topblog Ivoire blogs

14 août 2008

Barrages à mendiants

Depuis une trentaine de minutes, notre car est immobilisé au barrage principal de la ville de Bouaké (fief des Forces nouvelles, Fn).
Les passagers de notre convoi commencent à s’impatienter.
Renseignement pris, des soldats des Fn, exigent que nous payions le «droit de passage» qui est de «5000 francs».
C’est une situation que nous avions déjà vécue dans les différents «Cheick point» que nous avons rencontré à l’allé comme au retour. Que ce soit à Ferké, Tafiéré, Niakaramadougou, Katiola. Les soldats ont toujours exigé «un petit quelque chose». En leur remettant 200 francs – ou même rien – le problème était résolu.
«Ce n’est plus des postes de police, mais des nids de mendiants», lâche quelqu’un dans le car.
Des soldats amaigris par la faim vous réclament toujours quelque chose. De l’argent ou des habits. Un des nôtres a due laisser son tee-shirt pour qu’on nous laisse passer dans un barrage entre Ferké et Tafiéré.
Ils sont de tous ages : enfants, jeunes, vieux et parfois très vieux. Vêtus dans des uniformes aussi différents les uns que les autres.
Les populations qui traversent à vélo – ou à pied – leurs barrages, doivent payer environ «la dîme» de ce qu’ils transportent.
«Si c’est de l’igname ou de la viande, ou du tchapalo (boisson alcoolisée faite à base de mil), vous devez leur donner une part», explique une quinquagénaire que nous avons rencontré à un "poste de police". «Il faut le faire sinon vous ne passez pas», prévient-elle. «Souvent, ils sont très violents quand vous essayez de refuser», conclu t-elle avant de s’éclipser rapidement à l’approche d’un "élément" qui avance dans notre direction.
A Bouaké où nous avons été immobilisé nous avons dû payer 2000 francs malgré le fait que nous avions un «laissez-passer» signé du «Cabinet civil des Forces nouvelles».
«Ici on s’en fout de cette signature, si tu ne paie pas vous allez dormir avec nous», menace «Adam’s», l’un des rebelles.

Commentaires

"enfants...très vieux"
eh bien elle a fière allure cette "armée de combattants modèles" que certains médias nous vendaient en début de conflit.
Côte d'Ivoire Yako

Écrit par : Djé | 15 août 2008

C'est tout ça la guerre. Chacun présente ses tares comme des atouts. Avec quelques effets spéciaux des médias internationaux le tour est joué.
les dozos sont transfomés en GI'S.

Écrit par : yoro | 15 août 2008

A qui revient le devoir de faire régner l'ordre républicain dans le Nord ? A Guillaume Soro. Les Nordistes pourront-ils voter en novembre prochain ? J'en doute.

Cette peinture de l'état du Nord que tu fais montre bien que nous sommes très loin de retrouver l'unité nationale. Tant qu'une poignée de délinquants armés s'accordera le droit de gagner sa pitance en menaçants les citoyens sur n'importe quelle route, nous n'aurons pas une administration nationale digne de ce nom.

Écrit par : St-Ralph | 18 août 2008

Je me doutais bien que ce genre de pratiques se poursuivaient. Je reste tout de même très optimiste en croyant que ces faits se déroulent dans l'ordre normale des choses. Ce petit désordre à existé a une certaine époque dans les pays qui sont passés par les crises comme la notre. Alors je pense aussi que cela prendra bientôt fin.

Écrit par : Marius | 20 août 2008

Les commentaires sont fermés.