topblog Ivoire blogs

28 mars 2008

Symphonie de Boni Gnahoré

(Re)écoutons et (re)découvrons Boni Gnahoré et le choeur Attoungblan. Espérons que cette musique "ressuscitera" Djé qui semble sérieusement être atteint par le virus du "disparu-disparu".

podcast


f0305d8d4d181dc27c547597d78e9161.jpg(Boni Gnahoré est un artiste de tout premier plan sur la scène africaine. Il vit et évolue au sein du village Ki-Yi, à Abidjan, en Côte d'Ivoire depuis sa création en 1985. Fondé et dirigé par Were Were Liking, le village Ki-Yi est un centre panafricain de résidences artistiques et de formation Ki-Yi Mbock (Ki-Yi=savoir ; Mbock=de l'univers) des jeunes aux arts vivants du spectacle (danse, théâtre, percussions, chant, peinture…) basé sur des méthodes traditionnelles. Une quinzaine de ses spectacles ont tourné à travers le monde et des centaines de jeunes ont été formés...
adc87203646e1bed8d280b30e9255cf6.jpg

...Le Chœur Attoungblan est composé de sept musiciens et chanteurs : sept voix d'hommes Krus qui vont à la rencontre de la tradition. Cette compagnie est le reflet du cheminement personnel de son Maître-Tambour, Boni Gnahoré, qui a rassemblé ses meilleurs percussionnistes pour chanter en chœur le "Cœur du tambour".
Plus qu'un orchestre, le Chœur Attoungblan est une véritable tribu. Une tribu dont Boni est en même temps le fondateur et le fils aîné. Une tribu qui est aussi une source à laquelle le talent de chacun s'abreuve et se renforce avant de prendre son envol.
Au Chœur Attoungblan, les voix d'hommes se mêlent à celles des tambours et des instruments modernes, et les corps se mettent au service de ces voix et de leur poésie.
La démarche de Boni Gnahoré est axée sur la réminiscence : un retour aux sources malgré la modernité qui nous influence aujourd'hui. C'est le thème majeur des recherches du Chœur Attoungblan : le devenir des valeurs culturelles traditionnelles.

Le tamanois
af0061b24fdc129b88d78ec0570752d3.jpgC'est un instrument crée par l'artiste. Un ensemble de percussions composé d'un tambour-mère sur lesquel sont fixés tout autour cinq tambourins et de deux congas.
Le balafon chromatique, un instrument à trois octaves, repensé par son maître, Ba Banga Nyeck, claveriste et balafoniste du groupe.

Commentaires

Ton remède m'a guéri ô
Merci Yoro

Écrit par : Djé | 29 mars 2008

Les commentaires sont fermés.