topblog Ivoire blogs

10 juillet 2008

L'espace audiovisuel bientôt libéré en Côte d'Ivoire

fd626e16af112c5caa838fa04ec8a01b.jpgLe gouvernement ivoirien va "prochainement" lancer un appel d’offres dans le cadre de la libéralisation de l’espace audiovisuel de Côte d’Ivoire, qui ne comprend que deux chaînes publiques, a annoncé mercredi le ministre de la Communication Ibrahim Sy Savané.

Aucune chaîne privée n’existe en Côte d’Ivoire en raison d’un monopole d’Etat. Seules sont autorisées les deux chaînes de la Radio-télévision ivoirienne (RTI, publique): la RTI-1 (diffusion nationale) et TV2 (diffusion limitée à 80 km autour d’Abidjan). Le gouvernement ivoirien va également "ouvrir le secteur de la radio à de nouveaux opérateurs privés", a ajouté le ministre lors de la présentation d’une étude portant sur la libération du secteur audiovisuel.

Cette étude, réalisée à la demande de son ministère et financée par l’Union européenne, recommande "la création, dans un premier temps, de deux chaînes privées gratuites à vocation nationale". Il s’agit, selon ses auteurs, du "scénario de libéralisation le plus cohérent avec les attentes exprimées, ainsi qu’(avec) les contraintes techniques et économiques".

32eb84a7f8e2cbc9321aad9d8de6f808.jpg

Le paysage audiovisuel pourrait ensuite être complété par "une chaîne généraliste et une chaîne de complément (mi-généraliste, mi-thématique)", ajoute cette étude du cabinet français Média Consulting Group. Sans révéler le futur dispositif, le ministre ivoirien a estimé que l’étude permettait "d’offrir au gouvernement des arguments nécessaires à la conduite de la meilleure politique applicable en matière de libéralisation, en mettant à sa disposition le maximum d’informations, et surtout une méthode".
Il a également annoncé la prochaine création d’un "observatoire de l’audiovisuel", chargé notamment du numérique et des aspects socio-économiques des médias audiovisuels. Déjà libéralisé depuis depuis une dizaine d’années, le secteur radiophonique de Côte d’Ivoire compte deux radios commerciales privées et environ 90 radios privées non commerciales.

Information reçue de l'Agence France Presse (AFP)

Commentaires

La 'libéralisation' de l'espace audiovisuel 'satellitaire' en Côte d'Ivoire, ca a donné quoi? Canal Horizon, avec 99% de programmes importés.

La 'libéralisation' des ondes Hertziennes en Côte d'Ivoire, ca a donné quoi? 2 stations réligieuses, suivies de RFI, Africa No.1, Radio ONUCI (sans autorisation préalable des autorités ivoiriennes parait-il), et très peu de présence ivoiro-ivoirienne sur l'ensemble du pays.

La libéralisation de l'espace télévisuel, ca va donner quoi ? Des chaines étrangèeres qui vont se partager la part du lion, alors que nous avons le potentiel À L'INTERNE pour mettre surpied des chaines spécialisées, ces chaines de musique/arts/culture en continue, des chaines d'informations (News) en continu.

Tout cela n'arrivera pas, pour la bonen et simple raison qu'au plus haut niveau de nos ministeres, se trouvent des individus qui, plutot que de regarder l'interet des populations qui seront desservies, ne se soucient que de la grosseur de l'enveloppe qui leur sera donne en dessous de la table pour obtenir des ondes.

Cette étude, réalisée à la demande de son ministère et financée par l’Union européenne, recommande "la création, dans un premier temps, de deux chaînes privées gratuites à vocation nationale". Il s’agit, selon ses auteurs, du "scénario de libéralisation le plus cohérent avec les attentes exprimées, ainsi qu’(avec) les contraintes techniques et économiques".

Le paysage audiovisuel pourrait ensuite être complété par "une chaîne généraliste et une chaîne de complément (mi-généraliste, mi-thématique)", ajoute cette étude du cabinet français Média Consulting Group.

Je suis ECOEURE. Comment se fait-il que nous ayions besoin d'une firme etrangere (francaise ou pakistanaise, la n'est pas le probleme) pour nous dire comment liberaliser notre secteur tele, a quel rythme le liberaliser, et le genre de teles/programmes dont nous avons besoin.

Eh Dieu, Cote d'Ivoire fait vraiment pitie. Au ministere de l'information, il n'y a personne qui soit dote du simple gros bon sens pour discuter de cela ??? On n'a qu'a mettre ensemble les professionnels des medias (Publicite, journalistes, etc), et eux qui connaissent mieux que quiconque les besoins de nos populations pourront mieux conseiller le ministre de l'information. Nul besoin de payer a coups de Millions des etrangers venus d'Europe pour un exercice aussi banal.

D'avance, je vous dis que je n'aime pas ce plan de liberalisation. Limiter le nombre de nouvelles teles a 2 (dans un premier temps), c'est ouvrir la vois a une competition feroce qui sera de toute evidence emportee par des chaines etrangeres, plus nanties. C'EST UNE ERREUR. Si dans une petite localite du Nord ou de l'Ouest, un groupe d'ivoiriens est capable de monter une tele qui emet localement (comme tele-mutins a Bouake), il ne faut pas les en empecher. La liberalisation, c'est aussi permettre la floraison de teles de proximites, tout comme dans le domaine des radios.

Enfin, au-dela du type de teles (thematiques, generalistes, etc), le plus important, c'est LE CONTENU DE PRODUCTION IVOIRIENNE, car c'est ca qui en fait contribuera aux problemes d'emplois des ivoiriens. Au Canada, le CRTC (Conseil de Radiodiffusion et Television Canadien) veille a ce que les ondes et la tele cablee canadienne ne soient pas envahis par les chaines et les programmes venus des voisins americains. Il impose un quota minimum de contenu canadien (60%), tant dans le cable que dans les teles publiques. Meme TV5, ici au Canada, est oblige d'inclure beaucoup d'emissions tiurnees sur place au Canada, ou empruntees a des reseaux canadiens. LA COTE D'iVOIRE DOIT FAIRE DE MEME, sinon on se retrouvera avec rien que des succursales de teles etrangeres. Vu leur richesse en contenu, les teles ivoiro-ivoiriennes risquent de ne pas faire le poids, et CE SERAIT UNE ERREUR.

La liberalisation ne doit pas signifier la mise a mort de notre richesse culturelle. Les televisions etrangeres qui voudront utiliser notre espace audio-visuel devront etre dans l'obligation de nous servir du Bobaraba, Douk Saga, Akiddi Delta et Gohou, sinon DEHORS.

De grace, demandez a vos candidats a la Presidence de reflechir a cela et d'inscrire tout cela NOIR SUR BLANC dans leur programme de gouvernement ... et votez en consequence.

Écrit par : Le neutre | 10 juillet 2008

Il est vraiment grand temps pour la Cote d'Ivoire... En Afrique Francophone, c'est le seul pays avec la Guinée Conakry à ne pas encore libéraliser le secteur télévisuel.

En même temps, je suis d'accord avec "Le neutre", ce retard doit permettre aux ivoiriens de definir des cahiers de charges vraiment concis pour ces chaines privées... Mais bon, que peut on imposer aux privés quand les chaines d'Etat passe leur temps a rediffuser des documentaires réalisé "derriere l'eau".

Je me demande bien ce qu'est devenu l'URTNA, si pour regarder des docs kenyans ou camerounais, on est obligé de passer par CFI!!!

Concernant la limitation en nombre, ce n'est pas vraiment convenable, pourquoi ne pas faire comme pour la radio (les radios de proximité)? Une télé ça coute tres cher, mais... le marché (et le peuple) tranchera!

Écrit par : zwan | 10 juillet 2008

Zwan, le pire c'est que chaque Ivoirien paie 2000 f pour ne rien voir de bon sur la télévision nationale.

Peut être qu'avec la libéralisation, ils mériterons nos chers 2000 F en ces temps de perpétuelles hausses de prix.

Écrit par : Yoro | 10 juillet 2008

je pense que la Cote- d'Ivoire se dit grand pays mais elle est petite dans sa mentalité. Tous les pays sont en avance en matière de libéralisation ;c'est alors qu'on cherche des européens pour faire des études pour nous. Nous méprisons ainsi l'indépendance pôur courir après esclavage européen. Une Télé c'est une firme qui emploi beaucoup de persopnnes. Et au 21 ième Siècle la Grande Cote d'ivoire a peur de prendre des risques pour que ses jeunes diplomés en audiovisuel puissent avoir du travail et manifesqter leurs talents depuis des années emprisonnés. Monsieur le Ministre, faites tout pour vous appropprier cet honneur d'avoir aider la Cote D'Ivoire jeune et audiovisuel. cest un grand besoin.

Écrit par : kassi gilles claver | 10 juillet 2008

j'ai honte de voir la cote d'ivoire un si important pays de l'afrique de l'ouest n'avoir que 2 chaines de television qui ne diffuse que des progammes tres naze ça fait pitie
liberalisez tres vite l'espace :on a envie de rincer nos yeux

laissez venir les pros des medias s'exprimer

Écrit par : kambire | 07 janvier 2009

je crois que la cote d'ivoire ne veut pas se retrouiver comme dans certains pmays où les media sont source de querelle et de palabre donc prend ces precautions

Écrit par : adepo jean claude | 03 juin 2009

Les commentaires sont fermés.