topblog Ivoire blogs

23 juin 2010

L’actualité de proximité vue par les Radio communautaires

ouestafrikablog.JPG

Je suis à Bamako depuis quelques jour pour un projet qui prend corps. Ouest Afrika Blog.

Initié par l’Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ)-Lille et financé par la coopération française, ce projet vise à faire découvrir les outils (et utilités) du blogging à des journalistes des radios communautaires. Ceux-là même qui sont (parmi les médias classiques) les plus proches de la population.

 

Ces journalistes vont apprendre à bloguer. Ils vont raconter des histoires simples, ordinaires mais parfois étonnantes de leurs cités.

Deux pays pour démarrer ce projet destiné à l’Afrique de l’Ouest. Le Mali et le Sénégal. Des journalistes radios ont été sélectionnés par concours avec le soutien et l’appui des réseaux des radios communautaires du Mali et du Sénégal, appuyés par les ambassades de France à Dakar et Bamako. Le tout piloté par l’ESJ.

Au finish, 5 jeunes sont donc à Bamako du 21 au 25 juin pour se former. Pour le Mali, Dieneba Deme Diallo (Radio Kledu, Bamako), Mamoudou Barry (Radio Yeelen, Sikasso), Diarra Bouille (Radio Jamana, Kayes) et pour le compte du Sénégal Rosalie NDiaye (Radio Afia, Dakar) et Alexandre Lette (Radio Jokkoo, Dakar).

Au programme de cette session de formation, l’écriture web, la prise de vue et le redimensionnement des photos, ainsi que la prise de son et le traitement des podcasts. Après une formation dense de 5 jours, ils seront « lachés dans la nature », mais bénéficieront pendant toute la durée du projet d’un encadrement éditorial par l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. Chaque blogueur a reçu un appareil photo numérique et un enregistreur. Un matériel adéquat qui devrait leur permettre de mener à bien leur mission. C’est à eux que revient la tâche d’alimenter cette plateforme et de donner l’occasion à des populations d’être entendues via Ouest Afrika Blog.

Vous pourrez lire chaque semaine, de petites histoires locales, accompagnées de photos et quelques fois de podcast.  (Les premiers articles-exercice sont déjà en ligne).

Ouest Afrika Blog, n’est pas appelé à rester à ce stade expérimental. Si l’expérience est concluante, l’aventure pourrait s’étendre à d’autres pays pourquoi pas. Pour l’heure, « Le Club des 5 » se dit déterminé à tenir allumer cette flamme et à œuvrer à ce qu’elle embrase l’Afrique de l’Ouest entière.

05 juin 2010

Sos O négatif pour JODA !

 

 

joda.jpg

Toute la communauté web de Côte d’Ivoire est embarquée dans un élan de solidarité virtuelle sur le web. Mais la nécessité est tout aussi réélle et tout aussi urgente.

L’information a été donnée par la blogueuse Ghislaine Atta.

« Neh Joda, jeune étudiante d’environ 23 ans (…) s’est évanouie il y a une dizaine de jours, à la suite d’un choc qui lui a fait perdre énormément de sang. Sa famille a, alors, dû l’évacuer à la Pisam( polyclinique Sainte Marie d’Abidjan, où elle est entrée dans un coma qui a duré une semaine interminable… ».

Aujourd’hui, Joda est entre la vie et la mort. Et pour la sauver, elle a besoin d’un donneur de sang de groupe « O négatif »«Elle ne survivra pas si nous ne faisons rien. Agissons. Par solidarité humaine. ».

Aussitôt dit aussitôt fait ! De nombreux Facebooker ont repris le message. De profil en profil, ils ont relayé l’information. «Sos pour Joda », « Sauvons Joda »…les messages ont fait le tour des profils. Et la semaine dernière cette chaîne de solidarité a permis de trouver 2 poches de sang. «Mais c’est encore insuffisant », affirment les proches de la jeune fille. Il en faut plus pour la sauver. Plus de sang et plus de … mobilisation.

Une page communauté «Sauvons Joda !» a été créé depuis le 4 juin pour relancer la chaine. Egalement un groupe a vu le jour et un compte twitter permet de suivre minute après minutes comment la situation évolue.

Si vous êtes du groupe sanguin O négatif ou si vous connaissez quelqu’un qui a ce précieux sang, n’hésitez pas contacter les amies et l’entourage de Joda.  infoline: amie de la malade, Jessie Gnaba+225 06 35 77 57 )

Et si vous vous sentez impuissant face à cette situation, faites passer simplement le message autour de vous. Vous aurez sauvé une vie par ce geste.