topblog Ivoire blogs

29 août 2008

Une femme "accomplie"

PORTRAIT
constance 1.jpgMicro à la main, la voix débordante de joie et d’harmonie, le sourire captivant, Constance Coumoin épouse Aman, séduit la salle du palais des congrès de l’hôtel ivoire qui est devenue soudainement silencieuse. Au cours de ce concert «en faveur des enfants victimes de l’ulcère de burili», «la chantre de l’Eternel», séduit par son talent que lui connait depuis près de deux décennies la Côte d’Ivoire entière.
Plus connue sous le nom de «Constance Aman», celle qu’on surnomme «la pionnière de la musique chrétienne» ne captive pas uniquement que par sa voix. Sa vie quotidienne est un modèle pour toutes les autres femmes. Elle est une «femme totalement accomplie», ne manque pas de dire son ancien manager, Ambroise Kouassi.
Constance au-delà de la voix, allie sa profession d'enseignante à son statut de femme mariée et sa vie d’artiste chantre.


Une «prof» dévouée
«Constance m’a marqué le premier jour de classe», se souvient Agathe Angouan ancienne élève au Cours Secondaire Protestant du Plateau (centre des affaires d’Abidjan). «Elle nous a assuré que si nous avions des problèmes (en dehors des cours) elle serait à notre écoute», témoigne un autre de ses anciens élèves. Le témoignage de sa disponibilité retentit également chez ses collègues.
Professeur d’anglais, elle ne manque pas de dire que «le plus important c’est d’être utile aux autres».
«Les élèves ont parfois des problèmes psychologiques, moraux ou même spirituels. Notre rôle en tant qu’enseignant est de dispenser les cours certes, mais c’est aussi et surtout de leur apporter notre aide dans d’autres domaines», soutient Constance.

Mariée et mère
Constance est mariée depuis 1995 à Aman Serge. «Son homme à tout faire», lance t-elle fièrement. Loin d’elle l’idée d’être celle qui "porte la culotte" dans le foyer. Car pour elle, la soumission de la femme envers son mari est «l'une des clés du succès d’un couple».
Quand à son «homme à tout faire», il justifie cette qualification – qu’il prend «avec beaucoup de joies». «Je suis son arrangeur, son pianiste, son producteur, le directeur du studio dans lequel elle enregistre tous ses albums… et puis je suis son mari», lance t-il avec un brin d'humour.
Pour ce dernier, Constance sait toujours accorder du temps à sa famille. Une famille qui s’est d’ailleurs élargie depuis quelques années.
Trois enfants à l’actif du couple. Mais entre son époux, ses trois enfants et son boulot, «la pionnière» arrive à s’en sortir et à se consacrer parfaitement à chaque chose. «Une femme de façon traditionnelle doit être organisée. En plus, si elle est chantre, enseignante et épouse-mère (…) elle se doit encore plus de rigueur dans la gestion des choses pour ne pas défavoriser un domaine», explique t-elle.
En plus de son organisation pointue, Constance compte «sur la grâce de Dieu». «C’est pour cela que le titre de mon dernier album s’intitule "Je puis tout", précise t-elle. «Il n’y a que Dieu seul qui peux me donner la force et les moyens de faire tout cela.

Constance.JPGUne vie désormais consacrée à Dieu et à son ministère.
Constance ne peux faire une phrase sans parler de son «Dieu» à qui elle doit tout selon elle. «J’ai traversé beaucoup de périodes difficiles mais aussi des périodes de joie et je peux dire que Jésus est le centre de ma vie», témoigne t-elle.
Son ministère de chantre elle l’a commencé il y a presque deux décennies.
Issue d’une famille chrétienne évangélique, Constance s’est très jeune convertie et a commencé à chanter pour son Dieu.
Son talent est tout de suite détecté par un jeune manager, Ambroise Kouassi. Ainsi en 1989, il l’aide à enregistrer son premier album en duo et en 1990 elle prend son envol avec son premier album solo «Louez l’Eternel». Cet album est un franc succès et les échos de sa notoriété franchissent les pas des frontières de l’Afrique de l’Ouest jusqu’à l’Europe où elle est invitée pour une tournée des années plus tard.
De 1990 à 2008, elle enregistre au total 8 albums dont un single, un album live et offre aux mélomanes ivoiriens un concert historique en 2006 au palais de la culture de Treichville.
Son style est un mélange de musique africaine et de Jazz-bossa.
Constance après un long chemin, décide de s’engager à plein temps pour son «Père» et démissionne de son statut d’enseignante pour se «consacrer à Dieu» par la chanson. «Vous savez, le temps est venu où je dois me consacrer entièrement à l'oeuvre de Dieu. Je pense que c'est le temps de Dieu», affirme t-elle sans regret. Son mari lui a donc permis d’avoir une organisation qui gère désormais sa carrière.
Aujourd’hui elle assume sa décision qui lui réussi bien d’ailleurs.

Un œil sur la société
La «chantre de l’Eternel» est très sensible à ce qui touche à son pays. Les différents fléaux, crises ou problèmes, elle les vit aussi et n’hésite pas à composer des chants pour telle ou telle situation. «J’ai chanté par exemple ‘‘Sauver les enfants’’ sur un de mes albums pour les enfants de la rue. Ce phénomène à une époque avait vraiment prit de l’ampleur et j’ai été touché. J’ai donc chanté pour interpeller la société sur les conditions de vie de ces enfants et la nécessité de trouver des solutions rapidement», explique t-elle.
Pendant la crise ivoirienne de 2002, Constance n’est pas non plus restée insensible. Elle met sur le marché un album où elle réunit la plupart des artistes chrétiennes de la Côte d’Ivoire autour de plusieurs chansons en faveur de la paix. «En le faisant, j’ai voulu montrer que c’est par l’union que nous vaincrons (…) et que Jésus était la solution à notre crise», se justifie t-elle.



«Comment cette femme fait-elle pour être aussi distinguée des autres artistes ivoiriens en général et chrétiens en particulier ?», se demandent beaucoup de personnes. «Pour celui qui se dit chrétien, il doit faire attention. Car c’est une lourde responsabilité de se tenir devant un public et véhiculer un message de la part de Dieu», répond t-elle.
Pour Constance Aman, le chanteur chrétien a une très lourde charge et beaucoup de choses dépendent de lui. «Le chanteur chrétien par son témoignage peut amener les hommes à Dieu ou les enfoncer dans le mal», ajoute t-elle.
Le secret de sa (belle) vie, Constance le révèle à qui veut l’entendre : «Je ne dissocie pas la musique de ma foi. Et ma conviction profonde est que l’homme ne peut vivre sans Dieu». Dès lors, toute sa vie est guidée par ses principes et cela lui donne d’être épanouie.

En fin de compte, il faut retenir de cette «pionnière», le talent, la rigueur et l’organisation qu’elle associe à son respect pour les autres (chrétien ou non).
Constance fait partie des femmes qui ont changé le paysage de la musique chrétienne et qui demeurent une icône, une référence pour les générations futures.

(Sources)
Fraternité Matin
Top Chrétien Magazine
Nycodem.net
Christproduction.com
Constanceaman.com

Commentaires

Salut Yoro, à l'occasion du Blogging day 2008 je t'ai taggué sur mon blog!

Écrit par : cartunelo | 31 août 2008

je suis très heureuse pour notre soeur bien aimée, pour le travail battu. c'est vraiment bien et encourageant. cela donne une belle image de la musique chrétienne. j'ajoute que tous ces chants sont très forfiants et même consolants . ma prière pour toi soeur est que l'onction de chantre monte encore à un niveau supérieur, et que Dieu te fasses faire de grands exploits que tes yeux n'ont jamais vu, tes oreilles n'ont jamais entendu et ce qui n'est même pas monté dans tes pensées. que le Seigneur te bénisse abondamment!

Écrit par : KINDA Wendatta | 25 juin 2010

Les commentaires sont fermés.