topblog Ivoire blogs

24 octobre 2008

Enlèvement d'enfants : A la poursuite d’une (folle) rumeur

P1150851.JPG

Dans un souci de vérifier l’information d’enlèvements d’enfants qui a fait le tour d’Abidjan aujourd’hui, nous nous sommes rendus dans la populaire commune d’Abobo.
Il est un peu plus de 13 heures quand nous arrivons à Abobo-Baoulé, un quartier de ladite commune. Nous prenons des renseignements sur «l’école La Fontaine» où il semblerait qu’il y ait eu les enlèvements. On nous informe que c’est dans un quartier plus loin… «à Belleville», sur la route d’Alépé. «On ne sait plus à qui se fier, sinon je vous aurais accompagné», affirme l’homme avec qui nous prenons les informations. Nous décidons de nous rendre à "Belleville". La route est terriblement boueuse et dégradée. Mais nous sommes convaincus de trouver l’école. Alors nous fonçons au risque même de nous enfoncer dans ces "marécages" en plein Abidjan.
Une fois dans le quartier nous nous renseignons. «Je connais l’école mais je ne peux pas vous accompagner», affirme apeuré, un riverain. Nous prenons les «service d’un guide» qui prétend connaître l’endroit. «"La Fontaine", c’est dans un autre quartier appelé "Clohétcha"».
Nous reprenons la route en direction de la nouvelle destination où l’école pourrait être localisée. Chemin faisant, nous demandons de part et d’autre. Plus on approche de Clohétcha, moins les gens sont renseignés. Au finish, au nous indique «la grande mosquée du grand rond point d’Abobo». C’est un endroit célèbre situé près de la mairie de la commune la plus peuplée d’Abidjan.
Une fois sur le lieu, point de «La Fontaine». Renseignements pris auprès de certains habitants des entourages, l’école serait dans un autre quartier... sur la route d’Adjamé.
Nous nous rendons à l’évidence "ça tout l'air une rumeur".

Panique dans les écoles
Pourtant, dans les différentes écoles que nous avons rencontrées, les parents d’élèves sont venus chercher leurs enfants. «Il semblerait que les gens enlèvent les enfants dans les écoles aujourd’hui», affirme une femme. Elle a été alertée par un coup de fil. «J’ai une amie qui m’a dit qu’on enlevait les enfants donc je suis venu chercher les miens», lance t-elle le regard inquiet, guettant l’entrée du portail du collège «Saint Joseph d’Abobo».
Les élèves sont donc libérés sur le coup de cette rumeur. Un éducateur du Collège Saint-Viateur de la riviera – où des élèves auraient été aussi enlevés – joint au téléphone révèle que «c’est sous la pression des parents» qu’ils ont été contraints de demander aux élèves de rentrer chez eux. «Il n’y a jamais eu d’enlèvement chez nous. Mais depuis ce midi, les parents d’élèves ne cessent de nous appeler pour réclamer leurs enfants».
C’est la psychose partout.
Pourtant, nous avons pu constater à tous les carrefours de la commune d’Abobo, une présence prononcée des éléments de la police nationale. Chars, cargo, véhicules d’interventions, casques et boucliers anti-émeute etc. Tout y était ! Un officier du Centre du commandement des Opérations de Sécurité (Cecos) nous confirme qu’il s’agirait bien d’une rumeur. «Nous avons reçu une trentaine d’appels depuis cet après midi. Mais dans toutes les écoles où on nous a dit que les faits se sont déroulés, ni les gardiens, ni l’administration ne sont informés», indique t-il.

En fin de compte, la thèse de la rumeur est la plus plausible en ce qui concerne les enlèvements d’aujourd’hui. Pourtant, il faut avouer que ces derniers temps elle est devenu trop récurrente. Pourquoi ?

Commentaires

je pense que tu aurais du faire cette vérification avant de poster ton précédent message concernant cet enlèvement. Pour moi un journaliste doit vérifier ces dires avant de lancer les infos.

Écrit par : dimitri | 24 octobre 2008

C'est bien ce que je craignais. Merci pour tout le temps que tu as passé à aller chercher la bonne info. Tel que les gens en parlaient à tous les carrefours ces derniers temps, je savais que ça allait finir par une psychose de ce genre. Je pense qu'il y'a certainement eu des faits de ce genre, mais l'exagération a pris le dessus.

Repose toi bien. Reconnais au moins que ça t'as permis de mieux connaitre Abobo. Je passe l'info chez moi.

Conclusion: Pas de panique. Soyons sereins, mais vigilants.

Écrit par : Richman | 24 octobre 2008

@ Richman,
tu l'as dit. J'ai découvert des endroits que je ne connaissais pas.
Ce qui m'a le plus frappé c'est comment cette info s'est repandue. Et je me suis rendu compte de la psychose en faisant un tour dans la commune de Cocody (au moyen d'un transport en commun). Toute la ville en parle. Chacun avec sa version. Chaque école a reçu la visite des ces "enleveurs d'enfants". CSP, la Farandole, lycée de jeunes filles de Bingerville.
C'est vrai que ces choses existent mais l'ampleur de ce jour... c'est un peu exagéré

Écrit par : Yoro | 24 octobre 2008

Bonjour,

J'interviens ici sans avoir vérifié les informations moi non plus. Mais Ma mère affolée m'a appelée hier pour m'informer de la nouvelle. A ce que je vois, vous êtes allés à la source ou du moins à une des sources. Beaucoup parlent de 12 enfants enlevés à Gesco, y êtes vous allés?

J'avoue que je n'ai aucun moyen d'attester ce que l'on m'a rapporté mais deux de mes neveux ont déjà été enlevés par des individus peu recommandables. Sans aller loin, l'une des voisines était de mèche avec les aggresseurs. Elle aurait désigné mon neveu de 4 ans pour accompagner un monsieur qui cherchait son chemin, et ce dit Monsieur a été intercepté à la riviera avec l'enfant en train de s'éloigner vers la palmeraie sur la route de bingerville.

Le deuxième méfait venait d'une femme, toujours dans le voisinage qui ne pouvait pas avoir d'enfant, elle a enlevé la petite en plein marché et à fini par la remettre dans la rue vers 6 heures le soir car l'enfant bien dressée par sa mère, ne voulait ni boire ni manger et qu'elle a presque harcelé la dame pour rentrer chez sa mère. Tout est bien qui finit bien. Des rumeurs vous dites, mais je reste vigilante même de loin et je vous suggère de vérifier toutes les sources sans exception, pas seulement une partie. Car à Gesco, ces parents qui ont retrouvé le corps de leurs enfants mutilé, sont loin de se contenter des conseils de vigilance.

Ne faisons pas comme ce guerrier qui, appelant au secours pour tester la fidélité et la bravoure de ses soldats a fini par les exaspérés.

Il les rassurait à chaque intervention pour dire," ne craignez rien, c'est juste un essai, il n'y a pas d'énnemi"

Lorsqu'il a appeleé pour la énième fois à l'attaque, l'ennemi est là, personne n'a bougé. Il a beau crié ;"à l'aide, on m'assassine", les autres ont continué leur route et le pauvre guerrier est mort seul face à l'ennemi.

Les rumeurs sont ce qu'elle sont. Mais mieux vaut se fier à un quart des rumeurs plutôt que à rien du tout.

Écrit par : willykean | 25 octobre 2008

Rumeur d'Abidjan? Difficile d'y rester indifférent! Néanmoins, il ne faudrait pas balayer du revers de la main ces dires, on est en Afrique après tout...
J'ai "titrologué" assez rapidement sur Abidjan.Net, et on parle de 2 morts...

Écrit par : zwan | 25 octobre 2008

oui j'en suis tres certain qu'il y a des enlevement parce que s'il y en avait qui l'aurais di

Écrit par : waota | 27 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.