topblog Ivoire blogs

04 janvier 2008

La Chine pour des exécutions plus … ‘‘humaines’’

6015f49aa3384681c1bdcc45ff753740.gifNuméro un dans les exécutions de la peine de mort, la Chine souhaite généraliser l'usage de l'injection mortelle pour les peines capitales au détriment de l'exécution par balle."C'est considéré comme plus humain et cela devrait être utilisé dans toutes les juridictions intermédiaires", où se passent la plupart des exécutions, a déclaré au China Daily le vice-président de la Cour suprême, Jiang Xingchang.


La pratique de l'injection létale est possible en Chine depuis 1997 et selon M. Xingchang la moitié des 404 tribunaux intermédiaires y ont déjà recours.

La Chine est le premier pays au monde pour le nombre d'exécutions. Chaque année, la Chine exécute plus de personnes que le reste du monde (entre 10 000 et 15 000).
Avant d'être présenté au peloton d'exécution, les condamnés sont exhibés publiquement. La population les humilie et les accompagne jusqu'au terrain d'exécution.

Après plusieurs erreurs judiciaires qui ont fait grand bruit dans l'opinion, la Chine réforme lentement le système de la peine capitale. Depuis l'an dernier, c'est de nouveau à la Cour suprême que revient le feu vert définitif à une exécution, rôle qui avait été confié aux cours provinciales lors d'une vaste campagne contre la criminalité dans les années 1980.

Soulignant que le recours de moins en moins fréquent à la peine capitale est une tendance mondiale, Xiao Yang, président de la Cour suprême, estime, dans le China Daily que "la Chine se dirige également dans cette direction". Il estime cependant prématuré de parler d'abolition à court terme. "Nous ne pouvons parler de manière abstraite d'abolir ou de contrôler l'usage de la peine de mort sans prendre en compte les réalités du terrain et les conditions de sécurité sociale", conclut le juge.

La peine capitale s'applique en Chine pour une douzaine de crimes, y compris la corruption ou la fraude fiscale. Certains crimes mineurs sont sanctionnés de la peine capitale. C'est notamment le cas des infractions sur la loi des stupéfiants, des vols de cartes de crédit et du séparatisme.

Les commentaires sont fermés.