topblog Ivoire blogs

26 octobre 2009

Blogophobie ?

Au sortir des discussions qui se sont déroulées à Stockholm dans le cadre des Journées Européennes de développement, j’ai eu le sentiment qu’une grosse crainte subsiste encore dans certains cœurs au sujet de « l’invasion » des médias en ligne et du web 2.0 en général.

Doit-on avoir peur des blogs (plus spécifiquement) ? Au moment où j’écris ces lignes, je lis sur le blog de Kouamouo cet article qui peut confirmer cette crainte. « Ah ! le journalisme à l'ère d'Internet, des clics et de la gratuité ! », s’écrit-il.

« Ah les blogs !», pourrait-on renchérir.

Du fait de la facilité avec laquelle on peut créer et gérer son propre média, on a une pléthore d’informations qui circulent minute après minute. Du fait de la (TOTALE) liberté d’expression qui s’offre aux internautes, on a des contenus variés qui sont mises en lignes avec une rapidité que « d’autres n’ont pas ».

Pourtant, il faut l’avouer, c’est la porte ouverte à toutes les dérives. Comment distinguer le bon grain de l’ivraie dans ce  vaste champ d’informations ? Quelle crédibilité accorder donc à ces nouveaux types de média ? La question mérite qu’on y réfléchisse sérieusement.

Cela dit, je m’insurge contre ces esprits qui tentent de (de)montrer que la manipulation de l’information et de l’irresponsabilité éditoriale est née avec les médias en ligne et surtout avec la promotion des blogs.

Le paysage est le même dans la sphère des médias traditionnels. Parfois même pire. On ment, on manipule, on intoxique et on désinforme à souhait par jounaux, radios ou télévision interposé.

Il pourrait exister une solution pour les deux types de médias. La formation et la sensibilisation. Comme les journalistes, les blogueurs doivent être formés à l’écriture journalistique. Les journalistes (dits traditionnels) doivent l’être encore plus sur des sujets spécifiques tels que l’éthique et la déontologie journalistique, le droit de la presse, le droit à l’image et aussi et surtout… les médias en ligne.

Journalistes traditionnels et journalistes « citoyens » doivent de toute façon être sensibilisés et incités à la responsabilité quand aux contenus diffusés.

Les journalistes doivent percevoir les blogs comme un complément (d’information) plus que comme des concurrents. Il faut qu’on arrive à aboutir à une cohabitation entre  « l’ainé » et le nouveau-né.

Doit-on avoir peur des blog(eur)s ? Non. Nous sommes bien obligés de vivre avec et d’arriver à intégrer ce nouveau type de média dans nos habitudes et dans notre environnement médiatique.

Commentaires

Doit-on avoir peur des bloggueurs ou des blogs?
La question vaudrait la peine d'être posée.Pour ma part , je réponds tout net: NON.
Mais vous autres journalistes , formés à l'écriture et à l'art journalistique, devraient nous y aider.
Personnellement, je suis arrivé au blogging par envie d'exposer ce que je vois, ressens et vis fasse aux situations et faits de mon environnement , tant politiques que sociales.
Croyez-moi , n'ayant aucune formation journalistique, j'écris comme je vois et sens.
Maintenant, devrions-nous tous écrire en nous inscrivant dans l'art journalistique? Cela ferait voir et croire à des mini journaux en ligne et , je pense, enlèverait tout le bien de l'esprit "blog".La peur viendrait de là, car nous avons trop tendance, dans nos pays du sud, à mettre notre foi dans les écritures des journaux de nos obédiences politiques, ce qui évidemment nous éloigne des recoupements des informations reçues.
Maintenant si la peur s'oriente du côté des médias officiels , cela leur appartient de plus travailler et de se montrer plus crédibles en adoptant la méthode de l'analyse et non les écrits issus de discussions de "maquis".Trop souvent , vous êtes sûrs de l'obédience d'un journaliste de nos journaux dits gouvernementaux , rien qu'en lisant son analyse des faits.
Produire un médias plus ouvert à la discussion serait une bonne parade.
A bientôt frère

Écrit par : hilaire KOUAKOU | 27 octobre 2009

L'une des particularités des blogs c'est la possibilité de la personnalisation du ce média. L'une des règles journalistiques est que le "je" et le "nous" sont "détestables".

Pourtant, sur le blog, on peut employer ces deux pronoms personnels. Seulement, comme je l'ai dit, il est bon que les blogueurs soient formés à bien écrire pour être mieux lu. Car de plus en plus (et en fonction du lectorat du web) se dégage ce qu'on appelle désormais "l'écriture web". Proche de l'écriture en radio, elle est plus concise et plus précise qu'une écriture en presse écrite.
Prend ma main mon frère !

Écrit par : Yoro | 27 octobre 2009

Merci Israël, pour cette analyse pertinente ! Je suis d'accord que les blogs représentent une alternative trop importante aux médias traditionnels pour qu'on les combatte. Et puis, l'histoire économique montre que la concurrence n'a pas que de mauvais côtés ! Si elle peut pousser les médias traditionnels à plus de considération pour leurs lecteurs, ce sera déjà une chose de positive. En ce qui concerne la solution, je suis tout à fait d'accord avec toi sur la nécessité de la formation et de la sensibilisation. Je suggère qu'on y ajoute aussi une bonne dose de régulation, sans laquelle la concurrence mène inévitablement à des crises (et pas que financière !). Merci encore et que le Seigneur te bénisse !

Écrit par : Charlie | 27 octobre 2009

Qui va former les blogueurs qui se piquent de journalisme ? Et qui vous dit qu'ils font oeuvre de journalisme, sinon de la simple écriture et "relation" des faits qu'ils vivent comme le le souligne Hilaire Kouakou.
Tu te demandes, mon cher Yoro, "quel crédibilité accorder à ces nouveaux types de média ," et je suis tenté de te demander quel crédibilité accorder aux médias traditionnels ? Je préfère la multitude d'informations avec les avis divergents que lire les journalistes qui prêchent pour leur paroisse. Comme Hilaire Kouakou, je ne place pas ma foi dans les écrits des journalistes. Ils ne sont pour moi qu'une source de "curiosité" et non point d'information. J'entends par là que tout ce que je lis sert à vérifier mes connaissances ou mes intuitions et sentiments.
Tu as tout à fait raison de dire que la manipulation de l'information n'est pas née avec les blogs. Bien au contraire, la manipulation de l'information, oeuvre des médias traditionnels, a du mal à s'imposer avec la multiplication des blogs. En lisant plusieurs articles, donc plusieurs avis sur le même sujet, nous parvenons à nous faire une idée plus exacte d'une situation donnée. Les radios, les télévisions et les journaux de tendances politiques ne nous livrent que des points de vue partiels. Il me plaît donc de lire l'avis du citoyen perdu dans un coin de France ou de Côte d'Ivoire. C'est cela qui me plaît dans l'information sur le net. En France, dans les journaux, j'aime lire le courrier des lecteurs. On sort du journalisme officiel pour entrer dans la vie quotidienne. Et les blogs servent à cela.

Écrit par : St-Ralph | 01 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.