topblog Ivoire blogs

29 juillet 2008

Quand les flics s'endorment...

Le ministre de l’Intérieur, M. Tagro Désiré, a fait l’amer constat que les gardes ne sont pas assurées dans nombre de commissariats, districts de police et d’unités d’intervention à Abidjan, Bassam et Bingerville.

9eecd551a5a66ea948dba57992c523f6.gifA l’Ecole nationale de police sise à Cocody, il a fait aux autorités policières le bilan des visites nocturnes inopinées qu’il a effectuées les 28 juin et 26 juillet derniers. Des visites qui répondaient, selon lui, au seul souci de s’assurer que les policiers travaillent convenablement la nuit. Malheureusement, il a découvert au cours de ses tournées, des policiers du commissariat du 8e arrondissement en train de dormir sur le comptoir. A la CRS2, des agents de faction ont installé des matelas et étaient tous endormis. « Nous sommes rentrés avec notre cortège de 8 à 10 véhicules. Malgré les bruits des engins, personne ne s’est réveillé. L’une d’entre elles a trouvé qu’on l’avait dérangée. Le lieutenant responsable de l’équipe de garde dormait aussi », a ajouté le ministre. A l’aéroport, c’était humiliant. Car, a-t-il poursuivi, le commissariat était non seulement fermé, mais le personnel était allé voir le footballeur international Eto’O Fils qui débarquait. Au District de Cocody, 16 agents dormaient avec les élèves policiers.

Quand, à Bingerville, un seul élément a été désigné pour assurer la surveillance du trésor. A Grand-Bassam, les policiers passaient la nuit à leur poste sous des draps. Un commissaire désigné pour la permanence n’était pas à son poste. Ce qui a fait dire au ministre que certains agents ne sont ni à la maison, ni à leur poste. Cela signifie avec une pointe d’humour que ces personnes « découchent ».

Au niveau des patrouilles, le travail n’est pas aussi exécuté correctement. C’est pourquoi, le ministre demande aux commissaires de police et à leurs collaborateurs de changer de méthode de travail. En évitant de mettre ainsi en péril leur vie et d’exposer celle des Ivoiriens. Il exhorte les commissaires à contrôler le travail de leurs agents. « Si le commissariat est fermé et qu’une personne est en danger, où ira-t-elle ? Ne laissez donc pas vos commissariats à l’abandon. Sensibilisez vos collaborateurs et surtout ne prêtez pas le flanc à ceux qui veulent vous flageller », a conseillé M. Tagro. Qui n’a pas pris de sanction. Certains agents à Adjamé et Abobo ont même été félicités.

S’agissant du directeur général de la police, le commissaire divisionnaire major Bredou M’Bia, il a opté pour la fermeté. La prochaine fois, les commissaires qui seront l’objet de ces manquements graves seront relevés de leurs fonctions, a-t-il prévenu. Pour lui, se comporter ainsi, c’est faillir à sa mission, qui est d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Il a précisé que 1085 policiers devraient être logiquement présents sur le terrain à Abidjan, lors de ces tournées inopinées du ministre. Le directeur général a déploré le fait qu’en dépit de la campagne de sensibilisation au respect des gardes qu’il a menée, les consignes ne sont pas appliquées. «Désormais, que chacun joue sa partition», a-t-il ajouté.

Pour le contrôleur général, Gaoussou Ouattara, le laxisme est en train de gangrener la police. Le constat est réel. Pour ce faire, il a plaidé pour qu’on donne une autre chance aux policiers pour ressaisir les inspections ne sont pas à négliger, a-t-il relevé.


© Copyright Fraternite-Matin

Commentaires

Ils n'ont visiblement tiré aucune leçon du 19 septembre 2002... Pauvres de nous !

Écrit par : Théo | 29 juillet 2008

Pour avoir "testé" la garde à vue de nuit en CIV, je confirme la présence des matelas dans les commissariats (lol)

Écrit par : Djé | 30 juillet 2008

"Au District de Cocody, 16 agents dormaient avec les élèves policiers...", voici une phrase bien équivoque.

Écrit par : yoro | 30 juillet 2008

"Au District de Cocody, 16 agents dormaient avec les élèves policiers...", voici une phrase bien équivoque.

Écrit par : yoro | 30 juillet 2008

"Au District de Cocody, 16 agents dormaient avec les élèves policiers...", voici une phrase bien équivoque.

Écrit par : yoro | 30 juillet 2008

@ Djé,

Tu étais dehors à l'heure du couvre-feu ou tu avais insulté un policier ?

Écrit par : Théo | 31 juillet 2008

lol, ni l'un ni l'autre Théo,
et pour tout te dire les policiers n'avaient rien à me reprocher, j'ai été maintenu en garde à vue sur la décision d'un civil...notable de son état mais avant tout un civil.
Comme quoi tout est possible Tout est possible en CIV (lol)

Écrit par : Djé | 31 juillet 2008

On ne devient plus policier en Côte d' Ivoire par amour du métier; rappelons des fameuses listes patriotiques et ethniques aux différents concours d'intégration dans la police, gendarmerie et autres concours publiques depuis l'avènement d'un certain boulanger au pouvoir .
Comme quoi :« ce que tu fais, te fait ; ce que tu nourris, te nourrit ».
la police a perdu le sens du métier à cause de la guerre, la guerre et toujours la guerre ... Ou bien ?

Écrit par : Krathos | 01 août 2008

Krathos, si je comprends bien, les "listes" parallèles à la police datent de l'avènement du "boulanger"... Rien de tel sous un Dibonan par exemple ? Rien de tel depuis toujours ?

Écrit par : Théo | 01 août 2008

Les commentaires sont fermés.