Allemagne située à Cocody (commune présidentielle) non loin de l'hôtel Ivoire.
Il est 9 heures 58. J’ai rendez-vous pour recevoir mon prix à 10 heures. Et dire que je l’attendais depuis novembre. Je suis à la queue d’une petite file d’attente de trois personnes. Bien vite mon tour arrive. Je suis un peu stressé par le dispositif sécuritaire.
Par le biais d’une d’une large fenêtre vitrée, je communique avec un des surveillants. «J’ai rendez-vous», lui dis-je. Il regarde sa fiche de rendez-vous… mon nom n’y est pas ! Il me fait alors remplir une fiche puis passe un coup de fil. Deux minutes plus tard, j’ai le droit de pénétrer au sein du Consulat. Une fois dans la cour, un autre gardien procède à une fouille minutieuse de toutes mes affaires. «Vous avez le droit de rentrer seulement avec vos pièces d’identité», m’indique t-il. Mon ordinateur et mon téléphone portable sont confisqués (momentanément).
Je traverse une, deux, trois portes de sécurité puis, je parviens à la salle d’attente.
Après quelques minutes d’attente à feuilleter des magazines en allemand et en français, je suis finalement reçu par Mme Birte Erdmann, Consul Adjoint.
Accueil chaleureux, ambiance sympathique, elle me présente le prix et m’annonce avec sourire qu’on doit prendre des photos pour rendre la chose «semi officielle». Aussitôt dit assez vite fait. Nous nous installons dans le hall à proximité de son bureau pour faire les prises vues. Après plusieurs tentatives, on arrive à en prendre plusieurs.

Le prix
C’est un «MusicPal de Freecom». Il permet de recevoir plus de 10.000 stations de radios sur Internet par connexion sans fil et sans PC. A côté de cela, le « MusicalPal » permet d’écouter à partir de ses baffles, de la musique qui se trouve sur un ordinateur sans une quelconque connexion par un fil. L'appareil affiche l’heure, et permet de sortir du lit grâce au réveil dont il dispose. En plus, il communique des brèves concernant l’actualité dans le monde entier. Un vrai petit bijou que je suis fier d’avoir et d’utiliser. Même si jusqu’à présent je ne suis pas parvenu à écouter une radio. «Problème de connexion !».
A côté de cette webradio, il y a deux livres des éditions O'Reilly. «Your Brain, The missing Manual (How to get the most from your mind)» , de Matthew MacDonald et "Web 2.0: A Strategy Guid", de Amy Shuen. Les deux livres sont en anglais. Il va falloir se mettre à fond dans la langue.

10 mars 2009

Les lauréats du Waxal récompensés

P1200316.JPGLa cérémonie de remise de prix des lauréats au «concours Waxal» a tenu toutes ses promesses.
C’est au «Just 4 U» que c’est tenue cette sympathique cérémonie riche en couleurs et en invités.
Dans ce restaurant de Dakar les invités ont commencé à s’asseoir depuis quelques minutes. Les lauréats arrivent autour de 15 heures 30. Le décor est super. Les invités sont installés. Un joueur de kora distille de la musique. Reprenant parfois des titres du célèbre chanteur Sénégalais Youssou N’Dour.
Un peu après 16 heures, Ken Lohento le coordinateur du programme introduit les initiateurs du concours. Tour à tour, ils vont se réjouir du choix des lauréats qui pour eux, «reflètent la vision panafricaine de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest». C’est d’ailleurs la directrice du dit institut Diana Senghor, qui va relever «le soucis de faire la promotion des journalistes qui utilisent ce nouvel outil qu’est le blog». Chris Kabwato de High Africa, Macha Ndesanjo de Global Voices Online n’ont pas également manqué de saluer le choix des lauréats et de demander qu’ils contribuent davantage à la démocratisation de l’expression citoyenne.

P1200291.JPG

La deuxième partie de cette cérémonie a été essentiellement marquée par une «Table ronde interactive» qui avait pour thème ; «Blogs en Afrique : Espace de progrès ou de représentation de la citoyenneté ?». Sous la modération de Francis Nyamnjoh, chercheur, professeur et Directeur des publications au CODESRIA, les intervenants se sont tour à tour penchés sur ce débat.
L’attention du public a surtout été retenue par l’intervention du Docteur Mamadou Ndiaye enseignant au CESTI de Dakar. Ce dernier s’est demandé si le journaliste blogueur était «un modèle à part». Proposant une différenciation entre le journaliste et le blogueur, l’orateur a plaidé pour un cadre légal du bloggin an Afrique de l’Ouest (surtout) pour éviter les dérives.
Un bel échange a salué cette thématique. Certains (radicaux) considérant que le bloggin comme un (leur) métier et d’autres estimant que le blogueur ne rentre pas dans le cadre professionnel du journaliste. «Il n’a pas de bulletin de salaire, il travaille quand il veut, où il veut et comment il veut», ont-il révélé. En ajoutant que le blogueur échappe à tout contrôle d’une rédaction ou d’une entreprise. D’autres intervenants ont plutôt relevé la complémentarité entre le blogueur et le journaliste. «Le blogueur va là ou le journaliste s’arrête», ont-il défendu. Incitant les journalistes à avoir des blogs, et les citoyens qui ont des blogs à respecter les règles de l’écriture.
P1200318.JPG

A l’issue de ces échanges, l’heure était à la remise des prix. Cédric Kalonji du Congo pour le prix du meilleur blog de journaliste francophone, Rosebelle Kumire de l’Ouganda pour le prix du meilleur blog de journaliste anglophone et le site Lusakatimes.com de la Zambie pour le prix du blog d’organisation de la société civile africaine. Ajouté à ces trois lauréats, Israël Yoroba qui a reçu le prix spécial Ipao du meilleur blog de journaliste d’Afrique de l’Ouest.

27 février 2009

Un (nouveau) Blog Communautaire

Nous y voilà,
J’ai l’honneur et le plaisir de vous révéler le «Blog communautaire» que j’ai décidé de créer. Après mes distinctions comme Meilleur Blogueur Francophone et Prix spécial du Meilleur blog de journaliste de l’Afrique de l’Ouest, je pense qu’il était important de passer à une autre étape supérieure et moins personnelle. Pendant un an et demi, Le blog de Yoro a diffusé l’actualité du quotidien. Et ça plut. J’ai souhaité faire découvrir et partager la passion du blog à d’autres jeunes.
Désormais vous pourrez retrouver toute l’actualité des communes et des quartiers sur ce nouvel espace.
Calqué sur l’idée de Congoblog.net, et tendant vers un Rue89 à l’ivoirienne, ce nouveau blog communautaire, j’en suis certains va nous permettre de mieux cerner le quotidien des Ivoiriens et des autres peuples qui y vivent.

Annoncé pour être dévoilé le 28 février prochain, je lève le rideau aujourd’hui sur le nouveau blog pour permettre à ceux qui se connectent à internet uniquement depuis leurs bureaux, de profiter aussi de l’arrivée du bébé.

Lire la suite

25 février 2009

Résultats du concours Waxal

waxal.JPG

Initié par l'Institut Panos Afrique de l'Ouest (IPAO, www.panos-ao.org) en partenariat avec Highway Africa (www.highwayafrica.com) et Global Voices Online (www.globalvoices.org), le concours WAXAL Blogging Africa Awards (Prix WAXAL des Meilleurs Blogs Africains) vient de communiquer ces résultats.
Trois prix au départ devait être décernés. Mais un quatrième a été ajouté.
Ainsi:
1/ Catégorie : Meilleur blog de journaliste francophone
Gagnant : Cédric Kalonji, de la RDC, avec son blog
(ancien blog congoblog.net)
Prix : 1 million de francs CFA

2/ Catégorie : Meilleur blog de journaliste anglophone
Gagnante : Rosebell Kagumire, du journal « The Independent », de l’Ouganda, avec
son blog
Prix : 1 million de francs CFA

Catégorie : Meilleur blog d’organisation de la société civile africaine
Gagnant : www.lusakatimes.com, de la Zambie -
Prix : 2 millions de francs CFA

Prix Spécial IPAO pour l’Afrique de l’Ouest
Israel Yoroba Guebo de la Côte d’Ivoire avec son blog

"Ce prix spécial d’encouragement a été offert par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest, pour récompenser le meilleur blog de journaliste ouest-africain sélectionné par le jury et ne figurant pas dans les trois catégories principales", précise le communiqué...

Parmis les blogs qui ont retenu l’attention des membres du jury pris individuellement on note notre "villageoise" Babiwatch

Toutes mes félicitations à Cédric et pour ma part même si j'ignore la teneur du prix, je suis très heureux de le recevoir au moment où je m'apprête à faire un autre pas vendredi prochain. Téléchargez la note des relutats en cliquant sur annonce résultats waxal.pdf

teasi2.jpg

16 février 2009

La Côte d'Ivoire deuxième producteur mondial de noix de cajou

cajou.jpg

La production de noix de cajou ou anacarde de la Côte d'Ivoire, déjà premier exportateur mondial, a atteint 330.000 tonnes en 2008, faisant du pays le deuxième producteur mondial derrière l'Inde, a-t-on appris auprès de la structure gestion de la filière (Areca).

Lire la suite

16 janvier 2009

Quand le Djembé* conquiert les States

percu.JPG

Dr Djobi. A l'état civil il s'appelle DJO BI Irie Simon. Il est Gouro (une ethnie du centre-ouest de la Côte d'Ivoire). Aujourd'hui, il vit aux Etats Unis d'Amérique où il exerce comme professeur de percussion dans plusieurs écoles.
Ce musicologue et enseignant de rythme est le fondateur de l'ensemble Bongofla Music.
Vous pouvez voir (au son d'une "percu") son parcours en vous rendant sur son site.

*Autre nom du "tam tam africain".

15 janvier 2009

Le clin d'oeil d'AfricaNews

A lire...

09:00 Publié dans A l'honneur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : yoro, bobs, africanews

14 janvier 2009

Entrevue sur Média d'Afrique

Chaque mardi, la 2e partie l’émission Média d’Afrique de Rfi est entièrement consacrée à l'actualité des médias subsahariens. Sarah Sakho et Alain Foka ont bien voulu s’entretenir avec moi. Je vous propose d’écouter donc.

podcast


Petite question.
Selon vous, dans un contexte où le phénomène du blogging n’est pas très développé, comment le blogueur pourrait-il vivre de son «art» en attendant «un réseau publicitaire» pour les blogs comme en Afrique du sud ?

02 janvier 2009

Un acteur ivoirien dans "24 heures Chrono"

isaach9.jpg

Le monde entier attend avec impatience la prochaine sortie officielle de la septième saison de la série à succès "24 heures Chrono".
Avec comme acteur principal Jack Baueur (Kiefer Sutherland) cette saison intitulée "Redemption" se déroule en Afrique. Au nombre des acteurs importants à côté de Kieffer et Carlos Bernard (Tommy Almeda) - qui seront opposés - il y a l'ivoirien Zachari Bankolé alias Isaac de Bankolé.
Né le 12 août 1957 à Abidjan de parents originaires de Porto-Novo au Bénin, qui ont émigré en Côte d'Ivoire, il arrive à Paris en 1975, où il entreprend une maîtrise en mathématique. Il commence le cinéma en 1986 avec Black Mic-Mac de Thomas Gilou pour lequel il obtient le César du meilleur espoir masculin en 1987.
En avril 2007, il reçoit la distinction de chevalier de la Légion d'honneur.
Conjoint de la chanteuse de jazz américaine Cassandra Wilson Isaac de Bankolé va jouer dans de nombreux films dont le dernier 24 heures Chrono qui sort en ce mois de janvier aux Etats Unis.
Dans cette série il joue le rôle du premier ministre Matobo.

A savoir aussi sur lui

(Source Telenov@)

10 décembre 2008

Interviewé par Global Voices

gvo-logo-lg.png

Israël Yoroba is a 26 year multimedia journalist from Côte d'Ivoire that has been blogging about his country for over a year at Le blog de Yoro [Fr]. Now his efforts have been rewarded with the Best of Blogs award in the French language category, the prestigious international blog awards organized every year by Deutsche Welle. Last year another African blogger was chosen as Best Francophone Blogger, Global Voices friend Cédric Kalonji from the DRC, whom we interviewed on that occasion. Now we take the opportunity to interview Yoro too.

Lire l'intégralité de l'interview. Dans les jours à venir, vous aurez une mise à jour avec la version française.

Une interview réalisée par Elia Varela Serra pour le compte de Global Voices

05 décembre 2008

Article sur "Le Quotidien"

Petit article du journal ivoirien "Le Quotidien" sur les Bob's 2008 et ma désignation comme meilleur blogueur francophone.

promo.JPG

04 décembre 2008

Premiers pas de notre chronique

C'est fait. La première chronique sur Afrique in visu est en ligne. Vous pouvez la lire ici

Au "menu": les jeunes et l'opération d'identification, le mouvement évangélique, ainsi que qu'un portait d'un jeune "cabinard" qui est en fin de cycle ingénieur (en finance).

28 novembre 2008

Meilleur Blog Francophone

jury_french.JPG

Enfin elle est là. L'heure attendue par tous ceux qui m'ont apporté leurs soutiens, leurs voix, et leurs encouragements.
J'ai essayé de suivre en direct depuis Berlin la cérémonie de proclamation des résultats du jury des Bobs sans pour pouvoir y parvenir. Question de débit certainement.
Je me suis donc levé très tôt ce matin pour voir les résultats sur le net. J'ai constaté que j'avais reçu ce mail avec comme objet : Félicitations !
Tournament Winner Pictures, Images and Photos
Bonsoir Israël,
j'ai le plaisir et l'honneur de vous informer que le jury des BOBs vous a choisi comme lauréat du Meilleur blog francophone. Je ne sais pas si vous avez pu suivre les résultats en direct, mais le jury a salué votre blog comme ayant un "regard lucide et néanmoins optimiste, mais sans complaisance sur la Côte d'Ivoire". Votre blog reflète selon eux le dynamisme des blogueurs en Afrique francophone!


Quelle joie et quelle fierté...
C'est à Dieu que vont mes premiers mots de remerciement. Celui par qui toute chose existe et qui fait chaque chose bonne en son temps.
Je saisi l'occasion pour saluer et remercier tous ceux qui ont cru en mon blog et qui y ont apporter leurs voix. Vous êtes tellement nombreux... MERCI.
Vous me permettrez de remercier particulièrement mon épouse, Ange, qui croit fortement en ma passion de blogueur. Merci à Théophile Kouamouo pour m'avoir indiqué le chemin du bloggin (et pour toutes les autres choses). Grand merci à la (grande) famille d'Ivoire-blog. Je n'oublierai pas Abidjan.net qui dès les premiers jours de vote a fait (volontairement) une bonne campagne sur son site. A tous ceux que j'ai pu oublier... à ceux dont je tais volontairement le nom... A mes géniteurs... A Edgar... Aux Kedeschites...

Tous les lauréats du jury

04:15 Publié dans A l'honneur | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : bobs, yoro, winner

23 octobre 2008

Quand Mel fait parler de lui...sur la route

Le ministre de la ville et de la salubrité urbaine Théodore Mel Eg, a commencé depuis quelques mois l’aménagement de la voie qui mène de Cocody (commune où réside le Chef de l'Etat) à la caserne des "sapeurs pompiers militaires" (via "La Corniche"), située à quelques mètres du Plateau (centre des affaires).
J’ai eu par habitude de constater de loin (en passant devant) que c’était bien aménagé et bien décoré.
Aujourd’hui je m'y suis arrêté pour voir ce que ça donne de près.
C’est Fan-tas-ti-que !
Alors je partage avec vous ces belles images.

Le pont qui mène au plateau a été peint par un artiste talentueux

P1150747.JPG


P1150741.JPG


P1150748.JPG


P1150755.JPG


P1150757.JPG


Dans cet espace étaient stockées toutes les ordures ménagères drainées par les canalisations

P1150742.JPG


P1150744.JPG


Les espaces verts n'ont pas été oubliés

P1150749.JPG


P1150750.JPG


Un jet d'eau a été installé avec à son bas un panneau lumineux (animé) montrant les différents présidents que la Côte d'Ivoire a connu.

P1150756.JPG


Ici...Henri Konan Bédié...qui a succéder à Félix Houphouët Boigny

P1150751.JPG


...et le Gl Robert Guéi qui a renversé dans un coup d'Etat en décembre 1999 Henri Konan Bédié.

P1150752.JPG


Désormais, on circule mieux sur la voie de "l'Indénié"

P1150753.JPG


P1150754.JPG

21 octobre 2008

Cheick Yvhane reçoit le prix "Jean Hélène"

yvhane.jpgLe journaliste ivoirien Cheick Yvhane de «Radio Nostalgie» a remporté «le prix Jean Hélène» pour la catégorie Radio comptant pour les «Prix RFI-Reporters sans frontières-OIF 2008 presse écrite et prix radio "Jean Hélène"».
La cérémonie de remise de prix a eu lieu le dimanche dernier (19 octobre) à 17 heures à la Résidence du Gouverneur général à la Citadelle de Québec (Canada). Et ce,en marge du XIIe Sommet de la Francophonie qui s’y tenait.
Né le 16 août 1980 à Adjamé (commune populaire d’Abidjan, Cheick Yvhane a gagné ce prix avec son reportage, intitulé "Dans l'univers de la MACA (Maison d'Arrêt et de Correction d'Abidjan)". Un reportage qui «a été diffusé le 28 mars 2008 sur les antennes de Radio Nostalgie où il travaille depuis septembre 2003».
Présentateur du «journal des NTIC» sur la 1ère chaîne de télévision de la RTI et chroniqueur dans le magazine de mode Afrik fashion, il avait remporté en Côte d’ivoire il y a quelques années en arrière (on s’en souvient) le prix Ebony (ivoirien) du meilleur animateur Radio.
Ecouter son reportage ici

17 octobre 2008

"En vedette" sur l'Atelier des médias

img_blog.jpg

Vous pouvez écouter l'émission n° 52 de l'Atelier des Médias (la web émission de RFI animée par Philippe Couve), où je suis le "membre en vedette".

13 octobre 2008

Yoro sur Presse-citron

La blogosphère africaine et surtout ivoirienne intéresse de plus en plus.
Dans le cadre d'une série de post sur les blogs et le web en Afrique, Eric Dupin de Presse-Citron (N°1 au classement des blogs sur wikio et parmis les Top dans le monde) m'a fait l'honneur de parler de ma vie de blogueur mais aussi et surout de la vie des blogs en Côte d'Ivoire.

Extrait:

(...)
Ton blog existe depuis combien de temps ?
J’ai créé ce blog il y a deux ans, à l’époque où on a commencé à parler de blogs en Afrique “Les blogs, ce fut une vraie révélation : liberté de ton, pas de contrainte éditoriale, pas de rédac’chef sur le dos, je pouvais m’exprimer librement et surtout facilement sur le sujets que je choisissais et avec l’angle que je voulais.”francophone, et de “blogosphère africaine”. J’ai découvert les blogs alors que j’exerçais mon métier de journaliste au quotidien Le Courrier d'Abidjan. Ce fut une vraie révélation : liberté de ton, pas de contrainte éditoriale, pas de rédac’chef sur le dos, je pouvais m’exprimer librment et surtout facilement sur le sujets que je choisissais et avec l’angle que je voulais.

Les blogs sont connus en Côte d’Ivoire ?
Non pas vraiment, mais on sent un vrai démarrage depuis une année environ. Il doit y avoir une centaine de blogs ici, bien sûr ce n’est pas énorme mais ça progresse, et on parle d’une blogosphère ivoirienne.

Quand je parcours quelques blogs africains francophones, outre la qualité rédactionnelle et la richesse du contenu qui montrent un vrai soucis d’information, je constate que les thématiques sont majoritairement politiques ou sociétales. En fait les blogs africains sont vachement sérieux non ?
C’est vrai. Moi-même sur mon blog je ne parle pas tellement de high tech. Je préfère me concentrer sur des sujets qui ciblent prioritairement les ivoiriens de Côte d’Ivoire, ceux de l’étranger, ainsi que les personnes comme toi qui ne connaissent pas le pays mais qui s’y intéressent, voire ceux qui préparent un voyage et qui souhaitent en savoir davantage sur la société ivoirienne.
(...)

Lire toute l'interview sur Presse-citron ici

Il était une fois…Angybell !

SDC11532.JPG

Une fois n’est pas coutume. Je me suis introduit dans l’antichambre d’un dinosaure de la mode africaine. Styliste et couturière autodidacte, Angybell est de nouveau sur la scène avec une nouvelle collection de vêtements qu’elle va présenter officiellement lors du "Yéhé 2008" cette semaine.

Angybell, un nom qui rappelle une époque. Un nom qui réveille des souvenirs chez les amateurs de modes mais aussi et surtout un nom qui salue le travail d’une artiste autodidacte au sommet de son art.
Dans son appartement situé à la Riviera 3, un quartier chic d’Abidjan, Angybell nous serre la main avec sourire comme pour dire «je suis encore là». Sur la terrasse, des robes et des chemises de différents motifs vous souhaitent la bienvenue.
Le salon superbement décoré est pour la circonstance transformé en loge pour essayage.
SDC11504.JPGDans un coin de la pièce, on peut apercevoir une partie des trophées qu’elle a glanés au fil de sa longue carrière. Carrière qui l’a d’ailleurs emmené à faire le tour du monde pour présenter ses œuvres.
«Angybell n’a pas changé», vous diront ses proches. Toujours aimable et travailleuse, l'inspectrice des douanes ivoiriennes continue de créer des modèles toujours originaux et inspirés. «Elle tient à ce que ce qu’elle fait soit un carrefour de culture», révèle un de ses proches. «Pour elle, ajoute t-il, la mode doit pouvoir transcender les cultures». «C’est d’ailleurs pour cela qu’elle tient en général à mélanger les pagnes traditionnels avec d’autres tissus», précise son couturier.
Pourtant, ce nom avait été éclipsé par des années de maladies et d’épreuves.
Mais, après ce long moment passé hors des "T" «Maman Raffia» réapparait avec une nouvelle collection.
«Je ne suis pas morte», dit-elle. J’ai (sur)vécu (à) des moments pénibles mais tout cela est dans le plan de Dieu et c’est vraiment riche en enseignements», avoue t-elle avec assurance.
Grande croyante, Angybell assure que ses succès sont «la marque de Dieu dans sa vie» et ses déceptions «le moyen que Dieu choisit» pour lui faire comprendre des choses et la ramener sur le droit chemin.
Désormais, Angybell est là. Toujours avide de travail, d’idées nouvelles et lumineuses.
«Elle aime le travail, mais surtout le travail (très) bien fait», explique Diana, sa fille et son responsable de communication et marketing. «En plus, elle a cette facilité d’expliquer ce qu’elle veut aux autres, ça rend le travail plus facile», souligne Diana.
SDC11507.JPG

Dans quelques jours, Angybell s’envole pour la France «pour des raisons personnelles», avant de revenir sur la scène ivoirienne qu’elle n’a d’ailleurs jamais quittée.
«C’est vrai que j’ai été absente, mais mes modèles et mes initiatives ont fait le tour du monde», affirme t-elle avec fierté.
En effet, c’est elle qui pour la première fois arrive à transformer des écorces d’arbres en tissus. Une innovation qui réjouira le monde entier. «Mes tenues faites à base de raffia ont été portées par des stars mais surtout ont été reprises par beaucoup de stylistes-modélistes».
Pour Angybell , c’est tant mieux que ses idées soient reprises. «Il faut éviter les esprits de concurrence, c’est dépassé»
, déclare t-elle.

Dans un entretien ô combien enrichissant, Angybell lève un coin de voile sur ces années de gloire, ces périodes noires, mais aussi elle nous livre en exclusivité le contexte de la création de sa nouvelle collection (avec des photos à l’appui que vous ne trouverez, pour l’instant, nulle par ailleurs).

podcast


Voir quelques photos.

Lire la suite

02 septembre 2008

De nouveaux bus «made in Abidjan».

bus sotra.jpg

Ce qui relevait de la rumeur depuis quelques temps vient d’être rendue public aux yeux du monde.
«La Sotra fabriquera ses propres bus». C’est en résumé l’info que j’ai tiré de l’article paru dans le «Jeune Afrique» de cette semaine.
Selon l’hebdomadaire, la Société des transports abidjanais (Sotra) «présentera, le 26 septembre à Abidjan, les premiers-nés de sa nouvelle activité industrielle». A cette occasion, deux bus seront produits et assemblés sur place par SOTRA INDUSTRIES, filiale de la Sotra.
Cette filiale prévoit de mettre en circulation «50 véhicules (pour) la première année d’exploitation».
Certainement que cette production va connaitre un essor «en fonction des débouchés commerciaux», avec «200 exemplaires par an, voire 300 par la suite».
La gamme est baptisée «Eburnis» (qui provient de Ebrunie, le surnom de la Côte d’Ivoire) et elle est présentée «en trois version, pour les transports urbains, interurbains ou de tourisme».
Après l’innovation des «bus équipés de mini-ordinateurs» , et cette nouvelle firme de fabrication locale, la Sotra va gagner du terrain et se classer parmi les têtes d’affiche au niveau des sociétés de transports en Afrique et (pourquoi pas ?) dans le monde.

29 août 2008

Une femme "accomplie"

PORTRAIT
constance 1.jpgMicro à la main, la voix débordante de joie et d’harmonie, le sourire captivant, Constance Coumoin épouse Aman, séduit la salle du palais des congrès de l’hôtel ivoire qui est devenue soudainement silencieuse. Au cours de ce concert «en faveur des enfants victimes de l’ulcère de burili», «la chantre de l’Eternel», séduit par son talent que lui connait depuis près de deux décennies la Côte d’Ivoire entière.
Plus connue sous le nom de «Constance Aman», celle qu’on surnomme «la pionnière de la musique chrétienne» ne captive pas uniquement que par sa voix. Sa vie quotidienne est un modèle pour toutes les autres femmes. Elle est une «femme totalement accomplie», ne manque pas de dire son ancien manager, Ambroise Kouassi.
Constance au-delà de la voix, allie sa profession d'enseignante à son statut de femme mariée et sa vie d’artiste chantre.

Lire la suite

26 juin 2008

L'hommage du Cameroun à Ayoman

"L'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Côte d'Ivoire au Cameroun, S.E. Paul Ayoman Ambohale est déjà arrivé en fin de séjour dans notre pays. Il est venu le signifier lui-même au ministre des Relations extérieures, Henri Eyebé Ayissi vendredi dernier. La cérémonie d'adieu, était empreinte de nostalgie, tant le diplomate ivoirien, par son dynamisme, son professionnalisme et sa bonne humeur communicative, a profondément marqué de son empreinte la communauté diplomatique à Yaoundé durant les quatre ans qu'il a passés chez nous. Au point qu'il va décrocher le 23 avril 2005 le prix du meilleur ambassadeur au titre de l'année 2004 du Comité National d'Excellence et d'Initiative (CNEI) du Cameroun ;

Lors des années de récession économique, on se rappelle, la Côte d'Ivoire avait dû fermer son ambassade à Yaoundé. C'était le 31 août 1990 ; une mission diplomatique pourtant ouverte à Yaoundé en1960. Il faudra attendre 2003 pour assister à la réouverture de celle-ci. Et elle redeviendra fonctionnelle avec la nomination de Paul Ayoman Ambohale comme ambassadeur de Côte d'Ivoire au Cameroun avec résidence à Yaoundé. Nul doute qu'il va beaucoup manquer non seulement au corps diplomatique dont il était le vice-doyen, mais aussi aux chrétiens de Yaoundé qui l'avaient déjà adopté dès le premier jour."


Cameroon Tribune

23 juin 2008

Théo à l'affiche sur Ivoirenews

... même le Chef du village n'y a pas échappé. En tout cas bravo à Akwa Bahi !

03 janvier 2008

Didier Drogba toujours très très fort!

94f3006891c88029d6aaf798a02390f2.jpgL’attaquant international du club anglais de Chelsea, Didier Drogba, a été sacré jeudi pour la deuxième année consécutive meilleur footballeur ivoirien de la saison 2007 par le quotidien Supersport.

Didier Drogba, qui a recueilli 187 points sur 200 possibles, a été choisi au terme d’un référendum organisé par Supersport auprès de 20 organes de presse ivoiriens.

23 mai 2017

Une femme accomplie

constance 1.jpgMicro à la main, la voix débordante de joie et d’harmonie, le sourire captivant, Constance Coumoin épouse Aman, séduit la salle du palais des congrès de l’hôtel ivoire qui est devenue soudainement silencieuse. Au cours de ce concert «en faveur des enfants victimes de l’ulcère de burili», «la chantre de l’Eternel», séduit par son talent que lui connait depuis près de deux décennies la Côte d’Ivoire entière.
Plus connue sous le nom de «Constance Aman», celle qu’on surnomme «la pionnière de la musique chrétienne» ne captive pas uniquement que par sa voix. Sa vie quotidienne est un modèle pour toutes les autres femmes. Elle une «femme totalement accomplie», ne manque pas de dire son ancien manager, Ambroise Kouassi.
Constance au-delà de la voix, allie sa profession, son statut de femme mariée et sa vie d’artiste chantre.

Une «prof» dévouée
«Constance m’a marqué le premier jour de classe», se souvient Agathe Angouan ancienne élève au Cours Secondaire Protestant du Plateau (centre économique d’Abidjan la capitale économique). «Elle nous a assuré que si nous avions des problèmes (en dehors des cours) elle serait à notre écoute», témoigne un autre de ses anciens élèves. Le témoignage de sa disponibilité et de son ardeur au travail retentit également chez ses collègues.
Professeur d’anglais, elle ne manque pas de dire que «le plus important c’est d’être utile aux autres».
«Les élèves ont parfois des problèmes psychologiques, moraux ou même spirituels. Notre rôle en tant qu’enseignant est de dispenser les cours certes, mais c’est aussi et surtout leurs apporter notre aide dans d’autres domaines», revèle Constance.

Mariée et mère
Constance est mariée depuis 1995 à Aman Serge. «Son homme à tout faire», lance t-elle fièrement. Loin d’elle l’idée d’être celle qui porte la culotte dans le foyer. Pour elle, la soumission de la femme envers son mari est «la clé du succès d’un couple».
Quand à son «homme à tout faire», il justifie cette qualification – qu’il prend «avec beaucoup de joie». «Je suis son arrangeur, son pianiste, son producteur, le directeur du studio dans lequel elle enregistre tous ses albums… et puis je suis son mari», lance t-il en riant.
Pour ce dernier, Constance sait toujours accorder du temps à sa famille. Une famille qui s’est d’ailleurs élargie depuis quelques années.
Trois enfants à l’actif du couple. Mais entre son époux, ses trois enfants et son boulot, «la pionnière» réussi s’en sortir et à se consacrer parfaitement à chaque chose. «Une femme de façon traditionnelle doit être organisée. En plus, si elle est chantre, enseignante et épouse-mère (…) elle se doit encore plus de rigueur dans la gestion des choses pour ne pas défavoriser un domaine», explique t-elle.
En plus son organisation pointue, Constance compte «sur la grâce de Dieu»
. «C’est pour cela que le titre de mon dernier album s’intitule Je puis tout (par ce lui qui me fortifie», précise t-elle. «Il n’y a que Dieu seul qui peux me donner la force et les moyens d’être organisée».

Constance.JPGUne vie entièrement consacrée à Dieu et à son ministère.
Constance ne peux faire une phrase sans parler de son «Dieu» à qui elle doit tout selon elle. «J’ai traversé beaucoup de périodes difficiles mais aussi des périodes de joie et je peux dire que Jésus est le centre de ma vie», témoigne t-elle.
Son ministère de chantre elle l’a commencé il y a presque deux décennies.
Issue d’une famille chrétienne évangélique, Constance s’est très jeune convertie et a commencé à chanter pour son Dieu.
Son talent est tout de suite détecté par un jeune manager, Ambroise Kouassi. Ainsi en 1989, il l’aide à enregistrer son premier album en duo et en 1990 elle prend son envol avec son premier album solo «Louez l’Eternel». Cet album est un franc succès et l’écho de sa notoriété franchi les pas des frontières de l’Afrique de l’Ouest jusqu’à l’Europe où elle est invitée pour une tournée des années plus tard.
De 1990 à 2008, elle enregistre au total 8 album dont un single, un album live et offre aux mélomanes ivoirien un concert historique en 2007 au palais de la culture de Treichville.
Son style est un mélange de musique africaine et de Jazz-bossa.
Constance après un long chemin, décide de s’engager à plein temps pour son «Père» et démissionne de son statut d’enseignante pour se «consacrer à Dieu» par la chanson. «Vous savez, il y a un temps où vous devez assumer d'une façon ou d'une autre votre vocation, votre talent. Je pense que le temps est arrivé pour moi de me lancer plus à fond. C’est pourquoi, j’ai décidé de chanter uniquement pour mon Seigneur», affirme t-elle sans regret. Son mari lui a donc permis d’avoir une organisation qui gère désormais sa carrière.
Aujourd’hui elle assume sa décision qui lui réussi bien d’ailleurs.

Un œil sur la société
La «chantre de l’Eternel» est très sensible à ce qui touche son pays. Les différents fléaux, crises ou problèmes, elle les vit aussi et n’hésite pas à composer des chants pour telle ou telle situation. «J’ai chanté par exemple ‘‘Sauver les enfants’’ sur un de mes albums pour les enfants de la rue. Ce phénomène à une époque avait vraiment prit de l’ampleur et j’ai été touché. J’ai donc chanté pour interpeller la société sur les conditions de vie de ces enfants et la nécessité de trouver des solutions rapidement», précise t-elle.
Pendant la crise ivoirienne de 2002, Constance n’est pas restée insensible. Elle met sur le marché un album qui réunit la plupart des artistes chrétiennes de la Côte d’Ivoire autour de plusieurs chansons sur la Côte d’ Ivoire. «En le faisant, j’ai voulu montrer que c’est par l’union que nous vaincrons (…) et que Jésus était la solution à notre crise», se justifie t-elle.


«Comment cette femme fait-elle pour être aussi distinguée des autres artistes ivoiriens en général et chrétiens en particulier ?», se demandent beaucoup de personnes. «Pour celui qui se dit chrétien, il doit faire attention. Car c’est une lourde responsabilité de se tenir devant un public et véhiculer un message de la part de Dieu», répond t-elle.
Pour Constance, le chanteur chrétien a une très lourde charge et beaucoup de choses dépendent de lui. «Le chanteur chrétien par son témoignage peut amener les hommes à Dieu ou les enfoncer dans le mal», précise t-elle.
Le secret de sa (belle) vie, Constance le révèle à qui veut l’entendre : «Je ne dissocie pas la musique de ma foi. Et ma conviction profonde est que l’homme ne peut vivre sans Dieu». Dès lors, toute sa vie est guidée par ses principes et cela lui donne d’être épanouie.

En fin de compte, il faut retenir de cette «pionnière», le talent, la rigueur et l’organisation qu’elle associe à son respect pour les autres (chrétien ou non). – «Même les plus petits» – et à son humilité. Constance fait partie des femmes qui ont changé le visage de la musique chrétienne et qui demeurent une icône, une référence pour les générations futures.
Dans ce monde tumultueux, Constance trouve toujours le temps de dire «je puis tout par celui qui me fortifie».

Sources

Fraternité Matin
Top Chrétien Magazine
Nycodem.net
Christproduction.com
Constanceaman.com