topblog Ivoire blogs

29 janvier 2009

Etat civil retrouvé !

état civil.JPG

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’Homme, a procédé le mardi dernier au lancement officiel de la phase administrative et judiciaire de l’opération de reconstitution des registres de l’état civil disparus ou détruits, partiellement ou entièrement.

Sur l’ensemble des 700.000 registres de l’état civil, les équipes du ministère de la Justice et des Droits de l’Homme ont réalisé, à ce jour, l’inventaire de 659.465 registres dans les 34 juridictions de la Côte d’Ivoire.

Bonne nouvelle pour nous autres qui sommes nés en zones Cno (Centre Nord Ouest, ex-assiégées). J'ai d'ailleurs beaucoup de mal à me faire des papiers à Abidjan parce que des fois l'on me reclame "un original" de mon extrait d'actes de naissance " datant de moins de 6 mois". Or depuis 2000, je n'en ai plus fait.

Selon les chiffres officiels, "environ 20.000 registres qui ont disparu ou qui ont été détruits, c’est-à-dire que près d’un million d’actes de naissance, de mariage, de décès et autres, ont été détruits ou ont disparus du fait de la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire ou des mauvaises conditions de conservation". Selon le ministre de la Justice, l’opération de reconstitution de ces registres doit prendre fin le 28 février prochain, afin de «donner une seconde chance» à tous ceux dont les registres ont été détruits, d’avoir un acte de naissance pour se faire enrôler.

Pour ceux qui pratiquent le web je vous propose ce site où vous retrouvez le formulaire de recherche et vous pourrez le remplir.

Préparez votre numéro d'extrait d'acte de naissance.
A côté de cela, téléchargez la Fiche de renseignement pour la reconstitution.pdf et le Mode operatoire de la reconstitution.pdf

24 janvier 2009

Les éléphanteaux espèrent gagner par ...calcul

ELEPHANT%20221%20(Large).jpg

Les équipes nationales de football qui réprésentent la Côte d'Ivoire aux compétitions internationales, nous ont désormais habitué à la loi du "gagner par calcul". "Si une autre équipe gagne avec un tel score et qu'une autre perd avec tels nombres de buts, alors on sera qualifié".
Bien souvent, cette logique a fonctionné. Dieu merci. Au point où c'est devenu sotre stratégie de jeu.
J'en tiens pour exemple récent les éléphanteaux qui participent à la Coupe d'Afrique Junior qui se déroule actuellement au Rwanda.
En deux sorties, l'équipe de Côte d'Ivoire a encaissé deux défaites (Contre les Sud-africains 0-1 et face aux Egyptiens 1-2). Pourtant, il leur reste un dernier match à jouer ce dimanche face au Nigéria à partir de 13h30 Gmt (15h30 locales) au stade Amahoro ou stade national de Kigali. Et comme on sait bien le faire, l'heure est au calcul. Voici le scénario sur lequel les jeunes éléphants ont les yeux rivés.

Pour espérer obtenir une place pour les demi-finales, la bande à Gouaméné devra absolument surprendre les Nigérians par deux buts d`écart sans en encaisser. Dans ce cas, les Eléphanteaux devront compter sur une probable chute des Egyptiens qui affronteront les intenables Sud-Africains. Dans ce scénario, ce serait l`Afrique du Sud et la Côte-d`Ivoire qui joueraient les demi-finales.
Si ce n'est pas le cas, les Ivoiriens devront rentrer à Abidjan avec la garantie qu'ils figureront au bas du classement.

22 janvier 2009

Baisse du coût du transport effectif

image.jpg

Mardi dernier au cours d’une rencontre avec la presse, M. Diakité Yacouba, président de la Fédération des syndicats de chauffeurs unis de Côte d’Ivoire (FENASCUCI) rassurait les usagers quand à la baisse du prix du transport urbain. C’était au siège du syndicat à Adjamé. M. Diakité avait à cette occasion, exhorté ses pairs à pratiquer les anciens tarifs du transport. Puis, il a annoncé de nouveaux prix (réduits). Ainsi, selon lui, la ligne Adjamé-Yopougon passe de 250 à 200 FCFA et Adjamé-Yopougon camp militaire à 250 FCFA, au lieu de 300 FCFA. «Nous avons décidé ainsi pour soulager nos clients», avait-il justifié . La FENASCU-CI demandait alors à ses membres d’appliquer respectivement le tarif de 250 et de 200 FCFA pour les distances qui nécessitaient 300 ou 250 FCFA, soit une baisse de 50 FCFA.
«Depuis quelques jours, nous faisons la sensibilisation. Nos délégués sur le terrain seront chargés de veiller à l’application de cette mesure», rassurait le premier responsable de la FENASCU-CI. Et M Diakité qui prévenait : «Tous ceux qui ne respecteront pas ces nouveaux prix subiront la rigueur de la loi».

Ce matin, un petit tour dans certains quartiers m'a permis de constater que les nouveaux prix sont appliqués dans ces quartiers. Notamment dans la commune de Cocody, d'Adjamé, du Plateau et (selon certains amis) de Yopougon et d'Abobo.
C'est l'occasion de saluer les transporteurs qui ont vu la nécessité d'une telle mesure. D'autant plus que les tarifs entre les différentes villes connaissent, eux aussi, une baisse. Ainsi, par exemple pour aller désormais d’Abidjan à Adzopé, il faudra débourser 1200 FCFA, au lieu de 1500 FCFA. Le coût du trajet Abidjan-Abengourou passe, lui, de 4000 à 3500 FCFA.

C'est l'occasion aussi de nous tourner vers les commerçants et autres vendeurs qui prétextaient le coût élevé du transport pour "gonfler" les prix de leurs marchandises. C'est à eux désormais de faire le dernier pas pour soulager totalement les populations.

21 janvier 2009

L'investiture d'Obama vue par la Blogosphère Ivoirienne

mon blog.JPG

Ils ont suivi avec attention l’investiture du nouveau président américain. Chacun y allant de son commentaire. Chacun y mettant son émotion.
C’est Fernand Dindé qui parle de «Moments historiques et chargés en émotion». Pour lui cette cérémonie a été «marquée par un discours (qu’il a trouvé), personnellement, extrêmement pragmatique».
«Barack OBAMA commence par reconnaître son humilité face à l’immensité des défis à relever. Il nous fait, une fois de plus comprendre qu’il est le Président des américains, de tous les américains, et pas celui du monde entier (ce que nous devons tous saisir), même s’il indique clairement à tous les fauteurs de trouble de la terre qu’il «prendra la main à tous ceux qui ouvriront leur poing pour la lui serrer», souligne ce blogueur. «Nous trouvons en lui, en tant qu’africains, un puissant exemple de persévérance, de travail, de réussite et de réalisation», ajoute t-il.
Une autre blogueur Willi , partage avec les internautes un extrait de la vesrion française du discours de Barak Obama. Soulignant par la suite dans un autre post qu’à peine investi, «le président des Etats-Unis Barack Obama a demandé la suspension des procédures judiciaires devant les tribunaux d'exception de Guantanamo pendant 120 jours».
Pour sa part, le blogueur Richman Mvouama ne manque de faire remarquer que «pendant 5 minutes l'Amérique n'a pas eu de Président». «Obama a prêté serment à 12h 05 heure locale, au lieu de 11h 57 comme cela était prévu au programme», écrit-il avant de souhaiter un «plein succès au nouveau président sans être débordant de fanatisme comme certains».
Hilaire Kouakou, le médécin-blogueur se demande de son côté «si la grande classe politique Africaine pense, un seul instant, qu'elle peut en faire autant». Accepter une alternance.
«Un candidat de l'opposition peut remporter les élections et se voir installer au pouvoir pour servir la nation, ça c'est au Ghana.
Un candidat issu de la minorité raciale, peut remporter une élection et se voir installer à la maison blanche par tous (comme aux Etats unis).
Je les entends tous, faisant des éloges et puis je me dis, peut être que du fond de leurs coeurs , ils maudissent cette alternance...C'est bien dommage»
, écrit-il.

20 janvier 2009

Le prix du ciment baisse

ciment.jpg
Le ministre ivoirien de la Construction, de l'Urbanisme et de l'Habitat, Marcel Amon-Tanoh, a annoncé lundi à Abidjan une baisse de 3.000 FCFA (4,6 euros) sur le prix de la tonne de ciment dès mardi, sur l'ensemble du territoire national.

La tonne du ciment grande consommation (CPJ) passe de 76.900 FCFA (117 euros) à 73.900 FCFA (112,6 euros) hors taxe (HT) tandis que le ciment (CPA) passe de 89.500 FCFA (136,4 euros) à 86.500 FCFA (132 euros) HT ex-usine, soit une baisse de 3000 FCFA, selon le ministre.

"Le gouvernement invite les revendeurs à répercuter ces nouveaux prix dans les stricts limites et efforts consentis par les cimentiers", a M. Amon-Tanoh, précisant que cette baisse est intervenue à la suite d'accord-partie entre le gouvernement et les cimentiers.

Suite à l'augmentation du coût du fret maritime, le prix du ciment a connu une hausse de 20% en juillet 2008, passant de 64. 000 FCFA à 76.000 FCFA.

Source

16 janvier 2009

Quand le Djembé* conquiert les States

percu.JPG

Dr Djobi. A l'état civil il s'appelle DJO BI Irie Simon. Il est Gouro (une ethnie du centre-ouest de la Côte d'Ivoire). Aujourd'hui, il vit aux Etats Unis d'Amérique où il exerce comme professeur de percussion dans plusieurs écoles.
Ce musicologue et enseignant de rythme est le fondateur de l'ensemble Bongofla Music.
Vous pouvez voir (au son d'une "percu") son parcours en vous rendant sur son site.

*Autre nom du "tam tam africain".

Pourquoi une PME doit avoir un blog ?

Depuis la création de "Ivoire-blog", on parle de plus en plus de blogs en Côte d'Ivoire. Pourtant ceux qui pourraient profiter des blogs sont les PME. Avoir un blog professionnel peut être des avantages importants qui peuvent avoir des répercussions (positives) sur les revenus de ces Petites et Moyennes Entreprises. (C'est aussi valable pour les grosses boîtes).

Je vous propose de découvrir "10 raisons concrètes pour lesquelles une PME doit avoir un blog" proposées par Eric Dupin.
Des conseils qui peuvent servir à la "communauté" des PME de Côte d'Ivoire.

15 janvier 2009

Le corps judiciare de retour au nord

PRIMATU3%20(Large).jpg

Le ministre de la Justice Mamadou Koné a participé jeudi à une cérémonie à Bouaké (centre)pour marquer le redéploiement du corps judiciaire dans le nord, contrôlé depuis six ans par l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN).
"Nous sommes venus vous dire que l'administration judiciaire est en route. Ce redéploiement est une réalité", a déclaré le ministre en installant officiellement une quinzaine de magistrats et auxiliaires de justice au palais de justice de Bouaké, fief des FN.
Une soixantaine de magistrats et 140 auxiliaires de justice, sur un total d'environ 380 personnes à redéployer, "prendront fonction dès la semaine prochaine" dans le nord, a-t-il ajouté.

Six des 10 tribunaux et les 11 prisons que comptent les zones FN ont été "réhabilités", a souligné M. Koné. Une autre cérémonie était prévue jeudi après-midi à Bouaké, pour marquer le retour de l'administration financière dans le nord.

Le jeudi 15 janvier est la date-butoir fixée par le dernier accord de paix, conclu en décembre 2008, pour le retour à l'unicité des caisses de l'Etat et le redéploiement des agents de la fonction publique civile.

(Source AFP)

Pas de baisse des prix du transport

Gbaka%20(Large).jpg

Brym m'avait prévénu que les transporteurs ne baisseraient rien. Et il n'avait pas tord. Malgré ce deuxième effort du gouvernement de diminuer le prix de l'essence à la pompe, les transporteurs eux, à l'issue d'une réunion ce jour, ont décidé de camper sur leur position. Celle de ne pas baisser le coût du transport.
Ils souhaitent que les prix initiaux avant l'augmentation à la mi 2008 soient remis en place. C'est une bonne révéndication. Mais en attendant, ces fameux prix ont connus deux réductions. Pourquoi ne pas en faire autant ? Surtout que les prix des denrées alimentaires sont fortement influencés par le coût du transport.
Les transporteurs doivent revoir leurs positions. A moins qu'il y ait une main politique qui les retient.
C'est d'ailleurs une belle occasion pour les consomateurs de se faire entendre d'une seule voix pour reclamer une diminution des tarifs des transports urbains.

Synthèse d'une "Chronique Ivoirienne"

Banniere_ChroniqueIvoirienne09FIN.jpg

10 articles et une vingtaine de photos. Voici le bilan (technique) à grand traits de cette collaboration franco-ivoirienne.
Une belle aventure qui nous a amené à travers des communes d'Abidjan. Cocody, Riviera, Adjamé (où ont a été braqués à ...la lame) Abobo, treichville.
Mais aussi à Bouaké et Korhogo pour ce qui est des villes de l'intérieur.
A la fin d'une telle aventure aussi palpitante que retenir ? Je vous propose notre syntèse dont vous pourrez lire plus bas un extrait.
"(...)Ce voyage nous aura permis de ressortir les clichés exacts sur la cohabitation entre ces jeunes. «En Côte d’Ivoire, il n’y a pas d’opposition entre jeunes du nord et ceux du sud. Il n’y pas de conflits entre les jeunes chrétiens (catholiques, protestants, évangélique…) et jeunes musulmans», nous confiait un responsable des Forces nouvelles (ex-rébellion). Ce dernier est originaire de la région du président actuel ivoirien.
Selon plusieurs témoignages entendus ça et là, la crise ivoirienne a des origines lointaines et multiples. Portant, elle touche (gravement) la population ivoirienne d’aujourd’hui. Une population qui est en majorité jeune. «Le chômage, la baisse du taux de réussite aux examens, la corruption, l’avancée du Sida et de l’analphabétisme dans certaines zones du pays, la drogue, la prostitution etc.», sont les maux qui meublent le quotidien des jeunes ivoiriens.
Pourtant, ceux-ci croient au chemin de la paix qui a été tracé depuis le 4 mars 2006 avec l’Accord Politique de Ouagadougou..."


Vous pouvez lire entièrement nos derniers pas et voir les photos inédites sélectionnées par Camille.

Grand merci à Jeanne et Baptiste de Afrique in Visu de nous avoir offert GRACIEUSEMENT cet espace pour faire passer notre "Chronique Ivoirienne".

Le clin d'oeil d'AfricaNews

A lire...

09:00 Publié dans A l'honneur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : yoro, bobs, africanews

14 janvier 2009

Enfin la baisse du prix de l’essence

Bonne nouvelle. Les prix du carburant vont baisser. C’est ce qui a été annoncé au journal de 20 heures sur la première chaîne de télévision ivoirienne.
Ainsi le super sans plomb passe de 690 à 650 francs, le gas-oil de 625 à 575 francs et le pétrole de 470 à 450. Tous les prix baissent (sauf ceux du gaz). Une mesure qui entre en vigueur dès le vendredi 16 janvier prochain.
Les consommateurs s’attendent à voir les prix des transports suivre le mouvement ainsi que les prix des denrées alimentaires. Attendons pour voir !

Mauvais ménage entre les enseigants et leur ministère

Img0010.JPG

Le torchon brûle à grandes flammes entre les enseignants du secondaire et le Ministère de l’éducation nationale. Le différend porte sur une décision ministérielle (N°0003/MEN/DRH/SDPES) «portant mutation d’office des enseignants grèvistes du secondaire au titre de l’année 2008-2009».
Cet épisode à des origines qui remontent à l’année dernière.
Flash back donc sur une le début d’une crise à l’issue incertaine.

Tout commence le 13 aout 2008 par un arrêté interministériel (N°9482 du 13 août 2008 portant dépositions transitoires d’application du décret n°2007-695 du 31 décembre 2007) qui en ces articles institut la définition des grilles salariales du personnel enseignant. En substance, cet arrêté revalorise la situation des enseignants du secondaire et leur donne la possibilité d’avoir un profil de carrière. Et donc par voie de conséquence, l’amélioration de la grille salariale. Une décision signée et cachetée par les ministres de la fonction publique et de l’emploi, de l’éducation nationale, l’enseignement technique et la formation professionnelle, de la culture et de la francophonie, de la famille de la femme et des affaires sociales et de l’économie et des finances. Une décision dont le contenu devait être fin prêt au soir du 31 août 2008 comme le stipule l’article 16 dudit arrêté. «La définition ci-dessus en liaison avec le Ministère de l’économie et des finances devra être achevée au plus tard le 31 aout 2008 ; période à laquelle la date de prise en compte des effets financiers sera déterminée».

Les enseignants semblent accueillir une telle décision avec joie et ceux-ci espèrent voir son accomplissement. Mais les jours passent et plus rien. Le 1er septembre 2008 rien est encore déterminé et aucune mesure réelle n’est mise en place pour concrétiser ce qu’annonçait l’arrêté interministériel.
C’est dans cette ambiance qu’un décret (N°2008-251 du 11 septembre instituant une prime d’incitation et d’indemnités en faveur des fonctionnaires et agents du ministère de la fonction publique et de l’emploi) est signé par le Président de la république, Laurent Gbagbo «sur rapport conjoint du ministre de la fonction publique et de l’emploi et celui de l’économie et des finances». Ledit décret ne tient pas compte de ce qui avait été annoncé dans l’arrêté signé au mois d’août. Quid de la revalorisation salariale ? Quid du profil de carrière des enseignants du secondaire, se demandent les enseignants. Le décret n’en parle pas. Au contraire, il annonce des primes d’incitation (?). Un décret qui selon son article 6 «prend effet à compter du 1er avril 2009».

Les enseignants sont mécontents et se sentent trahis. Eux qui avaient vus dans l’arrêté interministériel une lueur d’espoir. Ils se rendent à l’évidence que ce «lait et ce miel» ne sont pas (encore) à l’ordre du jour.
De la voie de la CES-CI (Coordination des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire), ils déposent un premier préavis de grève le 15 septembre 2008 pour demander «la détermination immédiate des nouvelles grilles de salaires et la date de prise en compte des effets financiers». Par ce préavis, les enseignants du secondaire entendent observer un arrêt de travail à compter du «mardi 7 au Jeudi 9 octobre 2008». Le ministère de la fonction publique et de l’emploi à qui est soumis ledit préavis reste sourd à cet avertissement.
Les enseignants du CES-CI reviennent à la charge avec un deuxième préavis à la date du 4 octobre 2008. Cette fois-ci, ils promettent de mettre à exécution leur plan d’arrêt de travail de 72 heures à compter du 14 au 16 octobre 2008.
Une grève qui semble t-il a été largement suivie sur toute l’étendue du territoire. Pendant trois jours donc, les cours sont arrêtés.
Le ministère de l’éducation nationale promet alors de sanctionner les enseignants grévistes.
Et tout commence par la rétention des salaires des responsables du Bureau Exécutif de la coordination et même ceux des bureaux locaux.
Puis le 6 janvier dernier, survient la décision ministérielle par laquelle des responsables du Bureau National et des Bureaux Locaux (exclusivement en poste à Cocody, commune présidentielle) sont mutés dans des zones ex-assiéges (Toulepleu, Bloléquin, Grabo , Guiglo à l’ouest, Tiébissou, Didiévi, Bocanda au centre et Bondoukou dans l’extrême Nord-Est). (Téléchargez la liste des enseignants mutés et leurs nouveaux lieux d’affectations en cliquant sur Img0012.JPG).

Au regard de cette dernière décision, le CES-CI mobilise ses membres qui signent une lettre de protestation déposée à la présidence, à la primature, au ministère de la fonction publique, au ministère de l’éducation nationale, aux ambassades et aux Organismes des Droits de l’Homme. Cette lettre réclame «l’abrogation» de la dernière décision et demande «le maintien en place des enseignants concernés». Aussi préviennent-ils, d’observer un arrêt de travail du lundi 12 au vendredi 16 janvier 2009.
Le CES-CI qui revendique en son sein 80 % des enseignants entend mettre à exécution cette grève si rien n’est fait d’ici là. Selon les informations reçues, les cours se seraient arrêtés dans la plupart des établissements secondaires de la ville d’Abidjan (et plus particulièrement ceux de Cocody). Selon un des responsables de ladite coordination, les villes de l’intérieur vont également leur emboîter le pas d’ici quelques jours, histoire d’apporter leurs soutiens.

Les derniers développements de cette crise entre la CES-CI et le ministère m’emmènent à m’interroger et à faire les analyses suivantes.
Doit (peut)-on utiliser la mutation comme moyen de sanction à des enseignants grévistes ? Le constat que je fais (sans prendre parti) c’est que les enseignants concernés ont suivi le cheminement légal concernant la grève. Pourquoi les sanctionner alors ? Le droit de grève est-il toujours "légal" en Côte d’Ivoire ?
Pourquoi sanctionner 8 personnes uniquement et pourquoi la commune de Cocody seulement ? L’enseignement secondaire se limite t-il à cette commune d’Abidjan ? Et les autres qui ont suivi la grève ? Voilà autant de questions que je me pose.
Le constat est qu’en Côte d’Ivoire en général, on n’attend toujours que les grèves dégénèrent avant de réagir. L’on a encore en souvenir la grève des médecins qui a occasionné plusieurs morts. A l’issue de cette grève, le décret annonçant la revalorisation de leur salaire a suivi.
Dans un pays où la cherté de la vie est devenue un style de vie, les enseignants demandaient certainement que leurs conditions de vie soient améliorées. Si l’Etat n’a pas les moyens, pourquoi annoncer une décision d'amélioration de leurs salaires ? Une décision rappelons-le, signée par 7 ministres de la République.
L’heure est peut être au dialogue.
Après avoir rencontré les enseignants volontaires de Korhogo, je puis vous affirmer qu’il n’est point dans l’intérêt de nos enfants que les enseignants observent des grèves à répétition. Dans un système éducatif fortement paralysé, n'en rajoutons pas davantage.

Entrevue sur Média d'Afrique

Chaque mardi, la 2e partie l’émission Média d’Afrique de Rfi est entièrement consacrée à l'actualité des médias subsahariens. Sarah Sakho et Alain Foka ont bien voulu s’entretenir avec moi. Je vous propose d’écouter donc.

podcast


Petite question.
Selon vous, dans un contexte où le phénomène du blogging n’est pas très développé, comment le blogueur pourrait-il vivre de son «art» en attendant «un réseau publicitaire» pour les blogs comme en Afrique du sud ?

13 janvier 2009

Peintres sur toile

_MG_5492.jpg

A 29 ans, Joseph Silué est un artiste accompli. Il fait de la peinture sur toile. Une activité qu’on retrouve dans la plupart des villages de Korhogo (nord de la Côte d'Ivoire). Une activité dont les artisans ne sont pas toujours connus.
Au "Centre Artisanal des Peintres sur Toile de Korhogo" où nous avons rencontré Joseph, nous avons été frappés par la qualité du travail.
La p(t)einture utilisée par les artisans est fabriquée à base de feuilles ou d’écorces d’arbre. Pour le tissu, il est fait à la main par les tisserands de Waragnélé (le célèbre village de tisserands). Un vrai travail d’artiste. Les motifs, eux, sont laissés à l'imagination des concepteurs. Animal, case, masque etc... Toutes les tendances s'y retrouvent.
Tous ces artisans qui au départ travaillaient dans leurs villages respectifs ont décidé de se regrouper en association afin de faire face aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent. Difficultés dues en majeur partie à la crise.
Dans cet entretien, Joseph Silué, le Secrétaire général de ladite association, nous explique comment les artisans ont quitté les villages pour s'installer en ville. Il nous dit aussi comment après avoir (sur)vécu pendant les années de crise, ils se regroupent en association.

podcast


12 janvier 2009

Débat autour des rébellions

Je vous propose de lire l'analyse de Théophile suite à notre dernière chronique ivoirienne.

08 janvier 2009

Une vie de rebelle

Banniere_ChroniqueIvoirienne09.jpg


Et voilà, notre dernière "Chronique Ivoirienne" est en ligne. Au menu, un portrait exclusif d'un rebelle ivoirien. Sans vouloir être démobilisé et par la force des choses, il est aujourd'hui vendeur d'essence.

06 janvier 2009

La Maca comme dans "Prison Break"

maca4.jpg

Les évasions sont devenues réccurentes à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca). Un autre épisode de cette série d'évasion de la seule prison d'Abidjan s'est déroulé hier.

Sept détenus se sont évadés lundi de la prison d'Abidjan en profitant d'un "retard dans la relève des équipes" de surveillance,a annoncé mardi l'administration pénitentiaire. "Ce lundi 5 janvier 2009 aux environs de 13 heures, sous une pluie battante, profitant d'un retard dans la relève des équipes, un groupe de détenus s'est dirigé vers un mirador" pour s'évader, indique dans un communiqué le directeur de l'administration pénitentiaire Mahomed Coulibaly.

"Se servant d'une barre de fer, ils ont cassé le cadenas de la porte d'entrée de ce mirador et s'y sont engouffrés pour s'évanouir dans la forêt du Banco" contiguë à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca),souligne-t-il.

Selon M. Coulibaly, "plusieurs équipes des forces de l'ordre sont activement à pied d'oeuvre tant dans la forêt du Banco qu'aux alentours en vue de les retrouver".
"La détermination et l'engagement des équipes de recherche nous rassurent quant à la reprise imminente des évadés comme ce fut le cas" après une mutinerie survenue mi-décembre 2008 à la Maca, ajoute-t-il.

A la suite de cette mutinerie, deux détenus avaient trouvé la mort et cinq autres avaient réussi à s'évader, dont trois ont été repris, selon l'administration pénitentiaire. Construite en 1980 pour accueillir 1.500 détenus, la Maca accueille aujourd'hui quelque 5.000 prisonniers.

Source AFP

05 janvier 2009

Pluie (surprise) d'Abidjan

Si vous êtes à Abidjan, n'oubliez pas de sortir avec un parapluie. Car la météo est bien capricieuse ces derniers temps. Nous nous sommes faits surprendre aujourd'hui.
Je vous donne quelques images de ce que c'était. Il était 13 heures.

IMG_0023.jpg

IMG_0024.jpg


IMG_0026.jpg



Dans l'univers des soldats démobilisés

Banniere_ChroniqueIvoirienne08.jpg

Je vous propose de partager la vie de deux types d'ex-combattants. Ils sont aujourd'hui démobilisés. C'est à dire qu'ils ont décidé de laisser armes. Seulement , il y a ceux qui ont pu être réinsérés et ceux qui attendent (encore).
A lire dans notre septième Chronique Ivoirienne.

02 janvier 2009

Un acteur ivoirien dans "24 heures Chrono"

isaach9.jpg

Le monde entier attend avec impatience la prochaine sortie officielle de la septième saison de la série à succès "24 heures Chrono".
Avec comme acteur principal Jack Baueur (Kiefer Sutherland) cette saison intitulée "Redemption" se déroule en Afrique. Au nombre des acteurs importants à côté de Kieffer et Carlos Bernard (Tommy Almeda) - qui seront opposés - il y a l'ivoirien Zachari Bankolé alias Isaac de Bankolé.
Né le 12 août 1957 à Abidjan de parents originaires de Porto-Novo au Bénin, qui ont émigré en Côte d'Ivoire, il arrive à Paris en 1975, où il entreprend une maîtrise en mathématique. Il commence le cinéma en 1986 avec Black Mic-Mac de Thomas Gilou pour lequel il obtient le César du meilleur espoir masculin en 1987.
En avril 2007, il reçoit la distinction de chevalier de la Légion d'honneur.
Conjoint de la chanteuse de jazz américaine Cassandra Wilson Isaac de Bankolé va jouer dans de nombreux films dont le dernier 24 heures Chrono qui sort en ce mois de janvier aux Etats Unis.
Dans cette série il joue le rôle du premier ministre Matobo.

A savoir aussi sur lui

(Source Telenov@)

Les Unes qui font honte

C'est une scène que beaucoup d'Abidjanais vivent tous les matins.
Ce matin donc je sors et je vais acheter le journal quand je me rend compte que les journaux pornographiques occupent un espace assez voyant sur le "tableau d'affichage".

IMG_0105.jpg

Pourquoi exposer de tels journaux quand on sait qu'il y a des enfants qui passent par là ?

A la rencontre des enseignants volontaires de Korhogo

Banniere_ChroniqueIvoirienne07.jpg

C’est dans le nord du pays, à environ 600 kilomètres d’Abidjan, à Korhogo – une ville située en zones ex-assiégées (par la rébellion) – que nous avons été confrontés à d’énormes difficultés. Dans notre souci de mieux connaitre l’univers de ceux qu’on appelle «enseignants volontaires», nous avons été freinés net par des questions de procédures. Lesquelles cachaient en réalité la peur et la crainte face aux hommes des médias. Tandis que certains nous prenaient pour des espions, d’autres estimaient qu’on n’était pas une «presse de grand calibre». Qu’importe ! Nous avons pu avoir un entretien avec lesdits enseignants et comprendre un petit peu leurs parcours. Mais au prix de combien de difficultés.

Lire la suite dans notre sixième "Chronique Ivoirienne".