topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27 mars 2012

The Tourist !

[J'ai écrit cet article (décalé) il y a quelques semaines alors que je collaborais encore pour un guide touristique. En général voici comment on reconnait un touriste. Est ce le cas pour vous ? ]

touriste.gifLe regard perdu derrière ses lunettes noires, décryptant chaque visage qu’il croise, chaque scène inattendue, chaque expression qu’il tente de comprendre.

On le reconnaît au loin. Chemise pagne manche courte, bracelet traditionnel au poignet, histoire de se sentir bien intégré. Sur sa tête, un chapeau ou une casquette. Il faut bien se protéger du soleil ardent qui l’oblige à boire une gorgée d’eau toute les 5 minutes. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se promène tout le temps avec une bouteille d’eau minérale en main (oui, il faut éviter de boire une eau dont on ignore l’origine) ou dans son sac à dos. Un sac qui ne le quitte presque jamais. A l’intérieur : appareil photo – pour marquer chaque instant de ses ballades – trousse de pharmacie (si, si), un petit livre-guide sur les villes et cultures du pays, un carnet (de voyage ?) dans lequel il y a des numéros d’urgence (Pompier, Samu, Ambassade, 43e BIMA etc.), mais aussi des notes de voyage, et surtout… une carte de la Côte d’Ivoire. Même si elle n’est pas adaptée aux réalités actuelles du terrain, il faut l’avoir.

Son fric, il le dépense sans compter (euh, pour la plupart en tout cas). De l’euro (ou dollar) au Francs CFA, la poche se rempli vite, vite. Tout semble tellement moins cher. Même si les prix sont multipliés par trois voire par cinq lorsqu’il débarque dans un marché (ou dans un maquis) avec son air émerveillé.

Son argent, il le garde dans l’une de ses nombreuses poches de sa culotte-chasseur kaki. Le regard toujours méfiant, car « la ville est remplie de délinquant qui dépouillent les pauvres blancs » lui a-t-on soufflé. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se fait toujours accompagner par un guide local qui connaît bien le pays et qui l’aidera au bout de quelques jours à dire ses premiers mots nouchi : « Yafoyi » ou « la Go-là » !

 

Commentaires

Pourtant difficile de voir des touristes en Côte d'Ivoire ou tout au moins des touristes tels que vous le décrivez : un pur touriste loisir un peu baba cool.
Outre le manque d'infrastructures hôtelières et d'offres de loisirs diversifiés, et d'un manque de constance dans la plupart des restaurants de tout niveau, Outre l'absence de communication institutionnelle ou même privée accessible aux étrangers (donc via Internet),
2 difficultés à signaler : (1 ) le coût du visa et la procédure pour l'obtenir ; (2) les barrages et contrôles.

Ainsi, je témoignais hier sur facebook : Nouveaux barrages sur le Latrille au niveau de BMW : des petites torches bizarres qui barrent la moitié du boulevard : à l'aller Plateau vers Norima Restaurant ai failli rentrer dans le véhicule de devant qui n'avait rien compris (moi non plus) et a pillé, manquant de justesse de me faire piler, etc. carambolage à l'horizon. Au retour depuis Les Amis De Norima Restaurant !!! vers le Plateau les corps habillés m'ont expliqué que tout le monde les félicitaient !!! Ah Bon !!! Et bien pas moi. A 5 jours de l'ouverture du Salon International du Tourisme d'Abidjan 2ème édition. Quel accueil !!!! Yako Les touristes.
Ce qui a engendré les réactions fort justes suivantes (et pas mal "j'aime")
Joelle Lievre : Oui j'ai constaté aussi qu'ils recommençaient à faire n'importe quoi ,n'importe comment ! rien n'a changé et rien ne changera ,c'est comme ça ! oui yako les touristes ,si un jour il y en a, vu les difficultés et le parcours du combattant pour obtenir son visa !!
Georgette Zamble Soukou : Franchement je me demande si la police se rend compte du mauvais impact de ces barrages intempestifs sur l'économie et sur le tourisme. Peut-on nous faire les statistiques du nombre d'assassins et de rebelles maîtrisés et neutralisés grâce à ces barrages? Finalement ce sont les honnêtes citoyens qui courent vaquer à leurs occupations qu'on agace.

Écrit par : chardy conseil restauration | 30 mars 2012

Lool, c'est sûr que cette caricature est peut être celle d'une autre époque. Mais nos souvenirs l'ont gardé.
Je trouve aussi pas drôle du tout que l'on se remette à la mendicité policière. Et je pèse mes mots. Je me suis presque fait insulté une fois par une policière parce que j'ai accepté de payer la contravention de 2000 francs CFA. Elle aurait peut être souhaité que je lui file 1000 balles. Oui, ils sont de retour après avoir fait profil bas pendant une courte période. Ces barrages bizarres avec des policiers aux tenues dont le kaki varie de bout à l'autre.
Pour nos amis touristes, venez quand même, les barrages de polices font partir des "sites touristiques". Et ce n'est pas prêt de changer.

Écrit par : Yoro | 30 mars 2012

Merci de la dernière note "Pour nos amis touristes, venez quand même, les barrages de police font partie des "sites touristiques" une grosse communication à aire dans ce sens Dans le cadre du SITA ? de Zoom Africa ? de votre blog peso ? de 225avenue ? etc. enfin tout à la fois. Un gros, gros travail en perspective !!!
Bon courage !

Écrit par : chardy conseil restauration | 30 mars 2012

Les commentaires sont fermés.