topblog Ivoire blogs

06 février 2008

Affaire conclue !

c9e2031dacfdef502e1da1a7c57e180d.jpgLe président tchadien, Idriss Déby, a annoncé qu'il pourrait envisager de gracier les six Français de l'Arche de Zoé qui purgent actuellement en France une peine de huit ans de prison pour tentative d'enlèvements d'enfants. «Il n'est pas impossible si la France en fait la demande (...) Bien sûr, il n'est pas impossible que j'examine cette question», a-t-il dit.
En plein conflit avec des rebelles qui sont parvenus au cours du week-end près de son palais, Idriss Déby s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec le ministre français de la Défense, Hervé Morin, qui a fait le déplacement à N'Djamena pour afficher le soutien de la France au président tchadien.
Une déclaration qui laisse penser que c’était (peut être) le deal entre Sarkozy et Deby, pour ne pas que le dernier perde son fauteuil (présidentiel).

«Les condamnés n'ont comme seul espoir qu'une grâce du président tchadien, car Nicolas Sarkozy n'a pas de pouvoir sur l'affaire et la libération conditionnelle n'est possible qu'après plusieurs années de détention, environ à mi-peine, soit dans quatre ans», affirme ‘‘Le Monde’’.
Pourtant, les rumeurs persistent à dire que l’attaque de la rébellion contre le camp gouvernemental tchadien, a été fomentée par la désormais ‘‘France-Sarkozienne’’. Et ce «chantage» cachait un deal que Deby refusait de céder. «Mais lequel ?», nous sommes-nous toujours demandé.
Alors qu’il était resté ferme vis-à-vis de la situation des prisonniers de l’Arche de Zoé – et contre la France en particulier –, Idriss Deby est soudain devenu magnanime.
A l'issue de "son" entretien avec le ministre français de la défense, le président tchadien a souligné "l'efficacité de la collaboration entre les deux Etats". "Les rapports entre la France et le Tchad ont toujours été au beau fixe. La France n'a pas failli à ses engagements. La France a tenu ses engagements fortement par rapport à l'agression", a dit M. Deby. Précisant qu'il n'y avait "jamais eu d'implication directe de l'armée française" dans les combats.
Le voilà à présent qui "psalmodie" et gracie la France.
Peut-on croire que «la libération de ces six membres de l’Arche de Zoé» était le prix à payer pour ne pas être envahi par la rébellion ? Peut-on affirmer sans se tromper, que la France a favorisé la descente musclée des rebelles (avec son corollaire de victimes) sur N’Djamena pour forcer (la main de) Deby à signer (prochainement) la «grâce présidentielle» ? L'on a beaucoup de mal à le croire, pourtant… avec Sarkozy, il faut s’attendre à tout.

Commentaires

Ils sont prêts à marcher sur des milliers de cadavres de nos parents pour juste obtenir la grâce de 6 des leurs, comme ce sont les autres qui sont bons pour la prison. tchrrrrr!. Mais, ils sont vaincus, notre génération ne se laissera pas faire....

Écrit par : kandar1er | 10 février 2008

Les commentaires sont fermés.