topblog Ivoire blogs

14 avril 2008

Petite visite au "Centre for National Culture d'Accra"

03a532d3253e761bc6059ac5e1f5522f.jpg
Situé au coeur de la ville et bâti sur une superficie d'environ 6 hectares, le "Centre for national culture" est l'un des lieux les plus prisés par les touristes.
A l'entrée, les vendeurs de masques traditionnels exposent leurs marchandises et interpellent leurs clients. Des masques superbement sculptés. «En général, les sculpteurs ne sont pas ici. Ils envoient leurs apprentis pour la vente», explique un guide ghanéen qui s'exprime dans un français aproximatif.
Un peu plus loin, ce sont les potiers et les orfèvres qui dans des caisses (construites en bois et en vitres) disposent de façon ordonnée leurs vases et leurs bijoux. «Des produits de grande valeur», vantent les vendeurs pour retenir ceux qui s'approchent pour regarder.
A Accra, l'or a une valeur traditionnelle et l'on ne l'expose pas de la sorte. C'est pourquoi, les touristes sont toujours pris au piège et achètent de «l'or faux» en lieu et place du vrai qui est réservé aux connaisseurs. «Une fois que vous doutez de l'authenticité du bijou, il (le bijoutier) fera tout pour vous convaincre et vous le faire acheter. Les connaisseurs ne restent pas dehors pour demander, ils entrent et dans la discrétion parlent avec le vendeur qui a une caisse où il cache les bijoux fabriqués avec de l'or pur», témoigne le guide. «C'est pourquoi, conseille t-il, c'est mieux de venir avec un Ghanéen. C'est plus facile».

A quelques encablures du site des orfèvres, se trouve le lieu où il y a le plus de monde. Vendeurs et touristes sont confondus. Les langages aussi. Une cacophonie faite d'anglais, de français et de twui (langue populaire, appelée communément ashanti). C'est le site des vendeurs d'habits traditionnels. «Et c'est ce que les touristes aiment le plus», affirme un vendeur dans un anglais teinté de twui.
5c652445b0bba06b84501c0c7a61ba5c.jpgOn retrouve à cet endroit, des pagnes fabriqués aux couleurs des régions ghanéennes, des robes tissées et brodées. On y trouve également des chapeaux crées à la main ou à la machine.
Tous ces articles donnent une ambiance très colorée. Car les vêtements exposés sont faits de nombreuses couleurs chaudes : rouges, jaune et souvent le rose et le violet. A ces vêtements, les vendeurs du «Centre (lire centa) for National Culture» ajoutent les colliers et autres parures qui vont avec. Il y a également les chaussures traditionnelles faites de cuir et (le plus souvent) de caoutchouc.
Si les touristes (Européens, mais surtout Africains) trouvent en général que les articles sont à bon prix, les vendeurs eux, s'en tirent toujours à bon compte. Ceux qui vivent dans la capitale estiment que «les vendeurs du centre artisanal font toujours de la surenchère quand il s'agit des étrangers». En effet, «un habit pour homme vendu habituellement à 80 000 Cedis (environ 2000 F CFA) atteint facilement la barre des 250 000 Cedis (environ 12 000 F CFA) à la vue d'un touriste», explique Alain Y, burkinabé, de passage (fréquemment) à Accra.
Le «Centre for National Culture» est l'une des fiertés d'Accra. Et la mairie qui perçoit des taxes ne manque pas d'éloges à son sujet. «Tous les vendeurs ici sont à jour dans leurs paiements journaliers et ils ne posent pas de problèmes quand c'est l'heure de la collecte (14 heures) comme c'est la cas dans les autres marchés de la capitale», témoigne Johnson, agent de mairie, chargé de collecter les taxes chez les commerçants du centre artisanal.

En fin de compte, tout le monde est satisfait au sortir du centre : les touristes qui trouvent des articles beaux et variés. Les vendeurs parce qu'il savent qu'ils font d'énormes bénéfices sur chaque article achété. Mais aussi les caisses de la mairie pour qui le centre artisanal est une véritable mine d'or.

Les commentaires sont fermés.