topblog Ivoire blogs

28 juillet 2008

A l'assaut du "Garbadrôme"

Une maison de fortune, de l’huile (de couleur sombre) sur le feu, des serviettes élimées et surtout noircies (ou jaunies) par la crasse et les mains, des assiettes en plastiques mal lavées, des poissons trop salés, des feuilles naturelles qui servent d’emballages et surtout un homme (un Haoussa) … pour servir.
Voilà, le décor est planté pour un vrai «garbadrôme». Et c’est comme ça qu’on l’aime, notre Garba.

59123fcccda488a53e1769fe8761cd9c.jpg


(photo prise dans un quartier huppé d'Abidjan où les riverains se bousculent de plus en plus pour se faire servir notre garba. Les choses changent.
Fini donc les "p'tit déj" avec pain, beurre, confiture, omelette, jambon, café, lait (ou chocolat) chaud, croissant, fromage etc.

Un humoriste ivoirien disait qu'avant la crise on pouvait lire sur les duplex et autres châteaux les inscriptions suivantes: "Attention chien(s) (très) méchant(s)". Aujourd'hui on lit "Ici vente de jus, Glaçon, l'eau...)

Le Garbadrôme est le lieu de vente d’un mets typiquement ivoirien appelé Garba)

18:10 Publié dans Paparazz'voire | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : garba, crise, photo, yoro

Commentaires

Ah ben ouais sa me rapelle de merveilleux souvenirs!je vais débuté l'aticle sur le garba d'ici les 23H donc d'ici là j'aurai rassemblé sufisament d'info et je pourrai utiliser ta page comme source.Mais malheuresement je devrai moi même prendre une foto disons dans la matinée de demain pour l'article garba sur Wikipédia vu que sur wiki il faut une photo sans quelconques droits d'auteur..actuelement je dois travailler un maximum pour boucler certains articles portant sur la restauration Ivoirienne.
Bonne continuation à toi et s'il te plait n'oublies pas l'article sur le Riz couché.

Écrit par : Samuel Leath | 28 juillet 2008

Moi affaire de garba ça peut me tuer, je blague même pas avec ça...rien à faire de la fièvre typhoïde (lol)

Écrit par : Djé | 28 juillet 2008

Garba, "ça tue pas Africains"!

Écrit par : yoro | 29 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.