topblog Ivoire blogs

14 avril 2008

Favoriser l'écologie et "rétrécir" les routes

b43546bc8b6c3ee35c4fca4f3d2e383f.jpgAvoir une voiture au Ghana, n'est plus réservé aux «riches». Pour preuve à Accra, 2 personnes sur 10 ont un véhicule.
En effet, l'Etat encourage l'achat des voitures d'occasion. Et ce, en réduisant considérablement les taxes de dédouanement. Ainsi, avec un peu d'économie tout individu peut s'offrir une voiture neuve...d'occasion.
Au-delà des prix, l'Etat encourage surtout la vente et l'achat de véhicules neufs. Ainsi, plus le véhicule est neuf moins il coûte cher.
La politique d'achat de véhicules d'occasion est l'une des rares en Afrique qui tient compte de l'aspect écologique. C'est pourquoi la majorité des véhicules (y compris les transports en commun) sont de plus en plus neufs. Il semblerait qu'ils polluent moins.

0617f83625738f7b4669c18961499bfc.jpg

Pourtant, les routes ne sont pas forcément construites pour contenir ce flux de véhicules qui ne cesse de s'accroître au fil des années.
Ainsi, la circulation est pénible sur les grandes artères (et même les petites voies). L'on assiste à des embouteillages pouvant s'étirer sur un voire deux kilomètres tous les jours aux heures de pointe (entre 6 et 8 heures et entre 18 et 20 heures).
Mais cela ne semble pas préoccuper les autorités ghanéennes pour qui le plus important est de rendre accessibles les voitures à tous.

En Afrique en général, on pense plus à aujourd'hui qu'à demain. C'est pourquoi, si c'est une bonne politique de promouvoir l'achat de véhicules neufs "non polluants", l'Etat ghanéen gagnerait à trouver une solution pour ce que seront les routes d'ici cinq ans. Car, à quoi servira t-il d'avoir un véhicule, s'il n'y a plus d'espace pour le conduire ?

Les commentaires sont fermés.