topblog Ivoire blogs

29 février 2008

Que cache le ‘‘Sédar’’ de Gbagbo ?

ba202594bfb8dcfd7a528bf6f3e2cf2c.jpgLe Président ivoirien Laurent Gbagbo reçoit vendredi, à Dakar, le «Sédar de l'Intégration», qui récompense une ou deux personnalités africaines, dont les efforts s'inscrivent dans une dynamique de recherche de la paix et de promotion de l'Intégration, en Afrique de l'Ouest.
Comme le président ivoirien, Blaise Compaoré le président Burkinabé recevra également cette distinction. Ce dernier a été le médiateur, ayant permis aux parties en conflit en côte d'Ivoire, de parvenir à l'Accord de Ouagadougou, signé le 4 mars 2007. Egalement, il aura joué un rôle déterminant pour le retour à une vie démocratique à Lomé, au terme du dialogue intertogolais. C'est donc à juste titre qu'"on" le «récompense».
Le «Sédar de l'Intégration», qui en est à sa deuxième édition, était attribué en 2006, pour la première fois, à Charles Konan Banny, pour son engagement (durant l'année 2005) dans la résolution de la crise ivoirienne, en sa qualité de premier ministre de la transition. Et puis en 2007... il n'y a eu aucun(s) lauréat(s). «Aucune personnalité, dans le secteur- cible ne s'était distinguée durant l'année précédente», se justifient les initiateurs du prix.
Pour Banny et Compaoré les raisons (dans un sens) peuvent tenir. Mais qu'en est-il de Laurent Gbagbo.
Longtemps indexé par Dakar comme «le xénophobe» - qui a sur son sol (officiellement) 26 % d'étrangers - le Président ivoirien est aujourd'hui «acclamé». Pourquoi ?
La question se pose. Qu'a-t-il fait pour mériter les honneurs du Sénégal ? Puisqu'en principe toute la ''gloire'' de la stabilisation de la situation en Côte d'Ivoire est (mondialement) attribuée «au médiateur» qu'est Blaise Compaoré. Que cache donc cette distinction ?
Le président Sénégalais, Aboulaye Wade après des années de tant d'injures veut-il (aussi) se rapprocher de Gbagbo ? Certainement. A l'heure actuelle il a besoin de se faire pardonner de ses ''dérives'' du passé. Ensuite, il pourra tenter de demander à son homologue Ivoirien de le rejoindre dans le rejet du ''phénomène'' APE.
Quoiqu'il en soit, Le prix Sédar célèbre l'homme (ou la femme) qui s'est le plus illustré dans son domaine pendant l'année écoulée. Il peut aussi aller à une personne morale (institut, organisation) etc. Alors, considérons que par Gbagbo c'est la personne morale qu'est la Côte d'Ivoire qui est récompensée pour «s'être illustrée dans son domaine» : l'hospitalité.

26 février 2008

Quand sonne l'indépendance de la Fesci !

7529487338fdd15b937c006e5d7c5d19.jpgDans un article paru dans le «Jeune Afrique n°2459», Augustin Mian, nouveau Secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci), annonce la «rupture» avec l'ancienne image que la communauté ivoirienne (et internationale) s'est faite de cette organisation depuis sa création le 21 avril 1990.
Le nouveau ''général'' de la Fesci, a réussi un certain nombre d'actions qui laissent penser que l'ère du changement est peut-être arrivée.
Déjà, il a réussi avec son prédécesseur, Serge Koffi, à tenir le pari d'organiser des élections «fescistes» sans effusions de sang. Ensuite récemment, environ 550 chambres détenues par les éléments de cette organisation estudiantine, ont été rendues au Centre régional des oeuvres universitaires (Crou) afin que les ayants droit en bénéficient.
Pour Augustin Mian, 32 ans étudiant en Licence de droit privé, «la Fesci a 18 ans. C'est l'âge de la maturité». «Il faut jeter les bases d'une lutte responsable, qui reflète nos valeurs : une Fesci qui respecte tout le monde et se fait respecter», affirme t-il.
Il n'est donc plus question pour la Fesci de «s'acoquiner avec un quelconque parti». Mian veut une fédération indépendante, libre de ses choix politiques qui n'auront que pour but l'amélioration des conditions de vie des étudiants. «Les élections ne nous concernent pas», rassure t-il. En ajoutant que «chaque étudiant vote selon sa conscience».
Pourtant Augustin Mian avoue que la Fesci est une voix électorale à vendre au prix du bien être des étudiants. «Nous soutiendrons celui qui nous mettra au centre de ses préoccupations et nous nous réservons le droit de nous prononcer sur les questions qui engagent l'avenir du pays», souligne t-il. Cette affirmation de Mian semble crépiter comme un air de rupture. Rupture avec les tendances politiques, mais également rupture avec les comportements traditionnels que l'on reconnaît à la Fesci. «Nous devons rompre avec les vielles méthodes qui donnaient de l'étudiant l'image d'un être inintelligent, violent, violeur, voleur et casseur (...) Je n'accepterai pas de m'humilier devant un commissaire de police pour demander la libération d'un étudiant qui a violé ou violé», lance t-il. Pour Mian, la Fesci doit redevenir correcte mais également il faut que les étudiants aient les moyens pour être épanouis. C'est pourquoi il ne manque pas de dénoncer les lacunes qui subsistent sur le grand «U» (Campus universitaire). «À peine 5 milliards de F CFA de bourses et seulement 9600 lits pour 250 000 étudiants... les bibliothèques universitaires sont vides (...) tandis que les professeurs vendent des fascicules et que le ''photocopillage'' fait florès...».
Le nouveau ''Général'' n'y va pas avec le dos de la cuillère : c'est le temps de la rupture. «... il n'est plus question que la Fesci soit financée par les hommes de pouvoir», assure t-il. Quant à savoir d'où viendra l'argent qui fera vivre l'organisation, Augustin Mian répond : «nous bénéficions de dons, de legs et des cotisations des membres».
Cette annonce d'indépendance de la Fesci intervient alors que - sans que le ton ne soit donné -, les campagnes électorales ont démarré. Et cette atmosphère ne rassure pas les ivoiriens sur la crédibilité de ce qu'avance le nouveau Secrétaire Général de la Fesci.
c711547872bffb163b8d19d7e7fbcb43.jpg
Avec ses 522 sections, 10 000 adhérents (officiels) et plus d'un million de membre de facto, la Fesci fait peur. Car, elle est une organisation puissante. Une force de mobilisation.
Depuis 18 ans elle a toujours fait ''danser'' le pouvoir en place et la classe politique en général à son rythme. En plus, ce syndicat s'est dignement présenté comme une milice, mieux, une mafia. Longtemps la chasse gardée du Front populaire ivoirien (FPI, Parti au pouvoir), la Fesci (version Augustin Mian) semble vouloir s'affranchir de «ses maîtres» et devenir indépendante. Mais à quelles fins ? Serait-ce pour faire monter les enchères à l'occasion des prochaines élections ?. Car libre, elle pourra juger les offres et choisir celle qui lui convient. Seulement espérons que cette convenance sera à l'avantage des étudiants et élèves de Côte d'Ivoire. Et que Augustin Mian et son bureau ne vont pas se bâtir un empire riche et puissant avec l'argent des politiques, la faim des étudiants et le sang d'innocents.
Les souvenirs des barbaries ''fescites'' sont encore trop vivaces dans les esprits pour que les déclarations du nouveau «patron» de cette organisation trouvent des oreilles crédules.

21 février 2008

Base militaire NON... occupation militaire OUI !

a44304282597855bb682c68aab14b922.jpg«Bonnet blanc, blanc bonnet», aime t-on à le dire lorsque deux situations prises dans un sens ou dans l'autre sont les mêmes. C'est exactement ce à quoi nous assistons avec l'annonce du transfert au Ghana du Commandement militaire africain (Africom). Annonce faite par le Président américain lors de sa visite au Ghana.
Pour Georges Bush, il ne s'agit pas d'«installer au Ghana une base militaire comme le fait croire des rumeurs». «Nous n'envisageons pas d'ajouter de bases», a-t-il lancé lors d'une conférence de presse avec le président ghanéen John Kufuor, alors que de nombreux pays africains sont inquiets de la volonté des Etats-Unis de transférer le Commandement militaire africain (Africom), actuellement installé en Allemagne, en Afrique. «Je sais qu'il y a des rumeurs au Ghana selon lesquelles Bush ne vient ici que pour convaincre d'installer une grosse base américaine. C'est de la foutaise. Ou comme on dit au Texas : bullshit!» s'est-il écrié.
Cependant, Bush reconnaît qu'il tient à ce qu'il y ait une «présence» militaire américaine permanente en Afrique. Même si ''Africom'' est «un concept nouveau (...) il va aider à fournir une assistance aux pays d'Afrique, de sorte que ces pays soient mieux préparés à résoudre les conflits d'Afrique, par exemple en fournissant une formation au maintien de la paix», s'est-il justifié.

"Ce n'est pas une base militaire, mais une structure de commandement !"

Je voudrais qu'on essaie de nous expliquer. Parce que nous (certains Africains), (nous) ne voyons pas de différence. Soit !
Les grandes puissances sont toujours dans une logique de forces d'occupation et de pensées colonialistes. Certainement que nous n'en sortirons jamais. Parce qu'avec une présence aussi marquée de l'armée américaine sur le sol africain, le moindre refus sera ''plus vite'' sanctionné. Bonjour le chantage, bonjour l'esclavage. Esclavage économique et (encore plus) esclavage militaire et politique.
Ils nous restent encore notre liberté idéologique. Mais là encore pour la conserver il va nous falloir être unit. Pourtant, face à ''Africom'' (comme sur de nombreux points) l'Afrique est TO-TA-LE-MENT divisée. Certains pays l'embrassent à l'étreindre, quand d'autres manoeuvrent à l'éteindre. Espérons que ces derniers ne seront pas emportés par le train.

(Petite interrogation. Kufor peut-il se permettre de refuser d'accueillir cette force militaire ? Simple question !)

15 février 2008

Les larmes de Marie Louise

Dure dure la douleur, quand on est resté au chevet de son amie et qu'on la voit rendre l'âme.
A l'occasion d'une émission "improvisée" pour rendre hommage à Joelle Séka, Marie Louise Asseu, comédienne et "grande soeur" de Joelle C explique effondrée, les derniers instants de la mort de l'artiste.
Un témoignage qui met en valeur combien "Jojo" était attachée à sa foi.

Joelle... C fini

a5188fb7a8a54677bb13afc0c8bb3369.gifHommage à Joelle Séka disparue depuis moins de 24 heures.
Après avoir longtemps fait les choeurs dans les orchestres elle a été depuis 1998 comptée parmis les talents musicaux de Côte d'Ivoire. La Côte d'Ivoire entière est en deuil. Personne n'y comprend quelque chose.
Malheureusement, sans trompette ni tambours, la chanteuse a tiré sa révérence ce 14 Février, jour de la fête de l’amour. Un sentiment qu’elle espérait voir germer sérieusement dans sa vie comme une fleur à l’aurore, car son plus grand désir était de connaître un véritable amour, de se marier, de fonder une petite famille.
Mais la mort ne lui a pas laissé le temps de voir ce rêve s’accomplir, malgré tous les jeûnes et les prières qu’elle faisait à outrance…
Amoureuse du live, "Jojo" s'est tue à Jamais. Elle ne chantera plus. Joelle, C fini !

12 février 2008

Dakar "vire" (définitivement ?) en Argentine

0e713f28ba0a9ee374a831ea134cbe9c.jpg«L'édition 2009 du Paris-Dakar, annulée cette année pour menace terroriste, aura lieu du 3 au 18 janvier en Argentine», c'est ce qu'ont annoncé les organisateurs du rallye.
Selon le nouveau calendrier de cette compétition internationale d'automobile, l'épreuve partira et s'achèvera à Buenos Aires, la capitale Argentine.
Nous autres africains avons bien envie de nous demander quel est le rapport entre l'Argentine, le Chili, Paris et Dakar. Aucun !
Le trentième anniversaire du ''Dakar'' évoqué comme raison essentielle de cet "atterrissage" en Amérique frise le ridicule. Sans aucune excuse, ni regrets à l'endroit des pays africains (la Mauritanie, le Maroc et le Sénégal) qui devaient organiser le "Dakar 2008" et dont les pertes se chiffrent en centaines de millions d'Euros, le «Dakar-2009», va être officiellement présenté à la "Casa rosada", la résidence de la Présidence Argentine.
Il faudrait certainement commencer par changer le nom de cette compétition. Ce serait plus courageux de montrer comment la compétition quitte définitivement l'Afrique pour des raisons de terrorisme. Même si le Français Etienne Lavigne, patron du «Agentine-Chili 2009», n'exclut pas d'y revenir un jour, «quand le contexte géopolitique sera plus favorable». Certainement que l'Argentine et le Chili sont à l'abri de ce phénomène contemporain qu'est le terrorisme. Peut être obtiendront-ils l'aval et l'assurance sécuritaire des nombreuses mafias et autres extrémistes. C'est sûr que dans ces zones-là, il n'y a jamais eu d'attentats ni d'enlèvements.
Et bien, il ne reste plus qu'aux Africains eux-mêmes de prendre en charge l'organisation d'une compétition propre à eux, qui partirait d'un point du continent à un autre. Parce qu'en Afrique, ce ne sont pas les espaces (sécurisés) qui manquent pour organiser un Rallye.

11 février 2008

Rap et vie sociale

Je vous propose d'écouter ce jeune rappeur ivoirien. "Billy billy" il s'appelle. Au delà de son talent de "rimeur" il dénonce avec les mots d'Abidjan, les maux de la société ivoirienne...

podcast


Aussi cette vidéo "allons à Wassakara". Un véritable délice! "Billy" montre au monde les conditions de vie difficile des quartiers précaires.

Une nouvelle monnaie pour la Côte d'Ivoire ?

a20a3dee1d9a42b6aee27c7babf80256.jpgEn meeting à Bouaflé, le Président de l'Assemblée nationale, Mamadou Koulibay, s'est encore élevé contre les agissements diaboliques de la France. Selon lui, le gouvernement français ne laisse pas "les chefs d'Etat africains travailler tranquillement".
Pour le 3e vice-président du parti au pouvoir, la France a peur que l'Afrique prenne des décisions d'elle-même. Et il en veut pour preuve le récent refus de la France de voir le ministre Bouhoun Bouabré accéder à la tête de la BCEAO. Mamadou Koulibaly a donc encouragé les ivoiriens, et les africains à s'engager sur la voie qui permet d'affirmer leur dignité et leur liberté (qui passent certainement par l'abandon du Franc CFA). "Il faut créer notre propre monnaie", a t-il souhaité.

"Vous nous voyez en costume, comme présidents mais nous avons les pieds et mains enchaînés. (...) Et c'est valable pour tous les présidents africains. Ils sont présidents, mais ils ne peuvent pas tout faire. Il y a certaines choses que pour faire, il faut qu'ils demandent d'abord à Paris. Si Paris dit je ne veux pas, on ne fait pas, si tu veux faire, on te saute du pouvoir. Vous là, vous servez à quoi alors ? C'est ce qu'il se passe au Niger ou le président Tandja a voulu voir clair dans l'exploitation de l'uranium de son pays. Ils ont créé une rébellion avec les Touareg ; Idriss Déby paye aujourd'hui parce qu'il a jugé les Français dans l'affaire de l'Arche de Zoé et en Côte d'ivoire, ils ont voulu renverser Gbagbo à cause des contrats de la CIE, de l'eau, du port et de la télécommunication. Ce n'est pas possible, nous sommes des hommes, nous avons des droits. Regardez le ministre d'Etat Bohoun qui est là. On voulait le nommer Gouverneur de la Banque centrale à Dakar. Si c'était entre nous les Africains, il serait Gouverneur, mais on dit que ce sont les Français qui ne veulent pas de lui. Les Français ont quoi à avoir dans notre banque centrale? Ont posé la question, certaines personnes. Mais c'est pour eux la banque, pour ceux qui ne le savent pas. Ils ont peur de Bohoun Bouabré. Oui, parce qu'ils disent que les gens d'Abidjan avec leur théorie bizarre d'économie, ils vont venir tout chambouler à la BCEAO. Ils ne perdent rien pour attendre. On ne peut pas continuer avec un franc CFA surévalué qui nous appauvri. On a une monnaie digne de l'Allemagne d'aujourd'hui, alors que nous sommes une économie pauvre d'Afrique. Une industrie qui doit emprunter de l'argent à la banque pour investir, les banquiers lui demandent à Abidjan, 14 à 15%. Quand les mêmes entrepreneurs français vont à la banque pour chercher de l'argent, on leur demande 3 à 4 %. Comment ici, vous allez prendre crédit à 15 % et construire des usines, embaucher des jeunes pour travailler et avoir des bénéfices avec ces 15 % ? Quand on ouvre son compte là-bas, ils sont les premiers à dire, ce sont des folies, ils ont ouvert des comptes en Europe. Il faut qu'on sache ce qu'on veut. Notre franc CFA, il faut qu'on en finisse avec. Ça peut être dur, mais le Ghana a sa monnaie, le Nigeria, la Guinée, le Liberia, etc. ont leurs monnaies. Les mêmes écoles qui ont formé leurs cadres pour créer leur monnaie, nous avons aussi ici, les mêmes compétences. Mais nous là, on dit non, la France dit qu'elle ne veut pas. Il faut qu'on arrête de dire qu'est-ce que la France veut, avant qu'on fasse. On est des gens, on est des responsables, on est un pays, il faut qu'on s'assume entièrement. Le gouvernement français n'a qu'à gérer la France, c'est son droit et puis ils n'ont qu'à nous laisser gérer notre continent. C'est tout.
La période coloniale d'esclavage, c'est fini ! On ne va pas leur demander des comptes immédiatement, mais ce serait bien aujourd'hui qu'on nous dise, Messieurs les ministres d'Etat qu'on fasse l'audit du compte d'opération. Depuis 1960, il y a combien de francs, on a eu combien et à quel taux d'intérêt sommes-nous ? Il faut qu'on fasse l'audit de la coopération monétaire, de la coopération économique. Mais si on est en guerre comme ça là, on ne peut pas s'asseoir et penser à ça. Il y a un qui dit, on veut l'audit et l'autre passe pour dire moi, je ne veux pas de l'audit si vous me donnez le pouvoir, vous faites ce que vous voulez en Afrique. En Europe, ils sont solidaires, lorsqu'un pays vous dit non, l'autre pays ne va pas accepter. Avec cette guerre, je suis allé voir les Allemands pour dire de nous aider contre les Français, ils ont dit non. Les Belges, les Italiens, les Américains, pareils. Mais si c'est en Afrique, nous sommes prêts à vendre nos parents. Les gens qui sont bien, ne vendent pas quelqu'un. Vendre l'homme, c'est interdit moralement. Et pourtant, leurs Parlements ont voté des lois pour nous vendre. C'est aujourd'hui qu'ils savent qu'il y a des droits de l'homme. On dirait “qu'avant nous n'étions pas des hommes".

08 février 2008

Devoirs d'information

e328ced19dc00576aba697420996e550.jpgNous l’annoncions il y a quelques temps. Une terrible épidémie de méningite s’abattra sur certains pays d’Afrique dont la Côte d’Ivoire.
Déjà au Burkina, de nombreuses personnes sont mortes de cette maladie dûe pour la plupart du temps à la poussière.
Faites vous vacciner pendant qu’il est encore temps.

Yaaako !!!

4f95356dfbe2dbc263d8a50cf81d689c.jpgDésillusion, désolation, déception, amertume, affliction, consternation, mais surtout regret, sont autant de sentiments que partageaient les ivoiriens à la fin du match Côte d'Ivoire-Egypte.
Alors qu'elle avait amorcé une ascension vertigineuse vers le sacre, elle a lamentablement chuté face à une équipe de pharaon déterminée à conserver son (précieux) titre.
Dans les rues d'Abidjan, la capitale économique, c'est un calme plat qui règne.
23 heures 30. Les maquis et Bar ouvrent à peine. Les rares véhicules circulent sans bruit. L'heure est à la méditation.
Quelques groupes de personnes se forment çà et là. Les drapeaux et autres gadgets aux couleurs nationales jonchent parfois les trottoirs. Dans le ciel, quelques éclaircies illuminent sur leurs visages, les larmes des supporters «trop déçus» par leurs représentants. Il n'y aura pas de marches, pas de chants de victoire, ni de champagnes à savourer. Peut être un peu d'eau pour désaltérer les voix qui se sont perdues dans les cris et les pleurs.

Minuit, un vent léger souffle sur Abidjan. Peu sont ceux qui trouvent le sommeil. Alors, dans ce silence de mort, quelques personnes discutent avec chagrin. Certains commentent le résultat du match (avec des «Si») quand d'autres essaient de comprendre ce qui s'est passé. «Nous n'avons pas reconnu l'équipe ivoirienne.
En défense, au milieu comme en attaque. C'est comme si c'étaient des amateurs», critique Marc Akoto, cadre de banque. Les Ivoiriens dans leurs majorités n'arrivent pas à comprendre qu'après trois victoires explosives, leur équipe soit tombée si bas : «4 à 1 !». «C'est une honte pour nous», lance Philomène N'Guessan, vendeuse. «Se faire éliminer sur un score aussi grand en demi-finale...», se lamente t-elle le coeur meurtri.
Sur les visages l'expression est à la détresse. «Les éléphants nous ont tué», lance en pleurs Jacqueline Guéi, assise à même le sol et parée d'Orange-blanc-vert.
Ce soir là, l'éléphant est tombé avec fracas et il s'est noyé dans les eaux du Nil. Le mythe n'aura pas été vaincu et le déplacement de milliers de supporters au Ghana aura été vain.
Ce soir-là, les Ivoiriens ont compris que le football est une science inexacte. Eux qui étaient si près du but !

07 février 2008

Henri Michel, "Monsieur limogé"

941e7f6431c4fa67c5e31bd38cb2b85c.gifAprès la Côte d’Ivoire qu’il a abandonné de façon lâche en coupe du monde, le Qatar d’où il a été ‘‘éjecté’’ en moins d’un trimestre (pour insuffisance de résultats), l’ancien entraîneur de l’équipe de France Henri Michel, vient d’être «mis à la porte» par la Fédération royale marocaine de football (FRMF).
Notre cher Henri continu son petit bonhomme de chemin allant de limogeage en limogeages. Prochaine destination ?

La CAF comme la France : «Super menteur !»

Le 07 février 2008

«Le Comité Exécutif de la CAF en séance du 1er Février à Accra a décidé que lors de ses cérémonies ‘Awards’ les absents ne seront pas pris en compte dans le classement des joueurs Africains de l’année. Cette décision a été portée à la connaissance de toutes les parties concernées le 1er Février 2008 pour la cérémonie des Awards prévue à Lomé», extrait du communiqué de la Caf du jeudi 7 février 2008.

Deux jours avant…
«(…) La Caf n'a jamais appelé Didier Drogba ou Frédéric Kanouté pour leur dire que s'ils n'assistaient pas à la cérémonie, ils ne recevraient pas le prix", a déclaré à Reuters le responsable de la communication de la Caf, Suleiman Habuba»

Quel est votre commentaire sur ces deux versions venant de la même institution ?

Générations Ex-plo-si-ves

Selon le commandement américain en Irak, Al Quaida entraîne des enfants au terrorisme.
Sur cette vidéo, l'une des bandes montre un gamin posant fièrement, une arme automatique à la main, une ceinture d'explosifs autour de sa maigre poitrine.

06 février 2008

Affaire conclue !

c9e2031dacfdef502e1da1a7c57e180d.jpgLe président tchadien, Idriss Déby, a annoncé qu'il pourrait envisager de gracier les six Français de l'Arche de Zoé qui purgent actuellement en France une peine de huit ans de prison pour tentative d'enlèvements d'enfants. «Il n'est pas impossible si la France en fait la demande (...) Bien sûr, il n'est pas impossible que j'examine cette question», a-t-il dit.
En plein conflit avec des rebelles qui sont parvenus au cours du week-end près de son palais, Idriss Déby s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec le ministre français de la Défense, Hervé Morin, qui a fait le déplacement à N'Djamena pour afficher le soutien de la France au président tchadien.
Une déclaration qui laisse penser que c’était (peut être) le deal entre Sarkozy et Deby, pour ne pas que le dernier perde son fauteuil (présidentiel).

«Les condamnés n'ont comme seul espoir qu'une grâce du président tchadien, car Nicolas Sarkozy n'a pas de pouvoir sur l'affaire et la libération conditionnelle n'est possible qu'après plusieurs années de détention, environ à mi-peine, soit dans quatre ans», affirme ‘‘Le Monde’’.
Pourtant, les rumeurs persistent à dire que l’attaque de la rébellion contre le camp gouvernemental tchadien, a été fomentée par la désormais ‘‘France-Sarkozienne’’. Et ce «chantage» cachait un deal que Deby refusait de céder. «Mais lequel ?», nous sommes-nous toujours demandé.
Alors qu’il était resté ferme vis-à-vis de la situation des prisonniers de l’Arche de Zoé – et contre la France en particulier –, Idriss Deby est soudain devenu magnanime.
A l'issue de "son" entretien avec le ministre français de la défense, le président tchadien a souligné "l'efficacité de la collaboration entre les deux Etats". "Les rapports entre la France et le Tchad ont toujours été au beau fixe. La France n'a pas failli à ses engagements. La France a tenu ses engagements fortement par rapport à l'agression", a dit M. Deby. Précisant qu'il n'y avait "jamais eu d'implication directe de l'armée française" dans les combats.
Le voilà à présent qui "psalmodie" et gracie la France.
Peut-on croire que «la libération de ces six membres de l’Arche de Zoé» était le prix à payer pour ne pas être envahi par la rébellion ? Peut-on affirmer sans se tromper, que la France a favorisé la descente musclée des rebelles (avec son corollaire de victimes) sur N’Djamena pour forcer (la main de) Deby à signer (prochainement) la «grâce présidentielle» ? L'on a beaucoup de mal à le croire, pourtant… avec Sarkozy, il faut s’attendre à tout.

Briser le Mythe egyptien!

fc29d8c139819ab31eca6e8664452574.jpgLa Côte d'Ivoire donné favorite de la demi-finale qu'elle livre jeudi à Kumasi contre l'Egypte, ne sera pas en terrain conquis face aux Pharaons qui ont l'avantage de l'histoire à l'image de la dernière confrontation entre les deux équipes qui lui a permis d'acquérir son cinquième sacre continental.
Depuis 1970 date du premier des huit face à face en phase finale de Coupe d'Afrique entre les Eléphants et les Pharaons, la Côte d'Ivoire a perdu sept fois pour une seule victoire face à l'Egypte en Algérie en 1990.

La première rencontre Egypte-Côte d'Ivoire eut lieu en 1970 lors de l'édition soudanaise. En match de classement, l'Egypte étrille la Côte d'Ivoire par 3 buts à 1, grâce à un triplet de Hassan El Shazly.
Quatre ans plus tard, en Egypte même, les Pharaons prennent de nouveau le dessus sur une formation des Eléphants battue deux buts à zéro en match de poule. El Shazly et Ali Khalil furent les buteurs égyptiens.
En 1980 au Nigeria, le destin des deux équipes se croise de nouveau et la Côte d'Ivoire tombe sous les coups de boutoir de Mokhtar Mokhtar, auteur des deux buts victorieux de l'Egypte qui gagne 2 à 1.
La poisse poursuivra en 1982 les Ivoiriens jusque sur leurs terres à Abidjan où l'Egypte, logée dans la même poule qu'eux, les bat grâce à un boublé de Taher Abu Zaid (2-1).
Au Caire en 1986, alors qu'elle vient de subir une défaite d'entrée face au Sénégal, l'Egypte se rachète en match de poule aux dépens de la Côte d'Ivoire --futur vainqueur devant les Lions du Sénégal-- par 2 buts à 0.
Cette série de cinq défaites en phase finale de Coupe d'Afrique, sera brisée une fois par la Côte d'Ivoire qui lors de l'édition de 1990 bat pour la première fois son adversaire par 3 buts à 1.

376adc0a889443944395fc9536623f54.jpgIl faudra attendre huit ans plus tard pour voir l'Egypte futur vainqueur de la compétition revenir à ses vielles habitudes et battre de nouveau la Côte d'Ivoire en match comptant pour les quarts de finale. Cette fois pourtant la suprématie des Pharaons ne s'est manifestée que durant la séance des tirs aux buts (5-4).
Huit ans après, la Côte d'Ivoire croise l'Egypte en match de poule en 2006, se fait battre (3 à 1) avant de se faire surprendre de nouveau en finale lors de la séance des tirs au buts (4-2) qui fera de l'Egypte championne d'Afrique pour la 5-ème fois.

Au total, en huit rencontres la Côte d'Ivoire n'a gagné qu'une seule fois devant une formation égyptienne alors composée de joueurs olympiques. Les Eléphants ont encaissé 15 buts des attaquants Egyptiens --compte non tenu des tirs au but-- et n'en ont rendu mis 7. Qu'en sera-t-il jeudi prochain ?

Le détail des matchs Egypte-Côte d'Ivoire en Coupe d'Afrique :
- 1970 : Match de troisième place Egypte bat Côte d'Ivoire : 3-1
- 1974 : Match de poule Egypte bat Côte d'Ivoire 2-0
- 1980 : Match de poule Egypte bat Côte d'Ivoire 2-1
- 1984 : Match de poule Egypte bat Côte d'Ivoire 2-1
- 1986 : Match de poule Egypte bat Côte d'Ivoire 2- 0
- 1990 : Match de poule Côte d'Ivoire bat Egypte 3-1
- 1998 : ¼ de finale Egypte bat Côte d'Ivoire (5 tab à 4)
- 2006 : Match de poule, Egypte bat Côte d'Ivoire 3-1
- 2006 : Finale Egypte bat Côte d'Ivoire aux tirs au but (4 tab à 2)
- 2008 : ?

Le Tchad sera t-il une nouvelle Côte d'Ivoire ?

99c9ee898ffb867ae3dc819c2b5979ba.jpg
"Si la France doit faire son devoir, elle le fera. Que personne n'en doute", a averti mardi 5 février le président français Nicolas Sarkozy à propos de la situation au Tchad, où des forces rebelles tentent de renverser le régime du président Idriss Déby.

"Maintenant qu'il y a la décision du Conseil de sécurité , il faut laisser le Tchad tranquille" et "arrêter maintenant avec ces actions rebelles", a lancé le président français, en déplacement à La Rochelle.

"Si le Tchad était victime d'une agression, la France aurait -au conditionnel- les moyens de s'opposer à cette action" et "chacun doit bien y réfléchir", a insisté Nicolas Sarkozy, qui était interrogé sur une éventuelle intervention militaire française contre les rebelles tchadiens. "Chacun est averti et doit prendre ses responsabilités."

"L'armée française n'est pas là pour s'opposer par les armes à qui que ce soit, mais maintenant il y a une décision juridique du Conseil de sécurité, prise à l'unanimité", a-t-il rappelé, en référence à la déclaration présidentielle adoptée la veille au siège de l'ONU, qui condamne "fermement" les attaques et "toutes les tentatives de destabilisation par la force" du Tchad.

"C'est par les élections qu'on prend le pouvoir et pas autrement", a relevé M. Sarkozy.

La déclaration présidentielle du Conseil de sécurité "soutient sans ambiguïté le gouvernement légitime du Tchad. Elle condamne sans ambiguïté l'action des rebelles" et "elle donne un cadre juridique en cas d'éventuelle agression contre le régime du président Déby pour que chaque pays aide le gouvernement légitime", a encore souligné le président français.

Aux rebelles qui accusent la France d'avoir participé aux combats et tué des civils, Nicolas Sarkozy a répondu: "ce n'est absolument pas exact". "Il n'y a eu aucun tir de l'armée française, si ce n'est pour protéger nos compatriotes lorsque nous avons été amenés à les exfiltrer (...) C'est une décision que j'ai prise dans la nuit de vendredi à samedi. Ils (les soldats français) étaient donc en état de légitime défense", a souligné Sarkozy.

Interrogé sur Europe-1, le général Mahamat Nouri, principal chef de la rébellion tchadienne, a pour sa part affirmé que l'aviation française a bombardé les positions rebelles. "Depuis avant-hier soir, c'est l'aviation française qui nous pilonnait. L'aviation nous a bombardés depuis hier matin (lundi) jusqu'à ce matin (mardi) une heure du matin."

"Je n'ai pas voulu qu'il y ait d'intervention directe (...) avant qu'il y ait un cadre juridique bien précis", a précisé Nicolas Sarkozy. "On n'est plus dans ce qu'on appelait la Françafrique (...) Il y a des règles internationales et je veux m'y conformer."
(Source Jerusalem Post)

05 février 2008

Ballon d’or 2008 : Joseph Antoine Bell accuse la CAF

L'ancien gardien du Cameroun, de Marseille, Saint-Etienne et Bordeaux (France), Joseph-Antoine Bell, s’est prononcé sur les déclarations de Didier Drogba en rapport avec la distinction du ballon d’Or africain.
Il n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger la Caf en estimant qu' "il n'y a pas de raison de douter" du capitaine de l'équipe ivoirienne.

podcast

Redevance aux téléspectateurs

a23eb1e0c2c9a1e659f6ea9fe9d7c7ee.jpgNous nous sommes toujours demandés à quoi servaient les fonds recueillis sur les factures d'électricité.
Le Quotidien "Le Jour plus" introduit le sujet en affirmant que c'est «dans le souci d'améliorer la qualité des prestations, de la Radio-Télévision ivoirienne, RTI, (que) l'Etat de Côte d'Ivoire, a instauré la redevance RTI depuis 1994. 14 ans après, s'il est vrai que les attentes escomptées en terme de mobilisation des ressources ont été atteintes», les émissions sont toujours taxées de «nazes» par les téléspectateurs. Et le quotidien de s'interroger «Où va donc cette manne financière récoltée au profit exclusivement de la RTI ?».

Quelques chiffres

«A l'instar des autres sociétés d'Etat, des mesures ont été prises depuis plusieurs années pour garantir la qualité des prestations des-dites sociétés. C'est ainsi que pour s'inscrire dans la dynamique des Nouvelles Technologiques de l'Information et de la Communication, le gouvernement instauré une redevance, dénommée redevance RTI. Sur les factures d'électricité. Celle-ci s'élève à 2000 CFA tous les deux mois. Elle devrait être reversée sur le compte de la Radio Télévision Ivoirienne (RTI) au Trésor public. Evidemment, vu la vétusté des édifices et des infrastructures audio-visuelles, cette somme devrait permettre aux responsables de cette structure de redorer son blason en offrant une meilleure qualité de ses productions aux téléspectateurs et auditeurs.
Ainsi, ce sont des milliards de francs qui sont engrangés chaque année. Une histoire de gros sous. A toutes fins utiles, rappelons qu'à ce jour, la Compagnie Ivoirienne d'Electricité (CIE) enregistre environ 800.000 abonnés. Un simple calcul permet de savoir que ce sont près de 96 milliards qui sont engrangés chaque année. Quant à la Radio et à la Télévision ivoirienne, elles rapportent autour de 4 milliards de recettes publicitaires par an. Que dire des sponsors ? Rien. Sinon qu'ils rapportent entre 600 et 800 millions de francs cfa par an. Au regard de tout ce qui précède, l'on peut affirmer que ce sont des centaines de milliards de francs qui sont récoltés chaque année».

7031fa5ecb195b399ab3762395de3a05.jpgC'est sûr qu'au regard du visage que présente à l'heure actuelle la RTI, l'on doit s'interroger sur ce à quoi servent «les redevances».La télévision nationale n'a pas encore forcément atteint le niveau standard international. Aujourd'hui, où les chaînes étrangères sont «facilement» accessibles sur les bouquets satellitaires, les téléspectateurs sont de plus en plus exigeants en matière de qualité d'images, mais aussi de contenus d'émissions.
«Quand vous zapper d'une chaîne européenne à la 1ère ou TV2, vous êtes déçu», fait remarquer la majorité des personnes interrogées.

«14 ans après l'instauration de la Redevance RTI, auditeurs, téléspectateurs, (...) sont restés sur leur faim. Et pour cause : la Redevance RTI sur chaque facture de la CIE tous les deux mois, pour l'amélioration du contenu des prestations de la Radio et Télé nationale avaient suscité beaucoup d'espoir au sein des populations. Malheureusement, pour cause de gestion approximative et de manque de volonté politique malgré l'esprit de patriotisme et de civisme des populations, les réalisations majeures attendues n'ont pas été faites. Les édifices aussi bien de la Radio au Plateau que de la Télévision à Cocody sont restés en l'état. Des bureaux aux façades extérieures en passant par les infrastructures offrent les mêmes vétustés, à part un semblant de couche de peinture. La station d'Akakro, elle non plus n'a pas échappé à cette négligence notoire de nos autorités. Ainsi, cette station n'a pas pu répondre aux exigences des nouvelles donnes satellitaires. Pourtant, elle doit faire face à la rude concurrence. De l'avis de certains spécialistes et observateurs en la matière, 4 milliards de francs auraient suffi pour soigner l'image de notre Radio et Télé».

En conclusion, les 2000 francs que donnent les téléspectateurs n'est pas la solution. Il faut certainement proposer autre chose. Mais quoi?

La France entre deux feux au Tchad

Un petit débat sur "France 24" pour tenter de nous faire avaler que la France est dans une position "extrêmement difficile" au Tchad.

04 février 2008

Cécilia va se remarier

00764a34f735f663760deb20f6ea9e83.jpgDécidément la série "Sarko love story" n'est pas prête de s'achever. Un nouvel épisode tout aussi accrocheur vient d'être annoncé par le
Firgaro.

"Pendant que Nicolas Sarkozy célébrait ses noces avec Carla Bruni, Cécilia Albeniz- Ciganer a quitté la France pour passer le week-end en compagnie de Richard Attias, de qui elle serait éperdument amoureuse. L'ex-première dame a donc retrouvé l'homme pour qui elle avait quitté Nicolas Sarkozy en mai 2005.
Presque aussi pressée que son ex-mari de tourner la page de leur divorce pour recommencer une nouvelle vie, Cécilia a prévu de se marier avec Richard Attias en mars, à New York. «La réponse de la bergère au berger», commente un ami du couple".

Piqué par le virus

c9518bb1eda8b2242ec58c75a81c935f.jpgChers membres de la famille, si vous constatez que je ne suis plus là (en pub), c'est que j'ai attrapé le virus du "disparu-disparu". Je serai peut-être absent de l'espace "les autres blogs", mais je serai toujours en vie. Edgar l'a attrapé et il en est guérit. Apparemment c'est lui qui m'a contaminé.
Euh Ed', c'est qu(o)i le remède déjà ? kédjénou d'aigles ou méchoui d'écureuil ou encore Guinéens écurés ?

Sarko love Story: Tout l'monde (entier) en parle

f1fb7dbfbd9b15adaae314d90929d800.jpgRetrouvez dans cette ‘‘revue du Web’’ ce que pensent certains bloggeurs français du mariage de Sarko et de Carla.
De même Jean-Louis Debré -un proche de Jacques Chirac- et président du Conseil constitutionnel, malgré son droit de réserve, souhaite beaucoup de bonheur aux mariés de l'Elysée mais il rappelle que la fonction présidentielle exigeait "une certaine tenue". Une intervention ‘’violemment’’ critiquée par les «ténors de la majorité»
C’est véritablement un mariage où tout le monde a son mot à dire là-dessus. Carla (qui n’est pas à son premier) devient une ‘’française par mariage’’ et son président de mari chute terriblement dans les sondages.

01 février 2008

Sos pour Edgar

L'un des membres de la blogsphère ivoire-blog est porté disparu sur l'interface depuis deux jours. En réalité, Edgar Yapo continu de publier des posts, mais (certainement pour des raisons techniques) il n'a plus droit à la "pub" dans l'espace "les autres blogs". Why ?
Certainement que le service technique de ivoire-blog pourra l'aider ou peut être notre cher Cartunelo, "docteur Web 2.0" .

Résolution du conflit Guéré-Dioula à Duekoué

L'on se souvient encore du conflit inter-ethnique qui a eu lieu - il y a quelques années - à Duekoué (ouest), entre les Dioulas (allogènes) et les Guérés (autochtones). Un conflit qui avait dégénéré et avait installé dans le coeur de ces populations une méfiance extrême. Alors que celles-ci vivaient en de bons termes depuis plusieurs décennies.
Aujourd'hui les choses semblent revenir à la normalisation.
Ce documentaire - c'est la 1ère partie - présente comment le pas a été franchi de la méfiance à la confiance grâce à un programme de stage.
Organisé par la Fondation internationale «l’art de vivre», ce programme dénommé «Youth Leadership Training Program» est une nouvelle approche dans la résolution des conflits.

Congrès du RDR en live!

Nous annoncions il y a quelques jours notre découverte sur le site du congrès du RDR. Eh bien, il vient de s'ouvrir et vous pouvez le suivre en direct ici
Encore félicitation aux organisateurs.

11:45 Publié dans On dit quoi ? | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rdr, congrès

Combien sommes-nous en Côte d'Ivoire ?

Retrouvez ici toutes les données statistiques de la côte d’Ivoire.
Combien nous sommes, combien nous dépensons, quelle est notre espérance de vie etc.