topblog Ivoire blogs

11 juillet 2012

Difficile d'être blogueur à Gao

OAB2012FOMMOPTI2.jpg

Le Mali n’a pas fini de faire la Une des journaux radio, télévisé et d’alimenter les grandes discussions dans les forums sur internet ou même dans les salons. Au milieu d’une situation jugée chaotique, il y a ceux qui continuent de rester sur place afin d’informer l’opinion internationale. Oumarou fait partie de ceux-là. Oumarou Mohamed Lamine est animateur, producteur et journaliste en langue songhoï à la Radio AADAR-FM KOÏMA de GaoIl est depuis un an blogueur sur la plateforme Ouest Afrika Blog. Il raconte sa vie, son quotidien et ce qu’il voit à Gao. Et la crise ne l’a pas fait changé. Toujours en poste, s’intéressant au sort des populations. Oumarou continue de bloguer avec frénésie. « Je veux que le monde entier sache ce qui se passe ici à Gao ». Au milieu d’une chariat de plus en plus dure, d’une ville de plus en plus vide, Oumarou court le risque de rester. Muni de son dictaphone et de son appareil photo. La situation n’est pas du tout rose.


podcast

Le jeune blogueur, ne veux pas rater une seule seconde de qui se fait dans sa région. Il ose même faire les voyages entre Gao et Bamako.


podcast

Si Oumarou parvient à rédiger des articles, il ne peut cependant plus les illustrer par de la photo. C’est interdit ! D’ailleurs sont appareil photo à subi les affres des islamistes. Dans ces conditions, difficiles d’écrire sur tous les sujets.


podcast

Mais alors comment, ce jeune blogueur arrive à alimenter le blog ? Où trouve t-il la connexion Internet ?


podcast

La situation est difficile. Et pour le jeune blogueur, au-delà des conditions de travaille pénible, sa vie est constamment en danger.  


podcast

Témoignage émouvant qui en même temps montre que les blogueurs ont toute leur place en tant de paix comme en période de guerre. Là où les médias classiques fuient, ce sont les citoyens via leurs blogs et les réseaux sociaux qui restent en place pour informer le monde. Même quand la connexion est défaillante. Même quand l’électricité se fait rare.

Tous les articles de Oumarou. 

Commentaires

C'est vraiment dommage de voir nos frères maliens surtout ceux du nord dans une telle situation. A quand la fin? C'est très difficile de vivre quand la liberté est bafouée et au milieu des armes détenues par des extrémistes qui interprêtent mal le coran. Chers amis blogueurs du Mali (Oumarou, Alhousseini, Andréa, Diarra) je partage votre souffrance et vous réitère mon soutien et mes encouragements.

Écrit par : zoubga theodore | 11 juillet 2012

On se rend vraiment compte que ce soit à Gao ou à Abidjan,la vie d'un blogueur n'est décidemment pas de tout repos.Les blogueurs arrivent quant meme à contourner tous ces problèmes d'argent,d'insécurité pour informer le peuple malien et l'opinion internationale. J'espère que le net leur permettra de rester en contact avec l'extérieur et de rester en vie... personne ne doit sous-estimer le POUVOIR de cet OUTIL INDISPENSABLE qu'est le web...

Écrit par : RitaFlower | 11 juillet 2012

Salut!
Elle est vraie et sensible ta pensée Yoro. j'ai adoré et je l'ai copié pour partager avec mes amis partout ailleurs. Alhousséini et moi, nous nous appelons ce qui m'a toujours donné confiance. ET JE PENSE AUSSI QUE TOUTE LA FAMILLE DE OUESTAFRIKABLOG prie et invoque incessamment l'apaisement dans ce pays jadis modèle de l'afrique. merci pour tous. et que le Mali prospérera! salut positif à tous mes pairs blogueurs! vous me manqué...
Aristide

Écrit par : aristide kawele | 12 juillet 2012

Que le Seigneur illumine vos pas, vos pensées et surtout garde votre intégrité physique et mentale. c'est un traumatisme de rêve, pourtant une triste réalité.
Merci à toi Mr Israël qui donne un exemple de courage et de bon encadreur en osant courir le risque. Bravo, chers amis du Mali. mais une chose m'inquiète : a qui profite le crime? il n'est pas temps que nos États revoient les réalités qui font que des peuples ne veuillent plus partager le même territoire?
Bon COURAGE MON CHER OUMAROU. VIVE OUEST AFRIKABLOG

Écrit par : Donald DUWANI | 17 juillet 2012

courage... de coeur avec vous

Écrit par : serge | 11 février 2013

Les commentaires sont fermés.