topblog Ivoire blogs

29 juillet 2009

Les résultats du Bac 2009 procclamés

Le sort des 163.523 candidats du baccalauréat session 2009 est connu depuis hier mardi 28 juillet comme prévu. Les résultats sont catastrophiques. C'est la déception totale. 20,27 %. C'est le taux de réussite à cet examen à grand tirage sur l'ensemble du territoire, contre 30% l’année dernière. Soit seulement 28.487 sur 163.523 candidats qui ont pu avoir leur ticket pour le supérieur.
Dans bon nombre de centres visités, les pleurs et les cris fusaient de partout. Tant les «victimes» étaient nombreuses. Les statistiques l'illustrent clairement.
Sur 200 candidats au bac à Séguéla, 25 ont été admis. Soit un taux de 5,20%. Le plus faible taux enregistré sur l'ensemble du territoire. Quand Yamoussoukro et Dimbokro ont réussi à se démarquer. Elles ont respectivement 29,74% et 29,71%.
Cette année, le moins qu'on puisse dire, c'est que le taux d'absence a été très élevé : 14,05%.
La série C a enregistré le plus grand nombre d'admis. Sur les 6.388 candidats, 5.815 ont été reçus. Soit un taux de 66,26%. Quand la série D, comme cela est de coutume depuis plusieurs années, est à la traîne. Le taux de réussite, le plus faible des 16 séries.
Ces résultats, bien que tristes, ne sont guère surprenants en réalité. En effet, depuis plus de trois ans, les résultats du baccalauréat n'atteignent pas les 45%. Au grand dam des parents qui se saignent, en dépit de la crise financière qui gagne la majorité des foyers ivoiriens, pour scolariser leurs enfants. C'est le lieu également d'interpeller sur la qualité et les conditions de formation qui laissent à désirer.

La série D encore au bas de l'échelle
Depuis plusieurs années, le taux d'échec de la série D est le plus élevé. Cette année, la «tradition» a été respectée. Sur les 99.249 candidats, 11.591 ont été admis. Soit un pourcentage de 13,68. Cette situation, on ne peut plus récurrente, ne laisse personne indifférent. C'est le cas du proviseur de l'un des établissements d'excellence en Côte d'Ivoire, en l'occurrence le Lycée Classique d'Abidjan, M. Sylla. Selon lui, il ne faut pas caresser le problème dans le sens du poil. Lorsqu'il y a problème, il faut agir en identifiant les bases de cette situation. «Le système d'encadrement et l'orientation des élèves sont la base de ce dérapage éducatif», explique-t-il. D'où la nécessité pour lui d'une révision des critères d'orientation, en équilibrant le niveau dans les matières spécifiques et d'une multiplication des établissements scolaires, en insistant sur la qualité de l'instruction.

Les Zones Cno à la traîne

Les zones Centre Nord et Ouest du pays ont encore du mal à retrouver la cadence. C'est le moins qu'on puisse dire. A en juger par le fort taux d'échec enregistré dans ces zones. Tout comme dans les autres villes, la proclamation des résultats du bac 2009 y a suscité la détresse. Elles ont ravi la palme des faibles taux. Sur l'ensemble des 15.206 postulants, ce sont 2.424 qui ont été admis. Le dernier de la classe dans cette session est Séguéla, le plus faible avec un taux de 5,20%. Suivi de 7,53% pour Odienné et Man avec 10,96% de réussite.

Source Le Quotidien

Commentaires

C'est assez triste..mais plus je regarde les resultats de la serie D plus je me dis dans le fond qu'il faudrait comme tu le dis revoir les critères d'orientation car à la vérité la serie D aparrait comme un réfuge pour les elèves qui craignent les matières litéraires et qui ont par la même occasion des lacunes scientifiques..c'est à en croire que la serie D rassemblent des elèves "hybrides" sans aptitudes reelles..

Écrit par : Pinceau | 29 juillet 2009

Les résultats s'amélioreront lorsque professeurs, examinateurs, ministère de l'éducation nationale, se mettront ensemble et oeuvreront pour l'avenir des jeunes. Aujourd'hui, il n'y a que le pouvoir de l'argent qui prime. Classes surchargées, professeurs démotivés ou avec un faible niveau eux mêmes égal à résultats catastrophiques.

Quand de mon temps nous étions 22 par classe, aujourd'hui, vous avez des classes de 50 à 60 élèves. Ensuite, pour palier au manque de base solide à l'élève, les parents qui ont les moyens louent les services d'un "maître de maison".

Quand on a reçu un cours valable en classe, et qu'on prend le temps de reviser chez soi. cela devrait suffire. Ce n'est pas le cas parce que le cours lui même n'est pas complet.

A qui est la faute?

Que font les inspections? Pourquoi le ministère ne fait rien?

TOut reste impuni et la vie continue.

J'en sais quelque chose parce que en 1980 lorsque en classe de première A, nous avons démasqué notre professeur de physique chimie, usurpateur d'un diplome, le proviseur, ancien professeur de physique lui même a préféré donner le cours en binome au lieu de rompre le contrat et de faire un rapport. Résultat, pas de pause récréation pour nous. Obligés d'écouter les mensonges de ce prof avant de suivre celui du proviseur.

Après plusieurs pétitions adressées à l'inspection et un courrier au ministère à Abidjan. La réponse est tombée: pas de dérogation pour une seule classe de côte d' ivoire. Nous étions à la même enseigne que tous les autres qui n'ont eu aucun problème.

Alors nous avec décidé de boycotter l'épreuve de physique. Tous les élèves de première A du Lycéee de BOndoukou, rendaient leur feuille vierge pour l'épreuve de physique chimie.

Grâce à l'enseignement solide que j'ai réçu au CCJF d'Agnibilékro et mon travail personnel, j'ai réussi le probatoire.

Ce n'est malheureusement plus possible de nos jours car même en troisième, 60 pour cent des élèves ne peuvent prétendre ni à un niveau suffisant en langues, ni en maths.

COmment voulez vous qu'ils réussissent le Bac?

Il faut du changement! Il faut vouloir ce changement.

Écrit par : willykean | 29 juillet 2009

Très belle et très intructive analyse.

Écrit par : Gangoueus | 03 août 2009

Le taux de réussite à ce baccalauréat est effectivement inadmissible et même scandaleux. S'il est la marque de la recherche de l'excellence, alors on pourrait même se satisfaire d'avoir le système éducatif le plus rigoureux au monde. Et je dirais, pourquoi pas ?

Malheureusement nous ne sommes pas devant une histoire de recherche de l'excellence. C'est tout simplement parce que la Côte d'Ivoire ne possède pas les structures d'accueil et de formation qu'il faut à une nation en voie de développement qu'elle freine l'élan d'un grand nombre de jeunes en classe terminale.

Que deviennent tous les jeunes sans le bac ? C'est la vraie question qu'il faut se poser. Aucune autre issue ne leur est proposée. Il manque dans le pays des établissements supérieurs d'enseignement professionnel pour former des plombiers, des électriciens, des boulangers, des électroniciens, des hôteliers, des restaurateurs, des menuisiers.... tous les acteurs nécessaires à l'économie du pays pour l'heure entre les mains de ce que nous appelons pompeusement le secteur informel pour ne pas dire secteur de la débrouillardise ou du n'importe quoi. Si ces établissements existaient, le besoin du pays augmentant, le taux de réussite au bac croîtrait. C'est dans ces mêmes conditions que la France a décrété depuis les années 80 qu'elle a besoin de 80 % de réussite au Bac. Et les enseignants sont obligés d'aller à cet objectif malgré le niveau des élèves que nous disons ici très faible.

Donc, quand en Côte d'Ivoire le bachelier pourra choisir une autre filière d'études que l'Université, l'état sera obligé d'augmenter le taux de réussite.

Le proviseur du Lycée Classique d'Abidjan lui, voit dans ce faible taux de réussite une faillite de l'encadrement et de l'orientation. Croit-il sincèrement que le fait de 1) revoir les critères d'orientation, 2) le fait d'équilibrer les niveaux (?), et 3) le fait de multiplier les établissement d'enseignement scolaire (primaires, collèges, lycées) qu'il propose augmentera le nombre d'admis au baccalauréat ? Quand bien même 80 % des candidats auront leur examen suite à l'application des mesures qu'il propose, où l'état mettra tous ces nouveaux bacheliers ? A l'Université ? Tout le monde sait que cela est impossible ; ni en Côte d'Ivoire ni ailleurs dans le monde.

La formation universitaire est-elle la seule façon de gagner sa vie ? Quand on ne nous propose rien d'autre, oui. Mais d'autres voies existent. Nous attendons tout simplement une politique allant dans le sens de la formation professionnelle avant et après le bac.

Écrit par : St-Ralph | 12 août 2009

slt
moi c djama gbalet serge je suis un lyceen.mon centre etait le lycee classiquez de bouake.mon nu,ero de table est 090114274 ; je demande mon resultat s.v.p.merci bonne journee 00225 05153096 ou djamabertrand@yahoo.fr

Écrit par : serge | 02 novembre 2009

j'aimerais avoir la liste des admissibles du bac session 2009

Écrit par : gneki simplice | 10 novembre 2009

merci

Écrit par : Zégou Bi Guessan Olivier | 24 mars 2010

je veux simplement demander a ceux qui composent les sujets de les composer sans qu' il y ait de fautes. comment être dans une salle entrain de composer que des inspecteurs arrivent et disent dans tel exercice il y a une faute. ce n'est pas normal!!!!!!!!! composez les sujets selon les capacités d un élève moyen et retenons tous que le bac n est pas un concours c est juste un examen de contrôle je peux mm dire que c est un devoir!

Écrit par : steph | 28 avril 2010

je croire que l'examen section de buyo a ete tres mal corrioger

Écrit par : issacdrabo | 12 juillet 2010

slt je m apel soumahoro issiaka mon centre etait collège sainte foi d abobo mon numero d table est 091237359 je veux savoir si j ai eté admis

Écrit par : Soumahoro | 16 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.