topblog Ivoire blogs

23 juillet 2008

Les tarifs n'ont pas baissé !

f301665d498dbaf9b942b00106cd1599.jpg

On a tous pensé (moi spécialement) que les tarifs des transports en commun (wôrô-wôrô et gbaka) changeraient après la baisse (de 100 francs) sur le prix du gas-oil. Hélas !
Quittant Cocody pour les 2-plateaux en wôrô wôrô (taxi communaul), je me suis rendu compte que les prix n’avaient pas bougé d’un franc.
«Avant la hausse des prix de l'essence, on payait 200 francs pour atteindre les 2plateaux et 250 ou 300 F pour Angré», explique Joséphine S, étudiante en géographie. "Ensuite, il y a eu la hausse où 50 francs ont été ajoutés sur ces tarifs. Mais, malgré les meusres prises en conseil des ministres le dimanche dernier, poursuit-elle, rien a changé». Il faut donc (continuer à) payer 250 francs pour se rendre aux 2plateaux et entre 300 et 500 francs pour rallier Angré en "warren" (autre nom des wôrô wôrôs).
Le scénario est le même dans plusieurs communes d’Abidjan, selon plusieurs témoignages.
Quelques chauffeurs interrogés préfèrent garder le silence, certainement qu’ils n’ont pas encore d’excuses pour se défendre.

D’ici quelques jours je vous proposerai les résultats de l’enquête que je fais actuellement sur les tarifs de transports à Abidjan et ailleurs en Côte d’Ivoire.

Commentaires

Le diktat des transporteurs privés révèle les insuffisances de la SOTRA. Les pouvoirs publics devraient se saisir de cette occasion de crise pour développer les capacités de notre société de transport public et ainsi assurer aux abidjanais des conditions de transport adéquates. Pour l'avoir relayé chez moi, je sais que des récents efforts dans ce sens ont été faits mais apparemment cela reste encore insuffisant.

Écrit par : Djé | 23 juillet 2008

Faudrait peut être que l'Etat accepte de lever le monopole que la Sotra a sur le transport du "type bus" en Côte d'Ivoire. Parce qu'elle semble être un peu débordée.
Et les "warren" et autres gbaka savent que la Sotra ne peut pas tenir la conccurence de la ponctualité et de la régularité sur les lignes en dépit de ses tarifs très sociaux.
Alors pour l'instant c'est eux qui font la loi du transport en côte d'Ivoire.

Écrit par : yoro | 23 juillet 2008

Le monopole de la Sotra existe que sur le papier cher yoro, dans la mesure où les Gbakas et autres Warren dominent le secteur du transport du district.

Lever le monopole de la Sotra ne me semble pas opportun car de mon point de vue cela compliquerait encore plus le secteur et menacerait l'égalité d'accès des abidjanais au transport. j'entends par là que les lignes non rentables ne seraient pas exploitées par un transporteur privé et les abidjanais concernés par ces lignes seraient laissés à la merci des transporteurs informels que sont les Gbaka et les warren.
Davantage de moyen et de rigueur, voici ce qu'il faut pour la Sotra. En fait il faut trouver un moyen qui réussi à équilibrer les deux systèmes.

Je me souviens que dans les années 80, ce sont les bus "bondés" de la Sotra qui me conduisaient sans problème de mon domicile de Cocody à mon école d'Adjamé, preuve que le système fonctionnait à l'époque.

Écrit par : Djé | 23 juillet 2008

Je pense que l'informel dans lequel nous baignons aggrave la crise alimentaire et énergétique que nous subissons. Les petits commerçants et transporteurs isolés qui spéculent comme ils peuvent chacun de son côté ne sont des interlocuteurs acceptables ni pour l'Etat ni pour les citoyens.
Il faut peut-être ouvrir le secteur des transports urbains mais à des vraies sociétés liées à l'Etat par des conventions de cession de service public.
Je viens d'un séjour dans un pays européen et j'ai été frappé par la qualité du service public des transports.

Écrit par : Théo | 23 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.