topblog Ivoire blogs

19 janvier 2008

Qui paiera pour eux ?

cd9cf45063182d266cef36a65304110b.jpgCes noms ne vous diront peut être rien, ou pas grand-chose. Moussa Kaka et Ibrahim Manzo Diallo.
Journalistes nigériens, ils sont respectivement, correspondant au Niger de Radio France International (Rfi) et rédacteur en chef d’un quotidien local. Ils ont été arrêtés depuis 5 mois alors qu’ils étaient en reportage dans la zone rebelle du Niger (nord). Les autorités nigériennes les accusent – et ce sur la base d’écoutes téléphoniques – d'avoir aidé la rébellion. (Vrai ou faux là n’est pas tellement la question).
Deux autres noms. Thomas Dandois et Pierre Creisson, deux autres journalistes qui réalisaient un reportage pour la chaîne de télévision franco-allemande Arte. Ils ont été arrêtés le 17 décembre pour avoir outrepassé les autorisations qui leur avaient été données en filmant des rebelles touaregs dans le Sahara au lieu de réaliser un tournage sur la grippe aviaire comme ils l'avaient prétendu. Ils sont également accusés d’avoir aidé la rébellion.
Pour les deux groupes de personnes le délit est le même et la peine requise par les tribunaux nigériens pareille: «atteinte à la sûreté de l'Etat». Et dans ce pays c’est un «crime passible de la peine de mort».
Mais, les deux journalistes en reportage pour la chaîne franco-allemande Arte ont pu quitter vendredi, le camp pénal de Kollo, au sud de Niamey, à 18h30 "après que la caution exigée pour leur libération a été versée". Le ministère français des Affaires étrangères avait appelé le Niger à la clémence pour ses compatriotes.
Leur caution a donc été fixée à dix millions de francs CFA (environ 15.000 euros), a indiqué leur avocat Coulibaly Moussa. Pourtant, leur chauffeur Alhassane Abdurahman, a lui aussi été arrêté (pour les mêmes motifs).
6571f45e68d2dc992cee1a0284614a23.jpg
Alhassane Abdurahman, Moussa Kaka et Ibrahim Manzo Diallo sont toujours incarcérés. Leur sort n’est pas encore clairement déterminé.
Seront-ils libérés eux aussi sous caution ? Qui paiera pour eux ? Quel est le mot de passe de la liberté en Afrique. «France !» ?
Cette histoire me rappelle un certain «Arche de Zoé». (No comment) !
Pourquoi «nos justices» devraient-elles céder aux exigences françaises ?
Il y a quelques jours en Côte d’Ivoire, dix personnes, dont huit Africains et deux Français, ont été inculpées et écrouées. Le scénario sera-t-il le même ?
Attendons pour voir !
Pendant ce temps, la France réclame (à l’Algérie) la tête de la star du raï Cheb Mami, de son vrai nom Mohammed Khalifati, pour "violence volontaire, séquestration et menace sur victime »…une de ses ex.
La loi algérienne semble t-il, est claire à ce sujet. «Elle ne permet pas l’extradition des nationaux».
Attendons toujours pour voir.

Les commentaires sont fermés.