topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

12 décembre 2011

Résultats législatives 2011. La CEI devancée par le web

legislativeyas.jpg

Tous les regards sont tournés vers la CEI (commission électorale indépendante) pour les résultats des élections législatives 2011 qui se sont tenues hier dimanche 11 décembre. Des résultats pour le taux de participations mais aussi pour connaître les futurs parlementaires ivoiriens.

legislativelobognon.jpgSur la toile, certains candidats (très web) annoncent déjà les couleurs en "proclamant" leurs victoires. Le ministre Alain Lobognon, s’est empressé dimanche nuit de rendre publiqe sa victoire  à Fresco. « C'est confirmé ! Nous avons gagné à Fresco », s’exclamait-il sur twitter. Recevant de nombreuses félicitations des internautes.

Ce lundi matin, c’est la candidate Yasmina Ouegnin de Cocody qui annonce que « La victoire de la liste PDCI renouveau est confirmée ».

Finalement, la CEI risque d’être déphasée si elle ne se dépêche pas face aux réseaux sociaux qui ont la force de l’instantanée et la puissance de la rapidité de l’information.

Quelques "résultats officiels" diffusés sur le web

 

21 septembre 2011

Yoro, Lauréat Harubuntu 2011

IMG_6200.JPG

En ce matin pluvieux sur Abidjan voici une nouvelle qui me réjouit et me rend fier des jeunes avec lesquels je travaille.
Je viens d’être désigné Lauréat par le jury du concours Harubuntu dans la catégorie « Communication ».

Pour, l'ONG belge, Echos Communication organisatrice dudit concours, il s’agit de repenser l’acte de coopération en mettant en lumière, d’une part, la réciprocité qui existe entre le Nord et le Sud et en promouvant, d’autre part, les potentialités de chacune des parties. « C’est pour cela, affirment les initiateurs, qu’un réseau de partenaires euro-africains composé d’ONG, de médias et de personnes indépendantes s’est levé pour lancer ensemble ce projet ».
« Parce que nous croyons qu’il est temps de réinventer la relation entre l’Afrique et l’Europe,... Que l’Afrique recèle de trésors humains, de savoir faire, de manières de vivre, de compétences, de cultures et de ressources naturelles. Et que si les ressources naturelles sont connues, les trésors humains sont encore souvent cachés... » peut-on lire sur le site du concours

.
IMG_6181.JPGC'est sur ce post de la blogueuse Yehni Djidji, que j'ai vu l'annonce de la compétition. En avril donc j’ai soumis ma candidature avec en main tous les projets que j’ai initiés (Avenue225, Ouest Afrika Blog et l’Agence E-voir ). J’ai été présélectionné en juillet et une mission s’est rendu à Abidjan pour une évaluation de ce que j’ai avancé dans mon dossier de candidature. Pendant 3 jours (du 5 au 7 septembre), les deux membres du jury ont suivit mon équipe et moi-même dans nos différentes activités et actions.

Pour remporter il fallait : « être porteurs d’espoir et créateurs de richesses africains, Etre une personne qui ouvre de nouveaux horizons et mettent en place des projets pour le développement de l’Afrique ».

Et comme préréquis il fallait "être d’origine africaine, résider en Afrique, être porteur d’un projet déjà mis en oeuvre concrètement (plus de 6 mois). Enfin, être issus d’une des catégories suivantes : entreprenariat, autorité locale, société civile, communication".

Merci donc au comité d’organisation et le jury pour son choix mais aussi et surtout à toutes les Teams des Avenants (anciens comme nouveaux, d’ici et d’ailleurs) et des "Voyeurs" pour le soutien en tout temps.
Bientôt je vous donnerai la suite du programme concernant le prix.
Les lauréats des années antérieurs. En 2009, une ivoirienne avait été désigné coup d’cœur du Jury.

ça me rapelle où j'ai été désigné "Meilleur Blogueur Francophone 2008" et "Meilleur blog de journaliste d'Afrique de l'Ouest".

08 septembre 2010

Doit-on se faire vacciner contre la grippe A ?

 

grippea.jpgUne campagne contre la grippe A H1N1 a été lancée depuis le 2 septembre à Abidjan pour vacciner les « les enfants de 0 à 5 ans, les personnes vivant avec des maladies chroniques (diabète, hypertension artérielle, drépanocytose, asthme), le personnel de santé, les femmes enceintes, les hommes de média, les forces de l'ordre ».

Selon le directeur de cabinet du ministre de la santé de Côte d’Ivoire, le Professeur Ehilé Etienne "malgré la déclaration de la fin de l'épidémie par l'OMS, le virus circule toujours et nul n'est à l'abri d'une flambée épidémique". "La surveillance épidémiologique et la vaccination sont toujours d'actualité", s’est d’ailleurs justifié Dr. Kalilou, représentant le représentant résident de l'OMS en Côte d'Ivoire. Ainsi, pendant une semaine (la campagne de vaccination s’achève ce mercredi 8 septembre), des milliers de personnes sur toute l’étendue des districts sanitaires devaient recevoir des doses du vaccin. Précisément 2 millions de doses offertes à la Côte d'Ivoire avec l'appui de l'USAID et des autres partenaires du pays.

Quand on sait que ce vaccin a fait des vagues et a été boudé dans les pays européens, on est en droit de s’interroger ? Quand on sait que des pays comme la France se sont retrouvés avec de nombreuses doses du vaccin sous la main, ne faut-il pas s’inquiéter de cette générosité médicale ?

En France, le vaccin n’a pas été très bien accueilli par la population parce que plusieurs avaient estimé qu’il (le vaccin) avait été concocté avec trop de précipitation et sans vraiment respecter des tests dans la durée. Le débat avait fait rage. Mais ici en Côte d’Ivoire, on a tout de suite plongé sur le cadeau qui nous a été offert sans forcément se poser des questions.

« Depuis le début novembre 2009, les autorités françaises ont compris que le nombre de doses commandées - 94 millions pour un montant officiel de 675 millions d'euros - serait beaucoup trop important. Cette commande correspondait en effet à deux injections par personne, un schéma de vaccination abandonné par l'OMS définitivement le 20 novembre. (…) Les Pays-Bas, qui avaient commandé 34 millions de doses, ont également annoncé leur intention d'en revendre 19 millions », écrivait le journal français le Figaro. Les grandes puissances désormais se livrent une réelle bataille pour écouler les stocks restants. Ventes, dons, etc… tout y passe.

La bataille du "largage"

En janvier 2010, le Quai d'Orsay a acheminé près d'un million de doses de vaccin, destinées aux communautés françaises expatriées. Accessoirement, «de manière ponctuelle, lorsque des gouvernements cherchent à s'en procurer et nous sollicitent», dit-on au ministère des Affaires étrangères, les représentations françaises à l'étranger «font remonter l'information» vers le ministère de la Santé, «qui y répond». 300.000 doses ont été vendues au Qatar, 2 millions de vaccins étaient en passe d'être cédés à l'Égypte. L'Ukraine, la Roumanie, la Bulgarie, le Mexique étaient également aussi sur les rangs.

D'autres pays sont en concurrence pour leur fournir des vaccins, notamment l'Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse. Mais «ce n'est pas une compétition commerciale», soulignait en début d’année Bernard Valéro, le porte-parole du Quai d'Orsay.

Alors, faisons-nous partie de ces pays à qui on livre ces « restangolots » de doses vaccins ? Les populations ont-elle eu suffisamment d’informations sur le vaccin qu’on leur injecte ? Je crois que le ministère de la santé ne devrait pas se précipiter de (nous) vacciner. Pour ma part, je crois qu’il faut faire attention (surtout en matière de santé) aux substances qu’on nous injecte trop vite. Aux vaccins fabriqués à la hâte. Rien ne presse. Il faut prendre le temps de bien cerner tous les contours du vaccin. Pour ne pas que les doses qu’on nous donne gratuitement deviennent finalement des cadeaux empoisonnés. Vigilance !

 

 

03 septembre 2010

Gbagbo à Agboville, internet non plus

desjournalistes.JPG

Les populations d’Agboville qui pratiquent internet sont en colère. Depuis le jeudi 2 août la connexion internet a disparu. Et cela dans toute la ville. «Au départ je pensais que c’était juste une coupure momentanée, mais jusqu’à 23 heures il n’y avait toujours pas d’accès au web », raconte Wenceslas Achi, un habitant de la ville.

Une situation qui a occasionné une baisse des bénéfices dans les cybercafés. « Je me suis rabattu sur le traitement de texte et l’impression. Mais ça ne nous arrange pas », se plaint un gérant de cybercafé.

Les journalistes « handicapés »

Ceux qui ont le plus souffert de cette coupure sont les journalistes et autres agents de médias qui ont fait nombreux le déplacement dans l’Agnéby à la faveur de la visite du chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, dans la région.

16 heures les cybercafés sont bondés de monde. Pour la plupart des journalistes qui souhaitent saisir leurs comptes rendus et les envoyer par mail à leurs rédactions respectives. A leur grande surprise, «internet ne fonctionne pas ». C’est la panique. Certains appellent leurs rédactions pour les tenir informées. Il faut se dépêcher si l’information doit passer dans le journal du lendemain. D’autres improvisent. Ils saisissent leurs textes puis le dictent par téléphone à un autre journaliste resté à Abidjan. Ils sont tous dépités. Dégoutés. Tous sauf certains « grands médias » qui ont prévus des « clés internet ». Pour eux, c’est la quiétude et la sérénité. Les textes et les photos sont envoyés en quelques heures.

Un des correspondants d’un organe de presse écrite qui n’a pu transmettre ses photos et ses textes est amer et accuse. «Je ne crois pas en une coïncidence. Ce n’est pas la première fois. Lorsqu’il y a un grand évènement dans la région, c’est comme si les grands groupes de presse et la télévision font tout pour être les seuls à avoir l’exclusivité ».

« Quel pouvoir avons-nous pour suspendre la connexion dans toute une ville juste pour avoir la primeur de l’infos ? », se demande un journaliste de la première chaîne en rigolant.

Dans tous les cas, ce matin du vendredi 3 août, seul Fraternité Matin, le journal gouvernemental a pu faire un large compte rendu (avec photos) sur la première étape de la visite du président. La télévision également a diffusé de larges extraits de cette première journée de la tournée.

Simple coupure ou acte de sabotage ? Voilà deux jours que ça dure. Et les commentaires vont bon train pendant que le président poursuit paisiblement sa tournée dans l’Agneby.

 

06 mai 2010

Polémique autour de la découverte d'un arsenal de guerre à Abidjan

 

arsenaldeguerre2.JPG
Dans un communiqué, le service de communication de la gendarmerie annonce que «Cet arsenal qui a été découvert dans une maison située au quartier RAN de cette commune est composé de 05 RPG (Roquettes Propulsées par Gaz), 05 fusils de type SIG, 02 fusils de calibre 12, 03 kalachnikovs, 03 fusils mitrailleurs, 01 arme automatique modèle 52 (AA52), 01 bande de munitions AA52, 18 charges propulsives, 04 roquettes anti personnel, 16 roquettes anti chars, 04 cartouches de fusil calibre 12, 11 chargeurs de fusil kalachnikov, 02 chargeurs de fusil SIG, 13 paquets de munitions de 7,62 mm, 10 munitions en vrac de 7,62 mm, 10 sacs de treillis différents et 04 cartons de treillis différents »
Toujours selon les sources de la gendarmerie, un individu répondant au nom de FOFANA BAYA né le 05 Septembre 1979 à DABAKALA a été interpellé.
notrvoie.jpgSi cette annonce est de nature à rassurer les populations abidjanaises, la presse a fait un échos avec des voix plutôt discordantes.
nouveaureveil.jpgNotre Voie le journal du FPI (Front populaire ivoirien, parti au pouvoir) écrit que«cette cache d’armes a été découverte à 10 jours de la marche du RHDP. Et avec les discours guerriers tenus ces jours-ci, cela donne froid dans le dos».
En effet le RHDP prévoit une grande marche le 15 mai prochain pour«réclamer l’organisation des élections». Et Anyama est indexé comme un bastion du Rassemblement des Républicains (RDR, principal parti d’opposition).
Du côté de l’opposition, on voit en la découverte de cette poudrière une manipulation. Le Nouveau Réveil, le journal du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ancien parti au pouvoir) titre à sa Unece jeudi 6 mai :
« A 10 jours de la marche du RHDP, le FPI invente un faux complot». Lire la suite de l'article ici

 

05 mai 2010

Que devient le blog des Forces armées ?

 

Armee drapeau.jpg

En 2005 alors qu’on ne parlait pas (à haute voix) de blog ou de blogosphère ivoirienne, les Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire (Fanci aujourd’hui FDS, Forces de défense et de sécurité) avait déjà un blog qui leur était consacré. Un espace intéressant qui leur permettait de communiquer sur les actions de l’armée ivoirienne en période de paix ou même dans des climats d'hostilité.

Créé en septembre 2005, 3 ans après le début du la crise politico militaire, ce blog fournissait des informations intéressantes et utiles sur les sujets d'actualité de la vie des militaires en Côte d'Ivoire. Des projets sociaux aux attaques des camps militaires en passant par les nominations effectuées au sein des FDS, le blog balaie tous les sujets.

« Ce site est dédié aux Fanci c'est-à-dire aux Forces Armées Nationales de Côte D'iVoire qui depuis le 19 septembre ont vaillamment résisté face à l'agression de rebelles soutenus par une coalition régionale et internationale. Ce n'est point un site officiel ».

L’auteur affirme à cette époque que «c'est un blog de discussion sur la refondation de la nouvelle Armée ivoirienne, sur ses chefs les plus charismatiques ainsi que sur les défis qui lui seront imposés dans la décennie à venir..»

Pourtant, tout semble s’être arrêté depuis le 22 avril 2008. Un an après la signature des Accords politique de Ouaga. Alors que la Côte d’Ivoire a sa propre blogosphère . L’alimentation du blog s’arrête sur une question essentielle : «Doit on reformer ou réformer l'armée ivoirienne? »

Je pense que le blogueur (militaire ou non) aurait dû continuer. Surtout que le débat (militaire) est d’actualité. Et surtout qu’il ne faut pas attendre qu’il y ait des affrontements pour communiquer. J’ai cherché en vain sur le web un site ou un blog appartenant aux Forces armées ivoiriennes (quelqu’un pourrait-il m’aider ?) Soit.

Même si le blog a cessé d'être alimenté, son contenu mérite qu’on y fasse un détour.

J'ai fait une petite sélection pour vous.

 

- L’armement des Fanci (à cette époque)

- Les Fanci en chiffre

 

Bonne promenade sur ce blog !

 

 

 

20 avril 2010

Abidjan a son « nuage »

IMG_4996.JPG

16 heures 30. Dans le ciel de certains quartiers d’Abidjan, de nombreux nuages grisâtres rencontrent. Les réverbères s’allument. Rien de grave. Seulement le ciel qui annonce de la pluie et l’air qui rafraichi l’atmosphère surchargé par la chaleur. Mais rien de bien méchant dans le ciel. Ici, les avions circulent librement et les nuages mêmes capricieux nous apaisent.

 

Des passagers venus d’Abidjan ont pu atterrir à Paris

Début de bonne nouvelle  pour les Ivoiriens (et tous ceux qui sont en Côte d’Ivoire) qui souhaitent se rendre en France ? Plus précisément à Paris. Les aéroports du nord de la France, notamment les deux principales plateformes Roissy et Orly, ouvrent à nouveau «partiellement» à partir de 8 heures ce mardi après cinq jours de paralysie en raison de l'éruption du volcan islandais.

310 personnes ont pu arriver ce matin de Côte d'Ivoire. Leur vol, parti d'Abidjan hier lundi vers 21 heures est arrivé après 6 heures du matin à Roissy.

Lire la suite ici

15 avril 2010

Fin de bras de fer

IMG00125-20100415-2001.jpg

Tout est bien qui fini bien. La crise aura duré 4 longs jours. 4 jours de galères pour les ménagères tant les prix des denrées alimentaires ont flambé. 4 jours de marche sous un soleil de plomb. 4 jours d’autostop et de covoiturage.
Finalement après le rendez vous manqué du mercredi, le ministre des transports et des syndicats de transporteurs ont pu se rencontrer pour échanger…trouver (au moins) un accord.
Le porte parole du comité de crise a fait l’annonce ce après midi incitant les transporteurs à reprendre le travail «immédiatement».


podcast

Mais jusqu’au soir, aucun mouvement de reprise n’avait été observé dans les communes d’Abidjan. Albert Flindé, le ministre des transports a confirmé l’information sur le plateau du 20 heures de la première chaîne de télévision ivoirienne.
Lire la suite et écouter les différents discours.

Petite chanson de Daouda pour nous rappeler combien les Gbaka (minibus de transport en commun) nous tiennent à coeur...

 

13 février 2010

Dissolution du gouvernement en vidéo

Lire le script chez Théo

01 février 2010

La CIE annonce qu'elle ne peut plus...

La Compagnie Ivoirienne d'électricité (CIE) avoue enfin que les jours prochains, nous allons vivre au rythme des coupures de courant... peut être doit-on se tourner vers l'energie solaire, non ?

« Nous enregistrons un déficit de 150 Mégawatts qui pourra nous conduire à un délestage de l`électricité », a déclaré Flore Konan, directrice de la CIE lors d`une rencontre avec des industriels, évoquant notamment une baisse de la pluviométrie affectant le fonctionnement des barrages hydro-électriques.

Lire la suite

31 janvier 2010

Le "Black Market" en cendre [photos]

30-01-2010-09-22degatmat.jpg
Samedi matin. Un magasin du célèbre « marché noir » d’Adjamé prend feu. Bientôt les flammes se propagent et gagnent plusieurs autres magasins. Les propriétaires n’ont pas le temps de sauver leurs affaires. Vêtements, livres et cahier, téléphones portables et autres appareils électro ménagers. Tout part en fumée en quelques heures.

Lire la suite et voir quelques photos sur Avenue225.com

28 octobre 2009

Incendie à la maison du PDCI (en photo)

 

feu3.JPG

Tout un bâtiment annexe comprenant trois bureaux, deux salles de réunion du siège du Pdci-Rda à Cocody est parti en fumée hier soir. Ce bâtiment construit en bois n`a pu résister aux flammes dont l`origine reste à déterminer. C`est aux environs de 17H10mn, selon des témoignages recueillis sur place, que les premières flammes ont été aperçues. Informés, les jeunes du Pdci qui étaient en réunion ont suspendu leur rencontre pour tenter de maîtriser l`incendie.

feu5.JPGfeu11.JPG

Munis de seaux d`eau et tout matériel utile ils tenteront en vain de circonscrire le feu. Les sapeurs pompiers militaires les rejoindront à 17h30mn. La première fourgonnette des pompiers a tout de suite été confrontée à une difficulté majeure: l`absence de bouche d`incendie dans la cour du siège du Pdci-Rda. Toute chose qui ne facilitera pas leur intervention. Et ce, malgré l'appui du second véhicule. Mais l'autre bâtiment jouxtant le bâtiment sinistré de 600m2 de superficie, a heureusement été sauvegardé.

feu7.JPGLe Capitaine Oulaï Serge Vital de la compagnie d'incendie de l'Indenié, répondant aux questions des journalistes, a indiqué : "Quand nous arrivions sur les lieux, toute la baraque était déjà consumée. Donc nous ne pouvons pas savoir l`origine de l`incendie. Seule une enquête de la police nous situera." Aucune perte en vie humaine n`a été déplorée.

Source Nouveau Réveil

Crédit photos: Abidjan.net

08 septembre 2009

La résidence du chef de l'Etat cambriolée

Gbagbo (1) (Large)(2).JPG

C’est une histoire incroyable qui montre que personne n’est à l’abri des brigands. Une histoire qui inquiète quand même le commun des citoyens ivoiriens. La résidence ultra surveillée du chef de l’Etat Laurent Gbagbo dans son village à Mama, a été cambriolée par de petits délinquants venus du village voisin. Les jeunes se sont introduits sans peine rapporte un confrère et ont tranquillement fait le ménage dans les chambres du chef de l’Etat et de son épouse.


Les jeunes ont fouillé de fond en comble la villa présidentielle pourtant gardée par des éléments de la garde républicaine. Les voleurs ne se sont pas contentés de petits objets de valeurs faciles à transporter comme les bijoux et autres montres de grandes marques. Ils se sont permis en effet d’emporter quelques matelas.


Arrêtés et interrogés plus tard par la gendarmerie, les audacieux voyous vont surprendre plus d’un. Les forces de l’ordre apprendront des lascars que ce n’était pas la première fois qu’ils se faufilaient pour pénétrer le domicile du chef de l’Etat. L’un des bandits avouera même qu’il a pris son bain et s’est fait beau à plusieurs reprises dans la douche du couple présidentielle.


La facilité avec laquelle ces individus se sont introduits dans la chambre du Chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo montre à quel point l’insécurité n’épargne personne. Ces hommes dans la demeure du chef de l’Etat avaient à loisir s’il était tenaillé par les pires intentions, de poser par exemple une bombe.

Source Camer.ber

crédit photo

14 août 2009

Incident au meeting de yopougon (vidéos)

Quelques vidéos diffusées par la "Première" et relatives à l'incident survenu lors du meeting du Cojep. Un incident qui est intervenu quelques temps après l'intervention du Réverend Jesse Jackson.

Lire le compte rendu de Soir Info

06 juillet 2009

"Jacksonmania" en Côte d'Ivoire

 

michael_intronise.jpg

 

Le monde entier se prépare à rendre un ultime hommage au "Roi de la Pop". Dans cette ambiance emplie d'émotion et de méditation, les Ivoiriens n'ont pas voulu être en reste d'un tel évènement. Surtout que certains d'entre eux considèrent Michael comme leur frère... leur fils.

Bonne affaire pour les vendeurs

Ils sont nombreux ces Ivoiriens qui, surpris par la mort brutale de l’artiste, sont gagnés à la fois par l’émotion et la curiosité. Une curiosité subite…ravivée, alimentée et entretenue par les médias. L’occasion est idéale. C’est le moment où jamais. Alors se succèdent, à longueur de journée, sous couleur d’hommage, des documentaires, des alertes, des reportages, des flashs. Toute information, aussi minime soit-elle, qu’elle soit vérifiée ou non, peut intéresser le (télé)spectateur. Mais à la fin de tout ce tapage, une question reste sur les lèvres. « Etait-il blanc ou noir»? Des questions de ce genre qui continuent encore d‘alimenter les conversations à Abidjan. Pour s'informer donc, les populations vont acheter tout ce qui parle de la vie de l'homme. Cassettes, CD, films, journaux, etc.
Les grands heureux de cette situation sont les «graveurs» (avec eux vous pouvez avoir des clips, des chansons anciennes nouvelles ou à venir sur des supports Cd et DVD illicitement gravés ) et leurs commerces. Ceux-ci, en effet, ont vu leur business prospérer. La demande, au lendemain du décès de "MJ", a été de plus en plus forte. Surtout sur les articles qui "touchent" la pop star. Aujourd’hui, "La Sorbonne", ce grand espace commercial du Plateau (quartier administratif et centre des affaires) est devenu "la maison de disque" du chanteur. A tous les coins de rues, sont exposés des CD (tous piratés !) de Mickaël Jackson. Tous les albums du chanteur y sont. [Et dire que, le moindre centime ne pourra même dépasser la lagune Ebrié]. A côté de celà, des tee-shirts, casquettes et autres gadgets à l'éffigie de l'artiste sont réapparus "pour faire plaisir au fans ivoiriens", révèle un jeune vendeur. cela rappelle un peu l'épisode Obamania.

Michael Jackason est mort, mes ses "fans-made-in-abidjan", veulent à leur façon lui rende hommage. Ils n'éhistent pas à se procurer les objets (avec l'image de leur "idole" dessus) qui se vendent désormais à tous les feux et autres coins de rue.

Pour les Agni, un prince du Krinjabo est mort

Toutefois, Mickaël pourra aller en paix. Et pour cause. Ses "sujets", les Agni du Sanwi (Royaume Agni du sud de la côte d’Ivoire) s’apprêtent à lui organiser des funérailles dignes d’un prince Agni. "Notre prince est mort !", lancait une jeune dame sur les antennes de la télévision nationale.

Mickaël Jackson, lors de son passage en 1992 en Côte d’Ivoire, avait, en effet, été fait prince par le roi de Krinjabo. D’ailleurs,  selon certaines sources, au cours de cette visite, la star aurait reçu du roi de l’or pur.
L’heure est actuellement au recueillement et aux préparatifs des funérailles. Le royaume endeuillé a réclamé par le biais d’une chaîne de télé le corps de «son» prince. Au pire des cas, les jeunes de la région seraient prêts à aller représenter le Sanwi si d’aventure les facilités pour l’obtention d’un visa leur étaient octroyés.


Sincérité ou plaisanterie, s’interroge-t-on en Eburnie (autre nom de la Côte d'Ivoire). Pour la majorité des Ivoirens, c’est une plaisanterie. Mieux, certrains trouvent que «les Agnis ont trouvé là l’occasion de pouvoir se rendre aux Etats-Unis». D’autres vont plus loin en relevant le fait que cette délégation Agni n’aurait aucune reconnaissance. «Les funérailles des Blancs ne sont pas comme ici (en côte d’Ivoire) où on a des bâches réservées», ironisait un journaliste à Abidjan. Tout simplement pour dire que ce voyage n’aura pas d’intérêt véritable d’autant plus ils l’effectueront dans l’anonymat totale.
Il est peut être vrai que ce soit une trouvaille des Agnis pour émigrer. Mais on connaît la fierté de ce peuple. On sait surtout que chez eux, «on n’enterre pas un prince Agni à l’étranger !» c'est donc une affaire à suivre.

Lire le compte rendu de la cérémonie d'hommage au Palais de culture d'Abidjan. Voir aussi quelques vidéos de son séjour en Afrique avec quelques séquences en Côte d'Ivoire.


29 mai 2009

De nouvelles rumeurs à Abidjan

rumeur1.jpg«Eviton 2 sortir tar la n8. dè rebel veulent encor frapé. Pass le msg, linfo è 2 source sùr». Voici un texto (que j'ai gardé dans sa forme orginale) qui est diffusé sur les téléphones mobiles par des personnes anonymes depuis quelques jours.
Déjà la semaine dernière, de fortes rumeurs avaient envahie la capitale économique avertissant les citoyens d’une attaque imminente d’assaillants.
Dans le courant de la semaine, des informations provenant de l’extrême sud du pays au sujet d’affrontement entre des agresseurs et les forces armées ivoiriennes.
Aussi le lundi 25 juin dernier, une coupure généralisée d'électricité la nuit avait attisé les rumeurs et les craintes. «Cette coupure, c’était pour une opération de ratissage militaire», révèle une source non officielle. Information que l’on a pu confirmer.
Pourtant, les rumeurs subsistent et se propagent désormais aux moyens des sms. L’information est-elle vraie ?
J’ai encore en mémoire les rumeurs sur l’enlèvement des enfants à Abidjan. Pourtant, il y a un adage qu’on aime bien à Abidjan qui dit : «Il n’y a pas de fumée sans feux». Il faut donc user de prudence mais surtout «ne pas sortir tard la nuit».

04 février 2009

Opération "présidence propre" ?

Indep_7aout08 (85) (Large).JPG

Une secrétaire exerçant au sein des services du président Laurent Gbagbo a été arrêtée et radiée pour avoir volé plus de 65 millions FCFA (100.000 euros) à une compagnie de téléphonie mobile "en usant de sa qualité", a-t-on appris mercredi de source officielle.

"Mme Bléhon Emilienne, épouse Gomé Gnohité, en service au secrétariat du président de la République, est poursuivie par la section de la gendarmerie nationale, pour escroquerie sur la somme de 65,5 millions FCFA au préjudice de la société de téléphonie mobile MTN-CI", indique dans un communiqué le porte-parole de la présidence, Gervais Coulibaly.

Radiée des services de la présidence, la personne mise en cause a réalisé ce forfait "en usant de sa qualité de secrétaire à la présidence et du nom du président de la République", ajoute M. Coulibaly, précisant qu'elle "a été déférée ce jour devant le parquet du tribunal de première instance d'Abidjan-Plateau".

Le chef de l'Etat "n'a mandaté personne à l'effet de solliciter en son nom et pour son nom des sommes d'argent auprès des opérateurs économiques", souligne le porte-parole.

"Le président de la République rappelle à ses collaborateurs, parents et amis, que ceux d'entre eux qui se rendraient coupables de faits de cette nature subiront la rigueur de la loi", poursuit-il, affirmant que le "financement des activités de la présidence de la République relève uniquement des comptes de l'Etat".

Au pouvoir depuis 2000, M. Gbagbo a lancé en 2008 une "opération mains propres" dans la filière café-cacao, cruciale pour l'économie ivoirienne, qui a abouti à l'incarcération de la plupart de ses dirigeants, parmi lesquels se trouvent plusieurs de ses proches ou de ses collaborateurs.

Source AFP

02 février 2009

Affo Love décède, les polémiques ressuscitent

affolove.jpgAffo Love est décédée. La nouvelle est tombée hier. Alors que l’on pleure Yvette Affodohouto (de son vrai nom), la ville d’Abidjan propage les premières causes la mort de la créatrice du «Yêyê Dingbo» ou la danse de l’araignée.

Première cause. Affo serait morte du sida. "Tous les artistes meurent du Sida en Côte d'Ivoire", ne manque pas d'ironiser un membre de la direction de l'UNARTCI. Yvette à 30 ans aurait donc été atteinte de la maladie du siècle et se serait réfugiée au Bénin pour tenter de chasser le mal. Mais en vain.

Deuxième cause. Le Bénin justement. Pays d'origine de Yvette. C'est sur cette terre que la jeune artiste aurait fait un pacte avec des «esprits vaudous». Et avec elle, Ruth Tondey, Joelle C toutes deux décédées - et Betika qui devrait être la prochaine victime.
Les "esprits vaudous" auraient été frustrées par l'attitude de toutes ces artistes qui auraient décidé de dévenir chrétiennes. Ils se seraient donc vengés en les tuant l'une après l'autre.



Autre cause de sa mort soulevée par les bruits des couloirs abidjanais. Celle de l’envoutement.
En effet, selon certaines langues, Tina Glamour, une autre artiste lui aurait jeté un sort. Pour argumenter cette thèse, les «affairés» ressortent du placard une vielle querelle qui subsistaient entre ces deux chanteuses. Une affaire de "concept sexy". Alors que Tina avait inventé la «sexyboulance» Affo Love créait le «Chokanawa» où le ‘‘choquer pour plaire’’. Concept basé sur des tenues sexy et des danses provocatrices. Tina Glamour sentant sa côte baissée aurait eu recours aux oeuvres mystiques pour mettre "hors-jeu" Affo Love. Et patati et patata…
«En Côte d’Ivoire, on ne peut plus mourir de mort naturelle», se plaignait un artiste.
Pour l'heure, les bruits vont bon train, en attendant une version officielle que donnera la famille. Chacun y mettant des effets spéciaux selon la fertilité de son imagination. De quoi troubler le sommeil de ces disparues.

26 novembre 2008

Flagrant délit de corruption

Rien a vraiment changé depuis la campagne de lutte contre la corruption au sein des forces de défense et de sécurité. Je me souviens il y a quelques mois alors que j'effectuais un voyage à bord d'un véhicule personnel, nous avons été interpellés par des policiers pour excès de vitesse. C'était un peu avant la sortie nord d'Abidjan. Nous avons essayé de leur faire comprendre que nous étions de la presse et que nous que l'on devait rallier Yamoussoukro le plus tôt possible pour un reportage. Les policiers nous ont alors demandé de payer "demi tarif". C'est à dire 1000 francs. Cela correspond à la moitié de la contravention à payer. Nous avons refusé de rentrer dans la combine. Et nous avons payé les 2000 francs.
En définitive, il faut se rendre à l'évidence. La fin de la corruption sur les routes n'est pas pour demain. Nos forces de l'ordre sont encore restées fidèles à leurs habitudes. Dommage !
Témoignage sur cette vidéo exclusive

09:57 Publié dans Affairage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : police, corruption

24 octobre 2008

Enlèvement d'enfants : A la poursuite d’une (folle) rumeur

P1150851.JPG

Dans un souci de vérifier l’information d’enlèvements d’enfants qui a fait le tour d’Abidjan aujourd’hui, nous nous sommes rendus dans la populaire commune d’Abobo.
Il est un peu plus de 13 heures quand nous arrivons à Abobo-Baoulé, un quartier de ladite commune. Nous prenons des renseignements sur «l’école La Fontaine» où il semblerait qu’il y ait eu les enlèvements. On nous informe que c’est dans un quartier plus loin… «à Belleville», sur la route d’Alépé. «On ne sait plus à qui se fier, sinon je vous aurais accompagné», affirme l’homme avec qui nous prenons les informations. Nous décidons de nous rendre à "Belleville". La route est terriblement boueuse et dégradée. Mais nous sommes convaincus de trouver l’école. Alors nous fonçons au risque même de nous enfoncer dans ces "marécages" en plein Abidjan.
Une fois dans le quartier nous nous renseignons. «Je connais l’école mais je ne peux pas vous accompagner», affirme apeuré, un riverain. Nous prenons les «service d’un guide» qui prétend connaître l’endroit. «"La Fontaine", c’est dans un autre quartier appelé "Clohétcha"».
Nous reprenons la route en direction de la nouvelle destination où l’école pourrait être localisée. Chemin faisant, nous demandons de part et d’autre. Plus on approche de Clohétcha, moins les gens sont renseignés. Au finish, au nous indique «la grande mosquée du grand rond point d’Abobo». C’est un endroit célèbre situé près de la mairie de la commune la plus peuplée d’Abidjan.
Une fois sur le lieu, point de «La Fontaine». Renseignements pris auprès de certains habitants des entourages, l’école serait dans un autre quartier... sur la route d’Adjamé.
Nous nous rendons à l’évidence "ça tout l'air une rumeur".

Panique dans les écoles
Pourtant, dans les différentes écoles que nous avons rencontrées, les parents d’élèves sont venus chercher leurs enfants. «Il semblerait que les gens enlèvent les enfants dans les écoles aujourd’hui», affirme une femme. Elle a été alertée par un coup de fil. «J’ai une amie qui m’a dit qu’on enlevait les enfants donc je suis venu chercher les miens», lance t-elle le regard inquiet, guettant l’entrée du portail du collège «Saint Joseph d’Abobo».
Les élèves sont donc libérés sur le coup de cette rumeur. Un éducateur du Collège Saint-Viateur de la riviera – où des élèves auraient été aussi enlevés – joint au téléphone révèle que «c’est sous la pression des parents» qu’ils ont été contraints de demander aux élèves de rentrer chez eux. «Il n’y a jamais eu d’enlèvement chez nous. Mais depuis ce midi, les parents d’élèves ne cessent de nous appeler pour réclamer leurs enfants».
C’est la psychose partout.
Pourtant, nous avons pu constater à tous les carrefours de la commune d’Abobo, une présence prononcée des éléments de la police nationale. Chars, cargo, véhicules d’interventions, casques et boucliers anti-émeute etc. Tout y était ! Un officier du Centre du commandement des Opérations de Sécurité (Cecos) nous confirme qu’il s’agirait bien d’une rumeur. «Nous avons reçu une trentaine d’appels depuis cet après midi. Mais dans toutes les écoles où on nous a dit que les faits se sont déroulés, ni les gardiens, ni l’administration ne sont informés», indique t-il.

En fin de compte, la thèse de la rumeur est la plus plausible en ce qui concerne les enlèvements d’aujourd’hui. Pourtant, il faut avouer que ces derniers temps elle est devenu trop récurrente. Pourquoi ?

18 octobre 2008

Pas bon le don

fmf-fmn.jpgLe ministre malgache de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs Jean Louis Robinson a exprimé sa colère vendredi à Antananarivo vis-à-àvis du président ivoirien Laurent Gbagbo qui a donné de l'argent aux footballeurs malgaches quand ils sont allés en Côte d'Ivoire la semaine dernière.

"Laurent Gbagbo a fourni 500 dollars américains à chaque footballeur malgache au cours de leur séjour dans le pays pour le match éliminatoire de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) et la Coupe du monde 2010, qui a fini par 3 à 0 en faveur de l'équipe hôte, samedi dernier", selon L'Express, un journal en langue française, publié samedi.
Le ministre malgache a décrit mal faite cette initiative du président Gbagbo si "les joueurs malgaches ont joué pour l'argent", "Je ne sais pas s'ils ont dû accepter ce don".
"Ce geste compromet non seulement notre sport, mais aussi notre pays. J'espère que ce don n'a aucun rapport avec le résultat du match", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse organisée par son ministère dans la capitale de Madagascar vendredi.

Le ministre a informé la presse qu'un bureau serait bientôt mis en place par l'Union Africaine pour étudier les relations entre les pays africains et les confédérations sportives internationales.

Avec Xinhua.net

29 septembre 2008

Ségolène ne peut "s'offir" Alpha Blondy

alpha-blondy-cocody-rock.jpg

Ségolène Royal, n'aura pas eu suffisamment d'argent pour déplacer l'artiste ivoirien Alpha Blondy. C'est en tout cas ce qu'a revélé, "Le Parisien" un journal français.
Organiser une soirée comme celle du Zénith de ce samedi dernier, cela coûte cher. D’autant que Ségolène Royal a tenu à ce que l’entrée soit gratuite pour tous. Si les artistes ont accepté de venir bénévolement, il reste à payer la salle, la technique et les musiciens. Au total, le budget du concert est estimé à 25 000 € (environ 15 996 524 de francs CFA).

Or, pour financer, Ségolène Royal ne peut pas compter sur l’aide du Parti socialiste, puisqu’elle a monté cet événement de son côté.

Lorsque la date a été choisie, le club Désirs d’avenir, présidé par l’avocat Jean-Pierre Mignard, a donc lancé un appel aux dons auprès des supporteurs de Royal.? «Beaucoup ont donné, mais ce ne sont pas des sommes considérables», reconnaît Mignard.

Il a fallu parfois revoir les ambitions à la baisse, comme on l’explique dans l’entourage de Ségolène Royal : «Alpha Blondy ne viendra finalement pas, car les billets d’avion pour faire venir son groupe d’Afrique coûtaient trop cher».

L’équipe de Ségolène Royal comptait encore sur la vente de badges et de tee-shirts pour recueillir des fonds. Ce soir-là, dès 17 heures, une heure avant le début du concert, un stand était prévu à cet effet. «Il faut que l’argent rentre, avouait Mignard. Et s’il n’y a pas assez, on lancera un nouvel appel aux dons».

26 septembre 2008

Déchets toxiques: 3 journalistes français interpellés, puis relâchés

Voici une info que j'ai cherché (en vain) à vérifier sur le net.

"Mathieu Benoît, Jean Etienne, journalistes, et Alain Simonin, cameraman, tous trois (3) travaillant à la chaîne de télévision TF1 en France, ont été interpellés, hier (jeudi), aux alentours de 14 heures sur le site des déchets toxiques à Akouédo par la brigade d`insalubrité de la Riviera 3. Relâchés dès 19 heures, sur intervention du ministre de la Communication, Sy Savané, on leur reproche d`avoir effectué des prises de vue sur le site où les déchets toxiques ont été déversés à Akouédo. Sans autorisation des autorités compétentes. Mais également de servir d`espions.

Je serai très heureux que vous me filiez un lien où vérifier cette info du quotidien ivoirien "Le Nouveau Réveil"

22 septembre 2008

Le site de Fologo piraté

Le site web du Conseil économique et social vient de subir une attaque de hackers. Constatez-le vous-même ici

Ps: depuis la diffusion de ce post, le webmaster dudit site semble avoir pris les choses en main. Le site web du Ces est désoramis en (re)construction comme vous avez dû le constater. (Mise à jour 24 septembre)

17 septembre 2008

Le zoo d’Abidjan et les cinq dromadaires de Kadhafi

dromadaire.jpg

Le zoo d’Abidjan, l’un des plus importants d’Afrique de l’Ouest, héberge depuis quelques mois, et pour la première fois, cinq dromadaires offerts par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qui sont devenus les coqueluches de ce lieu créé en 1930.

Lire la suite

16 septembre 2008

Une affaire de terre

SDC11373.JPG

Des individus se réclamant «des villageois de Anono (village situé au sein de la commune présidentielle de Cocody)» ont manifesté ce mardi à la "Riviera Golf" non loin de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire.
C’est aux alentours de 10 heures 30 que les manifestants (ébriés, ethnie dudit village) ont occupé les artères principales du quartier revendiquant «une attribution sauvage de leurs terres à n'importe qui» par le ministère ivoirien de la construction et de l'urbanisme.
«Le ministère de la construction attribut de façon anarchique nos terres pour que des gens viennent construire dessus. Nous sommes déterminés aujourd’hui à reprendre par tous les moyens ce qui nous appartient», a expliqué puis menacé le chef de file des manifestants, vêtu d’un pagne traditionnel. «C’est un des collaborateurs du chef de village d’Anono», précise un manifestant.
Les éléments de police de la commune de Cocody arrivés une dizaine de minutes plus tard ont menacé de disperser à coup de grenades lacrymogènes les manifestants.
Mais devant la determination de ces jeunes, la voie du dialogue a été privilégiée.
En fin de compte, c’est par une longue négociation entre les forces de l’ordre et les jeunes ébriés que ces derniers ont quitté les rues. promettant toutefois, de réiterer cette manifestation…une autre fois...ailleurs.

SDC11374.JPG


SDC11372.JPG


SDC11375.JPG

09 septembre 2008

La grosse facture du meeting de Mme Gbagbo

Voici l'information qui vient de tomber ce jour et que nous avons pris sur Alerte info, une agence de presse ivoirienne.
8,5 millions de FCFA" ont été déboursés pour le meeting de la Première dame de Côte d’Ivoire, Mme Gbagbo, prévu le 14 septembre à Bouaké (centre), où elle achèvera une tournée politique de deux semaines, a annoncé mardi le directeur départemental du Front populaire ivoirien (Fpi, parti présidentiel) Ahoutou Konan, lors d’une réunion avec des militants.

Lire la suite

19 août 2008

Les ministres de Côte d'Ivoire en grève ?

b8717fcd4aae2d2f02fa8c30f926de5d.jpg

"Grogne chez les ministres (ivoiriens)". Tel est l'intitulé d'un article que j'ai lu quelque part et qui m'a fait sourire.
Je vous en donne lecture.
«Le mécontentement grandit chaz les ministres ivoiriens après la décision prise le 20 juillet de diminuer leurs salaires de moitié.
"Nous voulons bien montrer l'exemple, mais nous ne servirosn pas de boucs émissaires", explique l'un d'entre eux (qui ?). "Nos traitements sont de loin inférieurs» à ceux de beaucoup de fonctionnaires", (ajoute t-il).
Les membres de l'équipe emmenée par Guillaume Soro se plaignent aussi des retards dans les versements qui sont réccurents depuis plusieurs mois et peuvent atteindre plusieurs semaines. Le 8 août, ils n'avaient toujours pas reçu leur salaire de juillet».

23 juillet 2008

Le coup d'fil de Ado entendu par Djati

En temps normal, c'est Bédié qui devait aller à la présidence de la Republique pour rencontrer le président Gbagbo ce mercredi.
Mais nous sommes en guerre, et Gbagbo, en politicien fin, sait jouer son jeu. Dès que Outtara a eu vent du Rendez-vous chez Bédié, le gars est entré dans une colère noire. Il a bondit sur son téléphone pour appeler le numero spécial, direct dans les oreilles de N'Zueba, le roi de la pluie et des innondations.

Lire la suite