topblog Ivoire blogs

21 février 2008

Base militaire NON... occupation militaire OUI !

a44304282597855bb682c68aab14b922.jpg«Bonnet blanc, blanc bonnet», aime t-on à le dire lorsque deux situations prises dans un sens ou dans l'autre sont les mêmes. C'est exactement ce à quoi nous assistons avec l'annonce du transfert au Ghana du Commandement militaire africain (Africom). Annonce faite par le Président américain lors de sa visite au Ghana.
Pour Georges Bush, il ne s'agit pas d'«installer au Ghana une base militaire comme le fait croire des rumeurs». «Nous n'envisageons pas d'ajouter de bases», a-t-il lancé lors d'une conférence de presse avec le président ghanéen John Kufuor, alors que de nombreux pays africains sont inquiets de la volonté des Etats-Unis de transférer le Commandement militaire africain (Africom), actuellement installé en Allemagne, en Afrique. «Je sais qu'il y a des rumeurs au Ghana selon lesquelles Bush ne vient ici que pour convaincre d'installer une grosse base américaine. C'est de la foutaise. Ou comme on dit au Texas : bullshit!» s'est-il écrié.
Cependant, Bush reconnaît qu'il tient à ce qu'il y ait une «présence» militaire américaine permanente en Afrique. Même si ''Africom'' est «un concept nouveau (...) il va aider à fournir une assistance aux pays d'Afrique, de sorte que ces pays soient mieux préparés à résoudre les conflits d'Afrique, par exemple en fournissant une formation au maintien de la paix», s'est-il justifié.

"Ce n'est pas une base militaire, mais une structure de commandement !"

Je voudrais qu'on essaie de nous expliquer. Parce que nous (certains Africains), (nous) ne voyons pas de différence. Soit !
Les grandes puissances sont toujours dans une logique de forces d'occupation et de pensées colonialistes. Certainement que nous n'en sortirons jamais. Parce qu'avec une présence aussi marquée de l'armée américaine sur le sol africain, le moindre refus sera ''plus vite'' sanctionné. Bonjour le chantage, bonjour l'esclavage. Esclavage économique et (encore plus) esclavage militaire et politique.
Ils nous restent encore notre liberté idéologique. Mais là encore pour la conserver il va nous falloir être unit. Pourtant, face à ''Africom'' (comme sur de nombreux points) l'Afrique est TO-TA-LE-MENT divisée. Certains pays l'embrassent à l'étreindre, quand d'autres manoeuvrent à l'éteindre. Espérons que ces derniers ne seront pas emportés par le train.

(Petite interrogation. Kufor peut-il se permettre de refuser d'accueillir cette force militaire ? Simple question !)

Commentaires

Donc c'est le Ghana qui a cédé...
Pour répondre à ta question sur le choix de refuser l'implantation de ce "commandement version Bush", j'avais moi même posté un billet à ce sujet qui témoignait de la difficulté des USA à convaincre les africains du bien fondé de leur initiative sécuritaire et surtout la réaction musclée de l'Afrique du Sud.
http://y-voir-plus.ivoire-blog.com/archive/2007/10/01/le-retour-du-faucon-noir.html

Une position commune de l'Afrique aurait pu peut être remettre en cause ce projet US?
qu'en penses tu?

Écrit par : Djé | 21 février 2008

Tu as tout juste. Je suis pour que tout le continent (qui est d'ailleurs concerné - en danger je veux dire - par cette implantation militaire) s'unissent d'une même voix pour dire NON! A mon avis les USA n'auraient pas d'autres choix que de négocier une "coopération" militaire en lieu et place d'une occupation militaire.
Si le GHana a cedé, c'est bien pour deux raisons à mon entendement.
uno, il se met sous le bouclier des Etats Unis, et du coup il se sent une "puissance", donc à même de négocier et de prendre position devant certaines forces africaines comme l'Afrique du Sud et le Nigéria (qui rejettent justement ce projet). Donc le Ghana a passé un "deal de protection". "Quand tu n'a pas de forces, prends comme ami le grand frère le plus respecté du quartier(au risque d'être son valet, son esclave. Mieux vaut être esclave sous une "puissante" protection que libre sans protection). Les autres "vié père" auront peur de toi".
Secondo, John Kufor n'avait pas la garantie d'une "solidarité africaine" en cas de refus.

Écrit par : Yoro | 21 février 2008

Je te rassure (ou pas...) je ne suis pas africaine mais je ne vois pas non plus la différence...

Écrit par : Madison | 21 février 2008

Les commentaires sont fermés.